Norvège : Pourquoi boycotter les élections ?

Norvège : Pourquoi boycotter les élections ?

Tjen Folket

   Lorsque nous avançons notre slogan, nous recevons de nombreuses questions. Nous en sommes heureux, puisque nous aimons beaucoup la discussion. Voici quatorze questions et critiques que nous rencontrons souvent, et certaines de nos tentatives pour donner des réponses brèves.

   1. Pourquoi boycotter les élections ?

   Nous disons que les trois principales raisons sont les suivantes:

    Choisissez la rébellion et le socialisme. La voie vers un État où la classe ouvrière est au pouvoir est la révolution, pas les élections dans cet État.

    Pas un seul vote aux partis de guerre. Il n’y aura pas de gouvernement sans partis de guerre après les élections. Aucun parti lors des élections n’a de position non compromettante contre les guerres et les partis de guerre en Norvège.

    Peu importe ce que vous votez. Toutes les questions importantes sont décidées par quelque chose de complètement différent des élections.

   2. Pourquoi Tjen Folket n’est-il pas candidat aux élections ?

   Les communistes peuvent se présenter aux élections, mais seulement si cela sert notre lutte. Nous travaillons à construire un véritable parti communiste pour le combat, pas un parti électoral bourgeois ordinaire. C’est notre tâche la plus importante. Rejoindre le cirque électoral serait sauter hors de la piste de ce travail.

   Au cours des cent dernières années, les communistes européens se sont laissés séduire par les cirques électoraux et le parlementarisme. Le résultat a été décevant. Pas de victoires, seulement des défaites et des capitulations – voilà le résumé. Les partis qui se sont imposés lors des élections ont été intégrés au système. Ils sont devenus une partie de l’État, ils sont devenus une partie du pouvoir. Ils sont devenus des ennemis du peuple, au lieu de serviteurs du peuple.

   C’est la route qu’Arbeiderpartiet (le Parti travailliste), le NKP (Parti communiste de Norvège), SV (Parti de la gauche socialiste), l’AKP (Rødt) (Parti ouvrier communiste – Parti rouge) ont prise dans ce pays. Nous ne suivrons pas la même vieille route dans le bourbier du parlementarisme bourgeois.

   3. Que se passe-t-il si tout le monde boycotte l’élection ?

   En soi, cela ne changera rien. Et ça n’arrivera pas non plus. Mais si cela se produisait hypothétiquement, l’État pourrait continuer comme avant sans un seul homme politique. Ce ne sont pas les politiciens qui décident, c’est la classe capitaliste qui le fait. Et ce ne sont pas les politiciens qui administrent, ce sont les bureaucrates qui le font. De nombreux pays européens ont continué comme avant pendant des mois et des années sans gouvernement – par exemple en Espagne, aux Pays-Bas et en Belgique.

   Mais quand les gens boycottent, ils font un choix qui pourrait changer leur mentalité, ce qui pourrait changer la mentalité des autres. Cela mine la confiance dans le système. Cela montre que les politiciens n’ont aucune confiance. Cela permet à plus de gens d’oser remettre en question tout le système pourri. Par conséquent, cela pointe en soi vers un autre système.

   Créer le communisme, ce n’est pas seulement organiser une alternative. Cela nécessite également la destruction du système existant. Affaiblir la légitimité du choix de l’ennemi est un maillon dans la stratégie d’élimination de tout ce système.

   4. Si toute la gauche participe au boycott – la droite politique ne va-t-elle pas sûrement gagner ?

   Nous ne faisons pas partie de « la gauche ». Cette gauche préside les parlements et les conseils municipaux des municipalités. Ils veulent un peu plus de fiscalité et un peu plus de bien-être, mais à part cela, ils ne sont pas différents de la droite. Indépendamment de la couleur, les parties sont très similaires. Nous allons avoir un gouvernement qui soit à Høyre (Parti de droite) ou à AP (Parti travailliste). Et les deux sont si semblables qu’il est difficile de voir la différence, même en théorie.

   Peu importe qui gagne, la classe ouvrière va perdre. Les pauvres du monde vont perdre, la paix va perdre, l’environnement va perdre. Et plus les gens croient qu’ils doivent choisir entre la droite et la gauche, plus le capitalisme prendra toutes les décisions importantes pour nous.

   5. Si vous boycottez, vous êtes des idiots utiles pour la droite politique !

   Ce n’est pas logique à notre avis. Nous ne devons notre soutien à personne. Le parti travailliste a envoyé des avions de bombardement contre les personnes les plus démunies du monde. Nous refusons d’être un idiot utile pour les guerres contre le monde le plus pauvre. Et nous refusons de soutenir les petits partenaires du Parti travailliste, tels que le Parti socialiste de gauche et le Parti rouge.

   Les idiots utiles sont les croyants de gauche du système, qui critiquent le racisme et la guerre, mais finissent par soutenir les gouvernements qui sont tout aussi racistes et bellicistes que tout gouvernement avec le Parti de droite ou le FRP (le Parti du progrès).

   Ceux qui rationalisent cela rationalisent les abus brutaux contre la survie de la terre. Ils s’assurent que le système continue avec la destruction massive que nous voyons devant nous.

   6. Pourquoi ne pouvez-vous pas simplement voter pour le Parti rouge ?

   La direction du Parti rouge s’efforce de supprimer tout ce qui se rapporte au communisme du programme de son parti et de la manière dont il s’organise. Ils ont expulsé un certain nombre de communistes du parti et diffament l’histoire du socialisme. Aucun communiste ne peut contribuer à quelque chose comme ça.

   Le Parti rouge a également choisi de devenir un nouveau SV. Au lieu de lutter contre l’AP belliciste, ils promettent un soutien à un gouvernement de l’AP. Ils ont choisi une stratégie qui permet au Parti rouge de devenir un parti parlementaire, ce qui ne peut conduire personne à sortir du capitalisme.

   Ils font partie de la majorité « rouge-vert » du conseil municipal d’Oslo (capitale) et c’est aussi leur souhait et leur stratégie pour l’avenir. Cela ne conduit pas à la lutte révolutionnaire, mais plutôt à étouffer la rébellion et à faire du Parti rouge une partie intégrante du système que nous voulons écraser.

   7. Pourquoi jetez-vous vos votes ?

   Tous les votes dans cette élection sont un gaspillage. Le véritable pouvoir appartient à la classe dirigeante. Le véritable pouvoir du peuple est dans la rue et dans l’organisation populaire. Exercer votre vote est une perte de temps. On devrait plutôt l’utiliser dans le militantisme politique.

   8. Pourquoi voulez-vous que les gens soient passifs ?

   Nous ne voulons pas du tout que les gens soient passifs. Nous sommes très actifs et souhaitons que beaucoup d’autres personnes se joignent à nous. Et nous sommes également heureux lorsque des personnes sont actives dans de bonnes causes en dehors de notre organisation. Cependant, notre opinion est également qu’il vaut mieux que les gens ne s’en préoccupent pas, plutôt que de se constituer sous la confiance des partis et la croyance dans le système en participant au cirque électoral.

   9. Pourquoi ne pas voter blanc à la place ?

   Nous ne disons pas que les gens ne devraient absolument pas voter blanc. Les gens peuvent le faire s’ils aiment ça. Ce n’est pas une question importante pour nous – il n’y a pas de différence en réalité.

   10. Si vous ne votez pas, vous n’avez pas le droit de vous plaindre !

   Notre avis est au contraire que ceux qui ne votent pas ont la plus grande raison de se plaindre. Le fait de ne pas voter est en réalité une plainte en soi. C’est une plainte contre les partis et leurs choix, c’est une plainte contre leur État. Ce n’est pas notre État, ce n’est pas notre élection et nous avons toutes les raisons de nous plaindre du capitalisme et des conséquences horribles que ce système a sur les peuples du monde et sur l’environnement.

   11. S’il n’y a pas d’utilité, vous pourriez aussi bien voter pour certaines des alternatives moins mauvaises ?

   Nous prenons clairement position en ne votant pas. Nous ne voulons être associés à aucun des partis. Ce sont de mauvais partis qui veulent administrer le capitalisme au nom de la classe capitaliste. Nous disons non à chacun d’eux, afin de prendre clairement position contre tout le système.

   12. Dans le choix entre la peste et le collera, le collera n’est-il pas meilleur que la peste ?

   Choisir la maladie la moins grave peut sembler logique – à court terme. Mais à long terme, cela affaiblit le système immunitaire et rend les gens plus vulnérables aux maladies plus graves. Rejeter le moindre mal nous oblige à travailler sur l’antidote qui pourrait guérir le globe du vrai pécheur : le capitalisme.

   13. Quelle est l’alternative ?

   L’alternative est un nouvel État au lieu de l’ancien État. C’est tout le pouvoir au peuple, au lieu de « tout pouvoir dans cette salle », comme on dit au parlement norvégien. L’alternative est que la classe ouvrière s’organise comme une nouvelle classe dirigeante, au lieu de la classe minoritaire constituée de parasites qui détiennent le pouvoir aujourd’hui. L’alternative est le pouvoir rouge contre le pouvoir bourgeois; l’alternative est la révolution, le socialisme et le communisme. L’alternative est d’organiser, de nous rejoindre, de combattre tout le système et tous leurs manipulateurs et leurs charlatans politiques.

   14. Mais Lénine a dit …

   Certains communistes utilisent le livre de Lénine « le gauchisme » contre notre campagne de boycott. Ils disent qu’il est mauvais de boycotter à cette époque, parce que Lénine écrit dans ce livre contre les gauchistes (les communistes « de gauche ») et leurs principes contre la participation aux élections bourgeoises.

   Nous pouvons répondre à certains points à ce sujet :

  1.     L’opinion de Lénine était que la participation aux élections était une tactique que l’on pouvait utiliser ou non. Que l’on participe ou non aux élections devait être décidé sur la base d’une analyse de la situation.
  2.     De nombreux communistes ont utilisé Lénine pour légitimer la participation aux élections en tant que dogme. Ils ne procèdent pas à une analyse concrète de leurs propres forces et de la situation dans la société, mais ont plutôt décidé à l’avance de participer aux élections, car « Lénine a dit … ».
  3.     Notre boycott se base sur une analyse de nos forces, de l’état actuel, du système actuel et de la situation dans la lutte des classes. Nous n’agissons pas de manière dogmatique, mais essayons plutôt de définir une tactique pour aujourd’hui qui serve notre stratégie à long terme.
  4.     Notre boycott s’appuie également sur un certain résumé des 100 années écoulées depuis que Lénine a écrit le texte mentionné. Nous pouvons constater que, pendant ces cent dernières années, les partis travaillistes et un certain nombre de partis communistes, en particulier en Europe, sont devenus des parties intégrantes du système bourgeois – par leur pratique parlementaire et légaliste.
  5.     Selon Lénine, la participation aux élections était une tactique et non un principe. Qu’une tactique doit être utilisée ou non, cela doit être décidé selon les avantages et les inconvénients de son utilisation. La situation actuelle offre des opportunités complètement différentes – par exemple diffuser un message, sans « utiliser le parlement comme un lutrin », comme le préconisait Lénine. Deuxièmement, la tactique doit tenir compte du fait qu’elle servira la stratégie sur le long terme. Nous ne pouvons pas voir que la participation au cirque électoral aujourd’hui est la meilleure façon d’utiliser nos forces pour construire l’organisation et la mentalité dont nous avons besoin pour faire la révolution.

flechesommaire2