Le IIIe Congrès International de la Réforme Sexuelle

Le IIIe Congrès International de la Réforme Sexuelle

José Carlos Mariategui

   Publié dans Mundial, Lima, le 18 octobre 1929,

   La question de la sexualité n’a jamais été abordée aussi librement et aussi largement qu’aujourd’hui. L’empire des tabous religieux a réservé cette question aux ecclésiastiques jusqu’à longtemps après le Moyen Age. À l’époque moderne, la sociologie a remis le régime sexuel à l’ordre du jour de la science et de la politique. Au cours du siècle dernier, une sorte de processus de laïcisation de la sexualité a été accompli. Engels, parmi les grands théoriciens du socialisme, s’est distingué par la conviction qu’il faut chercher l’application d’une série de phénomènes historiques et sociaux dans l’ordre sexuel. Et Marx a tiré des conclusions importantes de l’observation des conséquences de l’économie industrielle et capitaliste sur les relations familiales. On sait combien ce même facteur était important pour Sorel, qui a poursuivi Proudhon dans ce domaine et dans d’autres. Sorel était étonné de l’insensibilité et du regard avec lesquels les hommes d’État et les philosophes négligeaient leur appréciation de l’organisation sociale depuis ses fondements. Dans la préoccupation de la littérature et de l’art pour le thème de l’amour, il voit un signe de sensibilité et non de frivolité car ils sont probablement enclins à condamner des médecins sérieux.

   Mais l’universalisation du débat sur la question sexuelle est de notre temps. À la mi-septembre, le troisième congrès international sur la réforme sexuelle s’est tenu à Londres, où les thèses de Bernard Shaw, Bertrand Russel, Alexandra Kollontaï et d’autres intellectuels éminents ont été discutées. Ce congrès a été convoqué par la “Ligue mondiale pour la réforme sexuelle”, fondée lors du deuxième congrès à Copenhague en juillet de l’année dernière. Le deuxième congrès a examiné les questions suivantes : la forme du mariage, le statut des femmes dans la société, le contrôle des naissances, les droits des célibataires, la liberté des relations sexuelles, l’eugénisme, la lutte contre la prostitution et les maladies vénériennes, les aberrations du désir, l’établissement d’un code des lois sexuelles, la nécessité d’une éducation sexuelle. Lors du troisième congrès, des documents ont été discutés sur la sexualité et la censure, l’éducation sexuelle, l’adolescence, la réforme de l’union conjugale, l’avortement en URSS, etc.

   Dans peu de temps, il n’y aura plus de pays civilisé où ces œuvres ne seront pas étudiées et suivies par des groupes dans lesquels la présence des femmes sera toujours indispensable et essentielle. Les hommes d’État, les sociologues, les réformateurs du monde entier se rendent compte aujourd’hui que le destin d’un peuple dépend en grande partie de son éducation sexuelle. Alfred Fabre Luce vient de publier un livre, Pour une politique sexuelle, qui ne défend pas vraiment une idée absolument nouvelle en cette ère de l’URSS et de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle. L’État soviétique a une politique sexuelle, tout comme il a une politique éducative, une politique économique, etc. Et les autres États modernes, bien que moins déclarés et définis, l’ont également.

   L’État fasciste, en imposant une taxe sur le célibat et en ouvrant une campagne pour l’augmentation du taux de natalité, ne fait rien d’autre qu’intervenir dans le domaine auparavant privé ou confessionnel des relations sexuelles. La France, en protégeant les mères célibataires et en se plaçant ainsi sur le terrain du réalisme social et de l’hérésie religieuse, avait depuis longtemps ressenti la nécessité de cette politique.

   À notre époque, on n’étudie pas la vie d’une société sans en connaître et en analyser les fondements : l’organisation de la famille, la situation des femmes. C’est l’aspect de la Russie soviétique qui intéresse le plus les hommes de science et de lettres qui visitent ce pays. Les pages écrites par Theodore Dreisser et Luc Durtain sur ce sujet sont particulièrement astucieuses.

   Et l’attitude devant la question sexuelle est en soi, généralement, une attitude politique. Comme l’a fait remarquer intelligemment notre compatriote César Falcón il y a quelques années, Marañón, depuis qu’il a condamné le don Juanisme, avait déjà voté contre Primo de Rivera et son régime.

flechesommaire2