Les revendications féministes

Les revendications féministes

José Carlos Mariategui

   19 décembre 1924, Lima – Pérou.

   Les premières préoccupations féministes arrivent au Pérou. Il y a quelques cellules, quelques noyaux du féminisme. Les partisans du nationalisme extrême penseront probablement : voici donc une autre idée exotique, une autre idée étrangère qui se greffe sur la mentalité péruvienne !

   Calmons un peu ces appréhensions. Le féminisme ne doit pas être considéré comme une idée exotique, une idée étrangère. Il s’agit simplement d’une idée humaine. Une idée caractéristique d’une civilisation, propre à une époque. Et, par conséquent, une idée qui vient avec le droit de citoyenneté au Pérou, comme dans tout autre segment du monde civilisé.

   Le féminisme n’est pas apparu au Pérou de manière artificielle ou arbitraire. Il est apparu comme une conséquence des nouvelles formes de travail intellectuel et manuel des femmes. Les femmes qui ont une véritable affiliation féministe sont celles qui travaillent, celles qui étudient. L’idée féministe prospère chez les femmes du travail intellectuel ou manuel : professeurs d’université, ouvrières. Il trouve un environnement favorable à son développement dans les salles de classe des universités, qui attirent de plus en plus de femmes péruviennes, et dans les syndicats de travailleurs, dans lesquels les femmes des usines s’inscrivent et s’organisent avec les mêmes droits et devoirs que les hommes. En dehors de ce féminisme spontané et organique, qui recrute ses adhérentes parmi les différentes catégories de travail féminin, il existe ici, comme ailleurs, un féminisme dilettante un peu pédant et un peu banal. Les féministes de ce rang font du féminisme un simple exercice littéraire, un simple sport à la mode.

   Personne ne devrait s’étonner que toutes les femmes ne se rassemblent pas en un seul mouvement féministe. Le féminisme a, nécessairement, plusieurs couleurs, plusieurs tendances. On peut distinguer trois tendances fondamentales dans le féminisme, trois couleurs : le féminisme bourgeois, le féminisme petit-bourgeois et le féminisme prolétarien. Chacun de ces féminismes formule ses revendications d’une manière différente. Le féminisme bourgeois solidarise son féminisme avec l’intérêt de la classe conservatrice. La femme prolétaire consolide son féminisme avec la foi en les multiples révolutions de la société future. La lutte des classes – un fait historique et non une affirmation théorique – se reflète sur le plan féministe. Les femmes, comme les hommes, sont réactionnaires, centristes ou révolutionnaires. Elles ne peuvent donc pas mener le même combat ensemble. Dans le paysage humain actuel, la classe différencie les individus plus que le sexe.

   Mais cette pluralité du féminisme ne dépend pas de la théorie elle-même. Cela dépend plutôt de ses déformations pratiques. Le féminisme, en tant qu’idée pure, est essentiellement révolutionnaire. La pensée et l’attitude des femmes qui se sentent à la fois féministes et conservatrices manquent donc de cohérence intime. Le conservatisme s’efforce de maintenir l’organisation traditionnelle de la société. Cette organisation refuse aux femmes les droits qu’elles veulent acquérir. Les féministes de la bourgeoisie acceptent toutes les conséquences de l’ordre actuel, sauf celles qui s’opposent aux redivisions des femmes. Elles maintiennent tacitement la thèse absurde selon laquelle la seule réforme dont la société a besoin est une réforme féministe. La protestation de ces féministes contre l’Ancien Ordre est trop exclusive pour être valable.

   Il est vrai que les racines historiques du féminisme se trouvent dans l’esprit libéral. La révolution française contient les premières graines du mouvement féministe. Pour la première fois, la question de l’émancipation des femmes a été posée en termes précis. Babeuf, le chef de file de la conspiration des égaux, était un défenseur des revendications féministes. Babeuf a harangué ses amis comme suit : “N’imposez pas le silence à ce sexe qui ne mérite pas d’être méprisé. Mettez plutôt en valeur la plus belle partie de vous-mêmes. Si vous ne comptez pas du tout les femmes dans votre république, vous en ferez des petites amoureuses de la monarchie. Leur influence sera telle qu’elles la restaureront. Si, par contre, vous les comptez pour quelque chose, vous en ferez des Cornelias et des Lucrecias. Elles vous donneront des Brutus, des Gracchi et des Scevolas”. Polémique avec les anti-féministes, Babeuf parle de “ce sexe que la tyrannie des hommes a toujours voulu anéantir, de ce sexe qui n’a jamais été inutile dans les révolutions”. Mais la Révolution française n’a pas voulu accorder aux femmes l’égalité et la liberté prônées par ces voix jacobines ou égalitaires. Les droits de l’homme, comme je l’ai écrit un jour, auraient pu être appelés plutôt les droits des hommes. La démocratie bourgeoise a été une démocratie exclusivement masculine.

   Né de la matrice libérale, le féminisme n’a pas pu être mis à profit pendant le processus capitaliste. C’est maintenant, lorsque la trajectoire historique de la démocratie s’achève, que les femmes acquièrent les droits politiques et juridiques des hommes. Et c’est la révolution russe qui a explicitement et catégoriquement accordé aux femmes l’égalité et la liberté qui, il y a plus d’un siècle, ont été revendiquées en vain par la révolution française de Babeuf et des égalitaristes.

   Mais si la démocratie bourgeoise n’a pas réalisé le féminisme, elle a involontairement créé les conditions et les prémisses morales et matérielles pour sa réalisation. Elle a valorisé les femmes comme un élément productif, comme un facteur économique, en rendant leur travail de plus en plus étendu et intense. Le travail change radicalement la mentalité et l’esprit féminin. Les femmes acquièrent, grâce au travail, une nouvelle notion d’elles-mêmes. Autrefois, la société assignait les femmes au mariage ou au travail subalterne, de subsistance. Aujourd’hui, il les destine avant tout au travail. Ce fait a changé et a amélioré la position des femmes dans la vie. Ceux qui contestent le féminisme et ses progrès avec des arguments sentimentaux ou traditionalistes affirment que les femmes ne devraient être éduquées que pour le foyer. Mais, dans la pratique, cela signifie que les femmes ne devraient être éduquées que pour les rôles féminin et maternel. La défense de la poésie du foyer est, en fait, une défense de la servitude des femmes. Au lieu d’ennoblir et de donner de la dignité au rôle de la femme, elle le diminue et l’affaiblit. La femme est plus qu’une mère et plus qu’une femme, tout comme l’homme est plus qu’un homme.

   Le type de femme qui produit une nouvelle civilisation doit être substantiellement différent du type de femme qui a formé la civilisation qui est maintenant en déclin. Dans un article sur les femmes et la politique, j’ai examiné certains aspects de ce sujet : “les troubadours et les amateurs de frivolité féminine n’ont aucune raison de s’inquiéter. Le genre de femme créé par un siècle de raffinement capitaliste est condamné à se décomposer et à piétiner. Un écrivain italien, Pitigrillo, classe ce type de femme contemporaine comme une sorte de mammifère de luxe.

   “Eh bien, ce mammifère de luxe va progressivement s’épuiser. À mesure que le système collectiviste remplacera le système individualiste, le luxe et l’élégance féminins déclineront. L’humanité perdra quelques mammifères de luxe, mais elle gagnera beaucoup de femmes. Les vêtements de la femme du futur seront moins chers et moins somptueux, mais le statut de cette femme sera plus digne. Et l’axe de la vie féminine passera de l’individu au social. La mode ne consistera plus à imiter une Mme Pompadour moderne habillée par Paquin. Elle consistera, peut-être, en l’imitation d’une Mme Kollontay. Une femme, en somme, coûtera moins cher, mais vaudra plus.

   Le sujet est très vaste. Ce bref article tente seulement de vérifier le caractère des premières manifestations du féminisme au Pérou et de répéter une interprétation très sommaire et rapide de la physionomie et de l’esprit du mouvement féministe mondial. Les hommes sensibles aux grandes émotions de l’époque ne doivent pas et ne peuvent pas se sentir étranges ou indifférents à ce mouvement. La question féminine est une partie de la question humaine. Le féminisme me semble d’ailleurs un sujet plus intéressant et plus historique que la perruque. Alors que le féminisme est la catégorie, la perruque est l’anecdote.

flechesommaire2