Déclaration de la Nouvelle Armée Populaire

Déclaration de la Nouvelle Armée Populaire

Jose Maria Sison

29 mars 1969

Aussi sûrement que le Parti communiste des Philippines est régénéré, réorienté et rétabli sous la direction suprême de la Pensée Mao Zedong, le point culminant du marxisme-léninisme à l’époque actuelle. L’armée populaire de libération que le Parti commande sous sa propre responsabilité, son instrument principal dans la révolution philippine, est également en cours de régénération, de réorientation et de rétablissement sous la direction suprême du marxisme-léninisme-pensée Mao Zedong.

De la même manière que le Parti entreprend un mouvement de rectification dans l’esprit de «tirer les leçons des erreurs passées pour éviter les erreurs futures» et de «guérir la maladie pour sauver le patient», il en va de même de l’armée populaire pour se régénérer correctement, rejeter les dégénérés et collecter du sang neuf pour mener plus fermement et plus vigoureusement les tâches de la révolution démocratique populaire contre l’impérialisme américain, le féodalisme national et le capitalisme bureaucratique.

La Nouvelle Armée Populaire est finalement en train d’émerger après vingt-sept ans de lutte acharnée et de sacrifices dans les intérêts démocratiques du peuple de la part de ceux qui ont persisté dans la lutte armée révolutionnaire. Cette armée peut être fière de ses exploits splendides et du glorieux martyr de ses héros. Elle peut également tirer des leçons amères de l’échec des dirigeants précédents à remporter la révolution ou à préserver une seule base au cours des deux dernières décennies. Elle s’emploie maintenant avec acharnement à intensifier la lutte armée dans un certain nombre de fronts de guérilla et à préparer la réalisation de la révolution agraire comme condition préalable à la création d’une base rouge et d’un régime indépendant armé.

La vérité universelle de la pensée Mao Zedong est maintenant intégrée de manière consciente et approfondie à la pratique concrète de la révolution philippine. Après un processus prolongé de rectification et d’autocritique qui a duré plusieurs années et qui est reflété dans le document de rectification historique intitulé «Rectifiez les erreurs et reconstruisez le parti», le Parti communiste des Philippines a ratifié, dans son Congrès du 26 décembre 1968, le rétablissement de son statut, une nouvelle constitution et un nouveau programme pour une révolution démocratique populaire. Cela afin de donner de nouvelles orientations, celles de la pensée de Mao Zedong, à l’armée populaire et à la conduite de notre lutte armée révolutionnaire.

La constitution et le programme du parti indiquent clairement que la voie de la révolution armée est la seule voie à suivre par le peuple philippin pour se libérer du régime d’exploitation et d’oppression de l’impérialisme américain, du féodalisme et du capitalisme bureaucratique. Cette position fondamentale de notre parti reconnaît le grand rôle de l’armée populaire dans la révolution philippine. La lutte armée étant la principale forme de lutte, l’armée populaire est la principale forme d’organisation de la révolution démocratique populaire.

Comme l’a souligné longtemps le camarade Mao Zedong, “Sans une armée populaire, le peuple n’a rien”. Le Parti communiste des Philippines ou la classe ouvrière philippine ne peuvent ni mener la révolution, ni se battre pour les intérêts du peuple sans l’armée populaire. On ne peut pas non plus former un véritable front uni sans lutte armée et sans l’armée populaire soudant les ouvriers et les paysans. Le peuple et le parti ne peuvent avoir le pouvoir politique qu’en prenant les armes et en disposant d’une véritable armée populaire, pilier de tous les efforts visant à renverser les réactionnaires et à consolider le pouvoir révolutionnaire. Comme l’a dit le camarade Mao Zedong, «le pouvoir est au bout du fusil».

La Nouvelle Armée Populaire

Aujourd’hui, le 29 mars 1969, à l’occasion du vingt-septième anniversaire de la fondation de l’armée populaire, nous avons les meilleures et les plus heureuses raisons de célébrer. Conformément à la rectification, au rétablissement et à la revitalisation du Parti communiste des Philippines sous l’inspiration puissante de l’invincible Pensée Mao Zedong, nous, l’écrasante majorité des commandants et des combattants rouges, sommes convoqués pour formaliser l’adoption de la ligne révolutionnaire prolétarienne du Parti et la Pensée Mao Zedong. Nous annonçons la création de la Nouvelle Armée populaire et approuvons le projet de Règles de base à soumettre au Comité central du Parti, proclamons notre répudiation et notre triomphe irrévocables sur le quartier général bourgeois de l’armée, dominé par la clique rénégate Taruc-Sumulong et exprimons notre détermination résolue à combattre et éliminer tous les vestiges du révisionnisme moderne et de l’opportunisme de droite, en particulier la ligne réactionnaire bourgeoise des Lavas et des Tarucs, qui ont porté atteinte à l’intégrité et au prestige du Parti et de l’armée et entravé pendant si longtemps l’avancée de la révolution démocratique populaire contre l’impérialisme américain, le féodalisme et capitalisme bureaucratique.

Aujourd’hui, nous parlons de la Nouvelle Armée Populaire, car elle relève du commandement unifié de la pensée Mao Zedong et du Parti communiste des Philippines, car elle sert réellement les intérêts fondamentaux du peuple en étant le principal instrument de la révolution agraire que nous devons lancer pour mobiliser les masses de paysans et d’ouvriers agricoles dans le front uni contre l’impérialisme américain, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique, et parce qu’elle a la particularité d’être étroitement liée aux masses populaires en les aidant de toutes les manières possibles.

Notre armée est nouvelle dans deux sens. Elle est nouvelle dans le sens où elle est fondamentalement différent des Forces armées fantoches réactionnaires des Philippines (et de toutes ses forces supplémentaires) qui procèdent à la répression armée du peuple et défendent les classes exploiteuses. Elle est également nouvelle dans le sens où elle a répudié la ligne réactionnaire bourgeoise qui a persisté dans l’armée populaire de la période du Hukbalahap à celle de la clique Taruc-Sumulong et a saboté la lutte armée révolutionnaire pendant assez longtemps.

Le fait que la Nouvelle Armée Populaire soit brillamment nouvelle n’est plus douteux du tout aujourd’hui, dans la mesure où elle est apparue comme le fruit de la lutte interne du Parti, le résultat concret du triomphe de la pensée Mao Zedong et du renversement du quartier général bourgeois dans le parti et l’armée. À la suite de la direction marxiste-léniniste du Parti communiste des Philippines, la Nouvelle Armée Populaire est apparue comme la nouvelle formation de commandants et de combattants rouges qui ont rejeté le siège bourgeois du «commandant» Sumulong et qui ont soutenu la pensée de Mao Zedong contre la ligne pernicieuse réactionnaire bourgeoise des Lavas et des Tarucs.

Au sein du parti, nous, commandants et combattants rouges qui suivons le mouvement des cadres révolutionnaires prolétariens inspirés par la pensée de Mao Zedong, nous sommes libérés des deux sources principales du révisionnisme moderne et de l’opportunisme de droite dans le parti et l’armée.

Une des sources principales est la clique des révisionnistes Lava basée dans les villes, qui s’engage principalement dans la lutte légaliste et parlementaire et dont les principaux dirigeants sont au service du gouvernement réactionnaire bourgeois. Cette clique conçoit le front uni national comme un élément détaché de la lutte armée. Elle parraine une organisation paysanne réformiste qui limite ses activités à l’arbitrage au sein des canaux étroits du gouvernement réactionnaire bourgeois et sabote systématiquement le travail révolutionnaire de l’armée populaire et protège les traîtres, capitulards, escrocs, voleurs de bétail et autres éléments nuisibles.

L’autre source du révisionnisme moderne et de l’opportunisme de droite est la clique Pedro Taruc-Sumulong usurpant le nom du Parti communiste des Philippines et de l’armée de libération populaire (Hukbong Mapagpalaya ng Bayan) pour faire avancer l’égoïsme contre-révolutionnaire bourgeois et féodal à des fins qui ne diffèrent essentiellement pas de celles de la clique révisionniste Lava.

En ce qui concerne la situation actuelle de l’armée, nous devons nous attarder longuement sur la clique Taruc-Sumulong qui, depuis 1964, a officiellement usurpé la direction de toutes les unités de l’armée de libération populaire qui avaient héroïquement persisté dans la lutte armée contre l’ennemi. Bien que nous, la majorité écrasante des commandants et des combattants rouges, ayons déjà renversé cette clique révisionniste renégate à la campagne, nous devons exposer clairement ses crimes anti-partis et contre-révolutionnaires afin de les utiliser comme exemples négatifs face à tous les camarades et au peuple. Le Parti communiste des Philippines et la Nouvelle Armée populaire sont capables de rectifier les erreurs et de se reconstruire comme de véritables instruments de la révolution démocratique populaire contre l’impérialisme américain, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique.

Les crimes de la Clique Taruc-Sumulong

La clique Taruc-Sumulong a délibérément encouragé la persistance de l’idéologie et des activités de bandes rebelles itinérantes à des fins égoïstes bourgeoises et féodales contre-révolutionnaires. Bien qu’elle ait usurpé le nom du parti et de l’armée et même des hauts titres grâce à un système de fausses nominations, elle a carrément adopté un point de vue contre-révolutionnaire sur de nombreux problèmes et questions d’importance fondamentale, en violation flagrante des normes fondamentales d’un parti marxiste-léniniste et de l’armée populaire.

A l’instar des héritiers et des défenseurs de la ligne révisionniste Lava, la clique Taruc-Sumulong n’a jamais jugé nécessaire, au cours de la période 1964-1969, de proposer un nouveau programme et une nouvelle constitution de parti, ainsi que d’autres types de guides pour remplacer les programmes démodés de la période 1946-1951 et ceux qui ont été arbitrairement mis en place par Jesus Lava jusqu’à sa reddition. Les héritiers des Lavas et des Tarucs n’ont jamais tenté d’étudier la vérité universelle du marxisme-léninisme-pensée Mao Zedong et de l’appliquer à la pratique concrète de la révolution philippine. D’autre part, ils l’ont toujours violée.

Malgré ses présomptions de leadership, la clique Taruc-Sumulong a délibérément échoué à donner la direction révolutionnaire correcte à la lutte armée. Elle a complètement fui le principe de la révolution agraire et n’a jamais fait de pas significatif pour avancer dans cette direction. Au lieu de cela, cette clique a simplement utilisé les unités armées de l’armée de libération populaire pour imposer une médiation entre les propriétaires terriens et les paysans. La médiation a été principalement utilisée pour favoriser les propriétaires qui obtiennent ce qu’ils veulent en apportant une contribution financière ou financière au fonds «révolutionnaire». De cette manière, la clique Taruc-Sumulong a tenté criminellement de couper l’armée rouge des masses paysannes. Cette clique a favorisé des perspectives de bande rebelle itinérante par son refus criminel de fonder la croissance et le développement de l’armée populaire sur la lutte des paysans pour la terre et sur la mobilisation des masses.

Cette clique a systématiquement utilisé les unités de l’armée populaire pour exercer davantage de contrainte sur les masses paysannes que sur les propriétaires terriens dont elle préférerait cultiver l’amitié. Elle utilise le raisonnement fragile selon lequel les propriétaires sont nécessaires dans un «front uni», contre l’impérialisme américain uniquement. Mais, confrontée au cas spécifique des pauvres paysans éjectés par les impérialistes américains et leurs chiens errants comme à Concepcion à Tarlac [ville des Philippines] pour céder la place à la gigantesque installation radio de Voice of America, cette clique ordonna à l’armée populaire et aux masses paysannes de s’abstenir de lutter contre l’éjection. Dans de nombreux cas, la clique Taruc-Sumulong a agi pour décourager les actions de protestation de masse et les grèves ouvrières contre les bases militaires américaines pour le motif contre-révolutionnaire selon lequel Angeles City perdrait beaucoup d’activité économique si les impérialistes américains étaient dénoncés et contrariés.

Sans vergogne, cette clique a largement commandé l’utilisation de certaines unités de l’armée rouge en tant que gardes de sécurité pour les champs et les greniers des propriétaires terriens, sous le prétexte fragile d’aider «les paysans à tromper les propriétaires terriens». C’est une orientation complètement fausse dans la révolution car les paysans ne doivent pas se limiter à «tromper» les propriétaires. L’objectif primordial du Parti et de l’armée est de toucher et de mobiliser les paysans au sein d’une force de masse révolutionnaire capable de détruire les piliers du féodalisme.

Les paysans continuent volontairement à soutenir l’armée populaire. En effet, nous, la majorité des commandants et combattants rouges, avons toujours essayé de faire de notre mieux au-delà du contrôle bureaucratique de la clique Taruc-Sumulong pour venir en aide aux masses paysannes. Nous, la majorité des commandants et des combattants rouges, avons toujours maintenu les liens les plus étroits avec les masses paysannes en nous plaçant constamment à leurs côtés contre les propriétaires terriens, les agents armés et les troupes du gouvernement bourgeois réactionnaire et contre des éléments aussi néfastes que les voleurs de bétail, les escrocs et les bandits.

Dans de nombreux domaines, nous avons réussi à réduire les loyers fonciers et les taux d’intérêt au-delà des promesses du Code bourgeois de réforme agraire. Nous avons utilisé nos armes pour réduire les brimades et les abus de la classe des propriétaires et du gouvernement réactionnaire bourgeois en éliminant leurs grands représentants et leurs laquais dans de nombreuses régions où, par conséquent, la population vit dans de meilleures conditions qu’ailleurs. Nous avons également réussi à aider les paysans dans leur travail et leur vie quotidienne.

Mais, chaque fois que les propriétaires s’adressent à la clique Taruc-Sumulong au sujet de différends agraires avec des paysans, les intérêts de ces derniers sont ceux de vendus et, de ce fait, le bon travail de l’armée populaire est saboté. Ainsi, les paysans de certaines régions se fâchent contre le fait qu’ils doivent verser des contributions à une armée dont la direction prend le parti des propriétaires terriens. Les réactionnaires et les réformistes contre-révolutionnaires ont également la possibilité de dénigrer l’armée populaire et de préparer la trahison et le meurtre de combattants rouges sur le terrain, en particulier dans les régions où nous essayons de nous développer pour la première fois.

Dans la grève ouvrière et étudiante du centre de Luçon, la clique Taruc-Sumulong s’est non seulement rangée avec les classes exploiteuses et leurs agents armés, la gendarmerie philippine et la police locale agressant les grévistes, mais elle a également utilisé ses unités armées pour obliger les grévistes et leurs organisations à se plier aux souhaits des exploiteurs. Cela a été fait en échange d’une somme dérisoire.

La capitulation de classe, la collaboration de classe et la trahison de classe ont été poussés à l’extrême par la clique Taruc-Sumulong de plusieurs manières. Politiquement, elle a rencontré les plus grands représentants des classes exploiteuses telles que Marcos, Nepomuceno et Cojuangco. Ses chefs de file se sont faits «camarades» de ces politiciens réactionnaires et ont conclu avec eux des accords de «cessez-le-feu» et de «soutien politique». Cette folie d’embrasser l’ennemi, de collaborer avec des hommes politiques réactionnaires a entraîné la dénonciation et le meurtre de nombreux camarades après les élections de 1965.

Cette trahison de classe n’est rien d’autre qu’un reflet politique du caractère bourgeois et féodal contre-révolutionnaire de la clique Taruc-Sumulong. À cet égard, cette clique a ouvertement répandu la philosophie de la survie parmi les combattants rouges. Elle a récemment ordonné l’arrêt des campagnes lancées par les commandants révolutionnaires pour éliminer les détachements et les agents ennemis dans leurs commandements sur le terrain. Pour faire plaisir aux grands hommes politiques réactionnaires, cette clique a même, pour des raisons financières, ordonné la reddition d’un camarade au gouvernement réactionnaire. Heureusement, cet ordre contre-révolutionnaire visant à livrer un camarade a été contrecarré.

La raison évidente de la politique révisionniste contre-révolutionnaire de «coexistence pacifique» est que l’ennemi a promis de tolérer la possession de terres, les investissements à Angeles et ailleurs, ainsi que les attitudes de gang de la clique Taruc-Sumulong vis à vis d’hommes d’affaires, de propriétaires et des masses paysannes, qui sont toutes sous le contrôle d’un seul homme, le «commandant» Sumulong, au nom du parti et de l’armée. Ce compromis sans principes a toujours été faussement justifié en termes d’économisme. Pourtant, les ressources financières et les biens accumulés par cette clique ont été utilisés de manière extrêmement rapace par les maîtres de la clique et ont été principalement tenus à l’écart du parti et de l’armée.

La clique Taruc-Sumulong a délibérément limité la croissance de l’armée populaire et y a aussi étouffé la vie du Parti afin de maintenir son régime capitaliste et féodal égoïste. Il n’y a pas de centralisme démocratique; il n’y a que le «centralisme» d’un seul gros poisson, le «commandant» Sumulong. Abusant de son régime privé de centralisme sans démocratie, le «commandant» Sumulong a pris, de manière criminelle, des décisions individuelles en ce qui concerne l’exécution de camarades «égarés» et d’autres personnes, le profit de sommes énormes, etc. Sans procédure régulière et pour les raisons les plus fragiles ayant généralement un lien avec la collecte de fonds ou une entreprise commerciale, il a jugé de nombreux camarades dignes de la peine de mort et des meurtres de masse ont en réalité été commis sur ses ordres.

La clique Taruc-Sumulong a été directement responsable du meurtre de davantage camarades et d’autres personnes liées à des activités commerciales douteuses que la lutte armée révolutionnaire contre l’ennemi. Suivant l’ancien style sectaire des dirigeants Jose et Jesus Lava, des cas d ’«opportunisme financier» impliquant des montants minimes ont été inventés pour discréditer et justifier l’exécution massive de camarades qui osent critiquer ou s’opposer à la clique Taruc-Sumulong.

Comme il n’y a absolument aucune démocratie pratiquée par la clique Taruc-Sumulong, puisqu’il n’existe aucun système de comités, aucun système de bulletins politiques, aucun système de rapports et aucune comptabilité des fonds, les maîtres de la clique ont été en mesure de procéder de manière arbitraire, de prendre des décisions, d’abuser de la discipline mécanique de certains camarades et des unités armées et de commettre un opportunisme financier à grande échelle comme en témoigne scandaleusement leur vie luxueuse et corrompue, leurs plusieurs épouses qui dépensent ainsi les fonds du Parti, leurs somptueuses fêtes avec leurs amis et «compagnons» réactionnaires, ainsi que par le fait que des parents proches acquièrent des droits privés sur des biens importants appartenant au Parti et à la population.

Important constamment le style du vagabond et du lumpenprolétariat dans le Parti et l’armée et adoptant une attitude de gangster fasciste ou de petit seigneur de guerre, le “Commandant” Sumulong nomme des hommes de main et des personnages à des postes élevés au sein de son personnel et les mêle à des camarades dévoués, leur administre personnellement des coups et ordonne leur exécution chaque fois qu’ils ne parviennent pas à satisfaire ses exigences financières.

Le «commandant» Sumulong a également utilisé le nom du parti et de l’armée pour pratiquer l’usure parmi ses camarades et parmi la population, à un taux moyen de 50% par mois, pour lui forcer la vente de propriétés au prix qu’il dicte et par la suite. extorquer de l’argent et du grain aux masses. Il a en fait manipulé des unités de l’armée populaire pour mener ses mauvaises pratiques juteuses à la manière d’un gang mafieux. Cet homme, qui a assumé les fonctions de commandant en chef et d’officier des finances nationales de l’armée populaire, est l’une des pires canailles qui se soit infiltrée dans le parti et l’armée. Pedro Taruc doit assumer l’entière responsabilité en tant que principal complice de Sumulong.

En raison de ses intérêts contre-révolutionnaires égoïstes, la clique Taruc-Sumulong craint la construction d’un parti marxiste-léniniste au sein de l’armée de libération populaire. Elle a peur de la démocratie et du recours à la critique et à l’autocritique. Elle craint de voir les cadres et les combattants rouges du Parti élever leur qualité et que le Parti et l’armée se développent sous la direction de la pensée Mao Zedong. Elle a peur d’être exposée, critiquée et répudiée. Ainsi, elle opérerait plutôt comme un syndicat du crime.

Il est maintenant indéniable que la clique Taruc-Sumulong a toujours pratiqué le sectarisme et la politique de la porte fermée. Elle souhaite principalement empêcher l’expansion du Parti et de l’armée et l’émergence d’organisations de masse révolutionnaires afin de garder le contrôle et de maintenir son commandement renégat contre-révolutionnaire et son système d’appropriation privée de la richesse.

Cette clique souhaite dominer le parti et l’armée du centre de Luçon comme s’il s’agissait de son «royaume indépendant». C’est ce qu’il faut faire à un moment où il est urgent de reconstruire le Parti et l’armée en tant que serviteurs intimes et consciencieux du peuple à l’échelle nationale.

Les racines historiques de la Clique Taruc-Sumulong

La ligne réactionnaire bourgeoise portée par la clique Pedro Taruc-Sumulong dans le centre de Luçon a ses racines historiques. Il a la même racine que le révisionnisme contre-révolutionnaire et l’opportunisme de droite de la clique Lava. C’est simplement une branche de la longue ligne d’opportunisme de droite qui a traversé l’histoire du Parti et qui a retardé la croissance du Parti et de l’armée et a porté préjudice à la progression constante de la révolution.

Elle est directement liée à la ligne opportuniste de droite des Lavas au sein du Parti Communiste des Philippines au cours des trente-quatre dernières années. Elle est immédiatement liée à cette ligne réactionnaire bourgeoise menée par Jesus Lava qui, déjà isolé des masses populaires, des masses des membres du Parti et des masses des combattants révolutionnaires, se préparant déjà à se rendre à l’ennemi après avoir échoué à obtenir l’aide des partis frères pour qu’il s’échappe du pays, a nominé et pris des décisions unilatéralement qui ont favorisé ses proches parents ainsi que son complice dans la contre-révolution, Pedro Taruc, qui à son tour a nommé son proche parent, le « commandant » Sumulong, comme commandant en chef et officier des finances nationales de l’armée de libération populaire.

Juste avant de se rendre à Macapagal par l’intermédiaire de l’officier médecin du système de sécurité sociale, Jesus Lava s’est donné le titre de président du parti et a nommé un certain nombre de secrétaires pour former le secrétariat du parti. Indépendamment des autres secrétaires qui se trouvaient tous à Manille, Pedro Taruc a pris ses propres décisions et nominations individuelles, parmi lesquelles le maintien du « commandant » Sumulong en tant que chef militaire et financier de la clique Taruc-Sumulong. Sumulong a été nommé à son poste malgré le fait que les poursuites engagées contre lui par le Parti en 1963 pour malversation et viol n’avaient jamais été dûment traitées.

Il est possible de dénoncer et de corriger les erreurs commises dans le Parti et dans l’armée de libération populaire, car nous, la majorité des membres du Parti et des combattants rouges, sommes restés fidèles au Parti et à la révolution philippine. Le parti et l’armée ont persisté dans les conditions les plus difficiles, car parmi les masses du parti et des combattants rouges, la majorité est restée fidèle aux intérêts des masses laborieuses et a toujours adopté la ligne de masse.

La clique Taruc-Sumulong, qui a usurpé le commandement du parti et de l’armée dans le centre de Luzon, a longtemps constitué un obstacle à l’avancement de la révolution et un lourd fardeau pour les masses populaires. Ses crimes ont été utilisés par l’ennemi pour discréditer le Parti et l’armée populaire. Cette clique a perpétré les crimes les plus graves au sein et à l’extérieur du parti et de l’armée. Il est donc préférable que le parti et l’armée procèdent à un mouvement de rectification, idéologique, politique et organisationnel, afin de purger le parti et son armée et de les rendre de plus en plus des serviteurs des masses.

Les camarades passifs ou qui refusent l’appel à la rectification ne risquent que de se mettre en danger, car si les mauvaises pratiques de la clique Taruc-Sumulong ne sont pas répudiées maintenant, les réactionnaires peuvent les utiliser pour isoler le Parti et l’armée populaire. Le Parti Communiste des Philippines et la Nouvelle Armée Populaire ne peuvent mener à bien les tâches de la révolution sans se lancer dans la critique et l’autocritique, sans s’engager dans un mouvement de rectification et sans clarifier leurs tâches révolutionnaires, sans inciter le peuple à se sentir libre de dire ce qu’il pense et ce qu’il attend d’être fait. Certes, tous les crimes particuliers de la clique Taruc-Sumulong ne peuvent être inclus dans ce document. Seul le jeu complet d’une campagne de rectification parmi les membres du parti et les combattants rouges peut les dévoiler le plus amplement et ouvrir la voie à la ligne révolutionnaire prolétarienne de la pensée Mao Zedong.

Cependant, pour être plus profond et pour le plus grand bénéfice du Parti et de la Nouvelle Armée Populaire, le mouvement de rectification devrait englober non seulement les torts commis par la clique Taruc-Sumulong, mais aussi toute l’histoire du Parti Communiste des Philippines. Avec un tel champ de critique, les camarades comprendront parfaitement pourquoi le phénomène de la clique Taruc-Sumulong s’est produit et pourquoi, par exemple, beaucoup de ceux qui sont entrés dans le Parti et dans l’armée à différents stades sont devenus passifs, apeurés et réticents à accomplir les tâches de la révolution ou ont fait demi-tour uniquement pour attaquer le Parti et l’armée en tant que contre-révolutionnaires.

Pour comprendre le présent comme quelque chose qui se développe dans le futur, avec l’avancée des vrais révolutionnaires prolétariens et le rejet des tenants de la voie capitaliste dégénérés dans l’histoire, il est nécessaire de connaître le passé qui a occasionné certains torts et certaines faiblesses et qui a aussi amené ce qui est bon et fort en nous aujourd’hui. Une compréhension de l’ensemble de l’histoire du parti est nécessaire, en particulier parce que la plupart des membres du parti et des combattants rouges qui travaillent activement pour le succès de la révolution philippine constituent littéralement une nouvelle génération. Il est extrêmement important que nous tirions parti des leçons du passé et des expériences positives et négatives d’anciens camarades qui constituent actuellement une minorité au sein du Parti et de l’armée.

Nous décrivons ci-dessous brièvement les principales étapes du développement du Parti et de l’armée, en portant un intérêt particulier à cette dernière et en mettant un accent particulier sur les causes des échecs. Pour avoir une vue d’ensemble de l’histoire du Parti, il est indispensable que les camarades adoptent ce document, ainsi que le document plus détaillé “Rectifier les erreurs et reconstruire le parti”, publié précédemment par le Parti.

1. La période précédant l’établissement du Hukbo ng Bayan Laban sa Hapon.

Pendant douze longues années après son établissement officiel le 7 novembre 1930, le Parti Communiste des Philippines n’a pas réussi à créer une armée populaire pour lutter contre le régime colonial américain, puis le gouvernement fantoche des compardors-propriétaires terriens de Quezon et ses maîtres impérialistes. Sans armée populaire, le parti était sans défense.

Quelques mois après sa fondation publique, des mesures répressives ont été prises par les impérialistes américains et les responsables fantoches contre le parti. En 1932, le gouvernement réactionnaire déclara officiellement illégale le parti et toutes les organisations de masse qui lui étaient associées et tous les principaux dirigeants du Parti furent condamnés, emprisonnés et bannis dans diverses régions du pays.

Même si le parti avait été déclaré complètement illégal, la direction du Parti n’avait toujours pas reconnu l’importance de la construction du Parti et de l’armée parmi les paysans de la campagne. Au cours de la décennie des années trente, d’autres organisations ont mené avec plus de vigueur l’agitation en faveur de l’indépendance et la réforme agraire.

En 1937, le Parti fut à nouveau autorisé à exercer ses activités légalement en accord avec le Front populaire antifasciste et en 1938, une fusion du Parti Communiste des Philippines et du Parti Socialiste fut réalisée sous l’influence de la direction opportuniste de droite d’Earl Browder dans le Parti Communiste des Etats-Unis. Les dirigeants du parti ont continué à se concentrer sur le travail légal dans la ville et aucune préparation armée n’a été entreprise à la campagne contre l’invasion japonaise imminente.

Seules des campagnes de boycott volontaire de produits japonais ont été menées par le mouvement syndical sous la direction du président du CPP, Crisanto Evangelista. Les cadres du Parti Socialiste ont continué à s’engager dans une agitation purement légale et réformiste. À cette époque, les membres du Parti d’orientation petite-bourgeoise qui s’étaient démarqués dans la défense des libertés civiles et dont le représentant principal était M. Vicente Lava ont commencé à acquérir une influence principale au sein du parti.

2. La période du Hukbo ng Bayan Laban sa Hapon

L’armée populaire sous la forme du Hukbalahap a été créée sous la direction du parti le 29 mars 1942 au centre de Luzon. Depuis lors, confirmant ce que le camarade Mao Zedong a dit, que le pouvoir politique est au bout du fusil, le Parti et le peuple ont acquis un pouvoir et un prestige sans précédent dans le centre de Luçon.

En un an de guerre de guérilla, l’armée populaire est passée d’une force réduite à une grande force. Sa force a rapidement augmenté à mesure que les paysans se rassemblaient autour de lui dans des conditions aussi favorables que l’évacuation des impérialistes américains et du gouvernement du Commonwealth des Philippines, la désintégration du pouvoir des propriétaires terriens à la campagne et le besoin manifeste du peuple de prendre les armes contre les fascistes japonais.

Mais après le raid japonais sur le Mt. Arayat, une base de l’armée populaire au début du mois de mars 1943, la direction du Parti de l’opportuniste de droite Vicente Lava, fut envahie par le pessimisme et adopta la politique erronée de « retraite défensive » qui était une ligne militaire passive impliquant la dissolution d’unités armées et la prévention des offensives tactiques contre l’ennemi.

Le commandement Lava a également émis des doutes sérieux quant à la capacité de la classe ouvrière à diriger dans des conditions de chaos du mouvement syndical en ville. Il n’a pas reconnu que le Parti Communiste des Philippines, comme le détachement le plus avancé de la classe ouvrière, était déjà à la campagne pour diriger les masses paysannes.

La politique de « retraite défensive » ne fut rectifiée qu’en septembre 1944, alors que les forces militaires américaines et leurs forces fantoches commençaient déjà à lancer leur propre offensive. En raison de cette politique opportuniste de droite, qui couvrait plus de la moitié des trois années d’occupation japonaise, l’armée rouge avait perdu l’opportunité de constituer des forces de combat plus importantes et de se développer aussi rapidement qu’elle aurait dû même au-delà du centre de Luçon. À l’échelle nationale, le Parti et l’armée n’ont pas réussi à s’emparer du leadership dans la lutte armée antifasciste.

Le projet d’envoyer des cadres dans d’autres parties de l’archipel pour développer la lutte armée avait déjà été annulé dès 1942. Ainsi, le développement de la lutte armée sous la direction du Parti s’est limité au centre de Luçon et à une petite partie du sud du Tagalog. En outre, la direction du parti n’a pas utilisé la révolution agraire comme base de sa force dans des zones détenues par l’armée populaire. Il a également échoué de manière flagrante à exposer l’impérialisme américain comme un ennemi. Il a complètement échoué dans la mise en œuvre de la politique de l’Internationale Communiste consistant à utiliser la lutte antifasciste comme une occasion d’établir un gouvernement démocratique populaire.

3. La période de la ligne « Paix Démocratique »

Alors que les forces impérialistes et fantoches américaines avançaient, la direction du Parti restait principalement influencée par l’opportunisme de droite de Vicente Lava et Luis Taruc s’appuyait sur le message d’agents américains qui les avaient contactés pour leur permettre de participer à la vie parlementaire et à la reconstruction économique du pays.

Les dirigeants du parti passèrent à des opportunistes plus à droite, comme Pedro Castro et Jorge Frianeza, qui prônaient un parti de masse ouvert et légal à la manière des partis bourgeois et poursuivaient la ligne séparant le fusil des combattants rouges. La direction du parti n’a pas reconnu que les impérialistes américains et les propriétaires terriens désorganisaient systématiquement l’armée populaire pour renforcer la contre-révolution armée et réaffirmer son contrôle sur l’ensemble de la campagne et du pays.

Des crimes atroces avaient été commis par les impérialistes américains et leurs marionnettes contre le Hukbalahap et les masses. Des «escadrons» entiers du Hukbalahap ont été massacrés ou, comme dans le cas du Banal Regiment, ont été achetés avec de l’argent américain. Les dirigeants de Hukbalahap ont rapidement été arrêtés et assassinés ou emprisonnés par les impérialistes américains et leurs marionnettes. En dépit de ces actes pervers de l’ennemi, les opportunistes de droite ont créé la Ligue des anciens combattants Huk et le Pambansang Kaisahan nga Magbubukid afin de supplanter les Hukbalahap et le Barrio United Defence Corps (BUDC).

Fidèle à sa ligne opportuniste de droite, la direction du parti déplaça son siège de la campagne à la ville, lança l’Alliance démocratique qui était dominée par des personnalités bourgeoises et se livrait au jeu électoral bourgeois pour découvrir quand il était trop tard que les impérialistes américains, la bourgeoisie compradore, les propriétaires terriens et les capitalistes bureaucratiques violeraient leurs propres règles parlementaires pour obtenir ce qu’ils voulaient, tels que le Bell Trade Act, la modification de la parité et d’autres mesures pour les impérialistes et les propriétaires.

Au cours de la période de «paix démocratique», les réactionnaires ont pu se réinstaller au pouvoir dans tout le pays en utilisant sans hésiter leurs armes pour réprimer la population, comme dans les régions du centre de Luçon et du sud Tagalog.

4. Reprise de la Lutte Armée et Aventurisme Militaire

En raison de l’éviction des membres du Congrès soutenus par le Parti de leur siège au Parlement, de l’assassinat de dirigeants révolutionnaires, de combattants rouges et de gens ordinaires, et de la juste clameur du peuple pour la reprise de la lutte armée, les dirigeants opportunistes de droite ont été renversés et le parti a décidé de lancer la lutte armée en 1948.

Mais aucun mouvement de rectification suffisant n’ayant été opéré en dehors de la répudiation organisationnelle des opportunistes de droite, les dirigeants tels Jose Lava qui tentèrent de reprendre la lutte armée ne parvinrent pas à définir correctement le fondement idéologique, politique et organisationnel d’une guerre populaire prolongée. Alors même que le parti était déjà déterminé à mener une lutte armée, l’opportuniste de droite Luis Taruc, commandant en chef de l’armée de libération populaire, fut autorisé à négocier la reddition et le désarmement de l’armée populaire la même année de 1948.

Adoptant une attitude dogmatique et sectaire, comme le démontraient clairement ses résolutions du Bureau Politique en 1950, les dirigeants tels Jose Lava adoptèrent la ligne impétueuse petite-bourgeoise de victoire militaire en seulement deux ans, qui sous-estimait l’ennemi et surestimait les forces révolutionnaires. C’était une violation complète du principe stratégique de Mao Zedong d’une guerre populaire prolongée. Il s’agissait simplement d’une conclusion subjective, fondée sur des possibilités extérieures telles que la troisième guerre mondiale, l’effondrement absolu de l’économie américaine et la scission violente entre les factions politiques locales du pays, qui devaient se produire d’ici deux ans.

La ligne de victoire militaire putschiste en deux ans a surmené les forces révolutionnaires limitées, les a fait sauter par-dessus des zones instables au lieu de progresser vague après vague, et a entraîné l’imposition de règles de guerre bourgeoises et de sanctions sectaires aux cadres, combattants et masses surmenés. Plus le parti et les dirigeants de l’armée brandissaient le drapeau odieux du commandisme, plus le parti et l’armée se trouvaient isolés des masses contre lesquelles des exactions étaient commises. Ces exactions sectaires ont été largement répétées par des soldats réactionnaires déguisés en civils et ont été imputés au parti et à l’armée, isolant ainsi davantage le parti et l’armée des masses.

La direction opportuniste «de gauche» de José Lava (Au Bureau Politique-In et au Secrétariat) a été isolée dans la ville d’où elle dictait ses ordres d’aventuristes. Il avait un sous-commandement sous Jesus Lava (le soi-disant Bureau Politique-Out) qui était également isolé dans une base physique, pas une base politique, dans les forteresses de la Sierra Madre de Laguna, loin des forces militaires principales dans les plaines du Luçon Central.

Après les raids menés par l’armée populaire en mars et en août 1950, la direction de Jose Lava fut rapidement brisée par quelques contre-attaques ennemies telles que la prise totale du siège central du Parti dans la ville, l’encerclement massif de la Sierra Madre, la coupe des lignes de ravitaillement et de communication trop étendues, l’imitation par l’ennemi à grande échelle des activités sectaires ignobles d’un grand nombre d’unités de l’armée rouge et une forte infiltration du siège du Parti par l’ennemi en raison d’une politique de recrutement libérale dans la ville.

La direction de Jose Lava était criminellement responsable de la destruction presque totale de l’armée populaire en l’espace de deux ans et du sacrifice le plus injustifié de la vie des cadres du parti et des combattants rouges dans toute l’histoire du Parti communiste du Philippines.

5. La Période des Défaites Militaires

Après que l’ennemi eut démoli la direction de Jose Lava, Jesus Lava assuma la direction du parti et, avec Casto Alejandrino en tant que commandant en chef, poursuivit la ligne opportuniste et sectaire «de gauche» de son frère. Imputant l’échec de la direction de Jose Lava à la simple négligence et aux erreurs tactiques de certains camarades et à un simple accident, Jesus Lava a poussé plus loin la ligne de son frère et n’a pas réussi à lancer un mouvement de rectification pourtant nécessaire.

Révélant son ignorance totale de la théorie de la guerre populaire, la direction de Jesus Lava affirma que l’étape stratégique dans laquelle se trouvait l’armée de libération populaire depuis 1949 n’était ni la défense stratégique ni l’offensive stratégique, mais ce qu’elle confondait avec la “contre-offensive stratégique”.

La conférence du Comité central de février-mars 1951, qui a élevé Jesus Lava au rang de secrétaire général, n’a révélé aucune erreur idéologique, politique et organisationnelle fondamentale dans la direction précédente. Jesus Lava était plus préoccupé par faire ses manoeuvres contre le renégat, tout aussi carriériste, Luis Taruc, pour assumer la direction du parti.

Profitant des défaites subies par l’armée populaire, Luis Taruc et sa clique ont avancé la ligne opportuniste de droite dans la recherche de négociations de paix avec l’ennemi. Cette ligne capitulationniste eut des résultats désastreux dans la mesure où elle encouragea de nombreux soldats à se rendre, même dans les zones où l’armée populaire était encore forte. En 1954, Luis Taruc, le traître et le scélérat, se rendit à l’ennemi sous les auspices de la Central Intelligence Agency Américaine.

Alors que l’ennemi a lancé une série de campagnes massives d’encerclement et de répression au cours de la période de 1951, le parti et l’armée ont été fortement divisés entre deux factions et la direction de Jesus Lava n’a pas réussi à confier à la direction une unité idéologique, politique et organisationnelle pour une guerre populaire prolongée.

Les relations entre le parti et l’armée d’un côté et le peuple de l’autre, entre les responsables du parti et les officiers de l’armée d’un côté et les soldats de l’autre et entre les soldats se détérioraient sans relâche. La direction de Jesus Lava n’a pas réussi à saisir la ligne de masse, n’a pas réussi à vaincre et a même accru les dures activités sectaires de la précédente direction et a continué à propager un point de vue purement militaire.

6. La réémergence de l’opportunisme de droite et de la fuite systématique

En 1955, les dirigeants tels Jesus Lava étaient submergés par le pessimisme suscité par la lutte armée, du fait de ses défaites militaires incessantes et de son isolement des masses. Son dogmatisme, son opportunisme «de gauche» et son sectarisme se sont facilement inversés en empirisme et opportunisme de droite.

À la suite de défaites militaires continues, ces dirigeants ont par la suite adopté la ligne de la lutte parlementaire et se sont efforcés de dissoudre les unités armées de l’armée populaire auxquelles ils avaient accès et de les convertir en «brigades organisationnelles». Alors que Jesus Lava lui-même s’apprêtait à abandonner la lutte armée et la campagne, il a dissous sa propre unité de sécurité.

Pendant cette période, les renégats révisionnistes de Khrouchtchev en l’Union soviétique menaient déjà une campagne mondiale en faveur de la «voie parlementaire» et de la «transition pacifique». En 1958, Lava prend son envol en provenance de la campagne et commence sa carrière de «secrétaire général» dans son bureau urbain isolé à partir duquel il publie des transmissions et des directives politiques sans bénéficier de discussions collectives ni d’expérience concrète. Cette fuite systématique a été imitée par les autres principaux dirigeants du Parti, notamment par le commandant en chef de l’armée populaire, Casto Alejandrino.

Mais même les efforts du parti dans la lutte parlementaire ne portèrent pas directement leurs fruits. Dans l’agitation politique, les dirigeants tels Jesus Lava se rangèrent derrière les dirigeants de la bourgeoisie nationale et de la petite bourgeoisie urbaine, dont les efforts indépendants avaient permis de faire avancer la ligne anti-impérialiste. Ce qui a le plus handicapé le Parti au cours de cette période, c’est la décision prise par un seul homme, prise par Jesus Lava, selon laquelle le parti doit appliquer la politique du «fichier unique».

C’est du liquidationisme pur et simple, qui détruit la vie collective du parti. La grande majorité des membres du Parti sont devenus déconnectés et passifs car ils ont facilement été coupés de leur «fichier unique» en raison de l’arrestation d’un seul membre du parti, de la passivité et de l’opportunisme croissants des autres, ou de la rareté des contacts. Ce n’est qu’en 1960 que de nouveaux membres du Parti, sur les fronts légal et illégal de la lutte, ont émergé pour revigorer le Parti et l’armée.

Poursuivant sa politique de voleur, Jesus Lava chercha vainement à quitter le pays. Après avoir échoué, il tenta de cajoler le président Macapagal avec plusieurs lettres d’appui à sa politique bourgeoise et finit par lui écrire une lettre de trahison lui proposant de se rendre. Avant sa «capture» par l’ennemi en 1964, il avait seul procédé à des nominations à la direction du parti.

Ces nominations étaient caractérisées par le népotisme, à peine camouflé par la nomination de Pedro Taruc en tant que «secrétaire des paysans». Les autres personnes nommées au secrétariat du parti étaient des parents proches de Lava qui n’avaient encore jamais excellé dans le travail du parti ou dans la masse.

7. L’Ascendance de la Pensée Mao Zedong dans le Parti et l’Armée

La ligne opportuniste de droite de la direction de Jesus Lava a entraîné deux tendances dégénérées et contre-révolutionnaires. Feignant d’avoir perdu le contact avec l’armée populaire et les cadres du Parti dirigés par Pedro Taruc, les héritiers de la clique des renégats révisionnistes de Lava se sont vu soutenu par la clique des renégats révisionnistes soviétiques. Ils ont tenu une conférence en avril 1968 pour perpétuer la “noble lignée” des Lavas et mettre formellement en avant une ligne qui s’opposait à ceux engagés dans la lutte armée, qui acceptait la direction du gouvernement réactionnaire sur la question de la réforme agraire, qui opposait le front uni avec la lutte armée et qui répétait l’erreur de laisser des personnalités bourgeoises assumer la direction dans ce qu’elles conçoivent comme une organisation officielle du front uni.

Simultanément, feignant également la perte de contact avec les renégats révisionnistes urbains locaux, le clan Taruc-Sumulong ont défini une zone limitée dans le centre de Luçon comme leur propre “royaume” indépendant et ont présenté leur propre ligne d’opportunisme de droite et de trahison révisionniste dans les campagnes, comme expliqué précédemment. Pedro Taruc, agissant seul, a commis le crime grave de nommer Sumulong au poste de commandant en chef de l’armée populaire et également d’officier des finances nationales, alors que ce dernièr faisait toujours face aux graves accusations de malversation et de corruption portées contre lui en 1963.

S’il existe un quartier général bourgeois au sein du Parti et de l’armée, ainsi que des factions au sein de ce même quartier général bourgeois, la ligne contre-révolutionnaire qu’il avance sera contrecarrée par une ligne révolutionnaire proposée par le quartier général révolutionnaire prolétarien au sein du même Parti et de la même armée. Au cours des années 1964 jusqu’à nos jours, lorsque les décisions prises individuellement par le renégat Jesus Lava et la nomination de celui-ci semaient la confusion au sein du Parti, les défenseurs de la Pensée Mao Zedong dirigés par le camarade Amado Guerrero se sont levés pour critiquer et répudier le révisionnisme moderne et la ligne réactionnaire bourgeoise des Lavas et des Tarucs et a ainsi préparé la voie du rétablissement et de la reconstruction du Parti Communiste des Philippines sous la direction suprême de la Pensée Mao Zedong.

Au même moment, au sein de l’armée populaire, le camarade Dante avec le regretté camarade Delio luttaient avec acharnement pour engager d’autres commandants et combattants rouges sur la voie de la révolution, continuait de mener une lutte armée de la manière la plus militante et renforçait l’esprit révolutionnaire de servir le peuple et faire en sorte que les combattants rouges se mêlent au peuple, comme un poisson dans l’eau.

Aujourd’hui, les efforts de l’écrasante majorité des commandants et combattants rouges dirigés par le camarade Dante, toujours fidèles à la révolution démocratique populaire et à la Pensée Mao Zedong, se sont couronnés par la transformation de l’ancien Hukbong Mapagpalaya ng Bayan (Armée de Libération du Peuple) en Nouvelle Armée Populaire sous le commandement suprême de la Pensée Mao Zedong et du Parti Communiste des Philippines.

Les Tâches Principales de la Nouvelle Armée Populaire

En vertu du principe marxiste-léniniste selon lequel le parti commande le fusil, la Nouvelle Armée Populaire suit la direction absolue du Parti Communiste des Philippines et le commandement suprême de la pensée Mao Zedong.

La Nouvelle Armée Populaire est un instrument de la mise en œuvre du Programme du Parti pour une Révolution Démocratique Populaire. C’est en fait la principale organisation sous le commandement du Parti Communiste des Philippines, une organisation qui mène la principale forme de lutte, la lutte armée, dans la révolution démocratique populaire.

Les tâches de la Nouvelle Armée Populaire sont décrites de manière détaillée dans le Programme du Parti pour une Révolution Démocratique Populaire. Les programmes généraux et spécifiques y sont énoncés. Mais, d’une autre manière, nous décrivons ci-dessous ses tâches urgentes:

1. La Nouvelle Armée Populaire doit s’engager dans la Reconstruction du Parti.

C’est en propageant la pensée Mao Zedong dans l’armée populaire et parmi les masses, en l’appliquant à la pratique révolutionnaire et en organisant des sections et des comités du Parti à l’intérieur et à l’extérieur de l’armée, que la Nouvelle Armée Populaire entreprend la reconstruction du Parti. La Nouvelle Armée Populaire n’est pas seulement une force de combat, c’est aussi une force de propagande et d’organisation.

Elle doit propager et appliquer la pensée Mao Zedong comme le développement le plus élevé du marxisme-léninisme de l’époque actuelle. Ses cadres, ses commandants et ses combattants doivent tous s’imprégner de la pensée Mao Zedong en suivant des cours sous la direction de l’École Révolutionnaire de la Pensée Mao Zedong, relevant du département politique de l’armée et du responsable politique nommé par le Parti pour superviser l’esprit du Parti et l’éducation politique dans chaque unité armée rouge.

Tous les cadres du parti dans l’armée, les commandants et les combattants devront à leur tour effectuer une mobilisation idéologique des masses sous la direction de la pensée Mao Zedong et veiller à ce que les éléments les plus avancés parmi les masses, comme parmi les combattants rouges, soient recruter en tant que membres du Parti Communiste des Philippines dans le cadre de la lutte de masse. Tous les problèmes quotidiens du parti, de l’armée et des masses, qu’ils soient politiques, de lutte armée, de culture et du travail économique doivent être résolus en appliquant la vérité universelle de la pensée Mao Zedong.

En tant que force organisée, la Nouvelle Armée Populaire doit veiller à ce que soient mise en place des sections du Parti au niveau des compagnies, des groupes du Parti dans chaque escadron et des comités du Parti à tous les niveaux depuis le niveau de compagnie. En tant que force organisatrice, elle doit établir des sections du Parti et des comités locaux du Parti parmi le peuple. La Nouvelle Armée Populaire doit toujours être consciente du fait que le Parti Communiste des Philippines est au cœur du mouvement de masse révolutionnaire.

En s’inspirant de la pensée Mao Zedong, la Nouvelle Armée Populaire est inspirée par l’esprit de servir le peuple et de renier l’égoïsme. Elle rejette le révisionnisme moderne et le subjectivisme sous sa forme empiriste ou dogmatique, l’opportunisme de droite et de «gauche», le sectarisme et le libéralisme, le commandisme et le suivisme ainsi que toutes les autres faiblesses et erreurs qui ont entravé l’avancée de la révolution démocratique populaire. La pensée Mao Zedong est l’instrument le plus précis pour corriger et éliminer toutes les faiblesses et la ligne réactionnaire bourgeoise des Lavas et des Tarucs et toutes les autres sources d’erreur perverse du mouvement révolutionnaire philippin.

La Nouvelle Armée Populaire a une discipline de fer consciente. Elle suit le principe du centralisme démocratique. Le centralisme est essentiellement le commandement suprême de la pensée Mao Zedong. À la base, la soumission de la minorité à la majorité, de l’organe inférieur à l’organe supérieur et de l’individu au Parti. Tous les combattants rouges doivent pleinement jouir de la démocratie en interne et servir de moyen d’application pratique et concrète de la pensée Mao Zedong. La critique et l’autocritique doivent pleinement jouer son rôle afin d’accroître l’efficacité politique et le combat de la Nouvelle Armée Populaire.

Il doit y avoir une démocratie politique dans la Nouvelle Armée Populaire, les soldats ayant le droit de se réunir et de s’exprimer librement sur tout sujet ou problème louable auquel ils sont confrontés.

Il doit y exister une démocratie économique, tous les officiers et hommes jouissant de conditions matérielles égales, telles les indemnités et les rations, les hommes ayant le droit d’élire des représentants pour aider les dirigeants des compagnies à gérer leurs conditions matérielles et tous les officiers et hommes ayant le droit de consulter les livres de comptes à tout moment.

Il y aura aussi une démocratie militaire, les officiers enseignant les soldats, les soldats enseignant les officiers et les soldats apprenant les uns des autres en ce qui concerne les plans, méthodes et techniques de combat militaires. Dans la mesure du possible, des réunions doivent être organisées avant et après les combats afin d’accroître les connaissances et l’efficacité du combat.

Les pratiques bourgeoises et féodales entre officiers et hommes, telles que le harcèlement moral, sont absolument interdites. Les meilleures relations doivent donc être développées entre officiers et hommes au sein de l’armée, de sorte que l’armée dans son ensemble soit toujours orientée vers le maintien et le développement des meilleures relations avec les masses.

Les officiers et les hommes de la Nouvelle Armée Populaire sont strictement liés par les Trois Règles de Discipline et les Huit Points d’Attention du camarade Mao Zedong et s’efforceront toujours de servir le peuple, en plus de bien s’acquitter de leurs tâches de combat.

2. La Nouvelle Armée Populaire doit mener à bien la révolution agraire, construire des bases rurales et faire progresser la lutte armée.

Puisque la révolution démocratique populaire est essentiellement une guerre paysane sous la direction de la classe ouvrière et du Parti Communiste des Philippines, et que la lutte des paysans pour la terre est le principal aspect de la révolution démocratique populaire, la Nouvelle Armée populaire doit lancer une révolution agraire et mobiliser les masses paysannes, la grande majorité du peuple philippin, pour la révolution démocratique populaire.

Une révolution est une entreprise de masse et la Nouvelle Armée Populaire en tant qu’armée révolutionnaire doit compter sur les masses pour augmenter sa force de combat, se préserver, gagner des batailles, gagner toute la guerre et consolider le pouvoir gagné.

Ce n’est que par la révolution agraire que les bases rurales pourront être créées en tant que grandes bases arrières pour l’émergence de nouvelles bases rurales et de davantage de zones de guérilla et que les masses populaires seront mobilisées contre l’impérialisme américain, la grande bourgeoisie comprador, la classe des propriétaires terriens et les bureaucrate capitaliste. Ce n’est que par la destruction de la base féodale de l’impérialisme américain aux Philippines que la révolution démocratique populaire pourra être gagnée contre l’impérialisme américain, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique.

Ce n’est qu’en disposant de bases stables que la Nouvelle Armée Populaire pourra mener une guerre populaire prolongée. À partir de ces bases stables, elle pourra avancer vague après vague contre l’ennemi. En construisant des bases stables pour encercler la ville, le plus grand cimetière des forces ennemies sera ainsi créé. C’est ici, dans les campagnes, que l’ennemi est contraint de se disperser, vers où il sera attirer et détruit pièce par pièce au cours d’une longue période. C’est ici, dans les campagnes, que l’ennemi sera épuisé et vaincu avant que les forces principales de la Nouvelle Armée Populaire ne défilent dans les villes pour finalement prendre le pouvoir avec l’aide des ouvriers participant à une grève générale ou à un soulèvement général, avec la petite bourgeoisie urbaine.

Il est maintenant urgent que la Nouvelle Armée Populaire établisse un régime armé indépendant dans les campagnes sur la base de la révolution agraire. Le régime armé indépendant deviendra le centre d’une vague de zones de guérilla en expansion constante dans tout le pays. Tous les commandants et combattants doivent étudier avec les cadres du parti comment élever une zone de guérilla au un niveau de base.

La Nouvelle Armée Populaire doit établir ses principales forces de combat à Luçon pour vaincre les forces ennemies concentrées à Luçon et dans la région métropolitaine de Manille, ainsi que des grandes forces à certains points des Visayas et de Mindanao pour contraindre l’ennemi à disperser ses forces à grands frais à travers l’archipel. Nous devons disperser l’ennemi de deux manières: premièrement, dans toute les campagnes et, deuxièmement, dans tout l’archipel. Ensuite, nous pourrons le détruire pièce par pièce. À cette fin, de grandes bases rurales doivent être créées à Luzon, dans les Visayas et à Mindanao. L’expansion à l’échelle nationale du Parti et de l’armée doit être faite à la lumière de cette considération.

Pour mener à bien la lutte armée, la Nouvelle Armée Populaire devra développer quatre types d’unités armées: les forces mobiles régulières, les unités de guérilla, les milices ou corps d’autodéfense et les partisans urbains armés. La Nouvelle Armée Populaire doit tirer les leçons des expériences des Chinois et des Vietnamiens dans la conduite de la guerre populaire et doit être formée à l’utilisation de méthodes de combat et de techniques militaires anciennes et nouvelles.

En plus de développer l’adresse au tir avec divers types de fusils, la Nouvelle Armée Populaire doit s’entraîner aux opérations de nuit, à la baïonnette, à l’utilisation de mines antipersonnel, au tir au mortier, à la guerre des tunnels, etc. Elle doit également être capable de maîtriser toutes les méthodes de lutte indigènes connues des travailleurs, des pêcheurs, des paysans et des minorités nationales.

En se développant, la Nouvelle Armée Populaire doit être guidée par le principe d’autosuffisance. Tant qu’elle est étroitement liée aux masses populaires et bénéficie de leur soutien, la Nouvelle Armée Populaire trouvera ses efforts suffisants pour mener une lutte armée prolongée. Les comités du parti dans l’armée et dans les zones locales doivent s’unir étroitement pour mener à bien les tâches de la révolution démocratique populaire.

3. La Nouvelle Armée Populaire doit construire le Front Uni National.

La Nouvelle Armée Populaire doit construire le Front Uni National en défendant et en suivant les instances dirigeantes du Parti Communiste des Philippines, en soudant ensemble par la lutte armée les ouvriers et les paysans dont l’alliance sert de base au Front Uni National et en attirant la petite bourgeoisie urbaine et la bourgeoisie nationale dans le giron de la révolution démocratique populaire.

En raison du caractère antinational, antidémocratique et corrompu de l’État qu’il cherche à détruire et à remplacer, la Nouvelle Armée Populaire peut facilement attirer la petite bourgeoisie urbaine qui se joindra inévitablement aux rangs des exploités, tant par les sentiments que par les conditions matérielles alors que la crise s’aggrave. Parce que la Nouvelle Armée Populaire doit confisquer les biens impérialistes et priver les impérialistes de marchés en province, la bourgeoisie nationale et tous les petits hommes d’affaires patriotes seront encouragés à produire des biens localement et à soutenir les forces révolutionnaires.

Dans les campagnes, la Nouvelle Armée Populaire doit créer un front uni anti-féodal pour unir les paysans pauvres et les ouvriers agricoles sur une base politique invincible, gagner les paysans moyens et neutraliser les paysans riches.

La Nouvelle Armée Populaire doit être disposée à établir un front de libération national en tant que front uni armé de toutes les classes, groupes et individus patriotiques et progressistes. Elle se félicite de la formation d’autres groupes armés qui mènent une lutte armée contre l’ennemi. La Nouvelle Armée Populaire doit leur apporter tout son soutien et sa coopération.

Dans chaque cas d’unité coopérative, la Nouvelle Armée Populaire doit fermement maintenir une ligne de classe révolutionnaire. Tant que l’objectif de toute classe ou groupe est la destruction du pouvoir de l’impérialisme américain, du féodalisme et du capitalisme bureaucratique, la Nouvelle Armée Populaire sera toujours disposée à étendre sa coopération et à donner un coup de main. Mais elle sera toujours attentif aux ennemis infiltrés et aux saboteurs de la lutte armée révisionnistes.

En s’acquittant de son devoir révolutionnaire de lutter contre l’impérialisme américain, le révisionnisme moderne et les réactionnaires locaux, la Nouvelle Armée Populaire est très consciente qu’elle contribue au développement du front uni international et qu’elle défend le principe de l’internationalisme prolétarien.

La lutte armée révolutionnaire aux Philippines est certainement un élément efficace de la lutte mondiale de tous les peuples opprimés contre l’impérialisme américain, le révisionnisme moderne et tout les réactionnaires. Le renversement de l’impérialisme américain et des réactionnaires locaux aux Philippines contribuera grandement à l’effondrement total de l’impérialisme et au triomphe mondial du socialisme.

Vive la pensée Mao Zedong !

Vive la Révolution Philippine !

Vive le Parti Communiste des Philippines !

Vive la Nouvelle Armée Populaire !

Publié par la réunion des commandants et des combattants rouges, sous la direction du Comité Central et de la Commission Militaire du Parti Communiste des Philippines, le 29 mars 1969

flechesommaire2