Signification de la « Tempête du Premier Trimestre » de 1970

Signification de la « Tempête du Premier Trimestre » de 1970

Jose Maria Sison

Président fondateur, Kabataang Makabayan
Président fondateur, Parti Communiste des Philippines

25 janvier 2010

   Nous sommes heureux de célébrer le quarantième anniversaire de la Tempête du Premier trimestre de 1970. C’était la série d’actions de protestation de masse, qui ont commencé le 25 janvier 1970 et ont continué jusqu’à mars de 1970. Elle est chroniquée par Jose F. Lacaba dans “Jours d’inquiétude et Nuits de Fureur” et commentée dans “First Quarter Storm de 1970” d’Amado Guerrero.

   Au début, des dizaines de milliers d’étudiants, la jeunesse pauvre des villes, les ouvriers et les paysans se sont rassemblés devant le Congrès afin de protester contre les politiques antinationales et antidémocratiques du régime de Marcos et contre la dépense excessive de l’argent public pour réélire Marcos comme président.

   Leur démonstration paisible a été brutalement attaquée par la police avec matraque et coups de feu sur le signal de Marcos lui-même, après avoir donné son “discours sur l’état de la nation”. Les manifestants ont résisté pendant plusieurs heures avec les poings nus, les poignées en bois des pancartes et des pierres.

   Rendu intrépide par la brutalité d’Etat, le Kabataang Makabayan et d’autres organismes de la jeunesse et des travailleurs ont formé le Mouvement pour des Philippines Démocratiques (MDP). Ils ont conduit des rassemblements de construction dans les communautés, les écoles et les usines et des marches populaires alors lancées de différents points de la métropole de Manille afin de converger sur les points focaux du Pouvoir réactionnaire.

   Des dizaines de milliers de personnes se sont jointes et ont convergé sur le palais présidentiel le 30 janvier 1970. Certains des démonstrateurs ont saisi un camion de pompiers et l’ont enfoncé dans les portes du palais et d’autres ont fait des feux avec leurs torches. Marcos a été encore plus irrité et a ouvertement menacé de déclarer la Loi martiale afin de décourager d’autres protestations de masse. Mais les révolutionnaires prolétaires et le noyau révolutionnaire du MDP ont tenu rapidement à les continuer.

   De semaine en semaine, le niveau de la propagande et de l’agitation, du travail d’organisation et de la mobilisation de masse s’est élevé. Cinquante mille à 100.000 personnes ont rejoint chacune des marches et des rassemblements, alors que d’autres personnes sillonaient les rues pour encourager les marcheurs et pour leur donner de la nourriture et de l’eau. Les colonnes des marcheurs ont convergé sur des places près du palais présidentiel ou de l’ambassade des USA.

   La Tempête du Premier trimestre de 1970 a attiré l’attention des peuples sur une échelle nationale et internationale. Il a inspiré la jeunesse et les travailleurs dans les capitales de province et les villes pour se lever et effectuer des actions de protestation contre l’impérialisme US et les réactionnaires locaux, et exiger la libération et la démocratie nationales.

   La Tempête du Premier trimestre de 1970 a été le point le plus élevé du mouvement de masse démocratique légal, pour la libération nationale et la démocratie avant la suspension de l’Habeas Corpus en 1971 et la déclaration de la loi martiale en 1972. Elle a mis en avant les demandes patriotiques et progressistes du Peuple contre l’impérialisme des USA et les classes d’exploiteurs locales.

   Elle a retenti avec le slogan de combat, “Makibaka, Huwag Matakot ! Digmang bayan ang sagot sa martial law !” Elle a soulevé l’esprit de combat des larges masses du Peuple contre le régime US-dirigé de Marcos et contre les menaces répétées du régime pour déclarer la loi martiale. Elle a poussé les forces organisées du mouvement national-démocratique pour accélérer leur travail politique et d’organisation parmi le Peuple.

   L’orage du premier trimestre 1970 était un sommet sans précédent dans l’avance de la révolution culturelle démocratique de nouveau type, qui a réclamé une culture nationale, scientifique et de masse dans le cadre de la révolution démocratique du Peuple menée par la classe ouvrière. C’était le produit de dix ans de travail idéologique et politique, parmi les étudiants et toute la jeunesse et parmi les travailleurs, par les jeunes révolutionnaires prolétaires.

   Il a par la suite produit revigoré une nouvelle vague d’étude et de travail de masse parmi la jeunesse, suivant la ligne de la Nouvelle révolution démocratique. Des écoles pour la démocratie nationale ont été organisées et conduites à tous les bureaux de Kabataang Makabayan, sur les campus, à proximité des usines, dans les communautés et dans tous les types de lieux publics. Des travaux culturels ont été créés et présentés à la jeunesse et à la population afin d’élever plus haut le niveau de leur conscience et de leur militantisme révolutionnaires.

   L’orage du premier trimestre 1970 a eu comme conséquence l’éducation politique d’un grand nombre de personnes et leur recrutement dans le Kabataang Makabayan et d’autres types d’organisations de masse.
Sur la base du mouvement de masse rapidement croissant, des centaines et ensuite des milliers d’activistes de masse ont été instruits et recrutés pour devenir des membres du Parti Communiste des Philippines (CPP).

   En conséquence de la Tempête du Premier trimestre 1970, le Kabataang Makabayan est devenu un moteur plus fort pour développer les activistes de masse parmi les étudiants et l’intelligentsia et parmi les jeunes ouvriers et les paysans sur une échelle répandue dans tout le pays, pour construire les syndicats révolutionnaires et pour envoyer la jeunesse et les ouvriers instruits à la campagne pour servir dans la Nouvelle Armée Populaire et dans les communautés rurales.

   La Tempête du premier trimestre de 1970 était la clef à la croissance accélérée des organismes de masse légaux et de forces révolutionnaire comme le CPP, la NPA et les composantes principales de ce qui deviendrait le Front National Démocratique . Quand le régime de Marcos a imposé la loi martiale et la dictature fasciste au pays, les forces révolutionnaires et le peuple étaient plus déterminées que jamais pour mener la Guerre Populaire prolongée, en suivant la ligne nationale-démocratique.

   Nous ne devrions jamais oublier la Tempête du Premier trimestre 1970 comme un noeud important dans le développement de la Nouvelle révolution démocratique aux Philippines. Les accomplissements de la révolution philippine depuis 1970 n’auraient pas été possibles sans cette Tempête. Nous lui devons l’apparition et le développement de tellement de cadres et d’activistes de masse, et la croissance des forces révolutionnaires sur une échelle étendue à tout le pays.

   Nous devons célébrer la grande importance et la pertinence toujours actuelle de cet événement historique. Nous devons renouveler notre résolution à mener la révolution démocratique du Peuple philippin contre l’impérialisme des USA et les classes exploiteuses locales de grands compradors et propriétaires. Nous devons entreprendre des activités pour élever le niveau de conscience révolutionnaire et les possibilités de combat dans les trois prochains mois et au delà.

   Nous devons intensifier le mouvement d’étude et le travail culturel suivant la ligne de la Nouvelle révolution démocratique. Nous devons éclairer et réveiller les personnes en employant tous les médias d’information, d’éducation et d’expression artistique. Nous devons recruter plus de personnes dans les organismes de masse patriotiques et progressistes, particulièrement ceux des ouvriers, paysans, femmes et jeunes. Nous devons mobiliser un nombre de personnes bien plus grand pour nous engager dans diverses formes de lutte contre le régime US-Arroyo et le système semi-colonial et semi-féodal tout entier.

   Nous faisons face aujourd’hui à la pire crise du système capitaliste mondial depuis les années 30 en raison des politiques US-incitées de globalisation “néo-libérale” et de l’agression et du terrorisme impérialiste. Les larges masses du Peuple souffrent de conditions d’exploitation et d’oppression pires qu’il y a quatre décennies. Ces conditions intolérables conduisent le Peuple et les forces révolutionnaires à lutter plus résolument et militer pour leurs droits et intérêts nationaux et démocratiques.

flechesommaire2