Discours à la séance du Comité Central du P.O.S.D.(b)R., du 11 (24) décembre 1917

Discours à la séance du Comité Central du P.O.S.D.(b)R., du 11 (24) décembre 1917

Lénine

   Paru pour la première fois en 1929 dans les « Procès-verbaux du Comité central du P.O.S.D.R. Août 1917- février 1918 »1A la séance du C.C. du P.O.S.D.(b)R. tenue le 11 (24) décembre 1917 fut examinée une seule question, celle de l’attitude de la fraction bolchévique à l’Assemblée constituante «vu que dans la fraction prédominent les opinions de l’aile droite et se font jour des divergences avec le C.C.». (Comptes rendus du Comité central du P.O.S.D.R. Août 1917-février 1918, Moscou 1958, p. 160.)
Le bureau provisoire de la fraction s’opposait à la ligne du C.C. à l’égard de l’Assemblée constituante. Exprimant un point de vue démocrate-bourgeois, le bureau estimait que la convocation de l’Assemblée représentait l’étape finale de la révolution et proposait de n’exercer aucun contrôle sur cette convocation. Le C.C. du parti décida d’élaborer des thèses sur l’Assemblée constituante et décréta la réunion de la fraction à 4 heures de l’après-midi à Smolny le 12 (25) décembre pour discuter le rapport du C.C. et les thèses, ainsi que pour élire un nouveau bureau. Lénine fit la lecture des «Thèses sur l’Assemblée constituante» qu’il rédigea sur l’indication du C.C. (voir Thèses sur l’Assemblée constituante). Après des discussions prolongées, les thèses furent acceptées à l’unanimité par la fraction. Le 13 (26) décembre elles furent publiées dans la Pravda.

Procès-verbal

   Le camarade Lénine propose : 1) de relever de ses fonctions le bureau de la fraction à l’Assemblée constituante ; 2) d’exposer à la fraction notre attitude à l’égard de l’Assemblée constituante sous forme de thèses ; 3) de rédiger une adresse à la fraction, pour lui rappeler les statuts du parti sur la soumission de tous les organismes représentatifs au Comité central ; 4) de désigner un membre du Comité central pour diriger la fraction ; 5) d’élaborer le statut de la fraction.

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. A la séance du C.C. du P.O.S.D.(b)R. tenue le 11 (24) décembre 1917 fut examinée une seule question, celle de l’attitude de la fraction bolchévique à l’Assemblée constituante «vu que dans la fraction prédominent les opinions de l’aile droite et se font jour des divergences avec le C.C.». (Comptes rendus du Comité central du P.O.S.D.R. Août 1917-février 1918, Moscou 1958, p. 160.)
Le bureau provisoire de la fraction s’opposait à la ligne du C.C. à l’égard de l’Assemblée constituante. Exprimant un point de vue démocrate-bourgeois, le bureau estimait que la convocation de l’Assemblée représentait l’étape finale de la révolution et proposait de n’exercer aucun contrôle sur cette convocation. Le C.C. du parti décida d’élaborer des thèses sur l’Assemblée constituante et décréta la réunion de la fraction à 4 heures de l’après-midi à Smolny le 12 (25) décembre pour discuter le rapport du C.C. et les thèses, ainsi que pour élire un nouveau bureau. Lénine fit la lecture des «Thèses sur l’Assemblée constituante» qu’il rédigea sur l’indication du C.C. (voir Thèses sur l’Assemblée constituante). Après des discussions prolongées, les thèses furent acceptées à l’unanimité par la fraction. Le 13 (26) décembre elles furent publiées dans la Pravda.