10. Conclusion

Du droit des nations à disposer d’elles-mêmes

Lénine

10. Conclusion

   Faisons le bilan.

   Du point de vue de la théorie du marxisme en général, le droit de libre disposition ne présente aucune difficulté. Il ne peut être sérieusement question ni de contester la décision de Londres de 1896, ni de contester qu’il faille par libre disposition entendre uniquement le droit de séparation, ni que la formation d’Etats nationaux indépendants est une tendance propre à toutes les révolutions démocratiques bourgeoises. La difficulté, jusqu’à un certain point, c’est qu’en Russie luttent et doivent lutter côte à côte le prolétariat de nations opprimées et le prolétariat de la nation qui opprime. Sauvegarder l’unité de la lutte de classe du prolétariat pour le socialisme, repousser toutes les influences bourgeoises et archi-réactionnaires du nationalisme, — telle est la tâche. Parmi les nations opprimées, le rassemblement du prolétariat en un parti indépendant entraîne parfois une lutte si acharnée contre le nationalisme de la nation intéressée, que la perspective se trouve déformée, et qu’on oublie le nationalisme de la nation qui opprime.

   Mais cette déformation de la perspective n’est possible que pour un temps. L’expérience de la lutte commune des prolétaires de différentes nations montre trop clairement que ce n’est pas du point de vue de « Cracovie», mais d’un point de vue commun à toute la Russie que nous devons traiter les questions politiques. Or, ce sont les Pourichkévitch et les Kokochkine qui prédominent dans la politique générale de la Russie. Leurs idées règnent ; leur campagne d’excitation contre les allogènes qu’ils accusent de « séparatisme », qu’ils accusent de songer à la séparation, est prêchée et pratiquée à la Douma, dans les écoles, les églises, les casernes, dans des centaines et des milliers de journaux. C’est ce poison du nationalisme grand-russe qui intoxique l’atmosphère politique de la Russie entière. Malheur au peuple qui, en asservissant d’autres peuples, renforce la réaction dans toute la Russie. Le souvenir des années 1849 et 18631Allusion à l’écrasement de la révolution hongroise avec l’aide des troupes du tsar Nicolas I en 1849 et à celui de l’insurrection polonaise par le gouvernement tsariste en 1863. constitue la vivante tradition politique qui, à moins que ne surviennent des tempêtes de très grande envergure, menace d’entraver, pour de longues décades encore, tout mouvement démocratique et surtout social-démocrate.

   Il est hors de doute que si naturel que paraisse le point de vue de certains marxistes des nations opprimées (dont le « malheur » est parfois que la masse de la population est aveuglée par l’idée de « son » émancipation nationale), en fait, étant donné le rapport objectif des forces de classes en Russie, renoncer à défendre le droit de libre disposition équivaut au pire opportunisme, à inoculer au prolétariat les conceptions des Kokochkine. Or ces conceptions sont, au fond, les conceptions et la politique des Pourichkévitch.

   C’est pourquoi si l’on pouvait, au début, justifier le point de vue de Rosa Luxembourg comme une étroitesse spécifiquement polonaise, « cracovienne » [On concevra aisément que la reconnaissance par les marxistes de toute la Russie, et an premier chef par les marxistes grands-russes, du droit des nations de se séparer, n’exclut nullement pour les marxistes de telle ou telle nation opprimée l’agitation contre la séparation, de même que la reconnaissance du droit au divorce n’exclut pas. dans tel ou tel cas, l’agitation contre le divorce. Aussi pensonsnous que le nombre des marxistes polonais ne fera que croître, qui se moqueront de l’imaginaire « contradiction » aujourd’hui « réchauffée » par Semkovski et Trotski.], aujourd’hui quand partout s’est accentué le nationalisme, et avant tout le nationalisme gouvernemental, grand-russe, quand c’est lui qui dirige la politique, — semblable étroitesse devient impardonnable En fait on voit s’y accrocher les opportunistes de toutes les nations, qu’effarouche l’idée de « tempête » et de « bonds », qui tiennent pour achevée la révolution démocratique bourgeoise et se laissent entraîner par le libéralisme des Kokochkine.

   Comme tout autre nationalisme, le nationalisme grand-russe traverse différentes phases, selon la prépondérance de telles ou telles classes dans le pays bourgeois. Avant 1905, nous avons connu presque exclusivement les national-réactionnaires. Après la révolution, nous avons vu apparaître chez nous les national-libéraux.

   C’est sur cette position que se tiennent chez nous, en fait, et les octobristes et les cadets (Kokochkine), c’est-àdire toute la bourgeoisie contemporaine.

   Et il est inévitable qu’ensuite nous voyions apparaître des national-démocrates grands-russes. M. Péchékhonov, l’un des fondateurs du parti « socialiste-populaire » a déjà exprimé ce point de vue en exhortant (dans le fascicule d’août 1906 du Rousskoïé Bogatstvo) à la prudence vis-à-vis des préjugés nationalistes du moujik. On a eu beau nous calomnier, nous autres bolcheviks, en prétendant que nous « idéalisions » le moujik : nous avons toujours fait et nous continuerons de faire une stricte distinction entre le jugement du moujik et ses préjugés, entre le démocratisme du moujik contre Pourichkévitch, et la tendance du moujik à s’accommoder du pope et du hobereau.

   La démocratie prolétarienne doit, dès à présent, compter avec le nationalisme des paysans grands-russes (non pour lui faire des concessions, mais pour le combattre), et elle aura probablement à compter avec lui assez longtemps encore. [Il serait intéressant de suivre les avatars du nationalisme en Pologne, qui, de nationalisme seigneurial, est devenu bourgeois, et puis paysan Dans son livre Das polnische Gemeinwejsen im preussischen Staat (« Les Polonais en Prusse » — il existe une traduction russe), Ludwig Bernhard, qui lui-même se place au point de vue d’un Kokochkine allemand, décrit un phénomène éminemment caractéristique : la création d’une sorte de « république paysanne » des Polonais en Allemagne, sous forme de coopératives de toutes sortes et autres associations, étroitement groupées, de paysans polonais luttant pour leur nationalité, pour leur religion, pour la terre « polonaise ». Le joug allemand a uni les Polonais, les a fait se replier sur eux-mêmes, éveillant le nationalisme d’abord de l’aristocratie, puis de la bourgeoisie, et enfin de la masse paysanne (surtout après la campagne entreprise en 1873 par les Allemands contre l’enseignement en polonais dans les écoles). C’est à cela que les choses tendent en Russie, et pas seulement en ce qui concerne la Pologne.] L’éveil du nationalisme chez les nations opprimées, qui s’est manifesté si fortement après 1905 (rappelons ne serait-ce que le groupe des « autonomistes-fédéralistes », à la Ire Douma, l’essor du mouvement ukrainien, du mouvement musulman, etc.), ne peut manquer de provoquer une recrudescence du nationalisme de la petite bourgeoisie grande-russe des villes et des campagnes. Plus lente sera la transformation démocratique de la Russie, plus opiniâtres, brutales et acharnées seront la persécution nationale et la rivalité de la bourgeoisie des différentes nations. La politique particulièrement réactionnaire des Pourichkévitch russes suscitera (et accentuera) avec cela les aspirations « séparatistes » parmi telles ou telles nations opprimées jouissant parfois d’une liberté beaucoup plus grande dans les Etats voisins.

   Cet état de choses assigne au prolétariat de Russie une tâche double, ou plutôt bilatérale : lutter contre tout nationalisme, et au premier chef, contre le nationalisme grand-russe ; reconnaître l’égalité absolue de toutes les nations en général, mais aussi leur droit égal à édifier un Etat, c’est-à-dire reconnaître le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, à se séparer ; mais à côté de cela, et précisément pour assurer le succès de la lutte contre toute espèce de nationalisme dans toutes les nations, — sauvegarder l’unité de la lutte du prolétariat et des organisations prolétariennes, leur fusion la plus étroite dans une communauté internationale, en dépit des tendances de la bourgeoisie vers un particularisme national.

   Egalité complète des nations ; droit des nations à disposer d’elles-mêmes ; union des ouvriers de toutes les nations ; c’est ce programme national qu’enseigne aux ouvriers le marxisme, qu’enseigne l’expérience du monde entier et l’expérience de la Russie. Cet article était déjà sous presse, lorsque j’ai reçu le n° 3 de Nacha Rabotchaïa Gazéta où M. VI. Kossovski écrit à propos de la reconnaissance du droit de toutes les nations à disposer d’ellesmêmes :

   Mécaniquement reproduit d’après la résolution du Ier congrès du Parti (1898), lequel l’avait à son tour emprunté aux décisions des congrès socialistes internationaux, il a été, comme en font foi les débats, compris au congrès de 1903 dans l’acception que lui donnait l’Internationale socialiste : celle de la libre disposition politique, c’est-à-dire de la libre disposition des nations dans le sens de l’indépendance politique. Ainsi la formule de la libre disposition nationale, signifiant le droit au particularisme territorial, ne touche pas du tout à la question de savoir comment régler les rapports nationaux à l’inférieur d’un organisme d’Etat donné, pour les nationalités qui ne peuvent ou ne veulent pas sortir de l’Etat existant.

   On voit d’ici que M. VI. Kossovski a eu entre les mains les procès-verbaux du IIe congrès de 1903, et qu’il sait fort bien ce qu’est réellement (et uniquement) la notion de libre disposition. Comparez à cela le fait que la rédaction du journal bundiste Zeit fait donner du Liebmann pour qu’il raille le programme en déclarant que celuici manque de clarté !! Singulières mœurs « de parti » chez messieurs les bundistes… Pourquoi Kossovski déclare-t-il que l’adoption par le congrès de la libre disposition est une reproduction mécanique ? « Allah seul le sait. » Il est des gens qui « ont envie de répliquer ». Mais quoi, comment, pourquoi et à quelle fin, c’est ce qu’ils ignorent.

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. Allusion à l’écrasement de la révolution hongroise avec l’aide des troupes du tsar Nicolas I en 1849 et à celui de l’insurrection polonaise par le gouvernement tsariste en 1863.