En justice Rodzianko et Djounkovski pour avoir couvert un provocateur !

En justice Rodzianko et Djounkovski pour avoir couvert un provocateur !

Lénine

   Paru dans la « Pravda » n° 84, 30 (17) juin 1917

   Les conclusions de la Commission d’enquête sur l’affaire du provocateur Malinovski font ressortir les faits suivants :

   Djounkovski et Rodzianko ont appris, le 7 mai 1914 au plus tard, que Malinovski était un agent provocateur1Djounkovski, sous-secrétaire d’Etat à l’intérieur du gouvernement tsariste, apprit en 1914 que le député de la IVe Douma d’Etat Malinovski était un provocateur. Il en informa le président de la IVe Douma d’Etat, Rodzianko, après lui avoir fait donner sa «parole d’honneur» de garder le secret. Ils décidèrent d’éloigner Malinovski de la Douma, mais de telle façon que «cela ne provoquât un scandale ni pour la Douma, ni pour les ministres». Malinovski se démit de ses fonctions de député et partit pour l’étranger avec l’aide du département de la police. Il ne fut démasqué qu’en 1917 grâce à des documents d’archives trouvés au département de la police. En 1918, Malinovski fut traduit en justice par le Gouvernement soviétique et fusillé en exécution du verdict du Tribunal révolutionnaire. [.

   Aucun de ces hommes politiques n’a averti les partis politiques représentés à la Douma, et les bolchéviks en premier lieu, qu’il y avait un provocateur parmi eux. !!

   N’est-ce pas un crime ?

   Peut-on, après cela, considérer Djounkovski et Rodzianko comme des citoyens à l’honneur sans tache ?

   Que chaque parti politique y réfléchisse, que chaque parti le dise !

flechesommaire2

Notes

1 Djounkovski, sous-secrétaire d’Etat à l’intérieur du gouvernement tsariste, apprit en 1914 que le député de la IVe Douma d’Etat Malinovski était un provocateur. Il en informa le président de la IVe Douma d’Etat, Rodzianko, après lui avoir fait donner sa «parole d’honneur» de garder le secret. Ils décidèrent d’éloigner Malinovski de la Douma, mais de telle façon que «cela ne provoquât un scandale ni pour la Douma, ni pour les ministres». Malinovski se démit de ses fonctions de député et partit pour l’étranger avec l’aide du département de la police. Il ne fut démasqué qu’en 1917 grâce à des documents d’archives trouvés au département de la police. En 1918, Malinovski fut traduit en justice par le Gouvernement soviétique et fusillé en exécution du verdict du Tribunal révolutionnaire. [