Le congrès socialiste international de Stuttgart

Le congrès socialiste international de Stuttgart

Lénine

Septembre 1907

   Écrit en septembre 1907. Publié en octobre 1907 dans l’ « Almanach pour tous, 1908 ».

   Le récent congrès de Stuttgart a constitué la douzième assemblée de l’ Internationale prolétarienne. Les cinq premiers congrès remontent à l’époque de la première Internationale (1866-1872) placée sous la direction de Marx, qui, selon une expression heureuse de Bebel, s’était efforcé de faire par le haut l’unité internationale du prolétariat combattant. Cette tentative ne pouvait connaître le succès tant que les partis socialistes des différents pays ne s’étaient pas unis et affermis, mais il reste que par ses activités la première Internationale rendit de grands services an mouvement ouvrier de tous les pays et laissa une empreinte durable.

   La naissance de la deuxième Internationale fut l’œuvre du congrès socialiste international de Paris de 1889. Forte du soutien de solides partis nationaux, la deuxième Internationale devait finir de se consolider aux congrès ultérieurs de Bruxelles (1891), Zurich (1893), Londres (1896), Paris (1900) et Amsterdam (1904). A Stuttgart s’étaient réunis 884 délégués venus de 25 pays d’Europe, d’Asie (Japon et une partie de l’Inde), d’Amérique, d’Australie et d’Afrique (un délégué d’Afrique du Sud).

   L’importance considérable du congrès socialiste international de Stuttgart réside précisément dans le fait qu’il a achevé de consolider la deuxième Internationale et qu’avec lui les congrès internationaux se sont transformés en assemblées de travail exerçant une influence profonde sur le caractère et l’orientation des activités du mouvement socialiste dans le monde entier. En principe, les différents partis nationaux ne sont pas obligés d’appliquer les décisions des congrès internationaux, mais la portée morale de ces décisions est telle que leur non-application est une exception presque aussi rare que la non-application par les partis des décisions de leurs propres congrès. Le congrès d’Amsterdam était parvenu à unir les socialistes français et sa résolution contre le « ministérialisme »1Ministérialisme (millerandisme), courant opportuniste qui se fit jour dans les partis socialistes d’Europe occidentale à la fin du XIXe et au début du XXe siècle ; il tire son nom du socialiste français, A. Millerand, qui, en 1899, entra dans le gouvernement bourgeois réactionnaire et aida la bourgeoisie à promouvoir sa politique. traduisait véritablement la volonté du prolétariat conscient du monde entier et définissait la politique des partis ouvriers.

   Le congrès de Stuttgart a constitué lui aussi un grand pas dans cette direction, s’avérant sur toute une série de questions importantes d’instance suprême qui allait déterminer la ligne politique du socialisme. Cette ligne, le congrès de Stuttgart, plus fermement encore que celui d’Amsterdam, l’a définie dans l’esprit de la social-démocratie révolutionnaire face à l’opportunisme. C’est avec raison que Die Gleichheit (l’égalité), organe des travailleuses social-démocrates allemandes publié sous la direction de Clara Zetkin, écrit à ce propos : « sur toutes les questions, les déviations opportunistes des différents partis socialistes ont été corrigées dans un esprit révolutionnaire grâce au travail commun des socialistes de tous les pays ».

   Cependant, phénomène à la fois remarquable et attristant, la social-démocratie allemande, qui s’en était jusqu’ici toujours tenue aux conceptions révolutionnaires marxistes, a fait preuve d’instabilité ou adopté des positions opportunistes. Le congrès de Stuttgart a donc confirmé la profondeur de la remarque faite par Engels au sujet du mouvement ouvrier allemand. Engels, le 29 avril 1886, écrivait a Sorge, vétéran de la première Internationale : « Il est somme toute bon que les Allemands se voient contester le rôle de dirigeants du mouvement socialiste international, en particulier après qu’ils ont envoyé au Reichstag un si grand nombre de philistins (ce qui était toutefois inévitable). Quand les temps sont calmes, tout en Allemagne devient philistin, et en de tels moments l’aiguillon de la concurrence française s’avère absolument indispensable, et n’est pas près d’ailleurs de faire défaut. »

   L’aiguillon de la concurrence française n’a pas fait défaut à Stuttgart, et il était vraiment indispensable, car l’esprit philistin des Allemands a eu l’occasion de se manifester largement. Il importe au plus haut point pour les social-démocrates russes de ne pas perdre ces faits de vue, étant donné que nos libéraux (et pas seulement eux) font des pieds et des mains pour nous présenter comme modèle digne d’être imité les aspects les moins reluisants de la social-démocratie allemande. Les maîtres à penser les plus éminents et les plus perspicaces de la social-démocratie allemande n’ont pas été sans s’en apercevoir et, sans fausse honte, ils considèrent cela comme un avertissement. « Amsterdam, écrit le journal de Clara Zetkin, avait vu la résolution de Dresde servir de leitmotiv révolutionnaire à tous les débats des assises du prolétariat mondial, mais à Stuttgart on a ressenti comme de désagréables dissonances opportunistes les interventions de Vollmar à la commission sur le militarisme, de Päplow à la commission sur l’émigration, de David (auquel nous joindrons Bernstein) à la commission coloniale. Dans la majorité des commissions et sur la majorité des questions, les représentants de l’Allemagne sont apparus pour cette fois comme les têtes de file de l’opportunisme. » Commentant le congrès de Stuttgart, Kautsky écrit de son côté : « le rôle dirigeant joué en fait jusqu’à présent à la IIeme Internationale par la social-démocratie allemande ne s’est en l’occurrence nullement fait sentir ».

   Passons à l’examen des différentes questions qui furent l’objet des débats du congrès. Les divergences surgies sur la question coloniale ne purent être surmontées en commission, et c’est le congrès lui-même qui mit fin à la discussion entre opportunistes et révolutionnaires en donnant à ces derniers une majorité de 127 voix contre 108, et 10 abstentions. Il faut se réjouir à ce propos du fait que les socialistes russes aient tous voté à l’unanimité en faveur d’une résolution révolutionnaire de toutes les questions. (Signalons que la Russie avait droit à 20 voix, dont 10 pour le P.O.S.D.R., Polonais exclus, 7 pour les socialistes-révolutionnaires, et 3 pour les représentants des syndicats. La Pologne, elle, avait 10 voix, dont 4 pour les social-démocrates, et 6 pour les représentants du P.P.S. et des régions non-russes de la Pologne. Enfin les deux représentants de la Finlande avaient 8 voix).

   Sur la question coloniale, la commission a vu se dégager une majorité opportuniste, et le projet de résolution comportait cette phrase monstrueuse : « Le congrès ne condamne pas, en principe et pour tous les temps, toute politique coloniale, qui, en régime socialiste, pourra être une œuvre civilisatrice. » Cette disposition équivaut en fait à un recul direct vers la politique et la conception du monde bourgeoises justifiant guerres et violences coloniales. C’est un recul vers les positions de Roosevelt, a affirmé un délégué américain. Mais les tentatives de justifier ce recul au nom des tâches de la « politique coloniale socialiste » et des réelles réformes susceptibles d’être accomplies aux colonies ont été vraiment en dessous de tout. Le socialisme ne s’est jamais refusé et ne se refusera jamais à réclamer des réformes aux colonies comme ailleurs, mais cela ne doit nullement impliquer un relâchement de notre position de principe d’hostilité aux conquêtes, à la soumission des autres peuples, aux violences et au pillage qui sont les composantes de la « politique coloniale ». Le programme minimum de tous les partis socialistes est valable aussi bien pour les métropoles que pour les colonies. La notion même de « politique coloniale socialiste » relève d’une extrême confusion. Le congrès a eu parfaitement raison de retrancher de la résolution les formulations citées plus haut pour leur substituer une condamnation de la politique coloniale encore plus ferme que dans les résolutions des congrès précédents.

   La résolution portant sur les rapports entre partis socialistes et syndicats revêt une importance toute particulière pour nous autres Russes, car chez nous cette question est à l’ordre du jour. Le congrès de Stockholm s’était prononcé en faveur de syndicats non rattachés au parti, venant ainsi étayer les positions de nos propres partisans de la neutralité, Plékhanov en tête. Mais le congrès de Londres, lui, avait penché pour des syndicats rattachés au parti, s’affirmant de la sorte opposé à la neutralité. La résolution de Londres avait, comme on le sait, donné lieu à de longues discussions ainsi qu’à un mécontentement de la part de certains syndicats, mécontentement qui s’était fait jour dans la presse de la démocratie bourgeoise.

   À Stuttgart, la question s’est trouvée, au fond, posée de la façon suivante : neutralité ou relations toujours plus étroites des syndicats avec le parti ? Le congrès socialiste international, comme le lecteur peut s’en convaincre à la lecture de la résolution, s’est prononcé en faveur du rapprochement entre les syndicats et le parti. Aussi la résolution ne comporte-t-elle pas le moindre mot ni à propos de la neutralité, ni à propos du non-rattachement des syndicats au parti. Kautsky, qui au sein de la social-démocratie allemande s’était fait le partisan d’un tel rapprochement et s’était élevé contre l’idée de neutralité prônée par Bebel, avait donc parfaitement le droit de proclamer dans son compte rendu sur le congrès de Stuttgart à l’adresse des ouvriers de Leipzig (Vorwärts2« Vorwärts » [En Avant], quotidien, organe central du Parti social-démocrate d’Allemagne ; publié à Berlin à partir de 1891 sous le titre exact de Vorwärts, Berliner Volksblatt, par décision du congrès de Halle, 1907, n° 209, Beilage) :

   « La résolution du congrès de Stuttgart dit tout ce qui nous est nécessaire. Elle met un terme définitif à la notion de neutralité. » Clara Zetkin écrit de son côté : «Dans le principe, il ne s’est plus trouvé (à Stuttgart) qui que ce soit pour aller contre la tendance historique fondamentale de la lutte de classe prolétarienne qui est de lier le combat politique et le combat économique, de regrouper aussi étroitement que possible les organisations de l’un et l’autre front en une force unie de la classe ouvrière socialiste. Seul le camarade Plékhanov, représentant des social-démocrates russes » (il aurait mieux valu dire représentant des mencheviks qui l’avaient envoyé en commission pour défendre la « neutralité ») « ainsi que la majorité de la délégation française s’employèrent à l’aide d’arguments assez malheureux à justifier une certaine limitation de ce principe en se référant aux particularités de leur pays. Mais l’écrasante majorité du congrès se prononça pour une politique résolue d’union de la social-démocratie et des syndicats… »

   Il est à noter que l’argument de Plékhanov, considéré à juste titre par Clara Zetkin comme malheureux, a fait le tour des journaux légaux russes sous la forme suivante : « il existe en Russie onze partis révolutionnaires » ; « avec lequel d’entre eux les syndicats doivent-ils s’unir ? » Tel est l’argument (nous citons d’après Vorwärts, n° 196, 1. Beilage) que Plékhanov avait avancé en commission au congrès de Stuttgart. Mais cet argument est inexact tant sur le plan des faits que sur celui des principes. En réalité, il n’existe pas en Russie, pour chaque nationalité, plus de deux partis qui s’affrontent afin de s’assurer une influence dans le prolétariat socialiste : social-démocrates et socialistes-révolutionnaires, social-démocrates polonais et P.P.S., social-démocrates lettons et socialistes-révolutionnaires lettons (connus sous le nom d’ « Union social-démocrate de Lettonie »), social-démocrates arméniens et dachnaktsoutioun3Dachnaktsoutioun, un parti nationaliste bourgeois. Créé au début années 90 du XIXeme siècle en Arménie turque pour libérer les Arméniens de Turquie du joug du sultanat ; ce parti consistait en un conglomérat bourgeois démocratique de représentants de diverses classes : bourgeois et intellectuels ; paysans et ouvriers non touchés par la propagande social-démocrate ; une partie du lumpen-prolétariat, organisée en groupes de « zinvor »., etc. C’est en deux groupes aussi que s’est divisée immédiatement la délégation russe à Stuttgart. Ce chiffre de onze partis révolutionnaires a été cité de façon tout à fait arbitraire et ne fait qu’induire les ouvriers en erreur. Et le plan des principes ne donne pas plus raison à Plékhanov, étant donné que la lutte entre le socialisme prolétarien et le socialisme petit-bourgeois ne peut manquer de surgir partout en Russie, y compris à l’intérieur des syndicats. Pour leur part les Anglais n’ont pas estimé nécessaire de s’opposer à la résolution, bien qu’il y ait également chez eux deux partis socialistes concurrents, les social- démocrates (S.D.F.4Social Democratic Federation) et les « indépendants » (I.L.P. 5Independent Labour Party).

   Que l’idée de neutralité rejetée à Stuttgart ait déjà causé un tort considérable au mouvement ouvrier, l’exemple de l’Allemagne le montre d’une façon particulièrement frappante. La neutralité y avait été très largement prônée et appliquée, ce qui a eu pour conséquence de faire dévier les syndicats allemands du côté de l’opportunisme, et cela d’une manière si ostensible que même un homme aussi prudent que Kautsky pour ce qui est de cette question, n’a pu faire autrement que de reconnaître qu’il y avait déviation. Dans son compte rendu aux ouvriers de Leipzig, Kautsky a affirmé sans détour que « l’esprit conservateur » dont a fait preuve la délégation allemande à Stuttgart « est parfaitement compréhensible si l’on considère la composition de cette délégation. Celle-ci comprenait une moitié de représentants des syndicats, ce qui fait que « l’aile droite » de notre parti y disposait de plus de forces qu’elle n’en a réellement dans le parti lui-même ».

   La résolution de Stuttgart va sans aucun doute hâter le moment où la social-démocratie russe rompra avec cette idée de neutralité qui jouit d’une si grande faveur chez nos libéraux. En évitant toute imprudence, toute précipitation et tout faux pas tactique, nous devons travailler inlassablement au sein des syndicats afin de les rapprocher sans cesse du parti social-démocrate.

   La commission sur l’émigration et l’immigration du congrès de Stuttgart vit, elle aussi, apparaître de manière très nette des dissensions entre opportunistes et révolutionnaires, les premiers s’étant mis dans la tête l’idée de restreindre le droit des ouvriers de pays arriérés d’émigrer (en particulier de Chine et du Japon). L’esprit de corporation borné, l’exclusive trade-unioniste l’emportaient chez de tels gens sur leur compréhension des tâches du socialisme : travail d’éducation et d’organisation des couches du prolétariat qui ne prennent pas encore part au mouvement ouvrier. Mais le congrès repoussa toutes les invités à suivre cette voie. Même en commission, les partisans d’une telle limitation de la liberté d’émigrer restèrent totalement isolés, et la résolution du congrès réaffirme le principe de la solidarité dans la lutte de classe des ouvriers de tous les pays.

   Sur la question du droit de vote des femmes, la résolution a été également adoptée à l’unanimité. Seule une Anglaise de la semi-bourgeoise société fabienne a voulu faire admettre la possibilité d’une lutte en faveur d’un droit de vote amputé au profit des femmes appartenant aux couches aisées. C’est de façon catégorique que le congrès a rejeté cette idée, recommandant aux travailleuses de ne pas mener le combat pour le droit de vote de concert avec les femmes de la bourgeoisie qui réclament l’égalité des droits de la femme, mais avec les partis de classe du prolétariat. Le congrès a souligné la nécessité, au cours de la campagne pour le vote des femmes, de défendre intégralement les principes du socialisme et l’égalité des droits entre hommes et femmes, et de ne pas se laisser détourner de ces principes par des considérations d’opportunité.

   La commission a vu surgir sur cette question un différend non dépourvu d’intérêt. Les Autrichiens (Victor Adler, Adelheid Popp) s’efforçaient de justifier la tactique qui avait, été la leur dans la lutte pour l’octroi du droit de veto aux hommes : on sait que dans le but de conquérir ce droit, ils avaient estimé plus à propos de ne pas mettre au premier plan de leur campagne l’exigence du droit de vote pour les femmes. Les social-démocrates allemands, notamment Clara Zetkin, avaient protesté contre une telle position dès l’époque où les Autrichiens avaient mené la bataille pour le suffrage universel. Clara Zetkin avait alors déclaré pour le suffrage universel. Clara Zetkin avait alors déclaré dans la presse que l’on ne devait en aucun cas laisser dans l’ombre l’exigence du droit de vote pour les femmes, que les Autrichiens avaient agi en opportunistes, en sacrifiant le principe à des considérations de commodité et que fiant le principe à des considérations de commodité et que réclamer avec autant d’énergie le droit de vote pour les femmes n’aurait pas affaibli mais amplifié l’action et la force du mouvement populaire. En commission, une autre social-démocrate allemande en vue, Zietz, manifesta son accord total avec Clara Zetkin. L’amendement d’Adler, qui justifiait indirectement la tactique autrichienne (car il se bornait à dire qu’il ne devait pas y avoir d’interruption dans la lutte pour le droit de vote effectif de tous les citoyens, sans affirmer que cette lutte devait comporter invariablement l’exigence de l’égalité des droits entre hommes et femmes), l’amendement d’Adler fut rejeté par 12 voix contre 9. Les paroles prononcées par cette même Zietz dans son intervention à la conférence internationale des femmes socialistes (conférence qui se tint à Stuttgart en même temps que le congrès) traduisent fidèlement le point de vue de la commission et du congrès à ce sujet : « Nous devons par principe exiger tout ce que nous estimons juste, déclara Zietz, et ce n’est que dans le cas où nous manquons des forces nécessaires à la lutte que nous nous contentons de ce que nous pouvons obtenir. Telle a toujours été la tactique de la social-démocratie. Plus modestes seront nos revendications, plus modestes seront les concessions du gouvernement… » De cette discussion entre social- démocrates autrichiennes et allemandes, le lecteur peut constater combien les meilleurs d’entre les marxistes jugent sévèrement les moindres déviations par rapport à la tactique révolutionnaire conséquente et fidèle aux principes.

   La dernière journée du congrès a été consacrée à une question que tous attendaient avec un grand intérêt, celle du militarisme. Incapable de faire la relation entre la guerre et le régime capitaliste en général et d’établir un lien entre la propagande antimilitariste et l’ensemble du travail des socialistes, le fameux Hervé s’est fait le défenseur de conceptions indéfendables. Le projet d’Hervé de « répondre » à toute guerre par la grève et l’insurrection a montré combien son auteur était inapte à comprendre que l’emploi de tel ou tel moyen de lutte ne dépendait pas d’une décision prise au préalable par les révolutionnaires, mais des conditions objectives de la crise, tant politique qu’économique, provoquée par la guerre.

   Mais si Hervé, se laissant entrainer a des phrases ronflantes, a fait preuve d’une légèreté et d’un manque de réflexion évidents, c’eut été avoir la vue bien courte que de lui opposer le seul énoncé dogmatique des vérités générales du socialisme. C’est pourtant ce qu’a fait notamment Vollmar (Bebel et Guesde n’ont pas été absolument purs de ce péché). Avec la singulière fatuité d’un homme épris de parlementarisme stéréotypé, il s’est attaqué à Hervé sans remarquer que sa propre étroitesse d’esprit et sa raideur opportuniste obligent à trouver dans l’hervéïsme une pointe de fraîcheur et de nouveauté, en dépit de l’absurdité théorique et de la stupidité avec laquelle Hervé posait le problème. Il peut se produire, en effet, qu’à un tournant du mouvement des absurdités théoriques recèlent une part de vérité pratique. Et cet aspect de la question, l’appel à ne pas se contenter des seuls moyens parlementaires de lutte, l’appel à l’action en tenant compte des conditions de la guerre future et des crises futures, furent mis en relief par les social-démocrates révolutionnaires et, en particulier, par Rosa Luxemburg dans son discours. De concert avec les délègues de la social-démocratie russe (Lénine et Martov intervinrent dans le même sens sur cette question) Rosa Luxemburg proposa des amendements à la résolution de Bebel, amendements qui mettaient l’accent sur la nécessité de mener la propagande parmi les jeunes, la nécessité de mettre à profit la crise engendrée par la guerre pour accélérer la chute de la bourgeoisie, la nécessité inévitable de prévoir un changement des méthodes et des moyens de lutte à mesure que s’aggraverait la lutte de classe et qu’évoluerait la situation politique. La résolution de Bebel, à l’origine dépourvue de vie, unilatérale parce que dogmatique et influencée par les interprétations proposées par Vollmar, finit ainsi par se transformer en une toute autre résolution. Toutes les vérités théoriques y étaient reprises pour l’édification des partisans d’Hervé, trop prompts à oublier le socialisme par zèle antimilitariste. Cependant, ces vérités ne doivent pas aboutir à justifier le crétinisme parlementaire, ni à consacrer les seuls moyens pacifiques, ni à renoncer à la lutte en cas de situation relativement paisible et tranquille, mais à utiliser tous les moyens de lutte, à tirer parti de l’expérience de la révolution russe, à développer le côté créateur, efficace du mouvement.

   Le journal de Clara Zetkin, que nous avons mentionné à plusieurs reprises, a précisément su saisir de manière très exacte ce caractère, qui s’avère comme le plus important et le plus remarquable de la résolution du congrès sur l’antimilitarisme. « Sur cette question également, dit Clara Zetkin à propos de cette résolution, l’énergie (Tatkraft) révolutionnaire et la foi de la classe ouvrière dans sa combativité et dans sa vaillance ont fini par prendre le pas d’une part sur l’évangile pessimiste de notre impuissance et la tendance figée à s’en tenir aux vieilles méthodes exclusivement parlementaires de lutte, et d’autre part sur le gymnastique antimilitariste simpliste de Français à demi anarchistes du genre d’Hervé. La résolution finalement adoptée à l’unanimité, tant par la commission que par la presque totalité des 900 délégués de tous les pays, traduit en termes énergiques l’essor gigantesque du mouvement ouvrier révolutionnaire depuis la tenue du précédent congrès international ; la résolution souligne comme principe de la tactique prolétarienne sa souplesse, son aptitude à se développer, à devenir plus acérée (Zuspitzung) à mesure que les conditions en viennent à maturité. »

   Si l’hervéïsme a été réfuté, ce n’est pas au profit de l’opportunisme, ni du point de vue du dogmatisme et de la passivité. Le prolétariat international a ressenti un vif désir de recourir à des nouvelles méthodes de lutte toujours plus résolues, désir qu’il a replacé dans le contexte de l’aggravation des contradictions économiques, dans le contexte des conditions des crises engendrées par le capitalisme.

   Ce n’est pas une vaine menace à la Hervé, mais une claire conscience de l’inévitabilité de la révolution sociale, une ferme volonté de mener la lutte jusqu’au bout et d’utiliser les moyens de lutte les plus révolutionnaires qu’on peut lire dans la résolution du congrès socialiste international de Stuttgart sur la question du militarisme.

   L’armée du prolétariat grandit dans tous les pays. Sa conscience, sa volonté et son unité se font d’heure en heure plus fortes. Et le capitalisme se charge, lui, de multiplier les crises dont cette armée ne manquera pas de tirer profit pour l’abattre.

   Signé : N. L. —— e

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. Ministérialisme (millerandisme), courant opportuniste qui se fit jour dans les partis socialistes d’Europe occidentale à la fin du XIXe et au début du XXe siècle ; il tire son nom du socialiste français, A. Millerand, qui, en 1899, entra dans le gouvernement bourgeois réactionnaire et aida la bourgeoisie à promouvoir sa politique.
2. « Vorwärts » [En Avant], quotidien, organe central du Parti social-démocrate d’Allemagne ; publié à Berlin à partir de 1891 sous le titre exact de Vorwärts, Berliner Volksblatt, par décision du congrès de Halle
3. Dachnaktsoutioun, un parti nationaliste bourgeois. Créé au début années 90 du XIXeme siècle en Arménie turque pour libérer les Arméniens de Turquie du joug du sultanat ; ce parti consistait en un conglomérat bourgeois démocratique de représentants de diverses classes : bourgeois et intellectuels ; paysans et ouvriers non touchés par la propagande social-démocrate ; une partie du lumpen-prolétariat, organisée en groupes de « zinvor ».
4. Social Democratic Federation
5. Independent Labour Party