Les partis politiques en Russie

Les partis politiques en Russie

Lénine

23 Mai 1912

   Publié dans le n° 5 du journal Nevskaïa Zvezda [Etoile de la Néva]

   Les élections pour la Douma d’Etat obligent tous les partis à intensifier leur agitation, à rassembler leurs forces pour faire élire le plus grand nombre possible de députés de « leur » parti.

   A cet effet, on déploie chez nous comme dans tous les autres pays une réclame électorale sans vergogne. Tous les partis bourgeois, c’est-à-dire ceux qui montent la garde autour des privilèges économiques des capitalistes, font de la réclame à leurs partis respectifs exactement comme les capitalistes font de la réclame à leurs marchandises. Regardez les annonces commerciales publiées dans les journaux, et vous verrez que les capitalistes inventent pour leurs marchandises les noms les plus « sensationnels », les plus tapageurs, les plus à la mode, et qu’ils les vantent avec un sans-gêne absolu, sans reculer devant aucun mensonge ni aucune supercherie.

   Le public — du moins dans les grandes villes et dans les centres de commerce — est habitué depuis longtemps à la réclame commerciale, et sait ce qu’elle vaut. Malheureusement, la réclame politique induit en erreur infiniment plus de monde, il est beaucoup plus difficile de la démasquer, le mensonge s’ancre ici bien plus solidement. Les appellations des partis — en Europe comme chez nous — sont choisies parfois avec le but manifeste de servir de réclame ; les « programmes » des partis sont couramment rédigés à seule fin de tromper le public. Bien souvent, plus il y a de liberté politique dans un pays capitaliste, plus il y a de démocratisme, c’est-à-dire plus il y a de pouvoir populaire et de représentants du peuple, et plus impudente est la réclame que font les partis.

   Mais ceci étant, comment s’orienter dans la lutte des partis ? Cette lutte, avec ses mensonges et sa réclame ne prouve-t-elle pas que les institutions représentatives, les parlements, les assemblées des représentants du peuple sont en général inutiles et même nuisibles, comme le prétendent les réactionnaires avérés, ennemis du parlementarisme ? Non point. Avec l’absence d’institutions représentatives, il g a encore beaucoup plus de mensonges, d’hypocrisie politique, de supercheries de toute sorte, et le peuple a beaucoup moins de ressources pour démasquer le mensonge et trouver la vérité. Pour s’orienter dans la lutte des partis, il ne faut pas les croire sur parole ; il faut étudier l’histoire véritable des partis, étudier bien moins ce que les partis disent d’eux-mêmes que ce qu’ils font, comment ils s’y prennent pour résoudre différents problèmes politiques, comment ils se comportent dans les questions qui touchent aux intérêts vitaux des différentes classes sociales : propriétaires fonciers, capitalistes, paysans, ouvriers, etc. Plus un pays possède de liberté politique, plus ses institutions représentatives sont stables et démocratiques, et plus il est facile aux masses populaires de s’orienter dans la lutte des partis et de s’initier à la politique, c’est-à-dire d’apprendre à dénoncer le mensonge et à trouver la vérité.

   C’est surtout à l’époque des crises profondes qui ébranlent tout un pays, que l’on voit apparaître nettement la division de toute société en partis politiques. Les gouvernements sont alors obligés de chercher un appui dans les différentes classes de la société ; l’âpre lutte fait rejeter les phrases, tout ce qui est mesquin, superficiel ; les partis tendent toutes leurs forces, font appel aux masses populaires qui, guidées par leur sûr instinct, éclairées par l’expérience de la lutte ouverte, suivent les partis qui représentent les intérêts de telle ou telle classe.

   Ces crises déterminent toujours pour de nombreuses années et même pour de nombreuses décades le groupement politique des forces sociales d’un pays. En Allemagne, par exemple, les guerres de 1866 et 1870 furent cette crise ; en Russie, ce furent les événements de 1905. Il est impossible de comprendre la nature de nos partis politiques, impossible de démêler quelles classes tel ou tel parti représente en Russie, sans revenir aux événements de cette année-là.

   C’est par les partis d’extrême droite que nous commencerons notre aperçu sur les partis politiques de Russie.

   A l’extrême droite, nous trouvons l’Union du peuple russe. Le programme de ce parti est exposé comme suit dans l’organe de cette Union, le Rousskoïé Znamia, publié par A. Doubrovine :

   L’Union du peuple russe qui, le 3 juin 1907 s’est vue honorée d’un appel que le tsar lui avait adressé du haut du trône en lui demandant d’être son fidèle appui, de donner à tous et en toutes occasions l’exemple de la légalité et de Tordre, professe que la volonté du tsar ne peut être accomplie qu’aux conditions suivantes ; 1) lorsque se sera pleinement manifestée Sa force de l’autocratie tsariste, indissolublement et organiquement liée à l’Eglise orthodoxe russe, organisée selon les canons ; 2) lorsque la nationalité russe dominera non seulement dans les provinces intérieures, mais aussi à la périphérie ; 3) lorsque la Douma d’Etat, composée exclusivement de Russes, sera la principale auxiliaire de l’autocrate dans son œuvre politique ; 4) lorsqu’on appliquera avec rigueur les principes fondamentaux de l’Union du peuple russe concernant les Juifs et 5) lorsqu’on aura congédié les fonctionnaires ennemis du pouvoir tsariste autocrate.

   Nous avons recopié fidèlement cette déclaration solennelle de la droite, d’abord pour faire connaître l’original aux lecteurs, et ensuite parce que les motifs essentiels exposés ici valent pour tous les partis de la majorité de la IIIe Douma, c’est-à-dire aussi bien pour les « nationalistes » que pour les octobristes. C’est ce que nous allons voir tout à l’heure.

   Au fond, le programme de l’Union du peuple russe reprend le vieux mot d’ordre de l’époque du servage — religion orthodoxe, autocratie, nationalisme. Pour ce qui est de la reconnaissance ou de la négation des principes « constitutionnels » dans le régime politique russe, question par laquelle on distingue habituellement l’Union du peuple russe des autres partis qui la suivent, il importe de noter que cette Union n’est pas du tout contre les institutions représentatives en général. Le programme que nous venons de reproduire montre que l’Union du peuple russe est pour une Douma d’Etat jouant le rôle d’« auxiliaire ».

   La particularité de la constitution russe — si l’on peut dire — est définie par l’organe de Doubrovine correctement, c’est-à-dire conformément à la situation de fait. Nationalistes et octobristes, dans leur politique réelle, s’en tiennent justement à cette position. La discussion engagée entre ces partis au sujet de la « constitution », n’est en somme qu’une discussion sur des mots : la « droite » n’est pas contre la Douma ; seulement elle s’attache à souligner que la Douma doit être une « auxiliaire » sans droits définis. Les nationalistes et les octobristes ne réclament pas de droits rigoureusement déterminés pour la Douma ; ils ne songent pas le moins du monde à des garanties réelles. Et les « constitutionnalistes » de l’octobrisme s’accommodent fort bien des « adversaires de la constitution » au sujet de la constitution du 3 juin.

   La haine contre les allogènes en général et les Juifs en particulier s’inscrit dans le programme des Cents-Noirs ouvertement, avec clarté et précision. Comme toujours, ils ne font qu’exprimer avec plus de brutalité, de sansgêne et d’effronterie ce que les autres partis gouvernementaux cachent avec plus ou moins de « pudeur » ou de diplomatie.

   En réalité, tous ceux qui connaissent un peu l’activité de la IIIe Douma, ainsi que les organes de presse tels que Novoïé Vrémia, Sviet, Golos Moskvy, etc., savent que les nationalistes et les octobristes participent eux aussi à la campagne d’excitation contre les allogènes.

   La question se pose : quelle est la base sociale des partis de droite ? quelle est la classe que la droite représente et qu’elle sert ?

   Retour aux mots d’ordre du servage, défense de tout ce qui est périmé, moyenâgeux dans la vie russe ; ils sont pleinement satisfaits de la constitution du 3 juin — constitution des grands propriétaires fonciers — ils défendent les privilèges de la noblesse et des fonctionnaires, — tout cela répond clairement à notre question. La droite, c’est le parti des propriétaires féodaux, du conseil de la noblesse unifiée. Ce n’est pas pour rien que ce conseil a joué un rôle aussi important, mieux : un rôle dirigeant dans la dissolution de la IIe Douma, dans la modification de la loi électorale et dans le coup d’Etat du 3 juin.

   Pour montrer la force économique de cette classe en Russie, il suffit de signaler un fait essentiel, établi par les chiffres de la statistique agraire gouvernementale de 1905, publiée par le ministère de l’Intérieur.

   Dans la Russie d’Europe moins de 30.000 propriétaires fonciers détiennent 70.000.000 de déciatines, autant que 10.000000 de familles paysannes parmi celles qui ont les plus petits lots de terre. Ce qui fait qu’un grand propriétaire foncier détient, en moyenne, près de 2.300 déciatines, tandis qu’un paysan pauvre ne dispose que de 7 déciatines pour toute sa famille.

   Il est tout naturel, il est certain que le paysan ne peut pas vivre de ce «lot », qu’il est voué à une mort lente. Des famines répétées — comme celle de l’année en cours — frappent des millions de paysans ; elles continuent, avec chaque mauvaise récolte, à détruire en Russie l’économie paysanne. Les paysans sont obligés de prendre à bail la terre des propriétaires fonciers moyennant des corvées de toute sorte. Pour acquitter le fermage, le paysan doit cultiver avec son cheval et ses outils la terre du propriétaire foncier. C’est le même servage, moins le nom. Possédant des superficies de 2.300 déciatines, les propriétaires fonciers ne peuvent pas, la plupart du temps, exploiter leur terre autrement que par le système de servitude, c’est-à-dire par le système des corvées. Les propriétaires fonciers ne font cultiver qu’une partie de leurs immenses domaines par des ouvriers salariés.

   Ensuite, c’est toujours la même classe de nobles-seigneurs terriens qui fournit à l’Etat l’immense majorité des fonctionnaires supérieurs et moyens. Les privilèges des fonctionnaires en Russie, c’est l’autre face des privilèges et du pouvoir terrien des nobles-seigneurs. On conçoit donc que le conseil de la noblesse unifiée et les partis de « droite » qui défendent la politique des vieilles traditions féodales, le font non pas par hasard, mais inévitablement, non par suite de la « mauvaise volonté » de certaines personnes, mais sous la pression des intérêts d’une classe infiniment puissante. La vieille classe dirigeante — les épigones des propriétaires fonciers, tout en restant comme avant la classe dirigeante, a créé à son usage un parti approprié : l’« Union du peuple russe » ou la « droite » de la Douma d’Etat et du Conseil d’Etat.

   Mais puisque les institutions représentatives existent, puisque les masses sont déjà descendues dans l’arène politique, comme elles l’ont fait chez nous en 1905, tout parti doit nécessairement dans telle mesure ou telle autre en appeler au peuple. Mais avec quels arguments les partis de droite peuvent-ils en appeler au peuple ?

   Bien entendu, ils ne peuvent pas défendre ouvertement les intérêts des grands propriétaires fonciers. Ils parlent en général de la nécessité de conserver le vieil ordre de choses ; ils font tous leurs efforts pour exciter la méfiance envers les allogènes, envers les Juifs surtout ; ils poussent les gens tout à fait incultes, tout à fait ignorants à faire des pogroms, à traquer le « youtre ». Ils cherchent à dissimuler les privilèges de la noblesse, des fonctionnaires et des propriétaires fonciers en discourant sur l’« oppression » des Russes par les allogènes.

   Tel est le parti de la « droite ». Un de ses membres, Pourichkévitch, l’orateur le plus en vue de la droite, à la IIIe Douma, a beaucoup travaillé et avec succès pour montrer au peuple ce que veut la droite, comment elle agit, qui elle sert. Pourichkévitch est un agitateur de talent.

   A côté de la « droite » qui compte à la IIIe Douma 46 députés, se trouvent les « nationalistes » qui ont 91 députés. La nuance qui les distingue de la droite est tout à fait insignifiante : au fond, ce ne sont pas deux partis ; c’est un seul parti qui a divisé entre ses membres le « travail » d’excitation contre l’allogène, le « cadet » (le libéral), le démocrate, etc. Ils font la même besogne, les uns plus brutalement, les autres avec plus de tact. D’ailleurs, il est avantageux au gouvernement que les gens de P« extrême » droite, capables de tous les scandales, de tous les pogroms, qui ont fait assassiner Hertzenstein, Iollos, Karavaev, se tiennent un peu à l’écart et fassent mine, eux, de « critiquer » — de la droite — le gouvernement… Ce qui distingue la droite et les nationalistes ne saurait avoir une importance sérieuse.

   Les octobristes ont à la IIIe Douma 131 députés, y compris, bien entendu, les « octobristes de droite ». Sans se distinguer sensiblement de la droite dans la politique actuelle, les octobristes s’en distinguent cependant par ceci qu’en plus du propriétaire foncier, ce parti est à la dévotion du gros capitaliste, du marchand traditionnel, de la bourgeoisie qui, effrayée de voir les ouvriers et, à leur suite, les paysans s’éveiller à une vie indépendante, s’est délibérément tournée vers la défense du vieux régime. Il y a en Russie des capitalistes — et en assez grand nombre — qui traitent les ouvriers exactement comme les seigneurs traitaient leurs anciens serfs ; l’ouvrier, le commis ne sont pour eux que de la valetaille, des domestiques. Nul ne saura mieux défendre le vieux régime que les partis de droite, les nationalistes et les octobristes. Il y a aussi des capitalistes qui ont revendiqué la « constitution » en 1904 et 1905, au congrès des zemstvos et des municipalités, mais qui, pour combattre les ouvriers, sont tout disposés à accepter la constitution du trois juin.

   Le parti des octobristes est un parti contre-révolutionnaire, le principal parti des grands propriétaires fonciers et des capitalistes.

   C’est le parti dirigeant de la IIIe Douma : 131 octobristes et 137 droitiers et nationalistes y forment une solide majorité.

   La loi électorale du 3 juin 1907 a assuré la majorité aux propriétaires fonciers et aux gros capitalistes : dans tous les collèges électoraux de province qui envoient des députés à la Douma, la majorité est formée par les propriétaires fonciers et par les électeurs de la première curie urbaine (c’est-à-dire la curie des gros capitalistes). Dans 28 collèges électoraux de province, la majorité est formée même par les propriétaires fonciers seuls. Toute la politique du gouvernement du 3 juin a été réalisée avec l’aide du parti octobriste, qui est ainsi responsable de tous les péchés et de tous les crimes de la IIIe Douma.

   En paroles, dans leur programme, les octobristes défendent la « constitution » et même… les libertés ! En réalité, ce parti a soutenu toutes les dispositions prises contre les ouvriers (le projet de loi sur les assurances sociales, par exemple, — rappelez-vous le président de la commission parlementaire pour la question ouvrière, le baron Tisenhausen !), contre les paysans, contre la limitation de l’arbitraire et de l’asservissement. Les octobristes sont un parti gouvernemental comme les nationalistes. Cette circonstance ne change pas le moins du monde de ce que de temps en temps — avant les élections surtout ! — les octobristes tiennent des discours d’« opposition ». Partout où il existe des parlements, on a constaté dès longtemps et l’on constate toujours que les partis bourgeois jouent à l’opposition ; ce jeu est inoffensif pour eux, puisque aucun gouvernement ne le prend au sérieux ; il leur est quelquefois utile devant l’électeur qu’il est bon d’« amadouer » avec des discours d’opposition.

   Cependant les spécialistes et les virtuoses experts à jouer à l’opposition, forment le principal parti d’opposition à la troisième Douma, le parti c.à.d., les constitutionnalistes « démocrates », le parti de la « liberté du peuple ».

   Comédie, le nom seul de ce parti qui en fait n’est nullement un parti démocratique, nullement un parti populaire, un parti non point de la liberté, mais d’une demi-liberté, sinon d’un quart de liberté.

   En réalité, c’est le parti de la bourgeoisie monarchiste libérale, qui craint le mouvement populaire bien plus qu’elle ne craint la réaction.

   Le démocrate a confiance dans le peuple ; il a confiance dans le mouvement des masses, il y contribue de toutes les manières, bien qu’il se fasse souvent (tels les démocrates bourgeois, les troudoviks) une fausse idée de l’importance de ce mouvement dans le cadre du régime capitaliste. Le démocrate aspire plus sincèrement à en finir avec tout le passé moyenâgeux.

   Le libéral craint le mouvement des masses ; il l’entrave et il défend sciemment certaines institutions médiévales — essentielles — afin de s’assurer un appui contre la masse, surtout contre les ouvriers. Partager le pouvoir avec les Pourichkévitch — au lieu de détruire toutes les bases du pouvoir des Pourichkévitch, — voilà à quoi aspirent les libéraux. Tout pour le peuple, tout par le peuple, dit le petit bourgeois démocrate (le paysan, y compris le troudovik), qui veut de bonne foi détruire toutes les bases du régime Pourichkévitch et qui ne comprend pas la portée de la lutte des ouvriers salariés contre le capital. Par contre, le but véritable de la bourgeoisie monarchiste libérale, c’est de partager avec Pourichkévitch le pouvoir sur les ouvriers et sur les petits patrons.

   A la Ie et à la IIe Douma les cadets avaient la majorité ou une situation prépondérante. Ils s’en sont servis pour jouer une comédie absurde et sans gloire : à droite, ils ont joué au loyalisme et au ministérialisme (car enfin, nous pouvons régler pacifiquement tous les antagonismes : ne pas gâter le paysan et ne pas froisser Pourichkévitch) ; à gauche, au démocratisme. A droite, les cadets ont obtenu finalement, à l’issue de cette comédie, un coup de botte. A gauche, ils se sont acquis la réputation méritée de traîtres à la liberté du peuple. Dans les deux premières Doumas ils ont constamment lutté, non seulement contre la démocratie ouvrière, mais aussi contre les troudoviks. Il suffit de rappeler que le projet troudovik relatif aux comités agraires locaux (Ie Douma), ce projet démocratique élémentaire, démocratique rudimentaire, les cadets l’ont fait couler, en défendant la prépondérance du grand propriétaire foncier et du fonctionnaire sur le paysan dans les commissions agraires !

   A la IIIe Douma, les cadets ont joué à « l’opposition responsable », à l’opposition de Sa Majesté.1A un déjeuner chez le lord-maire de Londres, en juin 1909, le leader des cadets russes Milioukov prononça un discours dans l’esprit constitutionnel modéré, où il appela l’opposition des cadets à la Douma non pas l’opposition à Sa Majesté, mais l’opposition de Sa Majesté. Et c’est pour cette raison qu’ils ont voté maintes fois les budgets du gouvernement (les « démocrates » !), ils ont fait comprendre aux octobristes que leur principe de rachat « forcé » (forcé pour les paysans) était sans danger, inoffensif — rappelez-vous le discours de Bérézovski n° 1 — ils ont envoyé Karaoulov à la tribune pour prononcer des discours « dévots » ; ils ont renié le mouvement des masses, ils ont fait appel aux couches « supérieures » et empêché de parler les basses couches (lutte des cadets contre les députés ouvriers dans la question des assurances sociales), etc. etc.

   Les cadets sont le parti du libéralisme contre-révolutionnaire. Par leur prétention au rôle d’« opposition responsable», c’est-à-dire reconnue, légale, admise à faire concurrence aux octobristes, opposition non au régime du trois juin, mais du régime du trois juin, par cette prétention les cadets se sont définitivement compromis en tant que « démocrates ». L’impudente propagande dans l’esprit des Vékhi faite par les idéologues cadets, les Strouvé, Izgoev et Cie2Des cadets en vue, Strouvé, Izgoev et autres, avaient collaboré au recueil réactionnaire et mystique des Vékhi.portés aux nues par Rosanov et par Antonius de Volhynie3Rosanov (1856-1919) — collaborateur du journal réactionnaire Novoïé Vrémia. Antonius de Volhynie — métropolite, réactionnaire farouche., et le rôle d’« opposition responsable » à la IIIe Douma, voilà deux aspects de la même médaille. La bourgeoisie monarchiste libérale, tolérée par les Pourichkévitch désire s’asseoir à côté de Pourichkévitch.

   Aujourd’hui le bloc des cadets avec les « progressistes », conclu pour les élections à la IVe Douma, a confirmé une fois de plus que les cadets étaient profondément contre-révolutionnaires. Les progressistes n’ont pas la moindre prétention au démocratisme ; ils ne soufflent mot sur la nécessité de combattre l’ensemble du régime du 3 juin ; ils ne rêvent d’aucun « suffrage universel ». Ce sont des libéraux modérés, qui ne cachent pas leur parenté avec les octobristes. L’alliance des cadets et des progressistes doit ouvrir les yeux même aux plus aveugles d’entre les « thuriféraires cadets » sur la nature véritable du parti cadet.

   La bourgeoisie démocratique en Russie est représentée par les populistes de toutes nuances, depuis les socialistes-révolutionnaires les plus radicaux jusqu’aux socialistes populaires et les troudoviks. Tous ils emploient volontiers des phrases « socialistes » mais il n’est pas permis à un ouvrier conscient de se tromper sur la signification de ces phrases. En réalité, il n’y a pas une goutte de socialisme dans le « droit à la terre », non plus que dans la « répartition égalitaire » et la « socialisation du sol ». C’est ce que doit comprendre quiconque sait que l’abolition de la propriété privée de la terre et son partage nouveau, fût-il le plus « équitable », loin de compromettre la production marchande, le pouvoir du marché, de l’argent, du capital, les développe au contraire encore plus largement.

   Mais les phrases sur le « principe du travail s et sur le « socialisme populiste » expriment la foi profonde (et le désir sincère) du démocrate en la possibilité et la nécessité d’abolir toutes les formes médiévales agraires, et aussi politiques. Si les libéraux (les cadets) désirent partager avec les Pourichkévitch le pouvoir politique et les privilèges politiques, les populistes sont des démocrates justement parce qu’ils désirent et doivent désirer, à l’heure actuelle, anéantir tous les privilèges attachés à la possession du sol et tous les privilèges politiques.

   La situation de la paysannerie russe, dans sa grande masse, est telle qu’elle ne saurait même songer à passer avec les Pourichkévitch un compromis (parfaitement possible, faisable, et tout proche pour les libéraux). Voilà pourquoi le démocratisme de la petite bourgeoisie a en Russie, pour bien longtemps encore, ses racines dans les masses, et la réforme agraire de Stolypine, cette politique bourgeoise des Pourichkévitch dirigée contre le moujik, n’a jusqu’ici rien créé de solide, si ce n’est… la famine qui a frappé 30 millions d’hommes.

   Les millions de petits cultivateurs affamés ne peuvent pas ne pas aspirer à une autre réforme agraire, réforme démocratique, qui, sans sortir du cadre du régime capitaliste, sans abolir l’esclavage salarié peut balayer de la face de la terre russe les formes médiévales.

   Les troudoviks sont infiniment faibles à la IIIe Douma, mais ils représentent les masses. Les oscillations des troudoviks entre les cadets et la démocratie ouvrière découlent nécessairement de la position de classe des petits cultivateurs ; et la difficulté extrême à les grouper, à les organiser et les éduquer fait que les troudoviks, en tant que parti, ont un caractère extrêmement imprécis et amorphe. C’est pourquoi les troudoviks aidés par l’« otzovisme » stupide des populistes de gauche offrent l’image lamentable d’un parti liquidé.

   La différence entre les troudoviks et nos liquidateurs quasi-marxistes, c’est que les premiers sont liquidateurs par faiblesse, les seconds par mauvaise foi. Venir en aide aux faibles démocrates petits-bourgeois, les arracher à l’influence des libéraux, former un camp de la démocratie contre les cadets contre-révolutionnaires, et non pas simplement contre les droites : telle est la tâche de la démocratie ouvrière.

   Quant à cette dernière, qui avait sa fraction à la IIIe Douma, nous ne pouvons dire ici que peu de choses.

   Partout en Europe, les partis de la classe ouvrière se sont formés en s’arrachant à l’influence de l’idéologie démocratique générale, en apprenant à discerner entre la lutte des ouvriers salariés contre le capital et la lutte contre le féodalisme, entre autres afin d’accentuer cette dernière lutte, afin de la débarrasser de tout élément d’hésitation et d’incertitude. En Russie la démocratie ouvrière s’est nettement séparée tant du libéralisme que de la démocratie bourgeoise (de la tendance troudovique) pour le grand profit de la cause de la démocratie en général.

   Le courant de liquidation dans la démocratie ouvrière (Nacha Zaria et Jivoïé Diélo) partage la faiblesse des troudoviks, glorifie l’amorphisme, aspire au rôle d’opposition « tolérée », rejette l’hégémonie des ouvriers, se borne à parler d’organisation « légale » (en accablant celle qui ne l’est pas) ; il prêche une politique ouvrière libérale. Il est évident que ce courant provient de !a décadence et de l’état d’abattement propres à l’époque de contre-révolution, et il est clair que ce courant se sépare de la démocratie ouvrière.

   Les ouvriers conscients, sans rien liquider, en se groupant pour contrecarrer les influences libérales, en s’organisant comme classe, en développant toutes les formes possibles de groupement syndical, etc., agissent et comme les représentants du salariat contre le capital et comme les représentants de la démocratie conséquente contre l’ensemble du régime périmé en Russie et contre toutes les concessions à faire à ce régime.

   A titre d’illustration, nous publions les données relatives à la composition politique de la IIIe Douma, que nous empruntons à l’« Annuaire» officiel de la Douma, 1912.

LES PARTIS A LA IIIe DOUMA

Grands propriétaires fonciers :

Droite — 46
Nationalistes — 74
Nationalistes indépendants — 17
Octobristes de droite — 11
Octobristes — 120
Total des partis gouvernementaux — 268

Bourgeoisie :

Progressistes — 36
Cadets — 52
Union polonaise — 11
Groupe des Polonais, Lituaniens et Biélorussiens — 7
Groupe musulman — 9
Total des libéraux — 115

Démocratie bourgeoise : Groupe troudovik — 14
Démocratie ouvrière : Social-démocrates — 13
Total des démocrates — 27

Sans parti — 27

Total — 437

   La IIIe Douma comptait deux majorités : 1) la droite et les octobristes = 268 sur 437 ; 2) octobristes et libéraux = 120 + 115 =235 sur 437. Les deux majorités étaient contre-révolutionnaires

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. A un déjeuner chez le lord-maire de Londres, en juin 1909, le leader des cadets russes Milioukov prononça un discours dans l’esprit constitutionnel modéré, où il appela l’opposition des cadets à la Douma non pas l’opposition à Sa Majesté, mais l’opposition de Sa Majesté.
2. Des cadets en vue, Strouvé, Izgoev et autres, avaient collaboré au recueil réactionnaire et mystique des Vékhi.
3. Rosanov (1856-1919) — collaborateur du journal réactionnaire Novoïé Vrémia. Antonius de Volhynie — métropolite, réactionnaire farouche.