5. L’égalité des nations et les droits de la minorité nationale

Notes critiques sur la question nationale

Lénine

1913

5. L’égalité des nations et les droits de la minorité nationale

   Le procédé, le plus répandu des opportunistes de Russie, dans la discussion du problème national, consiste à invoquer l’exemple de l’Autriche. Dans mon article de la Sévernaïa Pravda (Prosvéchtchénié n° 10, pp. 96‑98), contre lequel les opportunistes sont partis en guerre (M. Semkovski dans la Novaïa Rabotchaïa Gazéta1Novaïa Rabotchaïa Gazéta [Nouveau journal ouvrier] : quotidien légal menchévique, parût à partir d’août 1913, sous divers titres en raison de la censure. , M.Liebmann dans Zeit) j’affirme que la seule solution du problème national, pour autant que celui‑ci puisse être résolu dans le monde capitaliste, est le démocratisme conséquent. Pour prouver cette affirmation, je me réfère notamment à la Suisse.

   Cette référence ne plaît pas aux deux opportunistes que j’ai nommés plus haut; ils cherchent à la réfuter ou à en minimiser la portée. Kautsky, voyez‑vous, a dit que la Suisse était un cas d’espèce : qu’il existe prétendument en Suisse une décentralisation tout à fait particulière, une histoire particulière, des conditions géographiques particulières, une répartition extrêmement originale de la population allogène, etc., etc.

   Ce ne sont là que des tentatives de se dérober sur lé fond de la discussion. Certes, la Suisse est un cas d’espèce en ce sens qu’elle n’est pas un Etat national homogène. Mais le même cas d’espèce (ou le même état arriéré, ajoute Kautsky, se retrouve en Autriche et en Russie. Certes, en Suisse, seules des conditions particulières, originales, de son histoire et de ses mœurs ont pu assurer plus de démocratisme que dans la plupart des pays européens limitrophes.

   Mais toutes ces considérations n’ont rien à voir ici, puisqu’il est question d’emprunts à faire à un modèle. Dans les conditions actuelles, les pays où telle ou telle institution a été réalisée selon les principes d’un démocratisme conséquent sont tous des cas d’espèce. Est‑ce que cela, nous empêche, dans notre programme, de préconiser l’application d’un démocratisme conséquent dans toutes les institutions ?

   Ce qui fait la particularité de la Suisse, C’est son histoire, ses conditions géographiques et autres. Ce qui fait la particularité de la Russie, c’est, à l’époque des révolutions bourgeoises, un prolétariat d’une force sans précédent et un retard général effrayant du pays qui suscite objectivement la nécessité d’un progrès exceptionnellement rapide et résolu, sous peine d’entraîner toutes sortes d’inconvénients et de défaites.

   Nous élaborons un programme national en partant du point de vue du prolétariat. Depuis quand doit‑on prendre pour modèles les pires exemples, au lieu des meilleurs ?

   En tout cas, ne demeure‑t‑il pas incontestable et indiscutable qu’en régime capitaliste, la paix nationale a été réalisée (pour autant qu’elle puisse l’être) exclusivement dans les pays où le. démocratisme est appliqué d’une façon conséquente ?

   Du moment que la chose est indiscutable, les opportunistes qui se réfèrent obstinément à l’Autriche, au lieu de la Suisse, agissent exactement à l’instar des cadets, qui copient toujours les pires constitutions européennes, au lieu de s’inspirer des meilleures.

   Il existe en Suisse trois langues d’Etat mais les projets de loi, lors des référendums, sont imprimés en cinq langues, c’est‑à‑dire dans les trois langues d’Etat plus deux dialectes « romans ». Ces deux dialectes, d’après le recensement de 1900, sont parlés en Suisse par 38 651 habitants sur 3 315 443, soit un peu plus d’un pour cent. Les officiers et sous‑officiers de l’armée « ont toute latitude de s’adresser aux soldats dans leur langue maternelle ». Dans les cantons des Grisons et du Valais (chacun compte un peu plus de 100 000 habitants), les deux dialectes jouissent d’une égalité totale.2Voir René Henry, La Suisse et la question des langues, Berne, 1907. (Note de l’auteur)

   La question se pose : devons‑nous propager et préconiser cette expérience vivante d’un pays avancé ou emprunter aux Autrichiens des inventions jamais encore essayées nulle part dans le monde (et que les Autrichiens eux-mêmes n’ont pas encore adoptées), dans le genre de l’« autonomie exterterritoriale » ?

   Préconiser cette invention, c’est prêcher la division de l’école suivant les nationalités, c’est‑à‑dire se livrer à une propagande franchement nuisible. Or, l’expérience de là Suisse montre qu’il est pratiquement possible ‑ et que cela a été réalisé ‑ d’assurerla paix nationale la plus grande (relativement) sous le régime d’un démocratisme conséquent (toujours relativement) dans l’ensemble de l’Etat.

   « En Suisse, disent les gens qui ont étudié la question, le problème national n’existe pas dans l’acception est‑européenne. Le terme même (de problème national) est inconnu ici… »
« La Suisse a dépassé la lutte des nationalités à une époque déjà lointaine, en 1797‑1803.3Voir Ed. Blocher, Die Nationalitäten in der Schweiz, Berlin, 1910. (Note de l’auteur) »

   Cela veut dire que l’époque de la grande Révolution française, qui a résolu de la façon la plus démocratique les questions du moment concernant le passage du féodalisme au capitalisme, a su « résoudre » en passant la question nationale.

   Que les Semkovski, les Liebmann et autres opportunistes essaient maintenant d’affirmer que cette solution « exclusivement; suisse » est inapplicable à n’importe quel district ou même à une partie d’un district de Russie où, déjà sur 200 000 habitants, il existe deux dialectes parlés par 40 000 citoyens désireux de jouir dans leur pays d’une complète égalité endroits en ce qui concerne la langue !

   La propagande d’une égalité complète des nations et des langues ne groupe, dans chaque nation que les éléments favorables à une application conséquente des principes démocratiques (c’est‑à‑dire uniquement les prolétaires), en les unissant non par nationalité mais, par leur aspiration à des améliorations profondes et sérieuses de la structure générale de l’Etat. Au contraire, la propagande de l’« autonomie nationale culturelle », malgré les pieux souhaits de certains groupes et personnes, divise les nations et rapproche en fait les ouvriers d’une nation avec leur bourgeoisie (adoption de ladite « autonomie nationale culturelle » par tous les partis bourgeois juifs).

   Le principe de la complète égalité en droits est indissolublement lié à la garantie des droits des minorités nationales. Dans mon article de la Sévernaïa Pravda, ce principe a été exprimé presque de la même manière que dans la décision postérieure, officielle et plus exacte, du la conférence des marxistes. Cette décision exige « l’inclusion dans la Constitution d’une loi fondamentale déclarant nul et non avenu tout privilège accordé à l’une des nations et toute violation des droits d’une minorité nationale ».

   Essayant de tourner cette formule en dérision, M. Liebmann demande : « Et comment saura‑t‑on en quoi consistent les droits d’une minorité nationale ? » Le droit d’avoir « son programme » dans les écoles nationales ferait‑il partie du nombre ? Quelle doit être l’importance d’une minorité nationale pour qu’elle puisse bénéficier du droit d’avoir ses juges, ses fonctionnaires, ses écoles dans sa langue maternelle ? M. Liebmann désire tirer de ces questions la nécessité d’un programme national « positif ».

   En réalité, ces questions montrent nettement quelle marchandise réactionnaire veut faire passer notre bundiste à la faveur d’une discussion ne portant en apparence que sur de menus détails et particularités.

   « Son programme » dans son école nationale !… Chez les marxistes, cher national‑social, il existe un programme scolaire commun, qui exige, par exemple, une école absolument laïque. Du point de vue des marxistes, on ne saurait jamais et nulle part, dans un Etat démocratique, s’écarter de ce programme commun (et c’est à la population du lieu qu il appartient d’y introduire des matières « locales », langues, etc.). Quant au principe visant à « éliminer du ressort de l’Etat » le domaine scolaire et à le livrer aux nations, il en découle que nous, les ouvriers, dans notre Etat démocratique, devons laisser la possibilité aux « nations » de dépenser les deniers du peuple pour l’école cléricale ! Sans même s’en apercevoir, M. Liebmann a nettement expliqué ce qu’il y a de réactionnaire dans l’« autonomie nationale culturelle » !

   « Quelle doit être l’importance d’une minorité nationales ? » Même le programme autrichien si cher aux bundistes est muet sur ce point. Il déclare (d’une façon encore plus brève et encore moins claire que chez nous) : « Les droits des minorités nationales sont, garantis par une loi spéciale rendue parle Parlement d’Empire » (§ 4 du programme de Brünn).

   Pourquoi donc personne n’a‑t‑il jamais pris à partie les social‑démocrates autrichiens en leur demandant des précisions sur cette loi ? En s’enquérant des droits exacts dont il s’agit et de la minorité à laquelle il est question de les garantir ?

   Parce que tous les gens sensés comprennent qu’il est inopportun et impossible de définir dans le programme des questions de détail. Le programme n’établit que les principes fondamentaux. Dans le cas présent, le principe fondamental est sous‑entendu chez les Autrichiens et nettement exprimé dans la décision de la dernière conférence des marxistes de Russie. Il consiste à ne tolérer aucun privilège national, aucune inégalité nationale.

   Prenons un exemple concret pour éclairer le bundiste sur cette question. Dans la ville de St‑Pétersbourg, le recensement scolaire du 18 janvier 1911 a indiqué que les écoles primaires du ministère de l’« instruction » publique comptaient 48 076 écoliers, dont 396 Juifs, soit moins d’un pour cent. Il y avait aussi deux Roumains, un Géorgien, trois Arméniens, etc. Est‑il possible de dresser un programme national « positif » embrassant cette diversité de rapports et de conditions ? (Bien entendu, Pétersbourg n’est pas la ville nationale la plus « bigarrée » de Russie, loin de là.) Il semble que même des spécialistes en « subtilités » nationales, comme les bundistes, renonceront à dresser un tel programme.

   Or, s’il y avait dans la Constitution de l’Etat une loi fondamentale proclamant non valable toute mesure violant le droit des minorités, chaque citoyen pourrait exiger la levée d’une disposition interdisant, par exemple, d’engager aux frais de l’Etat des professeurs spéciaux de langue juive, d’histoire juive, etc., ou de réserver un local officiel à des cours destinés aux enfants juifs, arméniens et roumains, et même à un seul enfant géorgien. En tout cas, il n’est pas du tout impossible de satisfaire à tous les désirs raisonnables et équitables des minorités nationales sur la base de l’égalité en droits, et personne ne dira que préconiser cette égalité soit nuisible. Au contraire, préconiser la division de l’école par nations en réclamant par exemple, une école juive réservée aux enfants juifs de Pétersbourg, serait certainement nuisible, quant à la création d’écoles nationales pour toutes les minorités nationales, à l’usage de 1, 2 ou 3 enfants, elle est tout simplement impossible.

   Ensuite, aucune loi générale de l’Etat ne peut préciser l’importance numérique nécessaire à une minorité nationale pour avoir droit à une école particulière ou à des maîtres particuliers sur des matières d’enseignement complémentaires, etc.

   Par contre, la loi générale de l’Etat sur l’égalité en droits peut parfaitement être détaillée et développée par des ordonnances spéciales, des arrêtés de diètes régionales, de villes, de zemstvos, de communautés, etc.

flechesommaire2  

Notes

Notes
1 Novaïa Rabotchaïa Gazéta [Nouveau journal ouvrier] : quotidien légal menchévique, parût à partir d’août 1913, sous divers titres en raison de la censure.
2 Voir René Henry, La Suisse et la question des langues, Berne, 1907. (Note de l’auteur)
3 Voir Ed. Blocher, Die Nationalitäten in der Schweiz, Berlin, 1910. (Note de l’auteur)