2. « Notre conception de la nouvelle époque »

Sur une caricature du marxisme et à propos de l’ « économisme impérialiste »

Lénine

2. « Notre conception de la nouvelle époque »

   P. Kievski, à qui appartient l’expression mise entre guillemets, parle cons­tamment d’une « nouvelle époque ». Là encore, malheureusement, ses raisonnements sont erronés.

   Les résolutions de notre Parti parlent de la guerre actuelle, engendrée par les conditions générales de l’époque impérialiste. Les rapports entre « l’époque » et la « guerre actuelle » sont posés par nous correctement au point de vue marxiste : pour être marxiste, il faut porter un jugement concret sur chaque guerre prise en particulier. Afin de comprendre pour quelles raisons, parmi les grandes puissances dont beaucoup furent entre 1789 et 1871 à la tête de la lutte pour la démocratie, pouvait et devait surgir une guerre impérialiste, c’est-à-dire la guerre la plus réactionnaire et la plus antidémocratique qui soit de par son contenu politique, il faut comprendre les conditions générales de l’époque impérialiste, c’est-à-dire de la transformation en impérialisme du capitalisme des pays avancés.

   P. Kievski a complètement dénaturé ces rapports entre « l’époque » et la « guerre actuelle ». Il apparaît chez lui que parler concrètement, c’est parler de l’« époque » ! Ce qui est absolument faux.

   L’époque 1789 – 1871 est une époque particulière pour l’Europe. C’est in­discutable.

   On ne peut comprendre aucune des guerres de libération na­tionale qui caractérisent si bien cette période, si l’on n’a pas compris les conditions générales de cette époque. Est-ce à dire que toutes les guerres de cette époque furent des guerres de libération nationale ? Non, bien en­tendu. Le prétendre serait tombé dans l’absurde et substituer un cliché ridicule à l’étude concrète de chaque guerre prise en particulier. Entre 1789 et 1871 il y eut aussi des guerres coloniales et des guerres entre des empires réactionnaires qui opprimaient quantité de nations étrangères.

   Une question : du fait que le capitalisme avancé européen (et américain) est entré dans la nouvelle époque de l’impérialisme, s’ensuit-il que les guerres impérialistes sont les seules possibles à l’heure actuelle ? Ce serait une affirmation absurde, traduisant l’incapacité de distinguer un phéno­mène concret donné de toute la somme des phénomènes les plus divers de cette époque. Une époque s’appelle de ce nom précisément parce qu’elle embrasse une somme de phénomènes et de guerres très variés, aussi bien typiques que fortuits, aussi bien grands que petits, aussi bien particuliers aux pays avancés que caractéristiques des pays retardataires. Éluder ces questions concrètes par des phrases générales sur l’« époque », comme le fait P. Kievski, c’est abuser de la notion d’« époque ». Nous allons citer un exemple parmi bien d’autres afin de ne pas avancer des affirmations gratuites. Mais il faut tout d’abord rappeler qu’un groupe de gauches, à savoir le groupe allemand l’Internationale1Le groupe « Internationale » qui prit plus tard le nom de « Ligue Spartacus >> fut formé par les social-democrates de gauche K. Liebknecht, R. Luxembourg, F. Mehring, C. Zetkin et d’autres encore, au début de la première guerre mondiale. , a énoncé au para­graphe 5 de ses thèses (publiées dans le n° 3 du Bulletin de la Commis­sion exécutive de Berne, 29 février 1916) une affirmation manifestement fausse : « À l’ère de cet impérialisme déchaîné, il ne peut plus y avoir au­cune guerre nationale. » Nous avons analysé cette affirmation2Voir A propos de la brochure de Junius dans le Recueil du Social-Démocrate3« Le Recueil du Social-démocrate » était édité par la rédaction de l’Organe central du P.O.S.D.R., le journal Le Social-Démocrate, sous la direction immédiate de Lénine. Il en parut deux numéros : le n° 1 en octobre 1916, et le n° 2 en décembre 1916.P. 38.. Nous nous bornerons ici à cette remarque bien que cette thèse théorique soit connue depuis longtemps de tous ceux qui s’intéressent au mouvement internationaliste (nous l’avons déjà com­battue à l’assemblée élargie de la Commission exécutive de Berne au prin­temps 1916), aucun groupe, jusqu’à présent, ne l’a reprise, ne l’a faite sienne. Et lorsque P. Kievski a écrit son article, en août 1916, il n’a pas dit un mot dans le sens de cette affirmation ou d’une autre semblable.

   Voici pourquoi cette remarque est nécessaire : si une telle affirmation théorique ou une autre semblable avait été formulée, on aurait pu parler d’une divergence théorique. Mais puisqu’il n’ y a pas d’affirmation semblable, nous sommes obligés de dire qu’il n’est pas question d’une concep­tion différente de « l’époque », d’une divergence théorique, mais seule­ment d’une envolée oratoire, seulement d’un abus du mot « époque ».

   Exemple : « N’est-elle pas semblable (la libre disposition), écrit P. Kievski tout au début de son article, au droit à l’attribution gratuite de 10 000 hectares sur Mars? On ne saurait répondre à cette question que d’une fa­çon tout à fait concrète, en tenant compte de toute l’époque actuelle ; car le droit de libre disposition des nations à l’époque de la formation des États nationaux, représentant les meilleures formes de développement des forces productives à leur niveau du moment, est une chose ; alors que ce même droit à l’époque où ces formes, les formes des États nationaux, sont devenues des entraves au développement des forces productives, est une tout autre chose.

   Une énorme distance sépare l’époque où le capita­lisme et l’État national s’instauraient d’eux-mêmes et celle qui voit périr l’État national et qui prélude à la faillite du capitalisme lui-même. Mais parler « en général », en dehors du temps et de l’espace, ce n’est pas le fait d’un marxiste. »

   Ce raisonnement est un modèle d’emploi caricatural de la notion « d’époque impérialiste ».

   C’est précisément parce que cette notion est nou­velle et importante qu’il faut lutter contre la caricature ! De quoi s’agit-il lorsqu’on dit que les formes de l’État national sont devenues des entraves, etc. ? Il s’agit des pays capitalistes avancés, notamment de l’Allemagne, de la France, de l’Angleterre, dont la participation à la guerre actuelle l’a rendue impérialiste au premier chef. Dans ces pays, qui jusqu’à présent avaient mené l’humanité en avant, surtout entre 1789 et 1871, s’est achevé le processus de formation de l’État national ; dans ces pays, le mouvement national remonte à un passé à jamais révolu, et le faire re­naître serait une absurde utopie réactionnaire. Le mouvement national des Français, des Anglais, des Allemands est achevé depuis longtemps ; c’est autre chose qui figure ici à l’ordre du jour de l’histoire ; les nations qui se libéraient se sont transformées en nations oppressives, en nations se li­vrant au pillage impérialiste, et qui vivent « à la veille de la faillite du capitalisme ».

   Et les autres nations ?

   P. Kievski répète comme une règle apprise que les marxistes doivent rai­sonner « concrètement », mais il ne l’applique pas. Dans nos thèses, au contraire, nous avons à dessein présenté un modèle de réponse concrète, et P. Kievski ne s’est pas donné la peine de nous signaler notre erreur, si toutefois il en a relevé une.

   Dans nos thèses (paragraphe 6), il est dit qu’il faut distinguer, pour être concret, au moins trois types différents de pays dans la question de la libre disposition. (Il est évident qu’on ne saurait, dans des thèses géné­rales, parler séparément de chaque pays.) Le premier type, ce sont les pays avancés de l’Europe de l’Ouest (et de l’Amérique), où le mouvement national appartient au passé. Le second type, c’est l’Europe de l’Est, où il appartient au présent. Le troisième, ce sont les serai-colonies et les colonies où il appartient, dans une large mesure, à l’avenir4Voir V. Lénine, Œuvres, tome 22, La révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes. .

   Est-ce exact ou non ? C’est ici que P. Kievski devait exercer sa critique. Mais il ne remarque même pas en quoi consistent les questions théo­riques ! Il ne voit pas que tant qu’il n’aura pas réfuté cette affirmation (celle du paragraphe 6) de nos thèses- et on ne peut la réfuter, car elle est juste- ses raisonnements sur l’« époque » font penser à un homme qui « brandit » un sabre sans porter aucun coup.

   « Contrairement à l’opinion de V. Iline écrit-il à la fin de son article, nous pensons que pour la majorité des pays occidentaux (!) La question nationale n’est pas résolue »

   Ainsi, le mouvement national des Français, des Espagnols, des Anglais, des Hollandais, des Allemands, des Italiens, n’aurait pas été achevé aux XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles et antérieurement ? Au début de l’article, la no­tion d’« époque de l’impérialisme » est altérée de telle sorte que le mou­vement national est présenté comme achevé en général, et pas seulement dans les pays avancés d’Occident. À la fin du même article, la « question nationale » est déclarée « non résolue » précisément dans les pays occidentaux ! N’est-ce pas faire preuve de confusion ?

   Dans les pays occidentaux, le mouvement national appartient à un passé lointain. En Angleterre, en France, en Allemagne, etc., la « patrie » a déjà chanté son grand air, a déjà joué-son rôle historique, c’est-à-dire que le mouvement national ne peut rien y apporter de progressif, qui élève à une nouvelle vie économique et politique de nouvelles masses de gens. Ce qui est ici à l’ordre du jour de l’histoire, ce n’est pas le passage du féodalisme ou de la barbarie patriarcale au progrès national, à la patrie civilisée et politiquement libre, mais le passage de la « patrie » qui a fait son temps, qui a passé le stade de la maturité capitaliste, au socialisme.

   Dans l’Est de l’Europe, il en va autrement. En ce qui concerne les Ukrai­niens et les Biélorusses, par exemple, seul un homme vivant en rêve sur Mars pourrait nier qu’ici le mouvement national n’est pas encore achevé, que l’éveil des masses à la possession de la langue nationale et de sa litté­rature – (ce qui est la condition nécessaire et le corollaire du développe­ment complet du capitalisme, de la pénétration complète de l’échange jusqu’à la dernière famille paysanne) – y est encore en voie d’accomplissement. Ici, la « patrie » n’a pas encore chanté tout son grand air histo­rique. Ici, la « défense de la patrie» peut encore être la défense de la dé­mocratie, de la langue maternelle, de la liberté politique contre les nations oppressives contre le moyen âge, alors que les Anglais, les Français, les Allemands, les Italiens mentent à présent quand ils parlent de la défense de leur patrie dans la guerre actuelle, car ce n’est pas la langue mater­nelle, ce n’est pas la liberté de leur développement national qu’ils défendent en fait, mais leurs droits d’esclavagistes, leurs colonies, les « zones d’influence » de leur capital financier dans les pays étrangers, etc. Dans les semi-colonies et les colonies, le mouvement national est encore plus jeune historiquement que dans l’Est de l’Europe.

   À quoi s’appliquent les mots sur les « pays hautement évolués » et sur l’époque impérialiste ? En quoi consiste la position « particulière » de la Russie (titre du paragraphe e du 2e chapitre chez P. Kievski) et pas seu­lement de la Russie ? Où le mouvement de libération nationale est-il une formule mensongère et où est-il une réalité vivante et progressive ? Voilà ce que P. Kievski n’a absolument pas compris.

flechesommaire2  

Notes   [ + ]

1. Le groupe « Internationale » qui prit plus tard le nom de « Ligue Spartacus >> fut formé par les social-democrates de gauche K. Liebknecht, R. Luxembourg, F. Mehring, C. Zetkin et d’autres encore, au début de la première guerre mondiale.
2. Voir A propos de la brochure de Junius
3. « Le Recueil du Social-démocrate » était édité par la rédaction de l’Organe central du P.O.S.D.R., le journal Le Social-Démocrate, sous la direction immédiate de Lénine. Il en parut deux numéros : le n° 1 en octobre 1916, et le n° 2 en décembre 1916.P. 38.
4. Voir V. Lénine, Œuvres, tome 22, La révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes.