Deux télégrammes envoyés à Tchiang Kai-Chek par le commandant en chef du XVIIIe groupe d’armées

Deux télégrammes envoyés à Tchiang Kai-Chek par le commandant en chef du XVIIIe groupe d’armées1Télégrammes rédigés par le camarade Mao Tsé-toung pour le commandant en chef du XVIIIe Groupe d’Armées. A cette époque, où les agresseurs japonais avaient annoncé leur capitulation, mais n’avaient pas encore capitulé en fait, le gouvernement de Tchiang Kaï-chek, avec l’assistance armée de l’impérialisme américain, s’était arrogé le droit de recevoir la capitulation japonaise et, sous le prétexte d’y procéder, il avait envoyé des forces importantes pour faire pression sur les régions libérées et préparait activement la guerre civile contre-révolutionnaire. En rédigeant le premier télégramme, le camarade Mao Zedong avait pour but de démasquer le visage contre-révolutionnaire de Tchiang Kaï-chek et de mettre tout le peuple en garde contre son complot de guerre civile. Le second télégramme allait plus loin dans la dénonciation du complot tramé par la clique de Tchiang Kaï-chek pour déclencher la guerre civile et avançait la proposition en six points du Parti communiste chinois pour prévenir celle-ci. Dans le même but, le camarade Mao Tsé-toung écrivit pour l’Agence Hsinhua deux commentaires: “Tchiang Kaï-chek suscite la guerre civile” et “Sur la déclaration d’un porte-parole de Tchiang Kaï-chek”, qui figurent dans ce volume. En raison de la position ferme et décidée du Parti communiste chinois, qui refusait de se laisser intimider par les rodomontades réactionnaires de Tchiang Kaï-chek, les régions libérées ainsi que l’Armée de Libération se développèrent rapidement; et sous la forte pression politique exercée dans le pays et à l’étranger contre le déclenchement d’une guerre civile en Chine, Tchiang Kaï-chek dut changer de tactique, afficher une mine pacifique et inviter le camarade Mao Zedong à se rendre à Tchongking pour des négociations de paix.

Mao Zedong

Août 1945

I. LE TELEGRAMME DU 13 AOUT

Nous avons eu connaissance par la radio de Tchongking de deux dépêches de l’Agence centrale d’Information; l’une transmettait l’ordre que vous nous adressiez, l’autre, votre ordre aux officiers et aux soldats des différentes zones de guerre. Dans l’ordre qui nous concerne, il est dit que “toutes les unités du XVIIIe Groupe d’Armées doivent rester sur leurs positions jusqu’à nouvel ordre”. De plus, il y est question de nous interdire de procéder au désarmement de l’ennemi. D’après la dépêche de l’Agence centrale d’Information en provenance de Tchongking et datée du 11 août, votre ordre aux officiers et aux soldats des différentes zones de guerre s’énonçait comme suit: “Le commandement suprême a envoyé aujourd’hui à tous les officiers et soldats des différentes zones de guerre des télégrammes leur ordonnant d’intensifier l’effort de guerre et, conformément aux plans militaires établis et aux ordres donnés, de se porter énergiquement en avant sans la moindre relâche.” Nous estimons que ces deux ordres se contredisent. Selon le premier, nos unités doivent “rester sur leurs positions jusqu’à nouvel ordre”, donc cesser toute attaque, cesser tout combat. Pourquoi nous demandez-vous de ne plus nous battre, alors qu’en fait les agresseurs japonais n’ont pas encore capitulé et continuent à chaque heure et à chaque minute, à tuer des Chinois, à combattre les troupes chinoises comme ils combattent les troupes soviétiques, américaines et britanniques, et que, de leur côté, les troupes soviétiques, américaines et britanniques attaquent les agresseurs japonais à chaque heure et à chaque minute? Quant au second ordre, nous le considérons comme excellent: “. . . intensifier l’effort de guerre et. . . se porter énergiquement en avant sans la moindre relâche”. Voilà un ordre! Mais il est regrettable que vous ne l’ayez donné qu’à vos propres troupes et pas à nous et que vous nous en ayez donné un tout différent. Chu Teh a adressé le 10 août un ordre à toutes les forces armées antijaponaises des régions libérées de Chine2Voir “Tchiang Kaï-chek suscite la guerre civile”, note 1, pp. 28-29 du présent tome., les engageant précisément à “intensifier l’effort de guerre”. Son ordre spécifiait en outre que tout en “intensifiant l’effort de guerre”, elles devaient ordonner aux agresseurs japonais de se rendre à elles, et saisir les armes et autre matériel des troupes ennemies et fantoches. Ces instructions ne sont-elles pas excellentes? Incontestablement, elles le sont. Incontestablement, elles servent la nation chinoise. Mais l’instruction de “rester sur leurs positions jusqu’à nouvel ordre” ne sert décidément pas l’intérêt national. Nous considérons l’ordre que vous avez donné là comme erroné, si erroné que nous sommes obligés de vous informer que nous le rejetons catégoriquement. Car cet ordre est non seulement injuste, mais aussi contraire à l’intérêt de la nation chinoise et ne profite qu’aux agresseurs japonais et aux traîtres à la patrie.

II. LE TELEGRAMME DU 16 AOUT

Au moment où notre ennemi commun, le gouvernement japonais, a accepté les termes de la Déclaration de Potsdam et a déjà annoncé sa capitulation, mais n’a pas encore capitulé en fait, je vous adresse ici, au nom de toutes les forces armées antijaponaises et des 260 millions d’habitants des régions libérées de Chine et des régions occupées par le Japon, la déclaration et les demandes suivantes.

Maintenant que la Guerre de Résistance contre le Japon s’achève victorieusement, j’attire votre attention sur l’état de fait qui se présente aujourd’hui sur le théâtre de guerre de la Chine: Dans les vastesrégions occupées par l’ennemi et les fantoches et abandonnées par vous, nous avons, contre votre volonté, en huit ans de durs combats, repris près d’un million de kilomètres carrés de territoires, libéré plus de 100 millions d’habitants, organisé une armée régulière de plus d’un million d’hommes et une milice populaire de plus de 2.200.000 hommes, établi 19 grandes régions libérées3Les dix-neuf régions libérées étaient: le Chensi-Kansou-Ninghsia, le Chansi-Soueiyuan, le Chansi-Tchahar-Hopei, le Hopei-Jéhol-Liaoning, le Chansi-Hopei Honan, le Hopei-Chantong-Honan, le Chantong, le Kiangsou du Nord, le Kiangsou central, le Kiangsou du Sud, le nord du Houaiho, le sud du Houaiho, l’Anhouei central, le Tchékiang, le Kouangtong, le Kiongya (île de Hainan), le Hounan-Houpei-Kiangsi, le Houpei-Honan-Anhouei et le Honan. sur le territoire des 19 provinces suivantes: Liaoning, Jéhol, Tchahar, Soueiyuan, Hopei, Chansi, Chensi, Kansou, Ninghsia, Honan, Chantong, Kiangsou, Anhouei, Houpei, Hounan, Kiangsi, Tchékiang, Foukien et Kouangtong, et encerclé, sauf dans quelques régions, la plupart des villes et des bourgs, des voies de communication importantes et des parties du littoral pris par l’ennemi et les fantoches depuis l’Incident du 7 Juillet 19374Le 7 juillet 1937, les forces d’agression japonaises assaillirent la garnison chinoise de Loukeoukiao, à un peu plus de 10 kilomètres au sud-ouest de Pékin. Soutenue par l’élan de la nation tout entière qui s’était dressée contre le Japon, la garnison chinoise résista aux envahisseurs. Ainsi débuta l’héroïque guerre de résistance du peuple chinois, qui devait durer huit ans.. De plus, dans les régions sous occupation japonaise (peuplées de 160 millions d’habitants), nous avons organisé d’importantes forces clandestines de résistance pour porter des coups à l’ennemi et aux fantoches. Sur le plan des opérations, nous contenons, attaquons et encerclons toujours 69 pour cent des troupes d’invasion japonaises en Chine (abstraction faite de celles du Nord-Est) et 95 pour cent des troupes fantoches. Au contraire, votre gouvernement et vos forces armées ont suivi continuellement la politique consistant à attendre la victoire en spectateurs, les bras croisés, à conserver vos forces et à préparer la guerre civile; vous n’avez pas seulement refusé de reconnaître et de ravitailler nos régions libérées et nos armées, vous nous avez encore encerclés et attaqués avec des forces énormes s’élevant à 940.000 hommes. Bien que l’armée et la population des régions libérées de Chine aient souffert à l’extrême d’être attaquées par les forces ennemies et fantoches d’un côté et par vos propres troupes de l’autre, elles n’ont jamais accusé la moindre défaillance dans leur volonté de persévérer dans la Guerre de Résistance, l’union et la démocratie. Le peuple des régions libérées de Chine et le Parti communiste chinois vous ont maintes fois fait la proposition, à vous et à votre gouvernement, de convoquer une conférence de tous les partis et de former un gouvernement démocratique de coalition soutenu par tout le pays, pour mettre fin aux luttes intestines, mobiliser et unir toutes les forces antijaponaises du peuple chinois, conduire la Guerre de Résistance à la victoire et assurer la paix après la guerre. Mais nos propositions ont été invariablement rejetées par vous et votre gouvernement. Nous sommes extrêmement mécontents de tout cela.

Le pays ennemi va signer sa capitulation, mais vous et votre gouvernement, vous continuez à ignorer nos avis; bien plus, vous m’avez adressé le 11 août un ordre des plus absurdes et, sous prétexte de désarmer l’ennemi, vous avez ordonné à vos troupes d’exercer sur une large échelle une pression militaire contre les régions libérées. Le danger d’une guerre civile est donc plus sérieux que jamais. Tout cela nous met dans l’obligation de présenter à vous et à votre gouvernement les demandes suivantes:

1. J’exige que vous nous consultiez afin d’aboutir à des vues communes, avant que vous, votre gouvernement et votre Haut Commandement ne receviez la capitulation du Japon et des fantoches et ne concluiez, à la suite de la capitulation, quelque accord ou traité que ce soit. Car vous avez, vous et votre gouvernement, suscité le mécontentement du peuple et vous ne pouvez représenter ni les larges masses ni aucune des forces armées populaires antijaponaises dans les régions libérées de Chine et les régions occupées par le Japon en Chine. Nous nous réservons le droit d’exprimer notre avis si les accords ou traités incluent, sans notre agrément préalable, quoi que ce soit qui concerne les forces armées populaires antijaponaises dans les régions libérées de Chine et les régions occupées par le Japon.

2. Toutes les forces armées populaires antijaponaises dans les régions libérées de Chine et dans les régions occupées par le Japon ont le droit, conformément à la Déclaration de Potsdam et aux modalités fixées par les Alliés pour l’acceptation de la capitulation de l’ennemi5Le 10 août 1945, le gouvernement japonais adressa à l’Union soviétique, à la Chine, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne sa demande de capitulation. Le11 août, les gouvernements de ces quatre puissances répondirent que “les commandements de l’armée japonaise de terre, de mer et de l’air” et “toutes les forces contrôlées par eux dans quelque endroit qu’elles se trouvent” devaient “cesser toute opération active” et “rendre les armes”., de recevoir la reddition des troupes japonaises et fantoches encerclées par nous, de prendre possession de leurs armes et de leur matériel et d’assumer la responsabilité de l’exécution de toutes les clauses que les Alliés auront imposées au Japon après avoir reçu sa capitulation. Le 10 août, j’ai donné aux forces armées des régions libérées de Chine l’ordre de redoubler d’efforts pour attaquer les troupes ennemies et de se tenir prêtes à recevoir leur capitulation. Le 15 août, j’ai ordonné à Yasuji Okamura, commandant en chef des forces ennemies, de se rendre avec ses troupes6Yasuji Okamura était alors le commandant en chef des forces d’invasion japonaises en Chine. L’ordre notifié par le commandant en chef Chu Teh à Yasuji Okamura était libellé comme suit:
1) Le gouvernement japonais a formellement accepté les termes de la Déclaration de Potsdam et annoncé sa capitulation.
2) Vous ordonnerez à toutes les troupes sous votre commandement de cesser toutes les opérations militaires; toutes les troupes, sauf celles encerclées par les forces du gouvernement du Kuomintang, doivent se rendre à nous sur l’ordre de la VIIIe Armée de Route, de la Nouvelle IVe Armée et de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud des régions libérées de Chine.
3) En ce qui concerne la reddition des troupes japonaises en Chine du Nord, vous ordonnerez au général Sadamu Shimomura d’envoyer un représentant dans le secteur de Fouping de la VIIIe Armée de Route, afin d’y recevoir les ordres du général Nié Jong-tchen; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises en Chine de l’Est, vous désignerez vous-même un représentant qui se rendra dans le secteur de Tientchang, où se trouve le Quartier général de la Nouvelle IVe Armée, afin d’y recevoir les ordres du général Tchen Yi; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises dans les provinces du Houpei et du Honan, vous ordonnerez à votre représentant à Wouhan de se rendre dans le secteur du mont Tapié de la 5e division de la Nouvelle IVe Armée, afin d’y recevoir les ordres du général Li Sien-nien; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises dans la province du Kouangtong, vous ordonnerez à votre représentant à Canton de se rendre dans le secteur de Tong-kouan de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud, afin d’y recevoir les ordres du général Tseng Cheng.
4) Toutes les troupes japonaises en Chine du Nord, de l’Est, du Centre et du Sud (excepté celles encerclées par les troupes du Kuomintang) doivent garder intacts toutes les armes et tout autre matériel qu’elles détiennent, en attendant que leur reddition soit reçue par notre armée, et ne doivent prendre d’ordres que de la VIIIe Armée de Route, de la Nouvelle IVe Armée ou de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud.
5) Tous les avions et navires en Chine du Nord et de l’Est doivent rester là où ils sont, mais les navires ancrés le long de la côte chinoise de la mer Jaune et du golfe de Pohai doivent être concentrés à Lienyunkang, Tsingtao, Weihaiwei et Tientsin.
6) Il ne doit se produire aucune destruction de matériel ou d’installations.
7) Vous et les commandants des armées japonaises dans la Chine du Nord, de l’Est, du Centre et du Sud serez tenus entièrement responsables de l’exécution de l’ordre ci-dessus.
; cet ordre, cependant, ne s’appliquait qu’à la sphère opérationnelle des forces armées des régions libérées de Chine et non à d’autres régions. Je considère mes ordres comme parfaitement raisonnables et conformes aux intérêts communs de la Chine et des Alliés.

3. Les larges masses et toutes les forces armées antijaponaises des régions libérées de Chine et des régions occupées par le Japon ont le droit d’envoyer leurs propres représentants participer à l’acceptation de la capitulation de l’ennemi par les Alliés et au règlement de toutes les questions résultant de la capitulation du pays ennemi.

4. Les régions libérées de Chine et toutes les forces armées antijaponaises ont le droit de désigner leur propre délégation pour participer à la future conférence de paix sur le Japon et aux conférences des Nations unies.

5. Je vous demande d’éviter la guerre civile. Le moyen d’y parvenir, c’est que les forces armées des régions libérées reçoivent la reddition des troupes de l’ennemi et des fantoches qu’elles ont encerclées, tandis que vos propres forces armées recevront la reddition des troupes de l’ennemi et des fantoches qu’elles ont encerclées. Non seulement c’est l’usage établi dans toutes les guerres, mais surtout c’est indispensable pour éviter la guerre civile. Si vous agissez autrement, il en résultera des conséquences fâcheuses. L’avertissement que je vous donne ici est sérieux et je vous demande de ne pas le prendre à la légère.

6. Je vous demande d’abolir immédiatement la dictature d’un seul parti, de convoquer une conférence de tous les partis pour former un gouvernement démocratique de coalition, de destituer tous les fonctionnaires corrompus et concussionnaires ainsi que tous les réactionnaires, de punir les traîtres, de supprimer les services secrets, de reconnaître le statut légal des différents partis (le Parti communiste chinois et tous les partis démocratiques ont été jusqu’à présent considérés comme illégaux par vous et votre gouvernement), d’annuler toutes les lois et tous les décrets réactionnaires qui jugulent les libertés du peuple, de reconnaître les gouvernements élus par le peuple et les forces armées antijaponaises dans les régions libérées de Chine, de retirer les troupes encerclant les régions libérées, de relâcher les détenus politiques, de réaliser des réformes économiques et d’autres réformes démocratiques.

De plus, vous avez dû recevoir le télégramme que je vous ai envoyé le 13 août en réponse à votre ordre du 11 août. Je le répète: votre ordre était absolument erroné. Le 11 août, vous ordonniez à mes troupes de “rester sur leurs positions jusqu’à nouvel ordre”, de ne plus attaquer l’ennemi. Cependant, il n’était pas seulement vrai le 11 août, mais il est encore vrai aujourd’hui (16 août) que le gouvernement japonais n’a capitulé qu’en paroles, non en fait; l’acte de capitulation n’a pas encore été signé, la capitulation effective n’a pas encore eu lieu. Mon point de vue est d’ailleurs en parfait accord avec celui des Alliés — la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Union soviétique. Le 11 août, le jour même où vous émettiez l’ordre qui m’était destiné, le Commandement de l’Armée britannique du front de Birmanie annonçait que la guerre avec le Japon continuait. Comme Nimitz7Chester W. Nimitz était alors commandant en chef de la flotte américaine du Pacifque et de la Zone de guerre du Pacifque., commandant des forces américaines, le déclarait, non seulement l’état de guerre était maintenu, mais la guerre avec toutes ses conséquences dévastatrices devait être poursuivie. Le Commandement de l’Armée rouge de l’Union soviétique en Extrême-Orient annonçait: “L’ennemi doit être écrasé sans merci.” Le 15 août, legénéral Antonov, chef d’état-major général de l’Armée rouge, faisait la déclaration suivante:

Le message sur la capitulation du Japon, publié par l’empereur du Japon le 14 août, n’est qu’une déclaration générale concernant une capitulation sans condition. L’ordre aux forces armées de cesser les hostilités n’a pas encore été donné et les troupes japonaises continuent de résister. Il n’y a donc pas encore de reddition effective des forces armées japonaises. La reddition des troupes japonaises ne pourra être considérée comme effective que du moment où l’empereur du Japon ordonnera à ses forces armées de cesser les hostilités, de déposer les armes et où cet ordre sera réellement exécuté. Étant donné ce qui précède, les forces armées de l’Union soviétique en Extrême-Orient continueront leurs opérations offensives contre le Japon.

Il apparaît bien que vous seul, de tous les commandants en chef des forces alliées, avez donné un ordre absolument erroné. J’estime que votre erreur provient de la recherche de votre intérêt égoïste et qu’elle est de caractère extrêmement grave; c’est-à-dire que votre ordre sert l’ennemi. C’est pourquoi, me conformant aux intérêts communs de la Chine et des Alliés, je m’opposerai fermement et catégoriquement à votre ordre tant que vous n’aurez pas reconnu publiquement votre erreur et annulé cet ordre erroné. Je continue donc à ordonner aux unités armées qui sont sous mon commandement d’attaquer résolument l’ennemi, en coordonnant leurs actions à celles des forces armées de l’Union soviétique, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, jusqu’à ce que l’ennemi cesse effectivement les hostilités, rende les armes et que le territoire de la patrie soit complètement reconquis. Je vous le déclare formellement: Je suis un soldat patriote et je ne puis agir autrement.

Je vous demande une prompte réponse sur ce qui précède.

flechesommaire2

Notes

1 Télégrammes rédigés par le camarade Mao Tsé-toung pour le commandant en chef du XVIIIe Groupe d’Armées. A cette époque, où les agresseurs japonais avaient annoncé leur capitulation, mais n’avaient pas encore capitulé en fait, le gouvernement de Tchiang Kaï-chek, avec l’assistance armée de l’impérialisme américain, s’était arrogé le droit de recevoir la capitulation japonaise et, sous le prétexte d’y procéder, il avait envoyé des forces importantes pour faire pression sur les régions libérées et préparait activement la guerre civile contre-révolutionnaire. En rédigeant le premier télégramme, le camarade Mao Zedong avait pour but de démasquer le visage contre-révolutionnaire de Tchiang Kaï-chek et de mettre tout le peuple en garde contre son complot de guerre civile. Le second télégramme allait plus loin dans la dénonciation du complot tramé par la clique de Tchiang Kaï-chek pour déclencher la guerre civile et avançait la proposition en six points du Parti communiste chinois pour prévenir celle-ci. Dans le même but, le camarade Mao Tsé-toung écrivit pour l’Agence Hsinhua deux commentaires: “Tchiang Kaï-chek suscite la guerre civile” et “Sur la déclaration d’un porte-parole de Tchiang Kaï-chek”, qui figurent dans ce volume. En raison de la position ferme et décidée du Parti communiste chinois, qui refusait de se laisser intimider par les rodomontades réactionnaires de Tchiang Kaï-chek, les régions libérées ainsi que l’Armée de Libération se développèrent rapidement; et sous la forte pression politique exercée dans le pays et à l’étranger contre le déclenchement d’une guerre civile en Chine, Tchiang Kaï-chek dut changer de tactique, afficher une mine pacifique et inviter le camarade Mao Zedong à se rendre à Tchongking pour des négociations de paix.
2 Voir “Tchiang Kaï-chek suscite la guerre civile”, note 1, pp. 28-29 du présent tome.
3 Les dix-neuf régions libérées étaient: le Chensi-Kansou-Ninghsia, le Chansi-Soueiyuan, le Chansi-Tchahar-Hopei, le Hopei-Jéhol-Liaoning, le Chansi-Hopei Honan, le Hopei-Chantong-Honan, le Chantong, le Kiangsou du Nord, le Kiangsou central, le Kiangsou du Sud, le nord du Houaiho, le sud du Houaiho, l’Anhouei central, le Tchékiang, le Kouangtong, le Kiongya (île de Hainan), le Hounan-Houpei-Kiangsi, le Houpei-Honan-Anhouei et le Honan.
4 Le 7 juillet 1937, les forces d’agression japonaises assaillirent la garnison chinoise de Loukeoukiao, à un peu plus de 10 kilomètres au sud-ouest de Pékin. Soutenue par l’élan de la nation tout entière qui s’était dressée contre le Japon, la garnison chinoise résista aux envahisseurs. Ainsi débuta l’héroïque guerre de résistance du peuple chinois, qui devait durer huit ans.
5 Le 10 août 1945, le gouvernement japonais adressa à l’Union soviétique, à la Chine, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne sa demande de capitulation. Le11 août, les gouvernements de ces quatre puissances répondirent que “les commandements de l’armée japonaise de terre, de mer et de l’air” et “toutes les forces contrôlées par eux dans quelque endroit qu’elles se trouvent” devaient “cesser toute opération active” et “rendre les armes”.
6 Yasuji Okamura était alors le commandant en chef des forces d’invasion japonaises en Chine. L’ordre notifié par le commandant en chef Chu Teh à Yasuji Okamura était libellé comme suit:
1) Le gouvernement japonais a formellement accepté les termes de la Déclaration de Potsdam et annoncé sa capitulation.
2) Vous ordonnerez à toutes les troupes sous votre commandement de cesser toutes les opérations militaires; toutes les troupes, sauf celles encerclées par les forces du gouvernement du Kuomintang, doivent se rendre à nous sur l’ordre de la VIIIe Armée de Route, de la Nouvelle IVe Armée et de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud des régions libérées de Chine.
3) En ce qui concerne la reddition des troupes japonaises en Chine du Nord, vous ordonnerez au général Sadamu Shimomura d’envoyer un représentant dans le secteur de Fouping de la VIIIe Armée de Route, afin d’y recevoir les ordres du général Nié Jong-tchen; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises en Chine de l’Est, vous désignerez vous-même un représentant qui se rendra dans le secteur de Tientchang, où se trouve le Quartier général de la Nouvelle IVe Armée, afin d’y recevoir les ordres du général Tchen Yi; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises dans les provinces du Houpei et du Honan, vous ordonnerez à votre représentant à Wouhan de se rendre dans le secteur du mont Tapié de la 5e division de la Nouvelle IVe Armée, afin d’y recevoir les ordres du général Li Sien-nien; en ce qui concerne la reddition des troupes japonaises dans la province du Kouangtong, vous ordonnerez à votre représentant à Canton de se rendre dans le secteur de Tong-kouan de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud, afin d’y recevoir les ordres du général Tseng Cheng.
4) Toutes les troupes japonaises en Chine du Nord, de l’Est, du Centre et du Sud (excepté celles encerclées par les troupes du Kuomintang) doivent garder intacts toutes les armes et tout autre matériel qu’elles détiennent, en attendant que leur reddition soit reçue par notre armée, et ne doivent prendre d’ordres que de la VIIIe Armée de Route, de la Nouvelle IVe Armée ou de la Colonne antijaponaise de la Chine du Sud.
5) Tous les avions et navires en Chine du Nord et de l’Est doivent rester là où ils sont, mais les navires ancrés le long de la côte chinoise de la mer Jaune et du golfe de Pohai doivent être concentrés à Lienyunkang, Tsingtao, Weihaiwei et Tientsin.
6) Il ne doit se produire aucune destruction de matériel ou d’installations.
7) Vous et les commandants des armées japonaises dans la Chine du Nord, de l’Est, du Centre et du Sud serez tenus entièrement responsables de l’exécution de l’ordre ci-dessus.
7 Chester W. Nimitz était alors commandant en chef de la flotte américaine du Pacifque et de la Zone de guerre du Pacifque.