Intervention sur le militarisme et la politique coloniale au congrès de l’Internationale

Intervention sur le militarisme et la politique coloniale au congrès de l’Internationale

Rosa Luxembourg

17 septembre 1900

   Mis en ligne par le blog http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com avec la mention suivante : Ce texte est inédit en français. Il a été publié sur le blog en 2008 (Traduction lieb, 1988). Compte rendu du discours qu’elle a prononcé comme rapporteur des commissions sur le militarisme et la politique coloniale au Congrès de l’Internationale (1900)


   Dès le départ, les deux commissions, la quatrième et la cinquième ont siégé ensemble, parce que le militarisme et la politique coloniale constituent actuellement les deux aspects d’un seul et même phénomène. La protestation contre le militarisme n’est pas une nouveauté dans les congrès internationaux. Avec son instinct de classe, toujours juste, le prolétariat a toujours senti que le militarisme est l’ennemi mortel de toute civilisation. L’Internationale a déjà formulé à plusieurs reprises de telles protestations. Cependant, il ne s’agit pour nous de répéter les anciennes résolutions, mais de créer, quelque chose de neuf face aux nouveaux phénomènes de la politique mondiale.

   L’oratrice décrit sous les applaudissements du congrès, les errements de la politique mondiale, le développement de la politique coloniale qui a causé ces six dernières années quatre conflits sanglants. Face à cela, les socialistes ne doivent plus se contenter de discours “platoniques”.

   Jusqu’à présent il n’y avait eu d’action pratique au niveau international que dans le domaine économique. Les relations de dépendance entre la situation des travailleurs des différents pays sont apparues très tôt et se sont traduites par une action internationale dont le but était de protéger les travailleurs.

   Le rapport étroit existant entre les intérêts des travailleurs dans les différents pays était beaucoup moins directement perceptible au niveau politique. Dans ce cas aussi, c’est seulement avec le développement de la politique mondiale que s’est produit un complet bouleversement.

   Ce sont les mêmes militarisme et politique navale, la même course aux colonies, la même politique réactionnaire qui s’installent partout, et surtout le danger permanent de guerre ou du moins cet état d’hostilité permanente règnant dans les principaux pays développés, tout cela a créé une base nouvelle pour une action poltique commune. Il faut que face à l’alliance des forces réactionnaires impérialistes se dresse un mouvement international de protestation du prolétariat.

   La résolution comporte des propositions concrètes à ce sujet. Les propositions que nous faisons ne représentent pas grand chose en elles-mêmes: engagement des députés socialistes de refuser partout le vote des crédits destinés au développement du militarisme sur terre et sur mer, organisation par la Commission permanente créée par le Congrès, dans le cas de conflits de portée internationale comme c’est le cas aujourd’hui en Chine, d’un mouvement de protestation homogène dans tous les pays.

   Mais si ces propositions déjà sont mises en application, nous enregistrerons un grand progrès dans les relations internationales. Cependant, ce rapprochement international des partis ouvriers apparaît urgent, non seulement du point de vue du combat quotidien contre le militarisme, mais aussi au regard du but final poursuivi par le socialisme. Il devient de plus en plus vraisemblable que l’effondrement de l’ordre capitaliste ne sera pas le résultat d’une crise économique, mais d’une crise politique, d’une crise causée par la politique mondiale. La domination de l’ordre capitaliste durera peut-être encore longtemps. Mais tôt ou tard, l’heure sonnera et il est nécessaire que nous soyons prêts à assumer notre rôle au moment décisif, que le prolétariat de tous les pays se prépare à ce moment par une action internationale. Puisse ce congrès donner le mot d’ordre dans cette optique, puisse-t-il lancer au prolétariat international l’appel “Prolétaires de tous les pays, en attendant le combat décisif commun, unissez-vous pour le combat quotidien commun contre les forces militaristes, soutien de la politique mondiale”!

flechesommaire2