Au Comité Central du Parti Communiste italien

Au Comité CentraI du Parti Communiste italien

Staline

14 juillet 1948

   Paru dans la Pravda, 15 juillet 1948.

   Le CC du PC (b) de l’URSS est indigné de l’attentat criminel des monstres du genre humain contre la vie du chef de la classe ouvrière et de tous les travailleurs d’Italie, notre bien-aimé camarade Togliatti1C’est à la sortie de la Chambre des députés italienne que P. Togliatti, le 14 juillet 1948, à 11 h 40, était grièvement blesse par trois balles de revolver. L’assassin avait agi poussé, pour le moins, par l’extrême climat de violence anti-communiste nourri par la démocratie chrétienne et la social-démocratie, aggravée encore par le discours du 10 juillet que Togliatti avait prononcé à la Chambre contre le plan Marshall. A l’annonce de l’attentat une grève générale spontanée éclata et il y eut de nombreux affrontements qui tournèrent dans certains cas à l’avantage des ouvriers. Il fallu plusieurs jours au PCI, qui craignait une provocation, pour ramener le calme.. Le CC du PC (b) de l’URSS regrette profondément que les amis du camarade Togliatti n’aient pu réussir à le protéger contre cette lâche et ignoble attaque.

   Au nom du Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique Joseph Staline

Pour une paix durable, pour une démocratie populaire !, n° 17 ,15 juillet 1948.

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. C’est à la sortie de la Chambre des députés italienne que P. Togliatti, le 14 juillet 1948, à 11 h 40, était grièvement blesse par trois balles de revolver. L’assassin avait agi poussé, pour le moins, par l’extrême climat de violence anti-communiste nourri par la démocratie chrétienne et la social-démocratie, aggravée encore par le discours du 10 juillet que Togliatti avait prononcé à la Chambre contre le plan Marshall. A l’annonce de l’attentat une grève générale spontanée éclata et il y eut de nombreux affrontements qui tournèrent dans certains cas à l’avantage des ouvriers. Il fallu plusieurs jours au PCI, qui craignait une provocation, pour ramener le calme.