La mise en œuvre de projets capitalistes et/ou socialistes

Repenser le socialisme

Pao-Yu Ching & Deng-Yuan Hsu

II. L’EXPÉRIENCE CONCRÈTE DE LA CHINE PENDANT LA TRANSITION SOCIALISTE

  Comme nous l’avons expliqué plus tôt, il existe des lignes directrices générales et larges sur la direction de la transition vers le communisme. Au cours de ce que Marx a appelé l’étape inférieure du communisme, le développement atteint un stade où les producteurs directs prennent le contrôle des moyens de production et où la distribution est faite « à chacun selon son travail». Avec cette ligne directrice générale à l’esprit, nous pouvons apprendre beaucoup des expériences de la Chine en étudiant les événements historiques concrets des quarante dernières années. Dans son ensemble, l’analyse d’événements historiques et des politiques concrètes en Chine entre 1949 et 1978 indiquait clairement que la direction de la transition était vers le communisme. Par conséquent, c’était une période de transition socialiste. Les réformes de Deng en 1979 ont brutalement mis fin à la transition socialiste et inversé la direction vers le capitalisme. Les politiques concrètes sous la direction de Deng au cours des 16 dernières années indiquent clairement que leur direction a été vers le capitalisme. Ainsi, la période de 1979 à aujourd’hui est la transition capitaliste.

   Dans notre analyse nous présenterons des exemples concrets pour démontrer pourquoi la transition entre 1949 et 1978 était socialiste et comment la direction de la transition a été renversée par la direction des réformes de Deng depuis 1979.

   Nous examinerons les politiques de différentes périodes pour voir si elles devaient instituer des projets capitalistes ou des projets socialistes.

1. LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS SOCIALISTES ET/OU CAPITALISTES

A. De la réforme agraire aux communes populaires dans le secteur collectivisé1Les exemples que nous utilisons pour expliquer les projets socialistes et capitalistes dans le secteur collectif sont tous liés à l’agriculture. Cependant, il y avait aussi des industries dans le secteur collectif. Il y avait aussi beaucoup de collectivisation dans les villes, quand, dans les années 1970 les quartiers se sont organisés pour produire de petits produits industriels.

   Pendant la période de transition vers le socialisme, des projets socialistes et capitalistes coexistent. Par exemple, pendant la transition socialiste en Chine (1949-1978), la réforme agraire elle-même était un projet capitaliste. Cependant, la réforme agraire était également une partie nécessaire de la stratégie socialiste à long terme. Entre 1949 et 1952, la réforme agraire a été achevée dans les zones nouvellement libérées de la campagne chinoise. Pour la première fois de leur vie, des centaines de millions de paysans possédaient une parcelle de terre, avec une moyenne de 0,2 hectare par habitant. Ils ont cultivé leur terre avec beaucoup d’enthousiasme. La production de céréales et de coton a augmenté rapidement au cours de la période de trois ans entre 1949 et 1952. Cependant, en 1953 et 1954, la production de céréales a stagné et la production de coton a diminué fortement au cours des deux années.2Voir Su Xing, « La lutte de deux lignes, socialiste contre capitaliste, après la réforme agraire », Jing Jin Yan Jiu, 1965, no. 7, p. 24.

   Après cent ans de destruction par les guerres et encore plus d’années de négligence totale par les propriétaires fonciers, l’environnement naturel de la Chine pour l’agriculture était très fragile, et ses terres arables extrêmement rares étaient infertiles. En plus de posséder de très petites parcelles de terres arides, la majorité des paysans possédaient très peu d’outils de production. Parmi les ménages paysans pauvres et moyens-inférieurs, qui représentaient 60 à 70% de la paysannerie chinoise, beaucoup ne possédaient même pas de charrue, encore moins d’autres outils agricoles ou animaux de trait. Sans outils agricoles, l’enthousiasme seul ne pouvait plus continuer à augmenter la production. De plus, en 1953 et 1954, les inondations et la sécheresse ont affecté de vastes zones agricoles. Les paysans individuels qui se tenaient seuls étaient sans défense contre de telles catastrophes naturelles. En outre, tout accident personnel, comme la maladie ou la mort d’un membre de la famille, obligeait une famille paysanne à s’endetter. Lorsque la dette a commencé à monter à travers l’usure, beaucoup de paysans ont été forcés de vendre leurs terres. Avant le début du mouvement coopératif, les activités de vente de terres et d’emprunts privés avaient commencé à augmenter, tout comme le nombre de paysans qui s’étaient engagés comme fermiers.3. Ibid. S’il n’y avait pas eu de mouvement coopératif, la tendance aurait été de polariser davantage la paysannerie et reconcentrer la propriété foncière.

   Vers 1954, lorsque les paysans se sont organisés en équipes d’entraide, ils essayaient de trouver une issue à leur situation difficile. Dans les équipes d’entraide, les membres partageaient leurs instruments de production (animaux de trait, houes, charrettes, etc.) et leur force de travail pour augmenter la production. Ils sont passés de la force de travail humaine à l’utilisation d’animaux de trait. Puis, en 1955, les paysans sont allés plus loin et ont organisé des coopératives simples. Dans ces coopératives simples, les membres qui possédaient des instruments de production les prêtaient à la coopérative et recevaient une part de la production en retour. Les équipes d’entraide et les coopératives simples étaient aussi des projets capitalistes. Cependant, les deux étaient des étapes nécessaires vers l’organisation des coopératives avancées et des communes populaires, et faisaient donc partie de la stratégie socialiste globale. Les coopératives avancées ont été organisées en 1958 avec le mouvement du Grand Bond en Avant. Au niveau coopératif avancé, les paysans qui possédaient leurs instruments de production les vendaient aux coopératives. La distribution à ce niveau n’était faite qu’en fonction du travail fourni ; les membres ne recevaient plus une part de la production en fonction de la quantité de capital (travail mort) qu’ils possédaient. Avant la distribution, les impôts étaient d’abord payés, puis une partie du revenu brut était mise de côté dans le fonds d’accumulation à des fins d’investissement. Le reste était distribué aux membres de l’équipe en fonction de la quantité de travail contribuée au cours de l’année. Donc, en ce qui concerne la distribution, la coopérative avancée était un projet socialiste.

   C’est précisément parce que la réforme agraire, les équipes d’entraide et les coopératives simples étaient des projets capitalistes que Mao pensait que le Parti communiste chinois devait organiser les coopératives avancées et les communes populaires. Sinon, ce serait le développement capitaliste, au lieu du socialisme, qui se produirait. C’est à ce moment que les opposants de Mao au Parti communiste chinois se sont farouchement opposés au passage à la prochaine étape. Il est important de noter que la réforme agraire n’a fait que détruire le régime foncier lorsque la terre a été retirée de la vieille classe des propriétaires fonciers et distribuée aux paysans. Dans de nombreux cas, y compris en Chine, la situation après la réforme agraire n’était pas stable, car les ménages paysans qui possédaient une petite parcelle de terrain et presque aucun instrument productif, ne pouvaient pas subvenir à leurs besoins. En Chine, peu après la réforme agraire, certains paysans ont commencé à vendre leurs terres en raison de malheurs personnels et/ou de catastrophes naturelles. Dans de nombreux pays du tiers monde, la situation était similaire : après la réforme agraire, les paysans ne pouvaient plus subvenir à leurs besoins et ils devaient finalement vendre leurs terres aux propriétaires de grandes fermes commerciales. Dans ces cas, la réforme agraire a simplement transféré la terre de la vieille classe des propriétaires fonciers à une nouvelle classe capitaliste, aidant ainsi le développement capitaliste.

   Le système communal, créé en 1958, était l’identité politique et administrative qui intégrait l’organisation économique de la coopérative avancée. Dans le système communal, il existait trois niveaux de propriété des moyens de production : la commune, la brigade et l’équipe. Les communes possédaient de grands instruments de production, y compris les systèmes d’irrigation et de drainage et les stations électriques, accessibles à tous les membres des communes. Au niveau suivant, la brigade de production possédait des instruments que toutes les équipes pouvaient utiliser, y compris les stations de broyage, les stations de couture, etc. De plus, à partir du milieu des années 1960, les communes et les brigades commencèrent à construire et à posséder des unités industrielles qui produisaient une grande variété de produits. L’équipe était l’unité de comptabilité de base où le travail était assigné aux membres, et leurs points de travail (gong fen) étaient enregistrés et payés en conséquence après déduction des impôts, fonds de capitalisation, fonds d’aide social et quota de grain. Le fonds d’accumulation servait à investir dans les outils agricoles, la machinerie et l’équipement, et le fonds d’aide sociale servait à aider les ménages qui n’avaient pas de main-d’œuvre productive. Chaque membre de l’équipe (jeune ou vieux, productif ou improductif) avait droit à une certaine quantité de grain d’où le terme de «quota de grain». Entre 1958 et 1978, sous la direction de Mao Zedong jusqu’à sa mort en 1976, les forces de classe qui soutenaient les communes (en tant que projet socialiste) promouvaient des politiques qui favorisaient davantage le contrôle des producteurs directs et des politiques qui solidifiaient l’alliance entre ouvriers et paysans.

   Dans le système communal, un jeune membre fort de l’équipe, qui accomplissait le travail le plus exigeant, qui requérait de l’expérience et des compétences, gagnait au maximum dix points de travail par jour travaillé. (Pour qu’un membre de l’équipe gagne les dix points maximum de travail par jour, il devait aussi avoir une bonne attitude envers le travail et être utile aux autres.) S’il travaillait 300 jours par an, il gagnait 3 000 points de travail au cours de l’année. Un autre membre plus âgé et/ou plus faible, qui effectuait un travail moins pénible nécessitant moins d’expérience et/ou de compétences ne gagnait, disons, que six points de travail par jour travaillé. Si cette personne travaillait 200 jours par an, elle gagnait 1 200 points de travail au cours de l’année. Le nombre de points de travail par jour que chaque membre gagnait était discuté et décidé par tous les membres de l’équipe lors de leurs réunions. Avec ces points de travail, chacun réclamait une part du revenu net (après la déduction pour le fonds d’accumulation, le fonds d’aide social et le quota de grain) de l’équipe. La valeur d’un point de travail en termes d’argent était calculée par le revenu net (après déductions) de l’équipe, divisé par le nombre total de points de travail reçus par tous les membres de l’équipe. Les membres de l’équipe recevaient une partie de leurs points de travail dans le grain (en plus du quota de grain) et une partie en espèces. La différence de revenu entre le membre le plus fort et le membre le plus faible de l’équipe était limitée à moins de trois pour un. Les membres jeunes, âgés et faibles recevaient leur quota de grains non pas en fonction du travail mais de leurs besoins. Le projet socialiste a éliminé les revenus du travail non productif et a limité les écarts de revenus. En d’autres termes, la quantité de travail effectuée en fonction de l’intensité du travail et/ou de l’expérience, des compétences et de l’attitude des travailleurs déterminait en grande partie la distribution des produits.

   Les membres de l’équipe de la commune avaient aussi leurs propres parcelles privées (un élément capitaliste) où ils plantaient des légumes et élevaient des poulets et un ou deux cochons pour compléter leur régime alimentaire ou pour vendre ces produits contre de l’argent. La taille de ces terrains privés était limitée et le faible revenu que les familles tiraient de leurs terrains privés provenait principalement de leur propre travail. Toutefois, si les lots privés étaient autorisés à s’étendre sans limites (voir la section « Trois libertés et un contrat » ci-dessous), les ventes plus importantes des lots donnaient aux familles l’argent nécessaire pour acheter de nouveaux outils de production. D’autre part, tant que les paysans pouvaient gagner plus d’une journée de travail dans leurs lots privés que l’équivalent en points de travail d’une journée de travail dans l’équipe, les convaincre d’abandonner les terrains privés était difficile. Dans les années 1970, les parcelles privées dans certaines communes très riches ont commencé à disparaître, car les ateliers industriels construits par les brigades et les communes au milieu des années 1960 ont commencé à prospérer et la valeur des points de travail a augmenté en conséquence. Plus la valeur des points de travail était grande, plus les membres de l’équipe pouvaient gagner en travaillant pour l’équipe plutôt que dans leurs lots privés.

   Le système communal, un projet socialiste, a profité à la majorité des paysans. Pour la première fois depuis des milliers d’années, la plupart des paysans chinois vivaient en sécurité. Grâce au quota de grain, ils avaient assez à manger. Grâce à l’argent gagné avec les points de travail, ils achetaient des vêtements, des chaussures, des serviettes, du savon, des bouteilles d’eau chaude et les autres nécessités de la vie. Leurs enfants allaient à l’école et recevaient une éducation. Les médecins aux pieds nus s’occupaient alors de leurs besoins médicaux mineurs et il y avait des hôpitaux communaux ou de comté pour les maladies les plus graves. Même s’ils devaient payer eux-mêmes une partie des coûts médicaux des principales maladies, ces coûts étaient faibles. Au printemps, ils n’avaient pas à s’inquiéter de l’achat de semences et d’engrais. Le fonds d’accumulation prenait soin de remplacer les vieux outils et d’en acquérir de nouveaux. Au moment de la récolte, ils n’avaient pas à se soucier de vendre leurs récoltes ou de faire fluctuer les prix du marché. Les ménages qui n’avaient pas de travail productif recevaient les cinq garanties minimales : nourriture, logement, soins médicaux, soins aux personnes âgées et frais d’enterrement des morts. Pendant les mois d’hiver, lorsque le travail agricole était lent, les communes organisaient leurs membres pour construire des infrastructures, telles que des systèmes d’irrigation et de drainage, des routes et des stations électriques. Ils investissaient également leur travail lourdement dans la terre en la terrassant, en remplissant les petites criques de terre, et en joignant de petits morceaux de terre ensemble pour préparer l’utilisation de machines agricoles. Au cours des années 1970, les communes ont répondu à l’appel « Apprenez de Dazhai », et jusqu’à 80 millions de paysans ont participé à des travaux de construction de terrains agricoles chaque année, accumulant au total huit milliards de journées de travail dans les terres. Au début et au milieu des années 1970, on estimait que 30 pour cent de la main-d’œuvre rurale totale était consacrée à l’investissement foncier et à la construction d’infrastructures.4Thomas G. Rawski, Croissance et emploi en Chine (publié pour la Banque mondiale, Oxford University Press, 1979), pp. 7-8. [p. 20]

   Le revenu que les paysans recevaient dans le cadre du système de distribution de la commune consistait essentiellement à faire face à leurs frais de subsistance ; le fonds d’accumulation était déjà déduit du revenu total avant d’être distribué aux paysans. Le fonds d’accumulation prenait soin de l’investissement pour des projets de développement à long terme. Lorsque les paysans avaient plus de revenus qu’ils n’en avaient besoin pour leurs dépenses quotidiennes, ils les épargnaient en tant que fonds de prévoyance et pour l’achat d’articles de luxe tels que des vélos, des machines à coudre, des montres et des radios. Dans le système communal, les paysans avaient peu ou pas d’opportunité de transformer leur épargne en capital.

   Même si la majorité des communes se sont très bien comportées, il y avait un nombre important de communes pauvres. Ces communes pauvres avaient des terres infertiles dans les zones où l’incidence des inondations et/ou de la sécheresse était la plus élevée. Chaque année, il y avait peu de surplus, donc peu d’argent pouvait être investi pour accroître la production. Ces communes devaient souvent compter sur des aides d’État, mais les aides d’État étaient limitées. Sous la propriété collective, la répartition au sein d’une équipe et d’une brigade était équitable, mais en même temps les brigades/communes riches s’enrichissaient et les brigades/communes pauvres devenaient plus pauvres. Les différences de revenus se sont élargies après le milieu des années 1960, lorsque les brigades et les communes ont commencé à développer leurs propres industries. Les brigades/communes excédentaires ont pu investir dans ces industries et, à leur tour, accumuler encore plus de capital. Certaines ont également eu l’avantage d’être bien situées à proximité des grandes autoroutes ou des chemins de fer. Ainsi, elles étaient en mesure de vendre les produits industriels qu’elles produisaient en dehors de la zone immédiatement proche. Les communes pauvres avaient généralement des terres infertiles et étaient situées dans des zones où le système de transport était inadéquat. C’était la limitation de la propriété collective. Lorsque la brigade était prospère en raison de l’expansion de ses industries, les avantages n’allaient que jusqu’aux membres de la brigade. L’échange entre les brigades était basé sur un échange de valeur égale. Par conséquent, même dans une commune, il y avait des brigades plus riches et d’autres plus pauvres. La loi de l’échange égal s’appliquait aussi à l’échange entre les communes. À la fin des années 1970, le ratio des revenus entre les communes riches et pauvres pouvait être de un à dix. La propriété collective ne peut donc pas résoudre le problème de l’élargissement des écarts de revenus dans les campagnes. L’État a tenté de modérer les écarts de revenus par des aides d’État, mais les aides d’État aux régions les plus pauvres ont été limitées. À moins que l’unité de compte puisse être étendue, le développement inégal deviendrait pire. Mao s’inquiétait de la coexistence de deux types de propriétés – la propriété d’État et la propriété collective – et il était tout à fait conscient de la nécessité de résoudre cette contradiction avant qu’elle ne s’aggrave.

B. Projets socialistes dans le secteur public5Les exemples que nous utilisons pour expliquer les projets socialistes dans le secteur public se passent dans les industries appartenant à l’État. Les fermes d’Etat sont aussi des projets socialistes.

   Comme nous l’avons expliqué plus haut, le transfert légal de la propriété des moyens de production à l’État en 1956 ne peut être utilisé pour indiquer le point de départ du socialisme. Ce sont les politiques après le transfert légal qui ont déterminé si la transition était socialiste ou capitaliste. Sur la base de politiques concrètes, les entreprises publiques entre 1956 et 1978 étaient des projets socialistes. Pendant cette période, l’État a exercé un contrôle effectif sur ces entreprises. Les entreprises individuelles possédaient les moyens de production, mais l’État limitait cette possession par le biais du contrôle politique. L’Etat interdisait aux entreprises individuelles d’acheter ou de vendre sur le marché. L’Etat, en établissant le plan économique, déterminait ce que chaque entreprise produisait, y compris les catégories de produits et la quantité dans chaque catégorie. Dans le plan économique, l’État déterminait le « prix » des produits « vendus » par l’entreprise à l’État, ainsi que le « prix » des matières premières et des machines que les entreprises « achetaient » à l’État. Les entreprises recevaient également des salaires de l’État, qui servaient directement à payer les salaires et les avantages sociaux des travailleurs. À la fin de chaque année, les entreprises remettaient à l’Etat leurs « bénéfices » (« revenus » moins « coûts hors dépréciation »). L’État subventionnait les entreprises qui subissaient des « pertes ». Ensuite, selon le plan économique, l’État affectait des fonds à différentes entreprises pour l’achat de nouvelles machines et de nouveaux équipements et/ou pour construire de nouveaux bâtiments et de nouvelles usines pour une reproduction élargie. En Chine, l’Etat a pu imposer toutes ces limitations légales aux entreprises individuelles; de fait, l’État a dominé la possession des entreprises. En d’autres termes, l’Etat avait à la fois la propriété légale et le contrôle économique des moyens de production. (La distinction entre la propriété légale et la propriété économique est importante.) Pourtant, il y avait des éléments de capital privé dans les entreprises d’État. Jusqu’à la Révolution culturelle, les capitalistes recevaient encore des dividendes fixes, et ils étaient encore impliqués dans la gestion des entreprises d’Etat. Cependant, ils étaient soumis à un contrôle étatique strict et, avec l’expansion des entreprises publiques, la part relative des capitaux privés a considérablement diminué.

   Les entreprises d’Etat étaient des projets socialistes et la direction des entreprises d’Etat était d’éliminer progressivement la production marchande et le travail salarié. Au cours de la période 1956-1978, la réalité économique correspondait à la limitation légale imposée aux entreprises. L’État a pris aux entreprises (unités de production) la responsabilité du « profit » ou de la « perte ». Les entreprises vendaient tous leurs produits à l’État à des prix préétablis, ce qui laissait peu de place aux gestionnaires des entreprises d’État individuelles pour participer au processus de valorisation de la valeur. Lorsque les projets socialistes ont été incorporés dans la planification, il est devenu possible de changer le but de la production de la valorisation de la valeur à la satisfaction des besoins du peuple. Dans le même temps, la planification a permis de poursuivre des politiques économiques axées sur le développement global à long terme. Dans chaque entreprise individuelle, les travailleurs avaient droit à certains salaires et avantages. Les gestionnaires de ces entreprises recevaient les fonds salariaux de l’État pour couvrir leur masse salariale totale, plus le coût des prestations versées aux travailleurs. Le transfert des fonds salariaux de l’Etat vers les travailleurs (à travers les entreprises) supprimait aux gestionnaires la responsabilité de faire face aux salaires et avantages sociaux de leurs revenus, ainsi que le pouvoir d’extraire la survaleur des travailleurs. Les « prix » des produits et/ou des intrants n’étaient pas fixés en fonction de leurs valeurs, et le succès ou l’échec d’une entreprise n’était pas jugé par ses « profits » ou « pertes ». Au lieu de cela, différentes normes ont été utilisées pour mesurer la performance des entreprises : ces normes étaient : la quantité, la vitesse de production, la qualité et l’économie de matières premières et de main-d’œuvre. La majorité des entreprises d’État ont non seulement atteint les objectifs fixés pour ces normes, mais elles se sont efforcées de dépasser les objectifs et de battre leurs records antérieurs.

   La propriété de l’État et l’intervention politique ont permis aux dirigeants des entreprises d’État d’être dissociés des agents du capital ; il s’agissait donc d’un pas en avant vers l’élimination du travail salarié. Les travailleurs des entreprises d’Etat avaient un statut d’emploi permanent, une journée de travail de huit heures et une échelle salariale à huit degrés. Ils recevaient des prestations médicales, des aliments subventionnés, des logements et des services de garde d’enfants. Les travailleurs avaient également droit à des congés de maternité et de maladie, à la retraite et à d’autres prestations qui y étaient liées. Il a fallu des années de lutte parfois sanglante aux travailleurs industriels des pays capitalistes pour obtenir des droits et des avantages similaires. Les travailleurs chinois les ont obtenus du jour au lendemain grâce au pouvoir politique de l’État.

   Cependant, il existait une contradiction entre les travailleurs et l’État et les bureaucrates du parti. Les dirigeants des entreprises d’Etat, qui avaient le pouvoir et les responsabilités de mener les activités quotidiennes des entreprises, ne pouvaient pas transformer leur pouvoir en richesse matérielle pour eux-mêmes. Mais plus important encore, les haut-dirigeants de l’État et du parti, censés contrôler les dirigeants des entreprises d’État, étaient eux en mesure d’utiliser leur pouvoir pour en tirer profit. Ce type de contradiction était souvent résolu par des mouvements de masse dirigés par le Parti communiste chinois. Avant le début de la réforme en 1979, ceux qui occupaient des postes puissants étaient très conscients qu’ils vivaient sous la surveillance des masses.

   Comme nous l’avons dit plus haut, un projet socialiste n’est pas quelque chose avec certaines caractéristiques fixes et inchangées. Au contraire, le projet socialiste lui-même doit passer par des changements fondamentaux au cours de la transition vers le socialisme/communisme. Un projet socialiste comme l’entreprise d’État instituée en 1956 risquait de devenir une institution établie, si des changements continus n’étaient pas apportés aux processus de production (y compris aux nombreuses règles de travail) au sein de l’entreprise d’État. En d’autres termes, ces changements continus étaient nécessaires pour modifier les relations dominants/dominés entre les dirigeants et les producteurs directs au sein des entreprises d’Etat. C’est pourquoi Mao Zedong a estimé que l’adoption de la Charte Anshan dans les entreprises d’Etat était particulièrement importante. (Voir la discussion ci-dessous.)

flechesommaire2   flechedroite

Notes

Notes
1 Les exemples que nous utilisons pour expliquer les projets socialistes et capitalistes dans le secteur collectif sont tous liés à l’agriculture. Cependant, il y avait aussi des industries dans le secteur collectif. Il y avait aussi beaucoup de collectivisation dans les villes, quand, dans les années 1970 les quartiers se sont organisés pour produire de petits produits industriels.
2 Voir Su Xing, « La lutte de deux lignes, socialiste contre capitaliste, après la réforme agraire », Jing Jin Yan Jiu, 1965, no. 7, p. 24.
3 . Ibid.
4 Thomas G. Rawski, Croissance et emploi en Chine (publié pour la Banque mondiale, Oxford University Press, 1979), pp. 7-8. [p. 20]
5 Les exemples que nous utilisons pour expliquer les projets socialistes dans le secteur public se passent dans les industries appartenant à l’État. Les fermes d’Etat sont aussi des projets socialistes.