Une affaire de divorce en Chine

Une affaire de divorce en Chine

Felix Greene

1961

Pendant la visite d’un chantier d’industrie lourde à Shenyang, J’ai appris qu’une session du conseil municipal serait tenue à onze heures. Comme je n’avais jamais encore eu l’occasion de voir l’action d’une cour de justice, j’ai immédiatement interrompu la visite de l’usine et suis rentré en ville avec M. Chang Minglun, l’un des interprètes les plus érudits que j’aie jamais rencontrés. Sa capacité à fournir une traduction instantanée et courante des procédures judiciaires m’a permis de les transcrire presque mot pour mot.

Nous sommes arrivés tôt au tribunal. J’ai regardé autour de moi. La salle d’audience était une petite chambre plutôt terne, remplie presque entièrement par une trentaine de femmes. Le sol en bois avait été récemment nettoyé. Entre les bancs du public et la tribune des juges se trouvait une longue table couverte d’une nappe rouge vif. C’était la seule touche de couleur dans la pièce. Pas de drapeaux, pas de slogans, pas de photos, même pas de Mao Zedong. Pendant que nous attendions

le juge, j’ai appris du secrétaire du tribunal que l’affaire à examiner était une action en divorce, et que Le juge président serait l’un des plus jeunes de la profession, vingt-trois ans seulement. Ce tribunal particulier,m’a t-il dit, entendait trente ou quarante procès de ce type par an, et un plus petit nombre d’affaires pénales. Divulguer le nombre exact n’était pas autorisée. Il n’y avait que six tribunaux municipaux de ce type à Shenyang, une ville de près de trois millions d’habitants. Il m’a dit que le tribunal n’était convoqué en session que lorsqu’il y avait une affaire à entendre, généralement tous les dix jours seulement.

Une femme, dont mon interprète m’a dit qu’elle était la greffière, est entrée par une porte derrière la table du juge et a appelé le public à se lever. Pendant que nous le faisions, le juge et les deux assesseurs ont pris place sur la plateforme. L’un des assesseurs était un homme âgé à lunettes qui aurait pu être un commerçant ou un petit entrepreneur. L’autre était une femme en pleine poitrine, une femme au foyer peut-être, avec des rubans blancs qui liaient ses cheveux noirs. Le juge lui-même, dans son costume de travail en coton fraîchement repassé, semblait même avoir moins de vingt-trois ans. J’aurais pu le prendre pour un étudiant. Son visage était grave. A partir du moment où il est entré dans le tribunal, ce jeune homme était en parfaite maîtrise de la procédure. Il nous a regardé pendant un moment et a ensuite dit : “S’il vous plaît, asseyez-vous tous.”

Il est resté debout. “Avant le début de cette audience, a-t-il dit, je souhaite expliquer le règlement aux membres du public, Il est simple et je souhaite qu’il soit strictement respecté. Il ne faut pas fumer. N’applaudissez pas et ne criez pas. Ne pas s’agiter. Si des membres du public ont des questions à poser ou des suggestions à faire, veuillez le faire à la fin de l’affaire.N’interrompez pas l’audience.

Outre le juge, les deux assesseurs et le la greffière du tribunal, une autre femme avait pris place de l’autre côté de l’estrade. Elle devait être témoin, m’a-t-on dit. Le juge a alors dit : “Quel ‘on amène l’homme et la femme”. Un jeune couple est entré, côte à côte, et s’est tenu face au juge, le dos au public.

Sur un geste du juge, ils se sont assis sur deux chaises qui avaient été placées là pour eux, et sont restés assis tout du long. Le juge a demandé à chacun d’eux à tour de rôle son nom, son âge, sa profession.

La femme était enseignante, âgée de vingt-quatre ans, son “niveau culturel” celui de diplômé de l’enseignement secondaire. L’homme était médecin, âgé de vingt-sept ans, et diplômé de l’enseignement supérieur.

Le juge leur a alors dit :

LE JUGE :

Je m’appelle Tao Wan-yi ; l’assesseur du peuple à ma droite est Liu Shi-ying et à ma gauche Li Shu-Ian. Le nom de l’enregistreur est Chiang Ming-chin et le nom de la représentante de la femme est Yie Rung-chin. Elle est la directrice de l’école primaire où travaille Chang Wen-hung. Vos droits sont les suivants : vous pouvez invoquer votre raison, Chang Wen-hung, pour vouloir divorcer de cet homme ; et ensuite Chang Wei-man aura le droit de dire à ce tribunal pourquoi il s’oppose au divorce.

Vous avez le droit de présenter des preuves et vous avez le droit de faire appel à la juridiction supérieure si vous n’êtes pas satisfait. Vous avez le droit d’appeler tous les amis que vous souhaitez pour parler en votre nom. Vous avez le droit d’avoir un avocat si vous le souhaitez. Vous avez également le droit de lire le compte rendu de l’audience d’aujourd’hui à tout moment au cours des quatre prochains jours, et tout membre du public peut également le lire.

Si l’un de vous deux a une raison quelconque de ne pas être satisfait de cette juridiction, que ce soit pour moi ou pour les assesseurs des deux personnes, vous avez le droit de retirer l’affaire maintenant et de la porter devant un autre juge et des assesseurs. Avez-vous écouté attentivement ce que j’ai dit ? (tous les trois disent “Oui”.)

L’un d’entre vous a-t-il des questions concernant la composition de ce tribunal ? (“Non.”)

 Nous allons donc poursuivre. D’après les dépositions de cette femme, elle dit vouloir divorcer de cet homme parce qu’il n’y a pas d’harmonie dans le foyer, qu’ils se disputent souvent pour des choses assez mineures, qu’ils ont des tempéraments et des goûts différents et qu’il a très mauvais caractère. Il dit dans sa déposition qu’elle accorde trop d’attention à sa famille et pas assez à lui, qu’elle n’est pas tendre et a très rarement un bon mot pour lui. Il admet également qu’il a mauvais caractère, mais il essaie de corriger cela. Mais il s’oppose au divorce parce qu’il estime qu’il y a encore une base pour une bonne relation.

Voilà, en bref, la situation. La loi dispose que lorsque deux personnes s’entendent pour divorcer, le divorce doit être prononcé, à condition que des dispositions adéquates soient prises pour protéger les intérêts des enfants. Si l’une des parties n’est pas d’accord, une audience doit avoir lieu devant un tribunal populaire. C’est la position actuelle.

JUGE (à la femme) : Quand avez-vous connu votre mari pour la première fois ?

LA FEMME : En 1955.

 JUGE : Quand vous êtes-vous mariée ?

 LA FEMME : En mai 1956.

 JUGE : Combien de temps l’avez-vous aimé avant de vous marier ?

FEMME : Pendant un an. Mais je ne l’ai pas très bien connu. Il parlait très bien et faisait semblant d’être un homme bon. Il me demandait souvent d’aller au parc avec lui ou au cinéma, et me demandait sans cesse de l’épouser.

 JUGE : Et vos sentiments après votre mariage ?

FEMME : Pas très bien. Il a commencé à être grossier et mon état d’esprit à son sujet est devenu de plus en plus clair. Depuis 1958, je l’ai aidé dans son travail, de sorte que même si les sentiments n’étaient pas très bons entre nous, c’était toujours possible. Mais son caractère s’est aggravé et il me battait souvent. Je lui parlais souvent, mais cela n’avait aucun effet. Nous ne semblions pas être dans la même famille – nous n’avions plus que des querelles et des bagarres.

ASSESSEUR FÉMINININ : Est-ce qu’il vous battait ?

FEMME : Oui, et je ne pouvais pas supporter ses manières grossières avec moi. Sa mère l’a toujours soutenu et cela n’a fait qu’empirer les choses. Nous nous disputions souvent au milieu de la nuit. Sa mère ne l’aidait pas du tout, ça ne faisait qu’empirer les choses.

ASSESSEUR MASCULIN: Pourquoi voulez-vous divorcer maintenant ?

FEMME : Le travail dans mon école est très difficile, je ne supporte plus la pression. Si jamais j’arrive en retard il me dit : “Où étais-tu ? Qu’est-ce que tu as fait ? Pendant longtemps, j’ai senti que même s’il me battait et me giflait, les choses allaient s’améliorer. Lorsqu’il était étudiant en médecine à la faculté de médecine de Shenyang, je l’ai aidé avec de l’argent et d’autres choses et je lui ai donné tout ce que je pouvais.

ASSESSEUR MASCULIN: Comment vous a-t-il traité pendant que vous l’aidiez ?

FEMME : Pas toujours très bien, mais beaucoup mieux. Son attitude n’a pas toujours été patiente. Mais j’ai décidé de continuer tant que je pensais que la relation avait une chance de s’améliorer. J’ai essayé de discuter avec lui, surtout à propos des enfants, et tout ce qu’il disait, c’était : “tu les avez mis au monde, ils ne sont pas sous ma responsabilité ! Comment peut-on le supporter que son mari dise cela de ses enfants ?”

JUGE : Que fait-il avec l’argent qu’il gagne ?

FEMME : Il le dépense généralement pour lui-même ou pour sa mère, alors j’utilise mon argent pour garder les enfants, pour la nourriture, etc. J’ai parfois besoin de livres aussi, donc il n’y a souvent pas d’argent à lui remettre, alors qu’il pense qu’il devrait y en avoir.

JUGE : De quelles ressources disposent ses parents ?

FEMME : Ils ont assez de moyens pour se débrouiller, il n’a pas besoin de dépenser de l’argent pour eux.

ASSESSEUR MASCULIN : Avez-vous déjà eu une discussion avec lui sur la façon de dépenser l’argent de la famille et d’organiser l’économie de la famille ?

FEMME : Oh, oui. Avant qu’il ne soit diplômé, nous avons eu de nombreuses discussions sur la façon dont nous allions gérer notre budget. Mais après son diplôme, ces discussions l’ont ennuyé. Parfois, quand il voyait ce dont les enfants avaient besoin, il leur achetait quelque chose, mais en général, il me laissait faire et ne faisait pas attention aux enfants.

JUGE : Comment les querelles ont-elles commencé ? Qui les a déclenchées ?

FEMME : Parfois lui, parfois moi, en essayant de le corriger.

JUGE : L’avez-vous jamais frappé ?

FEMME : Non.

JUGE : Avec quoi vous frappait-il ?

FEMME : Ses mains. Parfois, il rentrait à la maison à minuit, un homme normal ne rentre pas à cette heure-là.

JUGE : Essayez-vous souvent de le corriger ?

FEMME : Oui, et j’ai demandé à des amis d’intervenir…Parfois, les querelles duraient jusqu’à minuit et les voisins se plaignaient.

JUGE : Il a dit dans sa déposition que vous jurez et le maudissez souvent – est-ce vrai ?

FEMME : (Une partie de cette réponse n’a pas pu être entendue.) … J’étais traitée comme une étrangère par sa mère, qui m’insultait aussi.

JUGE : Qui faisait le ménage ?

FEMME : Sa mère surtout, parce que je devais aller à l’école ; mais je faisais toute la lessive des enfants.

JUGE : Qui s’occupait des dépenses des enfants ?

FEMME : Moi.

JUGE : Combien d’enfants avez-vous ?

FEMME : Deux. Un de trois ans ; un d’un an.

JUGE : Êtes-vous enceinte maintenant ?

FEMME : Non.

JUGE : (se tournant vers l’homme) : Qu’en est-il de vos sentiments envers votre femme ?

L’HOMME : Après notre mariage, c’était très bien. Nous faisions souvent des choses ensemble, nous cuisinions ensemble, et nous nous donnions beaucoup de soins l’un à l’autre.

JUGE : C’est parce qu’elle vous soutenait pendant vos études ? HOMME : Oui. JUGE : Comment la traitiez-vous ?

HOMME : Très bien. J’ai essayé de bien étudier.

JUGE : Avez-vous mis vos bons sentiments en pratique ?

HOMME : Je n’étais pas très doué pour m’occuper des enfants. À l’époque, je vivais à l’université et nous nous voyions les samedis et les dimanches.

 JUGE : Pourquoi, après deux ans, la situation a-t-elle empiré ?

HOMME : Je pense que le problème était en grande partie dû au fait qu’elle n’était pas en bons termes avec ma mère. Elle avait aussi une faiblesse, elle ne supportait rien qui puisse l’angoisser, rien de désagréable. Nous avons aussi un tempérament très différent. Elle aime mener une vie tranquille, j’aime être actif.

JUGE : Elle dit que vous la battez souvent – est-ce vrai ?

HOMME : Nous nous disputions souvent, mais je ne la battais pas souvent. JUGE : Pourquoi vous disputiez-vous si souvent ?

HOMME : Mon irritation et mon tempérament. Elle me prenait toujours de haut. Je suis médecin, mais elle pensait toujours mieux savoir

JUGE : Vous sentez-vous supérieur à elle culturellement ?

HOMME : Oui.

JUGE : (en le regardant) : Ne savez-vous pas qu’il y a une loi qui dit que les couples doivent s’entraider ? Si vous pensiez que son niveau culturel était bas, vous auriez dû l’aider à l’améliorer. Vous pensez que vous êtes son supérieur culturel – est-ce une bonne façon de penser ?

HOMME : Je pense que ma façon de penser était erronée. Je comptais sur elle pour l’argent et l’aide, mais quand j’ai été sur le point d’obtenir mon diplôme, j’ai commencé à penser “je suis meilleur qu’un simple instituteur” – ce qui, je l’admets, était faux.

JUGE : Qui est responsable de ces querelles, selon vous ?

HOMME : Je pense que c’est moi, parce que je lui en ai trop demandé.

JUGE : A-t-elle essayé de vous aider à surmonter votre impolitesse ?

HOMME : Elle a essayé de m’améliorer à plusieurs reprises !

JUGE : Pourquoi n’avez-vous pas suivi son aide et ses conseils ?

HOMME : A cause de la perte de la face ; je ne pouvais pas admettre mes points faibles.

ASSESSEUR FEMININ : Pourquoi pensez-vous que vous auriez perdu la face en acceptant ses conseils ?

HOMME : Principalement parce que je la méprisais culturellement et que je ne pouvais pas l’accepter comme une égale.

JUGE : Pourquoi cela n’est-il arrivé qu’après votre diplôme ?

 HOMME : Parce que je pouvais alors subvenir à mes besoins.

JUGE : Est-ce votre manque de sentiment pour elle ou son manque de sentiment pour vous le véritable problème ? Quand elle s’est occupée de vous avec tant de tendresse, pourquoi n’avez-vous pas pu répondre de la même manière ?

HOMME : Parce que je ne savais pas comment m’occuper d’une famille et d’une femme.

JUGE : Connaissez-vous la loi sur le mariage ?

HOMME : Oui.

JUGE : Puisque vous connaissez la loi sur le mariage, vous devez connaître les obligations du mari envers sa femme et ses enfants.

ASSESSEUR FÉMININ :  Est-ce parce que vous aviez des opinions différentes que vous vous êtes disputés avec votre femme ?

HOMME : Non. Mais parce que dans le passé, avant la libération, j’ai souvent vu mon père battre ma mère et j’ai été élevée à penser que les hommes devraient être supérieurs.

JUGE : Quand votre père a-t-il battu votre mère ?

HOMME : Dans l’ancienne société.

JUGE : Et que dit la loi actuelle ?

HOMME : Que les hommes et les femmes sont égaux. Mais je pense toujours que la femme doit obéir au mari.

JUGE : Mais vous ne connaissez pas la loi ?

HOMME : Je ne pense pas qu’il soit important qu’un homme batte sa femme, mais il ne doit pas battre les autres. Dans la famille, c’est normal.

JUGE : Quelle loi permet au mari de battre sa femme ?

HOMME : Aucune loi

JUGE : Pour quelle raison l’avez-vous battue la dernière fois ? (La salle d’audience pendant tout ce temps est très calme. Tout le monde écoute attentivement. Aucune interruption).

HOMME : Parce qu’elle a emmené les enfants chez sa mère sans me consulter. J’aimais aussi les enfants et ma mère aussi, et nous ne voulions pas qu’ils soient emmenés.

JUGE : Mais n’est-il pas juste qu’elle voit ses parents et qu’elle y emmène aussi les enfants ? Qui d’autre avez-vous battu ?

HOMME : J’ai frappé sa mère une fois, mais c’était tout à fait accidentel – un glissement de ma main. C’est arrivé lors d’une lutte… et j’avais aussi bu du vin.

JUGE : Sur quoi avez-vous dépensé votre propre salaire ?

HOMME : Parfois pour moi-même. J’ai acheté un vélo.

JUGE : Vous êtes d’accord pour le divorce ?

HOMME : Je pense que c’est de ma faute et je pense qu’il est tout à fait raisonnable de sa part de demander le divorce. Mais j’espère qu’elle me donnera une chance de me corriger. Je ferai de mon mieux. Si, plus tard, j’échoue à nouveau, je ne m’opposerai pas au divorce.

JUGE : Quel est votre plan pour l’avenir ?

HOMME : Je vais certainement accorder plus d’attention à ma femme et à ma famille.

JUGE : (à l’avocat de la femme, le directeur de l’école où travaillait le professeur) : Voulez-vous dire quelque chose ?

AVOCAT : J’ai fait une étude approfondie de l’affaire et de tous ses aspects et j’ai fait de nombreuses recherches. Bien que l’amour ait été présent au début, il n’y a jamais eu de base réelle d’une bonne relation. Il a utilisé de belles paroles pour commencer. On ne peut pas voir les réalités de ce mariage en surface. Le mariage sur cette base ne peut pas être consolidé. Je crois que le principal problème a été l’homme.

La loi dit que le mariage doit être basé sur le libre arbitre et l’égalité. Chacun a droit à la liberté et à la vie sociale, à une vie commune d’obligations partagées et au devoir partagé de s’occuper des enfants. Mais au lieu de cela, cet homme l’a battue – même lorsqu’elle était enceinte. En tant que médecin, il devrait savoir très bien que c’est une période où il faut faire preuve d’une attention particulière et c’est pourquoi elle a commencé à perdre sa santé. Mauvais traitements – voilà les fondements de cette demande de divorce. Cet homme n’a pas de véritables sentiments pour cette femme et ses actes le montrent. Il a souvent promis de changer, mais ne l’a pas fait. Il s’est souvent excusé, mais n’a jamais changé. C’est son passé féodal qui l’amène à traiter sa femme comme un objet à posséder – c’est une vision bourgeoise que de mépriser une femme comme il l’a fait. Alors qu’il était dépendant de son aide, il n’a jamais montré sa vraie nature, mais quand il est devenu indépendant, son attitude réelle s’est manifestée : un diplômé de l’université regardant de haut un simple professeur d’école primaire ! Aucune relation réelle ne peut jamais être construite sur la souffrance d’un autre. Quand il dit qu’il ne sait pas comment s’occuper des enfants, il ne fait que mentir. C’est bien ! Un médecin qui dit qu’il ne sait pas s’occuper des enfants ! Et la seule raison pour laquelle il ne veut pas divorcer maintenant, c’est l’opinion publique !

JUGE : Rien de plus ?

FEMME : Non.

JUGE : Rien de plus

HOMME : Non.

JUGE : L’un d’entre vous a-t-il quelque chose à dire sur la déclaration de l’avocat ? (à la femme) Tout à l’heure, votre mari a dit qu’il aimerait se corriger et faire preuve de tendresse à votre égard et à celui des enfants. Que répondez-vous à cela ?

FEMME : Ce n’est pas la première fois qu’il dit cela. Il sera tout à fait différent dès qu’il rentrera à la maison. Il dit un jour qu’il me regarde de haut, et le lendemain, il me dit qu’il sera gentil avec moi. Je suis ferme. Ma décision est prise. Si ce tribunal ne m’accorde pas le divorce, je le porterai devant une juridiction supérieure.

JUGE (à l’homme) : Que dites-vous de cela ?

L’homme avait du mal à trouver ses mots. Le juge s’est penché en avant, attendant. Finalement, l’homme a commencé à parler. Il regardait droit devant lui, au-dessus de la tête du juge, mais semblait vraiment s’adresser à sa femme.

HOMME : Je sais que la base de notre vie n’a pas été bonne. Je n’ai pas été un bon mari, ni un bon père. Mais beaucoup de gens m’ont éduqué et aujourd’hui, je me suis vraiment réveillé. Je sais que dans le passé j’ai entendu toutes ces choses, mais je ne les ai jamais réalisées comme je le fais aujourd’hui. Je t’ai aimé, mais je t’ai négligé. Je t’ai vraiment aimé. Nous avons deux enfants et je m’engage maintenant vraiment à m’occuper de toi et de nos deux enfants. Je sais que je l’ai déjà dit, mais aujourd’hui, c’est vrai. C’est la dernière fois, et devant tant de gens, je te dis que tu peux me faire confiance et je te demande de me donner une autre chance. Essayons une fois de plus de Essayons une fois de plus de rendre un foyer heureux et de contribuer ainsi à notre société. Je reste convaincu que nous pouvons créer un foyer heureux pour nous-mêmes et pour les enfants. Je prendrai soin de vous avec tendresse. Je ne penserai plus jamais, comme je l’ai fait à ma manière bourgeoise, que l’homme est plus important que la femme. Je vois maintenant que ce n’est rien d’autre qu’une attitude féodale avec laquelle je n’ai pas rompue.

JUGE (à la femme) : Que pensez-vous de lui donner une autre chance ?

FEMME : Ce n’est pas vrai que notre relation n’a jamais été bonne. Il a déjà dit tout cela. Il revient si souvent sur ses paroles…

HOMME (le regard brisé, les yeux toujours droit devant lui) : S’il te plaît…s’il te plaît.

La pièce était absolument silencieuse et tous les yeux étaient fixés sur la femme. Nous ne pouvions pas voir son visage, mais d’après la position de ses épaules et l’amertume de ses paroles précédentes, je suis certain qu’elle répondra non. Le juge l’avait également observée de près et au moment même où elle a commencé à parler, il s’est levé et l’a interrompue. Un superbe timing. Il a dit : “Il y aura une pause de quinze minutes pour que cet homme et cette femme puissent parler en privé. Ensuite, je leur demande de venir me voir personnellement. La cour est suspendue. “

Nous avons attendu une demi-heure ou quarante minutes. Certaines personnes sont sorties pour fumer et parler sur les marches. Le secrétaire du tribunal, comme auparavant, a annoncé la réunion du tribunal. Le juge, les assesseurs, le secrétaire, le représentant de la femme sont entrés, puis l’homme et la femme. La femme avait pleuré et tenait son mouchoir dans sa main.

JUGE (debout) : Veuillez-vous asseoir. La Cour est à nouveau en session.

Chang Wen-hung, instituteur, et d Chang Wei-man, médecin, ont eu l’occasion de discuter ensemble pendant que la séance était levée et ils nous ont informés de la discussion. Chang Wei-man a déclaré à plusieurs reprises ce matin sa détermination à améliorer son comportement envers sa femme, et elle nous a dit qu’elle acceptait de donner une autre chance à ce mariage, mais à une seule condition. La condition est que si elle constate que son comportement ne s’améliore pas et qu’elle estime nécessaire de demander à nouveau le divorce, son mari ne s’y opposera pas. Dans ce cas, le divorce serait accordé sans audience au tribunal. Le tribunal va maintenant faire sa déclaration

Dès que le juge dit cela, les deux assesseurs et le greffier se sont également levés et se sont tenus debout pendant que le juge rendait publique  sa conclusion.

Ce tribunal déclare que puisque Chang Wei-man s’est critiqué lui-même en public ici aujourd’hui et que sa femme est prête à lui donner une autre chance, sa demande de divorce doit être considérée comme retirée à la condition qu’elle l’ait fait. Les deux personnes doivent maintenant essayer de faire tout leur possible pour consolider leur relation dans l’affection et la compréhension.

HOMME : Je voudrais remercier le juge et les assesseurs ainsi que tous les camarades présents qui m’ont constamment conseillé.

JUGE (à l’homme) : Le tribunal souhaite vous adresser ces mots. Je pense que vous avez beaucoup de problèmes auxquels vous devez réfléchir, beaucoup de difficultés que vous avez avec votre propre caractère, surtout votre mauvaise humeur. Vous avez fait preuve d’une attitude bourgeoise et vous devez faire de votre mieux pour l’éradiquer. Vous êtes donc formellement réprimandé par cette cour. Nous vous chargeons de faire tout votre possible pour corriger votre comportement et vos attitudes erronées et nous vous chargeons de veiller à ce que vous réalisiez dans vos actions ce que vous avez promis ici en audience publique ce matin, (plus doucement) Vous êtes médecin. En tant que médecin dans un État socialiste, vous avez une grande responsabilité. Essayez à l’avenir de vous comporter de manière à pouvoir mener une vie familiale heureuse avec votre femme et vos deux enfants, et cela aidera également votre pays et vos camarades. Tout en vous réprimandant, nous voulons que vous sachiez que nous comprenons combien il est difficile de se défaire de vieilles attitudes. Notre pays tout entier est en train de passer d’un ensemble de valeurs à un autre. C’est une tâche très difficile. Les changements d’attitude ne peuvent se produire que lorsque nous prenons consciemment conscience des anciennes valeurs qui doivent être éradiquées. Nous comprenons les difficultés, et nous vous demandons de faire de votre mieux, (à nous tous) La cour est maintenant terminée. Après notre départ, nous souhaitons que le public reste assis jusqu’à ce que Chang Wei-man et Chang Wenhung aient quitté la salle d’audience.

L’homme et la femme, sans regarder personne, l’homme au visage légèrement détourné, laissé par la porte publique. Le public s’est levé et nous avons lentement dérivé à l’extérieur. En traversant le hall extérieur pour aller dans la rue, j’ai vu le juge, un policier et certaines des personnes qui avaient regardé dans la salle d’audience, allumant des cigarettes et discutant ensemble.