Sur le résultat des élections en Grèce

Sur le résultat des élections en Grèce

Parti Communiste de Grèce (marxiste-léniniste)

8 juillet 2019

Après les élections du 7 juillet, Nouvelle Démocratie (ND) est revenue au pouvoir avec un pourcentage qui lui donne la majorité absolue au Parlement. C’est le résultat de la voie réactionnaire tracée par les politiques anti-populaires que le gouvernement de SYRIZA a suivies ces dernières années. Ce changement de gouvernement va continuer et approfondir l’attaque contre les droits des travailleurs et du peuple. Ceci est renforcé par le fait que les partis bourgeois qui soutiennent et poussent cette attaque (ND, SYRIZA, KINAL – l’ancien puissant PASOK social-démocrate) ont réuni ensemble 80% des voix, ce qui constitue un succès majeur des pouvoirs systémiques à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les élections ont également enregistré l’établissement de l’abstention, qui, d’une part, élargit le pourcentage des partis au pouvoir, mais, d’autre part, constitue une forme de manifestation contre ces politiques anti-populaires suivies par tous les gouvernements au cours des dernières années.

Le pourcentage élevé de ND – toujours par rapport au pourcentage des principaux partis politiques bourgeois avant la crise – lui permet de se lancer dans une agression totale, afin de satisfaire les exigences du capital local et étranger, ce qui conduit les travailleurs à accroître la pauvreté et le pays à un attachement plus fort aux intérêts impérialistes. Les rencontres du nouveau Premier ministre Mitsotakis avec des représentants américains et européens avant les élections ont montré que les impérialistes (en particulier les États-Unis), après la réalisation de leurs exigences fondamentales par un gouvernement présenté comme de gauche, suite à la “pause” de tout mouvement populaire, ont choisi de promouvoir leurs objectifs, dans une période où les questions géostratégiques dans les Balkans et en Méditerranée orientale constituent le premier et décisif choix dans leur conflit avec la Russie, en soutenant une puissance expérimentée dans la gestion du régime, comme la ND.

Les politiques anti-populaires que SYRIZA a menées les années précédentes ont permis de rétablir largement les principaux piliers autrefois méprisés du pouvoir politique bourgeois après leur dédain suite à la résistance populaire de masse de 2010-2012. Ainsi, même KINAL (PASOK) a réussi à rallier une partie des forces ex-PASOK, regagnant ainsi une partie des électeurs qui étaient tournés vers SYRIZA en 2015.

SYRIZA, à travers des dilemmes extorqués, a réussi à limiter ses pertes aux élections européennes et municipales, et a gagné la position de deuxième pilier du système bourgeois, avec un pourcentage de 31,5%. Leur perte conduira certainement à des réformes dans leur parti – après deux montées au pouvoir et le tribut qui leur a été payé par les impérialistes américains et allemands – libérés de tout fardeau de leur passé de gauche. Leur rôle dans l’opposition consistera à défendre les politiques antipopulaires, ce qui n’aidera certainement pas du tout le peuple.

Une partie des électeurs déçus de SYRIZA (et pas seulement eux) a été incorporée par le parti “Varoufakis”. Portant le masque du “militant anti-mémorandum” et celui du “dealer hardcore”, ainsi que cachant sa responsabilité en tant que ministre des finances du premier gouvernement SYRIZA, le personnage de la télévision – Varoufakis est une autre béquille volontaire du capitalisme ; il n’est qu’une autre merveille de la politique (parmi toute une variété apparue de temps en temps).

La perte électorale de la Golden Dawn nazie cause certainement la satisfaction de tous les démocrates ainsi que celle de toutes les forces qui ont résisté aux politiques meurtrières de cette forme fasciste. Cependant, nous ne devons pas laisser échapper le fait qu’une grande partie de ses partisans ont choisi ND ou Velopoulos (le leader du nouveau parti Greek Solution) comme leurs représentants aux élections, devant le danger d’une condamnation exemplaire par le système juridique de certains de leurs principaux dirigeants (le procès de la Golden Dawn se poursuit toujours après 4 ans). Cela signifie que les formes d’expression d’extrême droite – ou carrément fascistes – peuvent trouver de nouvelles voies ou de nouvelles entités vers le parlement. Il est certain que la politique réactionnaire du nouveau gouvernement et la tendance générale à la fascisation que le système suscite, faciliteront le renforcement de ces entités politiques en tant qu’arme pour terroriser le peuple.

Les gens de gauche, qui se sont nourris des illusions des gouvernements de gauche, des “contre-attaques” par le biais de propositions de lois et d’autres illusions de la gestion gouvernementale, se sont retrouvés sans les dispositions idéologiques nécessaires avant cette tournure réactionnaire des événements que les attaques écrasantes des derniers gouvernements (PASOK, ND et SYRIZA) ont accumulée. Une fois de plus, ils ont été piégés par les faux sermons des fronts anti-droite avec SYRIZA. Par conséquent, une petite partie de ces personnes qui ont exprimé leur colère lors des récentes élections locales et européennes, ont rendu leurs votes à SYRIZA en réponse à l’appropriation imminente du Parlement par Mitsotakis ; d’autre part, une autre partie du peuple a choisi de s’abstenir, ayant un des plus grands pourcentages d’abstention dans l’histoire des élections pour le Parlement grec.

Le Parti communiste de Grèce était immobilisé – malgré son ancrage plus à droite, sa politique centrée sur les élections et son effort pour poser ses propres faux dilemmes. La fausse image d’autosuffisance, les impasses de leurs actions militantes et les belles paroles de la lutte des classes (qui, pendant la période électorale, se sont traduites par l’encerclement de leurs bulletins de vote par des personnes qui n’ont aucun lien avec les mouvements populaires et la gauche) se sont révélées être de simples ruses qui ne peuvent offrir aucune échappatoire réelle.

LAE et ANTARSYA ont subi de grandes pertes de votes, supportant le coût de l’effondrement de leurs propres illusions concernant SYRIZA et de leurs résolutions sur la possibilité d’un changement de gouvernement. Les différents programmes qu’ils ont si facilement conçus (programmes de transition, programmes pour un gouvernement progressiste, programmes de sauvetage et toutes sortes de programmes) sont maintenant dépassés.

Tout ce qui précède prouve que les bases sur lesquelles la gauche peut être renforcée ne sont autres que les bases de la lutte et de la résistance qui se développent au sein de la classe ouvrière et du peuple, pas les processus parlementaires, ni les différentes combines politiques et toutes sortes d’activisme.

Nous, le Parti Communiste de Grèce (marxiste-léniniste) saluons les membres, les camarades et toute personne de la lutte populaire qui ont soutenu notre effort lors des élections de cette année pour résister contre toutes sortes d’illusions parlementaires, contre toutes sortes d’extorsions politiques et tous les plans désorientants pour des “solutions” faciles.

Le résultat électoral du PCG(m-l) reflète une base stable et discrète de personnes qui adhèrent à nos résolutions selon lesquelles le renforcement des liens avec le peuple et la classe ouvrière ne peut être réalisé que par des luttes quotidiennes pour revendiquer nos droits au travail, aux études et à la vie ; il ne peut être réalisé que contre les plans bellicistes des impérialistes dans la zone élargie des Balkans et de la Méditerranée orientale.

Les peuples et les jeunes seront bientôt confrontés à une politique audacieuse et agressive contre leurs droits et ils devront structurer leur opposition contre cette agression. Pour nous, la première tâche est de réorganiser la classe ouvrière, les travailleurs en général et les jeunes, dans leurs propres structures organisationnelles, qui n’exprimeront pas du tout un consentement social, mais qui au contraire refléteront clairement la lutte de classe qui dépasse tout le corpus social et politique de cette société d’exploitation.

Cette période critique pour la gauche révolutionnaire commence à nouveau après les élections, sur les fronts de notre dure vie quotidienne et sur les fronts de la lutte des classes. Sur ces fronts aussi, nous serons jugés et nous renforcerons nos forces en y participant. Notre objectif est de procéder avec cohérence et détermination. À travers les nouvelles luttes et les nouveaux foyers qui viendront, de les renforcer et de leur donner leur sens politique approprié sur la voie de l’indépendance et du socialisme.

flechesommaire2