Chapitre 24 : La jeunesse de Mao

Cours de base sur le marxisme-léninisme-maoïsme

Parti Communiste d’Inde (maoïste)

Chapitre 24 : La jeunesse de Mao

   Mao Zedong est né le 26 décembre 1893, dans le village de Shaoshan dans la vallée fertile de Xiangtan dans la province du Hunan en Chine. Le district où Mao naquit était une riche région agricole. Il s’agissait également d’une zone stratégique avec tous ses itinéraires majeurs par la route ou la rivière traversant la province du Hunan. Étant au carrefour du commerce, les gens du Hunan étaient connus pour leurs paysans commerçants. À la fin du XIXème et au début du XXème siècle, le Hunan est également devenu un centre intellectuel et un centre de dissidence et de révolte, produisant les meilleures lettrés de toute la Chine. Le Hunan a vu naître les généraux militaires qui ont assisté les empereurs chinois mais aussi les révolutionnaires qui ont défait leurs règnes. C’était aussi un des centres majeurs de la plus grande révolte paysanne du XIXème siècle – le grand soulèvement paysan des Taiping. Le Hunan a fourni des centaines de milliers de combattants pour la rébellion, qui a duré 14 ans, de 1850 à 1864. Ce vaste soutien à la révolte paysanne était dû à la sévère pauvreté de la paysannerie due à l’exploitation par les propriétaires terriens et aux impôts excessifs. Bien que le soulèvement ait été brutalement écrasé, le souvenir de la révolte est resté fort dans les villages où Mao a passé son enfance et sa jeunesse.

   Le père de Mao, Mao Yichang, est né paysan pauvre et a été obligé de devenir soldat pendant sept ans afin de rembourser les dettes de son père. Plus tard, par un travail acharné et une économie prudente, il a réussi à racheter sa terre. Il est devenu un paysan moyen et petit commerçant. Le niveau de vie de la famille est cependant resté très médiocre. Même à l’âge de seize ans, Mao ne mangeait qu’un œuf par mois et de la viande environ trois ou quatre fois par mois. Le père de Mao a mis ses enfants au travail dès que possible. Ainsi, Mao a commencé à travailler dans les champs à l’âge de six ans. La mère de Mao, Wen Qimei, provenait du district de Xiangxiang, à seulement 25 kilomètres de Shaoshan. Mao était le fils aîné. Il avait deux frères plus jeunes et une sœur adoptée. Tous les trois furent membres de la première branche paysanne du Parti Communiste que Mao forma. Tous et toutes sont devenus martyrs dans la Révolution.

   Mao était un rebelle dès son plus jeune âge. Il appelait son père le “Pouvoir en Place”. Il s’est souvent associé à sa mère, à son frère et aux ouvriers contre l’autorité de son père. C’était de l’opposition. À l’école, il s’opposait aux anciennes coutumes. Une fois, en signe de protestation contre son maître d’école, à l’âge de sept ans, il s’est enfui pendant trois jours et est resté dans les montagnes entourant son village. Après cette protestation – que Mao appellera sa première grève réussie -, il ne fut plus battu à l’école.

   La première école de Mao était l’école primaire du village, qu’il rejoignit à l’âge de sept ans. Dès qu’il a appris à lire convenablement, il a développé une passion pour la lecture. Il préférait les livres romantiques, de rébellion et d’aventure. Très souvent, il lisait toute la nuit à la lumière d’une lampe à huile. Le père de Mao, qui avait lui-même fait très peu d’études, n’était pas intéressé par la perspective que Mao puisse continuer encore longtemps ses études. Il avait besoin de quelqu’un pour travailler dans les champs et pour maintenir ses comptes. Ainsi en 1906, il a retiré Mao de l’école du village.

   Mao a néanmoins continué de développer son intérêt pour la lecture et demandait constamment à poursuivre des études plus poussées. Son père ne comprenait la passion de son fils et pensait que la solution était un mariage. À l’âge de 14 ans, Mao a été marié à une fille de la même région. Il a toutefois refusé de reconnaître ce mariage.

   Pendant ce temps, l’atmosphère révolutionnaire se développait rapidement dans les environs. Deux rébellions avait eu lieu durant cette période, ce qui a eu un impact durable sur Mao. La première était la révolte au Hunan en 1906 dirigée par les révolutionnaires du parti du nationaliste de Sun Yat-Sen. La deuxième était une rébellion contre un propriétaire terrien mené par un groupe de paysans de Shaoshan. Les deux ont été écrasées et leurs chefs décapités. Mao était très affecté par l’injustice et désirait faire quelque chose de radical pour le pays et son peuple. Mais il devait continuer son éducation. Finalement, en 1910, il a été envoyé dans une école primaire supérieure, dans le district de sa mère, à Xiangxiang.

   Les élèves de cette école étaient tous descendants de propriétaires terriens ou de riches et traitaient initialement Mao avec mépris. Mao avait cependant bientôt dépassé tous les autres étudiants par son intelligence et son travail acharné. Il s’asseyait pendant de longues heures dans la salle de classe après que tout le monde soit parti. Ses professeurs ont été très impressionnés par ses capacités. Après quelques mois, Mao était impatient de passer à un niveau supérieur. Après un an, il a facilement passé les examens pour l’admission au collège qui était situé à Changsha, la capitale provinciale du Hunan. En septembre 1911, Mao a parcouru les 64 kilomètres jusqu’à Changsha. Mao, qui avait presque dix-huit ans, voyait pour la première fois une grande ville.

   Changsha, une ville d’universitaires, était en pleine agitation à l’époque de l’arrivée de Mao. Des associations révolutionnaires sous divers noms avaient été formées par des enseignants et des étudiants. Une littérature clandestine était en circulation et une explosion était attendue à tout moment. Mao, qui avait déjà développé une pensée radicale, était désireux de participer aux événements. Un mois après son arrivée, la révolution bourgeoise de 1911 éclatait sous la direction de Sun Yat-Sen. Mao a immédiatement décidé de rejoindre l’armée révolutionnaire. Mais la révolution était bientôt trahie et tombait entre les mains des contre-révolutionnaires. Mao, après cinq mois, a démissionné de l’armée pour retourner à Changsha.

   A son retour, Mao cherchait quoi faire et quelle direction prendre dans la vie. En consultant les annonces dans les journaux, il s’est inscrit à un certain nombre de cours dans des écoles, allant d’une école de fabrication de savon, d’une école de police à une école de droit et à une école commerciale. Il s’est finalement décidé pour l’examen d’entrée à la première école provinciale de Changsha et est arrivé premier. Au bout de six mois, il a quitté l’école et a organisé un programme d’études qui lui était propre, qui consistait à lire tous les jours à la bibliothèque provinciale de Hunan. Pendant six mois, il a passé toutes ses journées du matin au soir à la bibliothèque avec seulement deux gâteaux de riz. Cette période de lecture intensive portait sur une très large gamme de sujets sociaux et scientifiques d’auteurs occidentaux et chinois. Cela a jeté les bases de l’éducation de Mao. Ces six mois d’études ont toutefois laissé Mao totalement sans le sou. Son père, qui ne comprenait pas le désir de son fils de continuer à lire indépendamment des études, refusait de le soutenir à moins qu’il ne rejoigne une école.

   Ainsi, en 1913, Mao a rejoint la Première École Normale du Hunan qui était une université pour enseignants. Il est resté là pendant cinq ans de 1913 à 1918. L’effondrement du gouvernement central chinois et le déclenchement de la Première Guerre Mondiale ont créé des conditions de bouleversements extrêmes dans toute la Chine et dans le monde. En Chine, les guerres entre les seigneurs de guerres provinciaux sont devenues des événements courants. C’était aussi la période où le Japon, faisant usage de l’implication des autres puissances impérialistes dans la guerre, a tenté de dominer totalement la Chine. Cela a conduit à une forte opposition des intellectuels chinois et des sections révolutionnaires.

   C’est au cours de ces années que les idées politiques de Mao ont pris forme. En 1915, il devient secrétaire de la Société des Étudiants de l’École Normale et créa l’Association pour l’Autonomie des Étudiants. Cette organisation a orchestré de nombreuses agitations contre les autorités de l’université sur les droits étudiants. Mao a également dirigé cette organisation dans des manifestations de rue contre la domination japonaise et leurs marionnettes chinoises. Cette organisation deviendra plus tard le noyau de futures organisations étudiantes dans la province du Hunan.

   Au fur et à mesure que les attaques des seigneurs de guerre augmentaient, les étudiants formaient en plusieurs endroits des corps d’autodéfense. En 1917, Mao devint le chef du bataillon de son université. Il a obtenu des armes de la police locale et a mené les étudiants dans des attaques de guérilla sur des groupes de seigneurs de guerre pour recueillir plus d’armes. En utilisant sa connaissance des tactiques de guérilla utilisées par les combattants du Hunan antérieurs ainsi que l’étude de la théorie militaire, Mao a transformé le bataillon de l’université en une force de combat efficace. Mao a également été pris d’un vif intérêt pour toutes les campagnes militaires majeures de la Première Guerre Mondiale en cours. Il a donné des conférences et écrit des articles sur la stratégie et la tactique.

   Mao s’est également impliqué dans diverses autres activités. Il s’est battu contre les maux sociaux comme l’opium et la prostitution. Il s’est battu contre l’oppression des femmes et a tenté d’assurer la participation maximale des femmes au mouvement des étudiants. Il a écrit sur la natation, les sports et la formation physique intensive chez les étudiants et les jeunes et encouragé leurs pratiques. Il a lui-même maintenu une condition physique extrême – comme prendre des bains froids tout au long de l’année, nager dans l’eau froide, faire de longues promenades dans les collines en étant pieds et torses nus, etc. En 1917, il a commencé une école du soir où lui et d’autres étudiants et enseignants allaient enseigner gratuitement aux travailleurs des usines de Changsha.

   En 1918, Mao a inauguré la Nouvelle Société d’Étude du Peuple, qu’il prévoyait et planifiait depuis environ un an. C’était un des nombreux groupes d’étudiants, mais il allait se transformer en autre chose : le noyau d’un parti politique. Dès le début, il a insisté sur l’action ainsi que sur les débats. Ce ne serait pas seulement parler de la révolution, mais la pratiquer, tout d’abord en révolutionnant ses propres membres, les transformant en des “hommes nouveaux”. Par la présences de membres féminins d’autres questions étaient abordées comme l’oppression des femmes dans le système traditionnel du mariage. Ses activités se sont déroulées selon un programme de débat, d’étude et d’action sociale. L’action sociale comprenait des écoles du soir pour les travailleurs, des visites des usines, des manifestations contre l’impérialisme japonais, l’écriture d’articles, la lutte pour de nouvelles idées et l’utilisation de la langue vernaculaire. Un an plus tard, tous les treize membres originaux de la société auront rejoint le Parti Communiste de Chine (PCC), fondé en 1921. En 1919, il y avait quatre-vingts membres, dont plus de quarante rejoindront le Parti.

   À l’époque de l’obtention du diplôme de Mao de l’Ecole Normale en 1918, il a été rejoint à Changsha par sa mère qui était venue pour un traitement. Elle n’a cependant pas pu être guérie et est morte en octobre 1918. Après sa mort, Mao a déménagé à Pékin, la capitale de la Chine, où il a consacré six mois à un travail très peu payé d’assistant bibliothécaire à l’Université de Pékin. Ce travail lui a été obtenu par Li Dazhao, universitaire et bibliothécaire, qui était le premier intellectuel chinois à louer la Révolution Russe et l’un des premiers à introduire la pensée marxiste en Chine. Avec Li Dazhao, Mao s’est rapidement tourné vers le marxisme. Il a commencé à lire des ouvrages de Lénine qui avaient été traduits en chinois. Vers la fin de 1918, il a rejoint le Groupe d’étude marxiste formé par Li. Il a également rencontré de nombreux intellectuels et marxistes. Celui qui eu le plus d’impact sur lui était Chen Duxiu, qui deviendra plus tard le premier secrétaire du PCC. Chen était à cette époque rédacteur en chef de la revue radicale Nouvelle Jeunesse, revue où Mao avait déjà écrit et qui avait eu une influence sur lui.

   Mao n’a passé que six mois à Pékin. Au cours de cette période, il est tombé amoureux de Yang Kaihui, la fille d’un de ces conférenciers de l’Université de Changsha, qui était maintenant professeur à l’Université de Pékin. Elle était alors étudiante et faisait une formation de journalisme à l’université. Pour tous les deux, c’était un premier amour. Leur amour était d’un type qu’on appelait alors « l’amour nouveau », où les partenaires faisaient le choix d’aller contre le système traditionnel des mariages arrangés. Pendant quelque temps, leur amour resta secret. Ils ne savaient pas s’ils auraient du temps pour l’amour quand le pays avait terriblement besoin d’eux. Ils ont alors décidé d’attendre un peu avant de prendre une décision finale.

   En avril 1919, Mao est retourné à Changsha juste avant le déclenchement du mouvement historique du 4 mai 1919. Ce mouvement démocratique anti-impérialiste a secoué toute la Chine. Bien qu’initié par les étudiants, il a rapidement entraîné de vastes sections de travailleurs, commerçants, marchands, artisans, etc. Mao s’est immédiatement impliqué dans l’agitation politique. À son arrivée, il a immédiatement occupé un emploi peu rémunéré en tant que professeur d’école primaire. Cependant tout son temps libre a été consacré à l’organisation d’agitations et à la diffusion du marxisme. Il a encouragé l’étude du marxisme dans la Nouvelle Société d’Etude du Peuple et d’autres sociétés d’étudiants avec lesquelles il était en contact. Dans le même temps, il a construit l’Association des Étudiants Unis du Hunan qui englobait aussi les jeunes élèves et les étudiantes. En réunissant toutes les sections, Mao a organisé un mouvement pour se saisir et brûler des produits japonais. Il a sorti une revue hebdomadaire, la Revue de la Rivière Xiang, qui a rapidement eu une grande influence sur le mouvement étudiant en Chine du Sud. Lorsque l’hebdomadaire a été interdit en octobre 1919, Mao a continué à écrire dans d’autres journaux. Bientôt il a obtenu un emploi en tant que journaliste pour divers journaux du Hunan et s’est fixé dans des grandes villes comme Wuhan, Pékin et Shanghai pour gagner du soutien pour le mouvement au Hunan.

   Cependant, lorsqu’il a débarqué à Pékin en février 1920, il s’est rapidement impliqué dans les projets de construction du Parti Communiste Chinois. Il tient alors des discussions avec Li Dazhao et d’autres intellectuels. Il a parcouru les usines et les rails de chemins de fers et a discuté du marxisme avec les travailleurs. Il a étudié plus en avant les travaux de Marx, Engels et d’autres socialistes. Il a également pu revoir Yang Kaihui, qui avait étudié le marxisme. Ils ont discuté de leur dévouement l’un pour l’autre et de la révolution. Ils se sont ensuite fiancés.

   Après Pékin, Mao a passé quatre mois à Shanghai, la plus grande ville de Chine et son plus grand centre industriel et commercial. Là-bas, il a discuté avec Chen Duxiu et d’autres marxistes de Shanghai. Pour subvenir à ses besoins, il a pris un job de manœuvre, travaillant de douze à quatorze heures par jour dans une blanchisserie. C’est durant cette période, en mai 1920, que le premier groupe communiste chinois a été mis en place à Shanghai.

   Lorsque Mao revint au Hunan en juillet 1920, il a commencé à travailler pour créer un groupe communiste similaire. Son père était mort au début de l’année, Mao s’est donc initialement établi à Shaoshan. Ses deux frères et sa sœur adoptive étaient parmi ses premières recrues. Il est ensuite retourné à Changsha où il a continué à recruter. Là, il a occupé le poste de directeur d’école primaire et a enseigné à une classe de l’École Normale, pour lequel il a pour la première fois reçu un salaire confortable.

   Vers la fin de 1920, Mao s’est marié à Yang Kaihui et ils ont vécu ensemble pendant un an et demi tant que Mao était à Changsha en tant que directeur de l’école primaire. Ils ont été considérés comme un couple idéal car Yang était également impliquée dans le travail du Parti dont elle est devenue membre en 1922. Ils ont eu deux fils, dont l’un est décédé en 1950 en tant que volontaire dans la guerre de Corée contre l’impérialisme américain. L’autre est devenu comptable. Yang, qui effectuait un travail secret pour le Parti, a été arrêtée en 1930 et exécutée.

   Bien que Mao ait participé à diverses agitations au cours de cette période, l’objectif principal de son travail était la formation et l’établissement du PCC. Après avoir formé un groupe communiste au Hunan, Mao est allé à Shanghai pour assister au Premier Congrès National du PCC organisé secrètement en juillet 1921. Il était l’un des douze délégués qui ne représentaient que 57 membres du parti à ce moment-là.

   Après le congrès, Mao est devenu le secrétaire provincial du Parti de la province de Hunan. Dès le début, il a accordé une attention particulière à la construction du parti au Hunan sur la base des principes du Parti Léniniste. Il a recruté des jeunes des organisations révolutionnaires existantes ainsi que des travailleurs avancés qui ont été gagnés par l’extension du mouvement ouvrier organisé. Il a commencé deux revues mensuelles pour relever le niveau idéologique et politique des membres du Parti et des membres de la Ligue de la Jeunesse et les aider à poursuivre l’éducation communiste parmi les masses.

   C’est au cours de cette période allant jusqu’à 1923 que Mao s’est énormément concentré sur l’organisation des travailleurs à Changsha, dans la mine d’Anyuan (dans la province voisine du Kiangsi) et dans la mine de plomb de Shuikoushan. En août 1921, il a mis en place le premier syndicat communiste. En 1922, il a formé la branche du Hunan de la Fédération Chinoise du Travail, dont il a été nommé président. Le mouvement et l’organisation dans la mine d’Anyuan en particulier était un excellent exemple d’organisation communiste. Le Parti a d’abord organisé des écoles sur le temps libre de travailleurs du charbon pour réaliser leur éducation marxiste. Il a ensuite organisé un syndicat. Entre temps, une branche de la Ligue de la Jeunesse Socialiste a été formée parmi les travailleurs dont les meilleurs membres ont ensuite été intégrés dans le Parti. La mine d’Anyuan a connu des grèves majeures qui ont eu des répercussions dans tout le pays. Il y avait une organisation forte qui survécu même pendant les périodes de répressions. Les travailleurs ont apporté un soutien et une participation précieuses aux divers stades de la guerre révolutionnaire. Anyuan était le centre de liaison pour la première base régionale communiste dans les montagnes de Chingkang.

   Mao n’a pas participé au Deuxième Congrès National du PCC, tenu en juillet 1922, suite à une mauvaise communication. Il a participé au Troisième Congrès National du PCC, tenu en juin 1923, au cours duquel il a été élu au Comité Central. Ce Congrès a décidé de promouvoir un front national anti-impérialiste et anti-féodal en coopération avec le Parti du Guomindang dirigé par Sun Yat-Sen. Il a ordonné aux membres du Parti Communiste de rejoindre le Parti du Guomindang au niveau individuel. Mao l’a fait et a été élu membre suppléant du Comité Exécutif Central du Guomindang lors de ses Premier et Deuxième Congrès Nationaux tenus en 1924 et 1926. Il a travaillé comme Chef du Département Central de la Propagande du Guomindang, a édité la Semaine Politique et a alors dirigé la sixième classe à l’Institut du Mouvement Paysan.