La prostitution est une violence sexuelle

La prostitution est une violence sexuelle

New Vistas Publications

Janvier 2004, Inde

   Mot d’introduction :

   À la lumière de l’événement du WSF (Forum Social Mondial) à venir, avec sa forte présence des ONG, il y aura une nouvelle poussée du féminisme bourgeois dans les sections progressistes du pays. À la lumière de cela, New Vistas présente trois nouveaux livrets sur la question des femmes en Inde qui mettront en avant la perspective socialiste sur ce point. Ces brochures sont principalement basées sur des articles tirés du magazine People’s March.

   Le premier livret donne une perspective révolutionnaire sur la question des femmes en Inde et inclut un exemple d’organisation féminine révolutionnaire, vue dans les régions reculées du Bihar et du Jarkhand.

   Le deuxième livret traite de la question de la prostitution et des tentatives des ONG pour la légitimer, pour servir les besoins de la mondialisation et de la vaste industrie du tourisme, en adoptant le terme de travailleurs et travailleuses du sexe.

   La troisième brochure donne un exemple vivant de la libération des femmes par une révolution et la construction du socialisme dans la Chine autrefois révolutionnaire. La Chine était une société profondément féodale et patriarcale, et pourtant, à travers le mouvement communiste et la période ultérieure de construction socialiste, nous constatons des changements gigantesques dans le rôle des femmes et leur émancipation. Bien sûr, une fois le capitalisme restauré après la mort de Mao, l’une des premières sphères à être affectée a été le rôle des femmes.

   Nous espérons que ces brochures seront utiles pour renforcer le mouvement des femmes dans le pays et le construire selon des lignes correctes, loin de l’approche féministe bourgeoise des ONG financées par l’étranger. N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions après leur lecture.


   La poussée phénoménale de la prostitution, du trafic sexuel et du tourisme sexuel dans le monde entier, en particulier dans les pays du tiers monde, dans le sillage de la mondialisation et de la libéralisation économique, a suscité un intérêt croissant et un débat international sur la question au cours des vingt dernières années environ. Alors que certaines organisations militantes et groupes féministes réclament l’abolition de la prostitution et du commerce du sexe, d’autres mènent une campagne agressive en faveur de la légalisation et de la reconnaissance de la prostitution en tant que profession. Les partisans de la légalisation exigent qu’on lui donne le statut d’une industrie et que le sexe soit considéré comme similaire à tout type de travail, et que les prostituées soient considérées comme des travailleuses du sexe.

   La question a pris de l’importance dans le contexte où même l’OIT demande la reconnaissance économique de la prostitution en tant que travail légitime.

   En Inde également, plusieurs ONG se sont penchées sur la question ; certaines ont organisé une conférence des travailleuses du sexe, comme à Calcutta en 1997, 1998 et 2001, et ont avancé des arguments en faveur de la légalisation. Quelques-unes se sont opposées à la demande de légalisation car elles estimaient qu’elle ne ferait que légitimer la violence à l’égard des femmes et la vente de corps humains.

   Quel doit être le point de vue du prolétariat sur la question de la légalisation de la prostitution ? La légalisation de la profession améliorerait-elle la situation des prostituées ? Quelles sont les causes profondes du phénomène de la prostitution ? Et pourquoi a-t-elle fait un bond phénoménal ces dernières années ? Quelle est la bonne solution au problème ? Traitons ces questions.

   Un bref historique

   Historiquement, les origines de la prostitution remontent à l’émergence de la société de classes et de la soi-disant civilisation lorsque, pour la première fois, la femme est subordonnée à l’homme. L’absence de droits de propriété, la ségrégation de la production sociale et la division du travail selon le sexe ont rendu la femme impuissante et totalement dépendante des hommes de l’enfance à la vieillesse. Dans une société divisée en classes, le pouvoir économique et social était naturellement entre les mains de la classe qui possédait les principaux moyens de production.

   La grande majorité des classes non propriétaires devaient vivre en vendant leur travail. Leur corps a été le seul bien que possédaient ces classes non propriétaires et ce n’est qu’en mettant leur corps en service en échange d’un salaire ou d’une rémunération en nature que leur survie physique même pouvait être assurée. La prostitution est également le résultat de la contrainte, dans une société divisée en classes, de vendre son corps pour assurer sa subsistance. Contrairement aux hommes des classes laborieuses, les femmes n’ont pas la possibilité de prendre part à des activités productives similaires en raison des relations patriarcales imposées par la société. Ainsi, puisque chaque classe est divisée en interne selon les sexes et que le pouvoir revient à l’homme de chaque classe en raison des relations patriarcales, les femmes sont rendues impuissantes et socialement et économiquement vulnérables.

   Ainsi, même lorsque les femmes bénéficient des avantages et des privilèges de la classe à laquelle elles appartiennent, elles n’ont pas de statut indépendant propre. Leur statut de classe ne s’acquiert qu’en vertu de leur attachement aux hommes de cette classe, que ce soit en tant que filles, épouses, sœurs ou mères. Une fois le soutien des hommes de sa famille retiré, elle devient sans propriété même si elle appartient à la classe moyenne, ce qui conduit à une vie d’insécurité et même de pauvreté. Cette vulnérabilité sociale et économique des femmes, qui résulte des inégalités entre les sexes dans les sociétés de classe, joue un rôle important dans le maintien de la prostitution.

   Les femmes qui n’ont pas de biens et peu d’options doivent compter sur la vente de leur corps pour subvenir à leurs besoins et à ceux des personnes à leur charge. Celles qui ont été forcées à se prostituer sont généralement les plus démunies, les sections défavorisées de la société, appartenant aux castes inférieures, et les tribus. Le simple fait qu’à peine 1% des biens dans le monde appartiennent à des femmes aujourd’hui montre la vulnérabilité et l’impuissance aiguë des femmes.

   La prostitution est créée et entretenue par la société dominée par les hommes, où la sexualité masculine et la masculinité sont socialement construites par le patriarcat et la sexualité féminine est contrôlée et dénigrée. La masculinité est prouvée par la capacité de l’homme à accéder à plusieurs femmes. Au sein de la société féodale, la prostitution était limitée, on la trouvait par exemple autour des temples, institutionnalisée sous la forme du système devadasi. Le développement des forces du marché a transformé la prostitution en un métier. Les centres de prostitution se sont développés dans les villes portuaires, autour des colonies de travailleuses migrantes et autour des cantonnements et des casernes militaires.

   Les calamités naturelles telles que les famines, les inondations, les tremblements de terre et les épidémies ou les bouleversements sociaux et politiques tels que les guerres ont entraîné des déplacements de population à grande échelle et une augmentation phénoménale du nombre de prostituées, car de plus en plus de femmes déracinées et malchanceuses n’avaient plus d’autres possibilités de gagner leur vie.

   Ainsi, l’ère coloniale a donné une impulsion au commerce du sexe en poussant des millions de femmes à vendre leur corps dans les zones où se trouvaient la main-d’œuvre masculine migrante ou les troupes militaires. Mais ce sont les stratégies de développement poursuivies par les différents gouvernements des pays du Tiers-Monde dans la phase néocoloniale qui l’ont vu se développer par monts et par vaux. Les grands barrages et les projets miniers et industriels, l’effondrement des économies de subsistance par la technologie moderne entraînant la paupérisation de communautés entières, les cyclones, les inondations et les famines résultant d’une déforestation aveugle, etc., ont déraciné des millions de personnes de leur foyer et un grand nombre de femmes ont été contraintes de chercher refuge dans la prostitution pour gagner leur vie.

   Par exemple, il y a 2 à 3 millions de prostituées dans 400 zones de “red lights” en Inde (Indian Express 6/10/2000). 30% des prostituées dans le pays sont des enfants dont le nombre augmente de 8 à 10% par an. Près de 80 % des prostituées appartiennent aux castes inférieures et aux tribus qui sont contraintes de faire ce métier pour survivre. Une partie considérable des femmes sont forcées de se prostituer en raison de l’oppression patriarcale dans la famille et la société, victimes de viols commis par les chauvins, de tromperies par des amants, de viols lors d’émeutes communautaires et d’atrocités commises par la police et les forces armées de l’État, etc. On estime que chaque année, les trafiquants de sexe, en connivence avec la police, amènent dans les maisons closes indiennes environ 100 000 femmes et enfants népalais pauvres provenant de villages népalais

   Mondialisation et tourisme sexuel

   Le facteur le plus important, cependant, est la promotion du tourisme sexuel dans les pays du tiers monde. Le tourisme dans les pays du Tiers-Monde, en particulier en Asie, est devenu une industrie en pleine croissance dans les années 1970 et a été vigoureusement promu en tant que stratégie de développement par des agents d’aide internationale comme la Banque mondiale, le FMI et l’USAID. Entre 1960 et 1979, les arrivées de touristes en Asie du Sud-Est ont été multipliées par 25. Les revenus que ces pays ont tirés du tourisme s’élevaient à 4 milliards de dollars en 1979. La Thaïlande, la Malaisie, les Philippines, Singapour, le Kenya, la Tunisie, le Mexique, la Sri-Lanka, le Pérou, les pays des Caraïbes, etc. ont fait du tourisme l’un de leurs principaux domaines de production. Les femmes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine sont le principal produit d’exportation qui attire les touristes masculins du Japon, des États-Unis et d’Europe. Par exemple, pas moins de 50 000 femmes et enfants d’Asie, d’Amérique latine et d’Europe de l’Est sont amenés aux États-Unis sous de faux prétextes et sont forcés de se prostituer ou de travailler comme ouvriers ou domestiques maltraités, selon un rapport de la CIA.

   Selon un rapport, environ 2 sur 3 des femmes lakh travaillent dans le commerce du sexe à Bangkok, camouflées en salons de massage et en hôtels. Selon une autre estimation, le chiffre est encore plus élevé : environ 10% des femmes de Bangkok seraient engagées dans le commerce du sexe malgré l’interdiction officielle de la prostitution. À Manille, la capitale des Philippines, le nombre de prostituées est estimé à environ 100 000.

   Le commerce florissant de la chair, qui a conduit à une véritable explosion du nombre de prostituées dans le monde au cours des deux dernières décennies, est le résultat des politiques de mondialisation et de libéralisation économique adoptées par la plupart des pays du monde. Les stratégies de développement poursuivies par les pays d’Asie du Sud-Est au cours des années 70 ont été reprises en Inde dans les années 90. Trois raisons majeures peuvent être citées pour expliquer le bond quantitatif et qualitatif du commerce du sexe.

   Premièrement, le commerce du sexe est désormais organisé sur une base mondiale comme n’importe quelle autre entreprise multinationale. Il est devenu une industrie transnationale. C’est l’une des industries les plus développées et les plus spécialisées qui offre un large éventail de services aux clients et qui dispose des stratégies de marché les plus innovantes pour attirer des clients du monde entier. Les principaux acteurs et bénéficiaires de l’industrie du sexe sont cohésifs et organisés. Le réseau complexe d’acteurs impliqués dans le commerce du sexe aujourd’hui ne comprend pas seulement les prostituées et le client, mais tout un syndicat composé des proxénètes, des propriétaires de bordels, de la police, des politiciens et des médecins locaux. Les principaux acteurs liés au commerce du sexe ne sont pas confinés par des frontières nationales ou territoriales étroites dans le contexte d’un monde globalisé. Ils opèrent à la fois légalement et clandestinement et l’on pense que les profits des organisations de l’industrie du sexe sont actuellement égaux à ceux du commerce illégal mondial d’armes et de stupéfiants.

   Ainsi, l’ampleur, l’étendue, l’organisation, le rôle de l’accumulation de capital et l’éventail des stratégies de marché employées pour vendre des services sexuels font que l’industrie mondiale du sexe contemporaine est qualitativement différente de l’ancienne pratique de la prostitution et du commerce du sexe.

   Le deuxième facteur, qui rend le commerce du sexe qualitativement différent aujourd’hui, est qu’il est devenu une stratégie de développement choisie par plusieurs pays du tiers monde. La Banque mondiale, le FMI, la Banque asiatique de développement et plusieurs autres agences d’aide impérialistes ont encouragé le développement du tourisme et de l’industrie du divertissement dans les pays du tiers monde dans le but de combler les déficits de leur balance des paiements et de leurs débits. En conséquence, le tourisme sexuel et les divertissements sexuels se sont développés à une vitesse incroyable et ont acquis une légitimité nationale et internationale dans le cadre de la mondialisation comme jamais auparavant.

   Le troisième facteur qui a conduit à l’essor du commerce de la chair est l’exploitation néocoloniale des matières premières et des ressources bon marché du Tiers-Monde par le capital impérialiste. Ces pays, qui ont subi des ajustements structurels sous la dictature de la Banque mondiale et du FMI, sont contraints d’exporter leurs matières premières et leurs ressources bon marché. Les femmes et les enfants constituent une composante importante des ressources des pays du Tiers Monde et sont donc considérés comme un élément d’exportation de premier ordre pour le “développement” de ces pays. Les femmes et les enfants, dont le travail est exploité au-delà des normes acceptables en matière de droits de l’homme, sont devenus l’un des principaux outils de l’accumulation capitaliste. La migration et la traite des femmes des zones à faible concentration de capital vers les zones à forte concentration, c’est-à-dire des zones rurales vers les zones urbaines et des zones moins développées d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine (et maintenant d’Europe de l’Est) vers les pays industriels.

   Cela est devenu possible en raison de la population massive et du développement de larges pans de la population dans les pays du Tiers-Monde qui n’ont d’autre choix que de vendre leur corps et leur travail pour gagner leur vie. Et ce sont les femmes et les enfants qui forment la principale composante de ces nouvelles couches défavorisées et dépossédées du fait de la mondialisation. Le capital international, grâce au vaste réseau médiatique dont il dispose – la presse écrite et électronique, l’internet, etc. – est capable de façonner l’esprit des personnes vivant dans un monde déjà patriarcal et dominé par les hommes en faveur de la marchandisation du corps féminin, de la manière la plus grossière à la plus sophistiquée. Le capitalisme a transformé les relations entre les êtres humains en relations monétaires sans pitié ; il a transformé en marchandise tous les aspects de la vie humaine, y compris les parties du corps humain, le travail reproductif des femmes et pratiquement tout ce qui existe sur la terre. Le capitalisme n’a pas d’autre éthique que celle d’amasser des profits. Il a converti la femme en un objet sexuel et l’a mise en vente sur le marché. Sous l’effet de la mondialisation, ce phénomène a atteint des niveaux inconnus dans l’histoire de l’humanité en raison de l’ampleur et de la puissance des principaux acteurs et a fait des ravages dans la vie de la grande majorité des malheureux de la terre.

   Il ressort de ce qui précède qu’aujourd’hui, la prostitution s’est transformée en un commerce mondial de la chair – une entreprise multinationale ou transnationale qui rapporte d’énormes profits aux gouvernements de plusieurs pays, au syndicat multinational des capitalistes, aux proxénètes, aux gangsters mafieux, aux politiciens et à la police, tandis que les femmes sont les victimes impuissantes de ce drame. Le chiffre d’affaires annuel du commerce de la prostitution dans le monde se chiffre en milliards de dollars. Pas étonnant que les agences impérialistes, les ONG financées par ces agences, les gouvernements de certains pays et les médias contrôlés par les requins impérialistes, aient commencé à faire du démarchage pour légaliser la prostitution. Bien sûr, tout cela au nom du bien-être des prostituées. Un certain nombre d’organisations et de personnes progressistes et démocratiques libérales approuvent aussi sincèrement la position en faveur de la légalisation d’un point de vue humanitaire. En voyant la façon dont les lois existantes en Inde, la loi sur la prévention du trafic immoral de 1986 et les dispositions de la CPI (1860) sont formulées et utilisées, ils soutiennent que l’oppression des prostituées peut être supprimée. Ils pensent qu’en légalisant la prostitution, les femmes qui pratiquent ce métier auront tous les droits légaux comme toutes les autres travailleuses industrielles et seront libérées du harcèlement des proxénètes, de la police et des clients.

   Analysons à présent les arguments avancés en faveur de la légalisation de la prostitution et les intérêts qu’ils servent réellement.

   Arguments en faveur de la légalisation

   Vesya Anyay Mukti Parishad (Kolkata), qui est une association de prostituées née dans la seconde moitié des années 90, est une des plus fortes voix en faveur de la légalisation. Voici quelques-uns de ses arguments.

   “La prostitution est un mode de vie comme un autre. Elle n’est pas créée au profit des hommes, mais elle est avant tout destinée aux femmes qui en vivent. Les femmes qui se prostituent gagnent de l’argent grâce au sexe et sont les soutiens de leur famille.

   “Nous pensons que nous sommes plus autonomes que la plupart des femmes au sein d’une structure patriarcale dominée par les hommes. Les relations que nous partageons avec les hommes de nos familles sont plus honnêtes et plus égales parce que le purdah de deux poids deux mesures n’est pas nécessaire.

   “L’indépendance économique vis-à-vis des hommes est une réalité dont nous jouissons avec fierté et dignité. Les propriétaires de maisons closes, les voyous, la police et les croisés de la moralité autoproclamés dans la société nous harcèlent, tentent de freiner notre indépendance et essaient sans cesse d’étouffer notre esprit.

   “Nous demandons l’éradication de toutes les lois sur la prostitution qui sont oppressives et qui contribuent à criminaliser davantage le commerce.

   “Nous croyons que nous défions et sapons les structures de pouvoir en utilisant une partie de notre féminité – notre sexualité comme source de pouvoir et de revenus.

Elle veut faire la distinction entre “la traite, qui est une question criminelle, et la prostitution adulte”.

   “Nous pensons que gagner de l’argent grâce au sexe n’est pas vendre une partie de notre corps, ce qui n’est en rien différent de la vente de notre cerveau ou du travail physique.

   “Nous protestons contre une société qui considère notre contribution au travail comme moins prestigieuse que les autres formes traditionnelles de travail.

  “Nous pensons que, bien que nous vivions dans une société patriarcale capitaliste et que nous ayons fait l’expérience de la liberté de vivre en dehors du système patriarcal, il nous est presque impossible d’envisager d’entrer dans un tel système avec son double standard inhérent, son système de valeurs déséquilibré et ses inégalités”.

   On serait surpris de voir que les déclarations ci-dessus proviennent d’une organisation de prostituées elles-mêmes. Il semble que les prostituées aient choisi d’être ce qu’elles sont par libre choix, que ce choix est une forme de rébellion contre le système patriarcal et l’oppression dans la famille et la société en général. Par ces arguments, non seulement elles juxtaposent le droit individuel avec les circonstances structurelles, mais elles réduisent également les droits de l’homme aux droits de l’individu. Ces arguments ne justifient pas seulement la profession, mais tentent également d’attirer de plus en plus de femmes dans le commerce de la chair au nom de la libération des femmes. Ces soi-disant associations de travailleuses du sexe sont évidemment organisées par des ONG ou des individus aux tendances impérieuses et cherchent à donner un nouvel élan au commerce du sexe au nom du choix volontaire.

   La dure réalité est que l’écrasante majorité des prostituées sont là non pas par choix, mais en raison de la misère, des privations, de l’ostracisation et de la tromperie ; que beaucoup ont été victimes d’agressions sexuelles à la maison, sur leur lieu de travail ou dans la rue ; que bon nombre d’entre elles ont été achetées à des parents affamés par des proxénètes sans scrupules avant même qu’elles n’atteignent la puberté, auxquelles on a administré des stéroïdes comme le Benetradin pour rendre les enfants mal nourris artificiellement dodus, tout comme on engraisse le bétail et le poulet pour obtenir plus de viande ; que certaines d’entre elles sont transformées en “servantes de Dieu” (devadasi) contre la loi et la volonté des jeunes filles et sont envoyées dans des maisons closes pour servir d’esclaves à des clients sadiques et avides de sexe ; que si on leur offrait une autre possibilité de gagner décemment leur vie, il n’y aurait pratiquement plus personne dans la profession. La question du libre choix ne se pose pas. Il convient de noter ici que l’accent est mis sur le libre choix parce qu’elles veulent faire une distinction entre le fait de se prostituer volontairement et la traite. La principale campagne contre la traite est menée par les besoins des pays occidentaux impérialistes où il y a une pénurie de prostituées blanches. Aux États-Unis par exemple, plus de 70 % des prostituées ne sont pas blanches.

   En fait, cet argument est avancé pour faciliter la légalisation de l’importation de prostituées dans les pays impérialistes et autres centres de tourisme.

   Sangram (Sangli-Maharashtra), une organisation bénévole qui travaille parmi les prostituées, est encore plus agressive dans la défense de la cause de la profession.

   “Sur le lieu de travail, elle est plus qu’égale au client masculin et contrôle très souvent les conditions de la transaction. Les femmes “gardent” de nombreux malaks et refusent d’être traitées comme la propriété exclusive de l’homme.” Ici, les femmes qui se prostituent sont présentées comme “libérées” et comme travaillant de manière indépendante, selon leurs propres conditions. Elle est présentée comme une alternative permettant aux femmes de se libérer de l’emprise patriarcale.

   Citant l’impuissance des femmes à conserver leur nom même après le mariage, Sangram glorifie la “liberté” qui est censée être inhérente à la prostitution.

   “Dans une société basée sur les classes et dominée par les hommes, les femmes sont forcées d’occuper un statut secondaire mais totalement centré sur les hommes, et même le pouvoir de se nommer leur est refusé car, dans plusieurs régions du pays, on donne même aux femmes un nouveau prénom après le mariage, ce qui l’oblige à se défaire de son ancienne identité et à en adopter une nouvelle.

   “Les femmes qui se prostituent sont dans une position différente. Même si une femme qui se prostitue choisit de rester avec un homme et d’exercer sa “dhandha” (profession), elle ne change pas de nom. Elle continue d’occuper sa propre résidence et, en fait, c’est l’homme qui vient habiter chez elle. Dans ce cas, les tableaux sont inversés : cela se fait selon ses conditions. Les femmes qui se prostituent posent un énorme défi à la structure familiale, au système et à ses valeurs. Elles remettent en question les “valeurs” patriarcales qui régissent la sexualité.”

   La logique pervertie de ces adeptes du commerce du sexe voit la prostituée comme un agent libre et indépendant qui contrôle son corps et sa sexualité et remet en cause les valeurs familiales et patriarcales. Contrairement à leur argument, l’institution de la prostitution est autant une création du patriarcat que la famille actuelle et coexiste avec elle. Elle est fondée sur la liberté socialement disponible pour les hommes mais refusée aux femmes.

   Comme Engels l’a dit succinctement, c’est “la domination absolue du mâle sur le sexe féminin comme loi fondamentale de la société”. Une prostituée est victime de l’oppression patriarcale au sein de la profession. Une fois qu’une femme entre dans le métier, il n’y a pas d’issue. Elle est complètement à la merci du client en manque de sexe, du proxénète et de la police. Les agressions physiques et les viols sont quotidiens. Plus de la moitié des femmes prostituées dans les pays du Tiers-Monde ont contracté le VIH/SIDA. Un rapport canadien de 1985 sur l’industrie du sexe indique que les femmes qui se prostituent dans ce pays ont un taux de mortalité 40 fois supérieur à la moyenne nationale. Cela pourrait être encore pire dans des pays comme l’Inde. Tout cela prouve que l’argument selon lequel, une fois la prostitution légalisée, elle peut être réglementée plus efficacement, ce qui la rend sûre pour toutes les personnes concernées, que la propagation du VIH peut être ralentie, que les travailleuses du sexe peuvent avoir accès à la santé, etc. est une pure fraude. Le fait est que toutes les formes de marchandisation sexuelle, qu’elles soient légalisées ou non, entraînent une augmentation du niveau d’activité abusive et d’exploitation.

   L’intérêt de l’État en permettant la légalisation n’est pas la prostituée et ses droits, mais de contrôler la propagation des maladies sexuellement transmissibles. Il s’agit de réglementer fortement la prostitution par toute une série de lois sur le zonage et l’octroi de licences. Le zonage intègre les prostituées dans une localité distincte et leurs libertés civiles sont limitées en dehors de la zone spécifiée. L’octroi de licences signifie la délivrance de licences, l’enregistrement et le versement de cartes de santé aux femmes. La légalisation oblige les femmes à se soumettre régulièrement à des examens médicaux, sous peine d’emprisonnement.

   Légaliser la prostitution, c’est légaliser la violence : décrire la prostitution comme un travail du sexe et une prostituée comme une travailleuse du sexe signifie légitimer l’exploitation sexuelle de femmes et d’enfants sans défense. Cela signifie ignorer les facteurs fondamentaux qui poussent les femmes et les enfants à se prostituer, tels que la pauvreté, la violence et les inégalités. Il s’agit de donner à la profession une apparence de dignité et de la considérer comme un “travail comme n’importe quel autre”.

   C’est l’industrie du sexe organisée qui est la plus fervente avocate de la légalisation de la prostitution, sous prétexte que le “travail du sexe” est un travail viable – un travail comme n’importe quel autre. En faisant croire que l’exploitation et les abus sexuels sont un “travail”, on protège l’industrie contre les critiques et on multiplie ses profits en stimulant le commerce du sexe par la légalisation.

   En considérant les femmes dans la prostitution comme des travailleuses, les proxénètes comme des hommes d’affaires et les acheteurs comme des clients, et en reconnaissant ainsi l’ensemble de l’industrie du sexe comme un secteur économique, les gouvernements prévoient de renoncer à toute responsabilité en matière d’emploi décent pour les femmes. Ils poussent ainsi de plus en plus de femmes à se prostituer en créant l’idée que le travail du sexe est comme n’importe quel autre travail.

   La légalisation de la prostitution n’est pas une solution car elle implique le droit évident des hommes à être clients. Accepter des services offerts dans le cadre d’un emploi normal n’est ni violent ni abusif. La légaliser comme une occupation normale reviendrait à accepter la division du travail que les hommes ont créée. Une division où les choix professionnels réels des femmes sont beaucoup plus restreints que ceux des hommes. La légalisation ne supprimera pas les effets néfastes subis par les femmes. Les femmes seront toujours obligées de se protéger contre une invasion massive d’hommes, ainsi que contre la violence physique.

   La légalisation signifie une position de régulation par l’État pour assurer la poursuite et la perpétuation de la prostitution. Elle implique qu’elles doivent payer des impôts, c’est-à-dire que la prostituée doit servir plus de clients pour obtenir l’argent nécessaire. La légalisation signifie que plus d’hommes deviendront des clients, qu’il faut plus de femmes pour se prostituer et que plus de femmes, en particulier les femmes pauvres, seront contraintes de se prostituer. La légalisation de la prostitution ne fera qu’augmenter les risques d’exploitation. L’expérience des pays où la prostitution a été légalisée montre également que cela a donné une forte impulsion au commerce et a augmenté les abus sexuels. Par exemple, en Australie et dans certains États des États-Unis où la légalisation a été mise en œuvre, on a constaté une augmentation alarmante du nombre de bordels illégaux ainsi qu’une augmentation du commerce légal.

   L’exploitation sexuelle à des fins commerciales dévalorise la vie de toutes les femmes et les jeunes filles en favorisant des croyances et des attitudes misogynes chez les hommes. Elle enseigne aux hommes que les corps féminins sont des marchandises sexuelles à échanger, à utiliser et à jeter, et par conséquent, elle aggrave l’inégalité des sexes dans tous les domaines de la société. Elle conduit à une recrudescence des actes de violence et de harcèlement sexuels à l’encontre des femmes sur le lieu de travail et dans la vie domestique. Elle viole les droits humains de toutes les femmes et de tous les enfants dont le corps est réduit à des marchandises sexuelles à acheter et à vendre sur le marché.

   La soi-disant sexualité sans risque qui émanerait de la légalisation et de la garantie des droits des prostituées est un mythe. Il ignore la dynamique de pouvoir inhérente à l’exploitation sexuelle et le fait que la femme ou l’enfant exploité sexuellement n’a pas d’autre choix que d’acquiescer aux demandes du client puisqu’elle n’est pas en mesure d’exiger l’utilisation de préservatifs par ce dernier. Toute résistance est synonyme de violence accrue.

   Tenter de faire une distinction entre les prostituées par choix ou par consentement et la prostitution forcée ou la traite, ce que tous les champions de la cause des prostituées ont tenté de faire, est un exercice futile car, dans la pratique, il est extrêmement difficile de prouver les cas de prostitution forcée. Il existe deux conventions internationales importantes en matière de droits de l’homme qui traitent de la question des prostituées et de la traite des femmes : la convention sur la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution et d’autres activités, et la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, 1949. Mais ces conventions, malgré les clauses strictes contre les proxénètes, les proxénètes et les trafiquants, n’ont pas de mécanismes d’application et n’ont pas été ratifiées par de nombreux pays. Et comme nous l’avons vu, il est presque impossible d’obtenir des preuves de la part des femmes et des enfants victimes d’abus sexuels étant donné le pouvoir des dirigeants de l’industrie du sexe.

   Et maintenant, enterrant ces conventions, l’OIT a demandé la reconnaissance économique des prostituées comme travail légitime dans son rapport controversé de 1998.

   Nous devons rejeter tous les arguments en faveur de la légalisation de la prostitution et l’idée que le fait de se livrer au commerce du sexe et de vendre son propre corps pour la satisfaction sexuelle d’autrui en échange d’argent est un travail.

   La légalisation du commerce du sexe est vigoureusement défendue par les impérialistes, par les ONG et les individus parrainés par l’impérialisme et par les gouvernements du tiers monde, uniquement dans le but de préserver les institutions de la prostitution et de servir ainsi les intérêts impérialistes dans la marchandisation des femmes.

La prostitution est une violence à l’égard des femmes. C’est une insulte à l’estime de soi des femmes, une violation de leurs droits humains fondamentaux. Il est criminel de qualifier de travail la violence et les abus sexuels à l’égard des femmes. Il est criminel de qualifier de travail la vente de son corps pour la satisfaction sexuelle d’autrui. Il est criminel et insensible de la part des gouvernements de renoncer à leur responsabilité de fournir un emploi décent aux femmes et aux enfants et de les pousser dans le commerce du sexe au nom de la légalisation de la prostitution.

   Nos exigences devraient être d’abolir la prostitution et la traite des femmes et des enfants, de fournir un emploi rémunéré à tous ceux qui se livrent au commerce du sexe et de punir ceux qui encouragent le commerce du sexe et se livrent à toute forme de discrimination à l’égard des femmes.

   Nous devons mobiliser les femmes qui se livrent à la prostitution contre l’État, exiger un emploi pour chacune tout en luttant contre toutes les formes d’oppression et de harcèlement des proxénètes, des trafiquants et de la police.

   Nous devons faire comprendre aux femmes prises dans le cercle vicieux de la prostitution que ce n’est qu’en démantelant ce système d’exploitation fondé sur les inégalités de classe, de genre, et de la pire forme de contrôle patriarcal, qu’elles pourront être libres, indépendantes et en mesure de déterminer leur destin.

flechesommaire2