Introduction

Stratégie et tactiques de la révolution indienne

Parti Communiste d’Inde (maoïste)

21 Septembre 2004

PARTIE 1 : STRATÉGIE

   Le présent avant-projet a été finalisé par le comité central commun des CPI(ML)[PW] et MCCI d’autrefois en septembre 2004 après des discussions approfondies. Cinq avant-projets de documents ont été préparés après d’intenses discussions dans une série de réunions bilatérales tenues entre les délégations de haut niveau des deux partis d’autrefois entre février 2003 et septembre 2004. La réunion du comité central commun a étudié profondément ces cinq avant-projets de documents, a échangé librement les riches expériences acquises par la pratique révolutionnaire au cours des trois dernières décennies et plus, et a atteint une conception commune sur plusieurs questions épineuses défiant la révolution indienne dans le contexte des développements internationaux.
Le document présent – Stratégie et tactique – est la synthèse de tous les points positifs des documents des partis d’autrefois, en plus de leurs expériences au cours de la conduite de la guerre populaire, du combat contre le révisionnisme et les tendances opportunistes de droite et de gauche dans le mouvement communiste indien et international et la construction d’un mouvement révolutionnaire stable et cohérent dans diverses régions de notre pays.

   Nous mettons le présent document devant la base de notre nouveau parti toute entière pour une mise en œuvre et une conduite immédiate. En même temps, il ne faut pas oublier que ceci est un avant-projet pour le prochain congrès du parti uni. Par conséquent, il doit être davantage enrichi par la participation de tous les membres du parti et la suggestion d’amendements là où c’est nécessaire. Ainsi, il faut que cela devienne une arme efficace dans les mains du parti pour résoudre les problèmes fondamentaux de la révolution indienne et pour la faire progresser vers la victoire.

Comité Central (Provisoire) Parti Communiste d’Inde (Maoïste) – 21-09-2004

INTRODUCTION

   Le but de la stratégie et de la tactique sera toujours de parachever avec succès un stade donné d’une révolution en fonction du programme relatif à ce stade. Il est important de ne pas oublier les conseils donnés par le camarade Staline selon lesquels il faut que la théorie oriente le programme ; que le programme oriente la stratégie et que la stratégie oriente la tactique. La stratégie ne peut être correctement élaborée qu’en se fondant sur les données prévues par, et les conclusions tirées de la théorie et du programme du marxisme-léninisme-maoïsme.

   Il faut que la stratégie et la tactique de la révolution indienne soit formulées en mettant en pratique de façon créative la vérité universelle du marxisme-léninisme-maoïsme dans les conditions concrètes actuelles de notre pays. Cela signifie qu’il faut que la stratégie et la tactique soient élaborées en fonction d’une analyse de classe objective de la société indienne, de la nature de l’état indien, des contradictions de base et de la contradiction principale et en tenant compte des caractéristiques spécifiques, des particularités spéciales comme des traits distinctifs de la situation indienne.

   La stratégie de la révolution indienne dans la phase actuelle doit ainsi servir à satisfaire au nouveau programme démocratique en exécutant avec succès la révolution de nouvelle démocratie. Les tactiques qui doivent être formulées à chaque virage du mouvement dans les diverses régions à différents moments doivent être subordonnées à la stratégie et, servir à efficacement mettre en œuvre la stratégie mentionnée ci-dessus. Tel est le rapport dialectique entre le programme, la stratégie et la tactique dans la révolution indienne.

   Pour ce qui concerne la stratégie et la tactique, le camarade Staline a déclaré comme suit :

   “Stratégie : la stratégie est la fixation de la direction du coup principal du prolétariat à un stade donné de la révolution, l’élaboration du plan correspondant pour la disposition des forces révolutionnaires (réserves principales et secondaires), et le combat pour exécuter ce plan durant le stade donné de la révolution”.

   “Tactique : la tactique est la fixation de la ligne de conduite du prolétariat dans la relativement courte période de flux et de reflux du mouvement d’élévation ou de déclin de la révolution, et le combat pour mettre en œuvre cette ligne par le biais du remplacement des vieilles formes de lutte et d’organisation par de nouvelles, de la combinaison de ces formes, etc.”

   “La tactique traite des formes de lutte et des formes d’organisation du prolétariat avec leurs changements et leurs combinaisons. Durant une phase donnée de la révolution, il se peut que la tactique change plusieurs fois selon le flux et le reflux, l’élévation ou le déclin de la révolution”. (Les questions du Léninisme – pages 80, 82, 84)

   Cependant, il ne faut pas que la définition précitée de la stratégie du camarade Staline soit suivie mécaniquement de manière doctrinaire mais qu’elle soit appliquée aux conditions concrètes de notre pays dans lequel a lieu notre révolution. N’oublions pas également l’avertissement donné par le Communist Party of China à cet égard :

   “Staline a avancé une formule selon laquelle dans les différentes périodes révolutionnaires, il faut que le coup principal soit dirigé de telle manière à isoler les forces politiques et sociales centristes du moment. Cette formule de Staline doit être traitée selon les circonstances et d’un point de vue critique, marxiste. Dans certaines circonstances, il peut être correct d’isoler les forces modérées, mais il n’est pas correct de les isoler en toutes circonstances”. (Sur l’expérience historique de la dictature du prolétariat, 5 avril 1956)

   Par conséquent, une politique de “développement des forces progressistes, de ralliement des centristes et d’isolement des réactionnaires” dans le but de vaincre les ennemis principaux devra être adoptée dans les conditions concrètes de notre pays.

   En ce qui concerne la stratégie, Mao a dit :

   “La stratégie est l’étude des lois d’une situation de guerre dans l’ensemble”. De plus, il a ajouté, “la tâche de la science de la stratégie est d’étudier ces lois pour diriger une guerre qui contrôle une situation de guerre dans l’ensemble, la tâche de la science des campagnes et de la science de la tactique est d’étudier ces lois pour diriger une guerre qui contrôle une situation partielle”. Pour ce qui concerne l’importance de la science de la stratégie, le camarade Mao a en outre affirmé, “une compréhension de l’ensemble facilite la gestion de la partie parce que la partie est subordonnée au tout”.

   “L’opinion selon laquelle la victoire stratégique est déterminée par les seuls succès tactiques est erronée parce qu’elle néglige le fait que la victoire ou la défaite dans une guerre et d’abord et avant tout une question de savoir si la situation dans l’ensemble, et ses diverses phases, entrent correctement en ligne de compte. S’il y a de graves défauts et erreurs dans la prise en compte de la situation dans l’ensemble et de ses diverses phases, la guerre sera perdue à coup sûr”.

   La citation susmentionnée, bien qu’elle traite de stratégie et de tactiques militaires, nous donne une compréhension claire et dialectique au sujet de la notion et de la corrélation entre la stratégie et la tactique.

   Les expériences des révolutions russes et chinoises nous apprennent que nous devons formuler la stratégie militaire et politique afin de mener toute révolution à la victoire. Dans la révolution chinoise, le Communist Party of China, sous la direction de Mao, a élaboré la stratégie politique et militaire en faisant d’abord une analyse de classe concrète de la société chinoise, une évaluation de la nature de la société et de l’état chinois et du stade de la révolution.

Stratégie politique

   La stratégie politique pour la révolution démocratique indienne résulte de l’analyse de classe concrète de la société indienne actuelle. La tâche de la stratégie politique est de distinguer les vrais amis des vrais ennemis du prolétariat dans la phase présente de la révolution indienne. Elle détermine les cibles qui doivent être vaincues et les forces motrices qui doivent être unies afin de parachever la révolution.

   Pour distinguer les vrais amis des vrais ennemis, nous devons faire une analyse générale des différentes classes de la société indienne du point de vue de leur situation socio-économique respective et de leurs attitudes politiques respectives envers la révolution.

   Au stade actuel de la révolution de nouvelle démocratie indienne, les cibles qui doivent être vaincues sont l’impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucrate compradore. La force motrice fondamentale de cette révolution est le prolétariat. La paysannerie, en particulier les paysans pauvres et sans terre, est la force motrice principe et l’allié la plus ferme du prolétariat, la petite bourgeoisie urbaine est une alliée digne de confiance et la bourgeoisie nationale est une alliée à certaines périodes et jusqu’à un certain point.

   Par conséquent, la stratégie politique de la révolution démocratique indienne est d’unir, sous la direction du prolétariat, toutes les forces motrices précitées qui constituent la grande majorité – presque neuf dixième – de la population indienne pour renverser les trois lourdes montagnes qui pèsent de tout leur poids sur le dos du peuple indien et qui maintiennent le pays dans un état semi-colonial et semi-féodal.

   Dans la phase présente, alors qu’aucune puissance impérialiste ne recourt à l’agression directe contre notre pays ou que notre pays n’a pas été réduit au statut de néo-colonie d’une seule puissance impérialiste, c’est la contradiction entre le féodalisme et les larges masses de la population qui est en ce moment la principale contradiction. Le programme révolutionnaire agraire et la prise du pouvoir à l’échelon régional demeurent primordiaux durant toute la période. Mais si la contradiction principale se change en celle entre l’impérialisme et le peuple indien, un programme spécifique pour unir toutes les forces anti-impérialistes devra être établi en conséquence dans le cadre du programme général de la révolution de nouvelle démocratie.

   Tandis que la stratégie de la révolution indienne reste la même partout dans le pays, le développement économique, politique, social et culturel inégal dans le pays, le zèle combatif et le niveau de conscience du peuple et le flux et le reflux du mouvement mettent en évidence la nécessité de différentes tactiques, lesquelles sont évidemment subordonnées à la stratégie, à suivre dans différentes régions à tout moment donné. Il faut que l’intensité de la lutte de classe dans les diverses régions et l’inégal développement économique, politique, social et culturel soient analysés concrètement dans les zones respectives et en fonction de cette analyse, la tactique (c-à-d les formes de lutte et les formes d’organisation) doivent être formulées. En même temps que ces différentes tactiques pour les différentes régions, les slogans tactiques politiques pour le pays tout entier doivent également de temps en temps être formulés pour mobiliser toute la population du pays sur des questions précises.

Stratégie militaire

   La stratégie militaire doit être formulée sur base des caractéristiques particulières de la guerre révolutionnaire en Inde. Ces caractéristiques établissent que la stratégie militaire est une stratégie de guerre populaire prolongée, comme énoncé par le camarade Mao – de d’abord établir des zones de base révolutionnaires dans les campagnes où l’ennemi est relativement faible et d’ensuite progressivement encercler et s’emparer des villes qui sont les bastions des forces ennemies.

   Dans tout le pays, la stratégie et la tactique de la révolution ne peuvent pas être mises au point isolément de la situation internationale globale. On doit tenir compte de la situation réelle, à la fois dans le monde dans son ensemble et dans le pays donné dominant à un moment donné afin de formuler correctement la stratégie et la tactique. C’est parce que, à l’époque impérialiste, la révolution dans chaque pays fait partie intégrante de la révolution prolétarienne mondiale.

flechesommaire2   flechedroite