IV. D’autres groupes et couches sociales

Analyse des classes de Norvège

Tjen Folket

D’autres groupes et couches sociales

   Il existe également de petits groupes de personnes qui se situent partiellement ou totalement en dehors des trois classes décrites précédemment, les dépassent ou, pour d’autres raisons, nécessitent une attention particulière. Auparavant, le semi-prolétariat était un exemple d’un tel groupe. Ses membres représentaient une grande partie de ceux qui travaillaient dans l’agriculture. Ils étaient principalement employés par des agriculteurs et des pêcheurs qui devaient travailler dans un autre endroit pendant une partie de l’année pour gagner leur vie. Ce groupe a plus ou moins disparu aujourd’hui.

   La structure des classes en Norvège s’est considérablement simplifiée au siècle dernier, car les classes précapitalistes ont été effacées, puisque presque tous les adultes exercent une profession, en contraste au grand nombre de “ménagers” des périodes précédentes, et également parce que presque tous ces groupes ont été absorbés dans ces trois classes principales. Cette simplification est conforme à la tendance principale dans le développement de la structure de classe capitaliste consistant à concentrer de plus en plus les individus en deux classes principales, deux camps belligérants opposés, comme Marx et Engels l’ont décrit dans le Manifeste communiste.

   Il existe aussi des tendances à la contre-partie, par exemple la création de nouvelles “couches intermédiaires”, de nouveaux groupes de petits bourgeois, avant tout dans le développement de nouveaux types de production. Un exemple en est la prétendue révolution informatique des années 90. D’autres exemples incluent : la tendance de l’impérialisme à l’achat de parts des travailleurs dans les pays impérialistes, la tendance à la division d’anciens collectifs et des structures, et la tendance qui consiste à ce qu’une partie de la population se retrouve complètement en dehors de la production et de la société.

L’aristocratie du travail

   Une aristocratie ouvrière s’est formée au sein des couches supérieures du prolétariat. La base de cela est l’impérialisme, ainsi que leur part dans le butin du pillage et de l’exploitation impérialistes. Le noyau de ce groupe se situe au sein des industries ayant les plus gros revenus et dans les bureaucraties des représentants des syndicats et des coopératives. Certains de ces aristocrates appartiennent à la petite bourgeoisie et d’autres peuvent même appartenir à la bourgeoisie, comme le chef de LO [le syndicat national]. L’impérialisme et le chauvinisme ont là des partisans importants, et le chauvinisme se répandra souvent de ce point de départ à des parties du prolétariat. L’aristocratie ouvrière, en particulier ceux qui sont au sommet, forme une couche qui adhère à l’AP et constitue une grande partie de l’appareil du parti. SV et Rødt [le Parti rouge] comptent un certain nombre de membres de ce groupe, mais ils sont encore très peu nombreux.

La police et les militaires professionnels

   L’appareil de violence constitue le noyau de l’État. L’armée norvégienne est aujourd’hui une armée de volontaires et seuls 10% des conscrits pourront être recrutés. Historiquement, tant en Norvège que dans les autres pays capitalistes occidentaux, les armées et les responsables professionnels se sont orientés politiquement vers ceux qui détiennent pouvoir, leurs partis et généralement les plus réactionnaires et les plus corporatistes. Pendant l’occupation allemande de la Norvège, le corps des officiers a révélé ses nombreux sympathisants nazis. L’appareil de violence est extrêmement important pour la bourgeoisie et il est donc très important pour eux d’encourager les idéologies réactionnaires parmi ceux qui le composent.

   La police, à l’instar de l’armée, recherchera la politique des partis du pouvoir et s’identifiera fortement avec l’État, en premier lieu avec l’État formel sous la forme de lois et de symboles. Les policiers sont souvent mécontents du véritable État sous la forme de sa bureaucratie et de ses politiciens, car ils souhaitent souvent davantage de moyens et de liberté. Ils constituent une opportunité pour le système d’exercer la violence juridique et cette violence est souvent exercée contre les pauvres, contre la jeunesse prolétarienne, contre les toxicomanes et contre les malades mentaux. Ils exerce également leur violence contre l’opposition politique, les manifestants et les grévistes, généralement sous la forme de surveillance politique et de harcèlement.

   L’armée, la police et les prisons constituent les moyens de pouvoir les plus importants de l’ennemi. Ils forment le noyau de l’État. L’appareil de violence est le fondement de la totalité du pouvoir politique de la bourgeoisie. Ceux qui composent ces institutions ne sont donc clairement pas des acteurs neutres. Et ils se distinguent de la plupart des petits bourgeois. Ils se trouvent dans une position particulière contre la révolution.

Le lumpenproletariat

   Le lumpenproletariat est avant tout constitué de toxicomanes, de mendiants, de prostituées de rue et de criminels qui sont totalement exclus de la production et de l’organisation sociale du travail. Idéologiquement, ils ont plus en commun avec les couches inférieures de la petite bourgeoisie qu’avec le prolétariat, car l’individualisme et l’intérêt personnel anti-social sont des valeurs fortement ancrées dans cette couche. Ils se sont également historiquement mobilisés pour la réaction, par exemple en tant qu’assassins et mercenaires. Cette couche sociale est souvent une responsabilité, en particulier pour le prolétariat qui partage généralement des quartiers avec le lumpenprolétariat. Leur criminalité, leur trafic de drogue, leur vol et leurs actions similaires se font généralement au détriment du prolétariat.

   Pendant ce temps, la haine envers le système est forte au sein de ce groupe et, en raison de leurs expériences personnelles, il est plus facile pour ce groupe de comprendre que le capitalisme et l’État sont leurs ennemis. Le lumpenproletariat est souvent exploité par les riches criminels, qui les oppriment, les piétinent, leur vendent de la drogue, vendent leurs corps et les soumettent avec une grave violence. L’organisation du lumpenproletariat se limite généralement à des bandes et autres groupes informels qui s’exploitent ou se soutiennent partiellement les uns les autres.

flechesommaire2