II. Le prolétariat

Analyse des classes de Norvège

Tjen Folket

Le prolétariat

   Le prolétariat norvégien fait partie du prolétariat international. Cette classe a pour tâche historique de s’emparer du pouvoir politique de la bourgeoisie et d’abolir pour toujours le capitalisme et toutes les sociétés de classe. En effet, la contradiction fondamentale du système capitaliste, en premier lieu l’économie capitaliste, se situe entre la production socialisée et l’appropriation privée et capitaliste. Friedrich Engels le décrit dans son texte Socialisme utopique et socialisme scientifique :

   Les moyens de production et la production elle-même étaient devenus essentiellement socialisés. Mais ils ont été soumis à une forme d’appropriation qui suppose la production privée d’individus, en vertu de laquelle chacun possède son propre produit et le commercialise. Le mode de production est soumis à cette forme d’appropriation, bien qu’il abolit les conditions sur lesquelles repose ce dernier.

   Cette contradiction, qui donne au nouveau mode de production son caractère capitaliste, contient le germe de l’ensemble des antagonismes sociaux d’aujourd’hui.

   De plus, il écrit que “la contradiction entre la production socialisée et l’appropriation capitaliste se manifeste dans l’antagonisme entre le prolétariat et la bourgeoisie”.

   Pour être clair, cette contradiction fondamentale est l’expression résultante de la lutte de classe entre le prolétariat qui représente la production socialisée et la bourgeoisie, qui vit et existe sur la base de l’appropriation privée.

Développement du prolétariat norvégien

   Le noyau de la classe ouvrière moderne en Norvège a pour longtemps été le prolétariat industriel. Ce noyau s’était constitué dans les usines de la bourgeoisie. Les prolétaires ont été endurcis par la discipline de la production industrielle. Ils ont été exploités dans la pauvreté profonde. Ils ont été rassemblés dans des collectifs massifs de centaines et de milliers de prolétaires. C’est là qu’ils ont organisé leurs syndicats, leurs coopératives, leurs sociétés et leurs syndicats.

   La principale organisation du prolétariat, la plus haute forme d’organisation de la classe, est le parti du prolétariat. Plusieurs tentatives ont été faites pour construire le parti du prolétariat norvégien. Il y a d’abord eu AP en 1887, puis le Parti communiste de Norvège [NKP] en 1923, suivi du Parti communiste ouvrier (marxiste-léniniste) [AKP (ML)] en 1973. Ces partis, en particulier AP et NKP, étaient les plus forts parmi le prolétariat industriel, les métallurgistes, les travailleurs des chantiers navals, les travailleurs de l’industrie chimique, etc. – ainsi que parmi les plus pauvres du prolétariat et du semi-prolétariat, comme les travailleurs du textile, les forestiers et les mineurs.

   Aujourd’hui, la structure de classe a changé. L’impérialisme place d’abord et avant tout sa production industrielle dans le tiers monde pour y exploiter le prolétariat local. Là-bas, la production se déroule dans des conditions semi-coloniales et semi-féodales qui permettent d’exploiter et d’opprimer le prolétariat de manière particulièrement sévère. Lénine a décrit cette tendance de l’impérialisme dès 1906, mais cette tendance a été retardée et partiellement annulée par les révolutions socialistes en Russie et en Chine, ainsi que par les rébellions anticolonialistes et les révolutions nationales dans le tiers monde. La tendance a repris après la contre-révolution en Chine (1976) et l’effondrement du social-impérialisme soviétique (1991).

   Les grands collectifs ouvriers au sein de l’industrie norvégienne sont considérablement affaiblis, tout comme le poids de la politique syndicale avec eux. C’est la conséquence directe de la tendance à la réduction du nombre de prolétaires au sein de l’industrie depuis quarante ans : en partie parce que la production est exportée vers des “pays à bas coûts” et en partie parce que la production restante est devenue plus automatisée. Dans le même temps, il y a eu une tendance à la hausse de l’emploi dans l’industrie des services, en particulier dans le secteur public – comme la santé. Au cours des quinze à vingt dernières années, on a également eu tendance à se tourner vers les agences pour l’emploi, les emplois temporaires, les postes à temps partiel et le dumping social dans des secteurs entiers.

   En 2010, 13% (un huitième) des employés en Norvège étaient des citoyens étrangers, majoritairement originaires d’Europe de l’Est, avec une représentation particulière dans les secteurs de la construction, de l’industriel, du service, et du divertissement. Ces travailleurs gagnent essentiellement beaucoup moins que les travailleurs norvégiens. Une nouvelle loi adoptée en 2000 a rendu plus répandues les agences d’emploi et les sociétés de crédit-bail, ce qui a facilité l’embauche de travailleurs dans des conditions plus difficiles. L’emploi temporaire a considérablement augmenté, en particulier dans le secteur public. Certains travaillent comme employés temporaires dans diverses entreprises pendant des années et il ne s’agit pas seulement du prolétariat. Plus de 200 000 personnes, soit 9% de toutes les personnes employées en Norvège, étaient des employés temporaires en 2016.

Qui sont les prolétaires et combien sont-ils ?

   Les prolétaires sont tous ceux qui sont subordonnés, qui ne sont pas libres dans la production, recevant leur part de richesse sous la forme de salaires relativement modérés ou faibles, et ne possédant pas ou n’ayant pas de pouvoir sur les moyens de production. Le groupe le plus important du prolétariat se trouve dans (1) le secteur de la santé et des soins, (2) le secteur de la distribution et des services, (3) le bâtiment et la construction et (4) le secteur industriel. Au total, ces quatre plus grands secteurs emploient plus de 1,5 million de personnes, en majorité des prolétaires.

   Au total, il y a 2,5 millions d’employés actifs en Norvège. Il est raisonnable d’estimer que la majorité de ces personnes font partie du prolétariat. Il en va de même pour ceux dont ils s’occupent, principalement leurs enfants. Il y a 1,1 million d’enfants de moins de 18 ans en Norvège. Très peu d’entre eux quittent leur foyer avant l’âge de 18 ans, et bon nombre d’entre eux vivent chez leurs parents pendant quelques années, de sorte que le nombre d’enfants et de jeunes à charge dépasse largement le million. Cela donne entre 1,8 et 2,2 millions de prolétaires employés et leurs enfants.

   Il y a près d’un million de retraités, environ 300 000 personnes en situation de handicap, et le taux réel d’emploi peut atteindre 200 000 personnes. Cela donne entre 1,3 et 1,5 million de personnes sous assistance sociale. La majorité de ces personnes ont fait ou feront partiellement ou totalement partie du prolétariat.

   Une estimation raisonnable place le nombre de prolétaires norvégiens entre 2 millions au minimum et 4 millions au maximum. Les maoïstes suédois estiment qu’environ 70% de la population suédoise est prolétarienne lors d’une récente réédition d’une étude politique (Oktoberförlaget, 2018). Le RCP-PCR du Parti maoïste canadien estime dans son programme que 65% de la population canadienne fait partie du prolétariat. Si le prolétariat norvégien est comparable à celui de la Suède et du Canada en proportion, il y aurait entre 3,3 et 3,6 millions de personnes dans le prolétariat norvégien. Il est possible qu’il y ait moins de prolétaires en Norvège – la Norvège étant plus riche, son salaire moyen plus élevé, son système de protection sociale plus développé, son capital financier plus important – ce qui se prête à la possibilité d’une plus grande petite bourgeoisie en Norvège. Néanmoins, je voudrais souligner que les camarades canadiens et suédois ont fait des estimations assez précises.

   Déterminer correctement la taille du prolétariat en Norvège exige un effort plus approfondi, même s’il est assez sûr de dire que le prolétariat norvégien représente entre 3 et 3,5 millions de personnes, soit entre 60 et 70% de la population norvégienne. Une hypothèse encore plus sûre consisterait à estimer qu’au moins 50% de la population est prolétarienne et que la classe constitue facilement la majorité de la population.

Unité et contradiction au sein du prolétariat

   Les prolétaires ont un intérêt politique commun à lutter ensemble contre la bourgeoisie dans la lutte pour les salaires et les droits et, en tant que classe, ils ont intérêt à abolir le capitalisme, l’oppression et les classes dans leur intégralité. C’est-à-dire que le prolétariat a un intérêt politique fondamental commun dans le capitalisme, dans la lutte des classes et dans la voie menant au communisme. Il incite la classe à s’unir en un seul parti politique, le parti communiste et sous une idéologie politique, le maoïsme.

   Le prolétariat fera néanmoins l’expérience de la scission. Ils seront en partie divisés par les jeux politiques de la bourgeoisie, par les structures patriarcales et par le chauvinisme religieux et national. Des barrières individuelles de différentes nationalités, langues et cultures sont érigées. Le prolétariat est divisé par la production, par la division du travail et par la contradiction entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas. Les couches supérieures du prolétariat ont des salaires relativement élevés, des conditions de travail stables et les personnes de ce niveau peuvent accéder à la direction et peut-être même davantage. Ce sont ceux qui sont le plus influencés par la vision du monde de la bourgeoisie et par la diffusion par la petite bourgeoisie de ce point de vue là, car ils ne sont pas trop éloignés de la petite bourgeoisie. Ils sont également influencés par leur façon de voir le monde car beaucoup dans les couches supérieures du prolétariat viennent souvent de la petite bourgeoisie ou sont eux-mêmes des enfants de petits bourgeois. Ils “visitent” occasionnellement le prolétariat, ils “partent du bas” pour se frayer un chemin et pour financer leurs études ou pour acquérir une certaine expérience en matière d’études supérieures ou d’avancement. Les groupes individuels au sein de la petite bourgeoisie deviennent progressivement prolétarisés et partent souvent de la couche inférieure de la petite bourgeoisie pour se retrouver dans la couche supérieure du prolétariat.

Le noyau du prolétariat

   Le noyau du prolétariat comprend les travailleurs à bas salaire qui se situent au bas de la hiérarchie de la production. Ce sont ceux qui sont complètement soumis au travail, qui sont disciplinés par les processus et les heures de travail, qui sont surveillés par les cadres intermédiaires et qui effectuent souvent un travail physiquement exigeant. D’abord et avant tout, ils travaillent avec leurs mains, d’autant plus que les divisions de classes dans le capitalisme vont de pair avec la contradiction entre le travail manuel et le travail intellectuel. Ce dernier type de travail est en règle générale un travail exigeant un enseignement supérieur, un salaire plus élevé et une plus grande liberté et responsabilité personnelle dans le travail quotidien, ce qui les place généralement au sein de la petite bourgeoisie et non du prolétariat.

   En outre, le noyau du prolétariat se compose de ceux qui ont les salaires les plus bas et se situent au bas de la hiérarchie de la production dans les secteurs de la santé et des soins, de la distribution et des services, du bâtiment et de la construction, et de l’industrie. Un revenu annuel typique (salaire ou aide sociale) en Norvège se situe entre 300 000 et 400 000 couronnes. La plupart des prolétaires ont quelque part autour de cela ou même moins. Ceux qui ont un emploi à temps plein (100%) peuvent gagner plus de 400 000 et ceux qui sont sans emploi ou sous assistance sociale ont généralement moins de 300 000, et touchent généralement près de 200 000.

   Quelques exemples de travail prolétarien à faible revenu sont (en 2016): 1) des assistants agricoles (en moyenne environ 300 000 pour un emploi à temps plein), 2) des serveurs, des barmans et des travailleurs de la restauration rapide (un peu plus de 300 000 en moyenne), 3) les employés de la vente au détail, les nettoyeurs, les jardiniers et les assistants de maternelle (un peu plus de 350 000), 4) les assistants personnels, les ouvriers des usines de textile, les travailleurs de l’industrie alimentaire et les peintres (environ 400 000). Ces groupes figurent parmi les 50 professions les moins rémunérées parmi les 300 principales professions publiées dans Fri Fagbevegelse, sur la base des statistiques fournies par SSB.

   Ensemble, les salaires moyens des infirmières étaient un peu plus de 500 000, les conférenciers 550 000 et les ingénieurs civils plus de 700 000.

   La relation à la production et aux moyens de production, c’est-à-dire la position dans la production et la société, est plus importante que les salaires, mais les salaires suivent souvent cette position. Des positions plus fortes ou plus élevées mènent, en règle générale, à des salaires plus élevés. Et vice-versa, les salaires inférieurs sont une indication d’une position inférieure. Sur la base des normes de l’UE, le seuil de pauvreté en Norvège se situe autour de 235 000 couronnes par an pour un ménage, ce qui fournit à son tour 600 000 personnes vivant dans la pauvreté en Norvège.

   Une estimation très grossière indiquerait que le noyau du prolétariat se situe entre un demi-million et un million de personnes. De grandes parties du noyau sont concentrées dans des appartements situés en banlieue et des bâtiments coopératifs dans les grandes villes.

   Le noyau du prolétariat est en quelque sorte placé dans la couche intermédiaire de la classe. Ils se distinguent clairement de la couche supérieure, notamment en ce qui concerne les salaires et le manque de certains privilèges, mais ils se distinguent également de la couche inférieure de la classe. La couche inférieure passe de plus longues périodes en dehors du travail, est dispersée géographiquement ou travaille dans de petites entreprises, travaille dans des entreprises familiales et se trouve dans une journée de travail typique sans collectif du travail. Il y a un potentiel révolutionnaire parmi eux, avec beaucoup de colère et de frustration, mais des degrés d’organisation moins élevés, moins d’unité et moins de capacité d’organisation et de lutte. Ils peuvent aussi souvent avoir des conditions de travail si déplorables et des horaires de travail si défavorables qu’il leur est pratiquement impossible de s’organiser. Mais ils font partie du lumpenproletariat, un groupe qui reste constamment en dehors de la production. Ils sont loin d’être impossibles à organiser pour la lutte, mais ils dépendent beaucoup plus de l’initiative du noyau du prolétariat.

La tâche historique du prolétariat

   Le prolétariat, en particulier le noyau du prolétariat, développe spontanément la conscience syndicale et la solidarité ouvrière. Ils adaptent les concepts selon lesquels l’unité et la communauté sont bonnes, ils voient la force au sein du collectif ainsi que le fait que la discipline et l’organisation sont nécessaires. Plus important encore que ces enseignements, est le fait que les prolétaires sont quotidiennement encouragé à travailler ensemble, à contribuer à de plus grands processus, à suivre des instructions, à résoudre des problèmes pratiques et à effectuer des tâches lourdes et routinières. Cela fait du prolétariat la classe la plus forte et la plus robuste.

   Le prolétariat est réuni dans de grands collectifs. Même si, dans une large mesure, les énormes entreprises industrielles ont déménagé ou ont été reconstruites dans le tiers monde, les lieux de travail du prolétariat sont encore larges dans beaucoup de secteurs. Même si les collectifs de production sont plus divisés, une mesure délibérée menée par la bourgeoisie, le prolétariat est toujours concentré dans les quartiers prolétariens.

   Le prolétariat est exploité par les capitalistes. Ils créent des produits (biens ou services) qui contribuent directement ou indirectement au chiffre d’affaires qui alimente le capitaliste en profit. L’énorme richesse des capitalistes, leurs biens et leurs moyens de production – tout leur capital – provient du prolétariat – que ce soit en Norvège, ou dans d’autres pays. Le travail productif du prolétariat crée une plus-value et c’est ce surplus qui est la source des profits du capitaliste. Ceci est, à son tour, la source de l’accumulation et de la croissance du capital. Sans exploitation, il n’y a pas de capitalisme.

   Le prolétariat vit proche de la pauvreté ou directement dans la pauvreté. Le prolétariat, même dans le pays impérialiste le plus riche du monde, n’a généralement plus rien après les dépenses mensuelles de loyer, de nourriture et de transport. Tout cela, malgré le fait que le prolétariat crée toutes les richesses dans une société.

   Le prolétariat est porteur du socialisme et du communisme. Ceux qui contrôlent les moyens modernes et les méthodes de production sont ceux qui les utilisent tous les jours. Ils n’ont pas une position privilégiée où ils gagnent directement ou indirectement du travail d’une autre classe. Ils ne sont au-dessus de personne dans la hiérarchie de la société capitaliste, mais sont porteurs du collectivisme, de l’unité, de la solidarité et de l’économie planifiée. Ils sont les porteurs de la solution à la contradiction entre production socialisée et appropriation privée, c’est-à-dire le communisme et son appropriation sociale. Le prolétariat est la classe la plus révolutionnaire, en particulier son noyau.

flechesommaire2 flechedroite