Jeunes officiers et soldats du rang de l’armée philippine : défiez votre faux Commandant en chef !

Jeunes officiers et soldats du rang de l’armée philippine : défiez votre faux Commandant en chef !

Front Démocratique du Peuple de la Cordillère

Simon « Ka Filiw » Naogsan, porte-parole

6 février 2010

   Nous compatissons avec les familles des 29 soldats tués et 35 blessés dans les six affrontements avec la Nouvelle Armée Populaire du 27 janvier au 4 février, tout comme nous pleurerions n’importe lequel de nos combattants rouges tombés. Il y aura d’autres pertes de ce type si les opérations militaires massives en cours ne finissent pas.

   Des soldats ordinaires sont poussés dans des opérations condamnées à l’échec, tandis que leurs généraux s’enrichissent par la corruption et comme protecteurs du commerce de drogues illégales.

La plupart, sinon toutes les, victimes de l’AFP sont probablement venus de familles paysannes pauvres et de la classe ouvrière tout comme les combattants de la NPA.

   La principale différence est que les troupes de la base lâchées par la 5ème Division d’Infanterie servent les classes d’exploitation des grands propriétaires, des bureaucrates corrompus et de leurs maîtres impérialistes, alors que la NPA lutte pour l’émancipation des pauvres des chaînes de la pauvreté, de l’oppression et de l’exploitation, et pour la défense de la terre, de la vie, des besoins élémentaires et des ressources.

   Le Front Démocratique du Peuple de la Cordillère fait appel ainsi aux soldats de la base, aussi bien qu’aux jeunes officiers de la 5ème DI pour défier les ordres de leurs supérieurs dans cette opération militaire condamnée.
Les manœuvres militaires en cours n’ont aucun autre but que de préparer la région pour l’arrivée des troupes des USA pour l’exercice commun de Balikatan commençant ce mois-ci, et de fournir la sécurité pour l’entrée à la suite des grandes compagnies d’extraction.

   En particulier, nous faisons appel aux soldats de la base pour défier les ordres de leurs supérieurs immédiats qui les commandent pour conduire des opérations militaires contre la NPA. Ils peuvent remplir leur fiche d’absence en se basant sur n’importe quel alibi, juste pour pour ne pas participer à l’opération.

   Ils ne doivent pas se rendre à leur zone cible mais à la place, rester en des lieux plus sûrs jusqu’à ce que l’opération soit terminée. Ils peuvent passer des informations indispensables ou informer n’importe quelle unité de la NPA de leurs plans de sorte que les combattants rouges leur indiquent où passer sans risque.

   Nous conseillons aux jeunes officiers de ne pas mener leurs hommes dans les secteurs où ils seront sûrement attirés dans un guet-apens.

   Nous les encourageons à rejoindre le Lt. Crispin Tagamolila Movement clandestin ou à démissionner et trouver de meilleurs et plus honorables travaux si ils ne sont pas encore prêts à rejoindre le mouvement révolutionnaire de sorte qu’ensemble nous accélérions le renversement de ce régime réactionnaire ignoble, corrompu et anti-populaire et construisions un meilleur avenir.

   Dans les prochaines élections, vous serez sûrement ordonnés de nouveau d’intervenir et d’assurer la victoire des candidats du gouvernement, tout comme ce qui a eu lieu dans l’ARMM, en particulier à Maguindanao, où votre commandant actuel, le Gen. de brigade Rommel Gomez a dirigé la 602e Bde. Comme exposé par le Gen. Gudani, l’AFP fonctionne comme une garde prétorienne et un annexe de Malacañang pour se perpétuer illégalement au pouvoir.

   En conclusion, nous faisons appel aux officiers militaires d’Igorot pour ne pas se laisser employer contre l’intérêt de leurs semblables des minorités nationales.

   La transformation des militaires comme “force de défense d’investissement” des compagnies d’extraction à grande échelle qui se sont appropriées 2/3 de la région terrestre de la Cordillère est déplorable. Également détestable est l’appropriation par des soldats de la 503e Bde d’un impôt mensuel d’un sac de minerai sur chaque tunnel d’exploitation à échelle réduite à Lacub et Baay-Licuan, Abra. Comme fils des montagnes, nous devons porter les bons aspects des coutumes tribales indigènes, et le caractère sacré des ressources de la vie et de la nature.

   Quand le pillage impérialiste de la Cordillère et des extrémités entières de notre nation finira, alors nous apprécierons les fruits des montagnes, des forêts, des fleuves et des plaines de ce pays. Nous finirons notre deuil et sortirons de nos dap-ays pour nous associer à la fête de la libération nationale.

flechesommaire2