Avançons de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique

Avançons de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique

Parti Communiste des Philippines

Message à la Nouvelle armée populaire du Comité central

29 mars 2010

   À l’occasion du quarante-et-unième anniversaire de la fondation de la Nouvelle armée populaire (NPA), nous saluons les commandants et les combattants rouges et témoignons nos respects les plus élevés à nos martyres et héros révolutionnaires. Nous félicitons la troupe pour les victoires remportées dans la dernière année et les encourageons pour recueillir d’autres victoires dans la lutte révolutionnaire pour la libération nationale et la démocratie.

   Depuis que nous avons annoncé notre plan stratégique pour avancer de l’étape de la défensive stratégique à celle de l’équilibre stratégique dans la guerre populaire prolongée, nos cadres et membres du Parti, commandants et combattants rouges, les activistes de masse, les alliés et les larges masses populaires ont avec enthousiasme discuté la base, les conditions politiques, la stratégie et la tactique pour cette avancée. Pourquoi et comment devons-nous réussir ?

   D’abord, les conditions de crise chronique du système capitaliste mondial et ceux du système dirigeant domestique doivent servir de base à notre plan stratégique et à son exécution dans les cinq prochaines années. Elles continuent à empirer et sont des conditions de plus en plus favorables pour avancer la guerre populaire.

   En second lieu, le CPP a maintenu la ligne idéologique, politique et d’organisation correcte et mène effectivement le Peuple et les forces révolutionnaires. Il a une expérience révolutionnaire riche et toutes les forces gagnées dans plus de 40 ans de guerre populaire pour remplir les conditions politiques pour la guerre populaire.

   Troisièmement, l’armée populaire sous la conduite du CPP a la stratégie correcte et la tactique déterminée par le Parti pour avancer dans la guerre populaire. Les commandants et les combattants rouges ont le moral élevé et sont déterminés à infliger des coups à l’ennemi et à mener à bien le plan stratégique.

I. Conditions de crise dans le système capitaliste mondial

   Le système capitaliste mondial a été secoué de fond en combles par une crise économique et financière sérieuse après l’autre depuis le milieu des années 70. Le passage d’une politique dé kéynesianisme au néolibéralisme a simplement approfondi et aggravé la crise récurrente.

   La pleine restauration du capitalisme dans plusieurs pays dirigés par les révisionnistes a été désignée par la bourgeoisie monopoliste comme preuve que la cause socialiste est désespérée et que le système capitaliste mondial est plus fort que jamais. Mais en fait, l’augmentation des pays capitalistes industrialisés a rendu le monde davantage à l’étroit pour le capitalisme et a aggravé la crise du système capitaliste mondial.

   La crise économique et financière est devenue extrêmement destructive dans les pays impérialistes et plus encore dans les pays moins développés et sous-développés. Elle pousse les puissances impérialistes à devenir pillardes, plus répressive et plus agressive que jamais auparavant. La crise produit des conditions semblables à celles qui ont provoqué les deux guerres mondiales du 20ème siècle, avec la différence qu’il y a un potentiel bien plus élevé pour que les peuples fassent la révolution, pour les nations pour lutter pour la libération et pour les pays non-impérialiste pour affirmer leur indépendance.

   La lutte de classe entre la bourgeoisie monopoliste et le prolétariat affleure dans les pays impérialistes. Les puissances impérialistes sont devenues frénétiques dans leur concurrence pour le territoire économique et pour les zones d’influence. Les contradictions inter-impérialistes deviennent plus intenses et plus violentes.

   Cependant, les puissances impérialistes évitent des désaccords violents directs entre elles-mêmes et dirigent toujours leur violence vers les peuples opprimés dans les pays néo-coloniaux et sous-développés. Même si la Chine est devenue l’associé global principal des USA en effectuant la politique des USA de la “globalisation néo-libérale”, la faillite de cette politique pousse la Chine à fixer ses propres marchés ; sources de carburant et d’autres matières premières ; et champs d’investissements. Ceci tend à déranger l’équilibre des forces parmi les puissances impérialistes.

   La crise économique et financière continue des USA et du système capitaliste du monde n’est pas résolue tandis que les puissances impérialistes collent à leur dogme néo-libéral. L’argent de renflouement des coffres publics est employé simplement pour améliorer les bilans des grandes banques et sociétés dans le complexe militaro-industriel au lieu de rétablir la production et l’emploi. Ainsi, la crise du capitalisme global se prolonge et s’approfondit.

   Après être devenus un grand débiteur, les USA sont vulnérables aux efforts de la Chine d’adopter des politiques économiques, commerciales et financières servant son intérêt national. D’une importance à long terme pour les Philippines sont les relations économiques entre l’ASEAN et la Chine comme remise en cause à la dominance unique de l’impérialisme des USA en Asie de l’Est. L’organisation de coopération de Shanghaï peut être un contrepoids à l’hégémonie des USA dans la totalité de l’Asie.

   Les USA continuent d’être aspirés par les marécages créés par ses guerres d’agression en Irak et en Afghanistan. Leurs interventions militaires au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie centrale et l’Asie du sud compromettent leur dominance globale. Certains pays ont affirmé leur indépendance nationale en Asie de l’Est, en Amérique latine et en Afrique.

   Les peuples continuent à mener la résistance armée contre les USA et leurs marionnettes. Dans d’autres pays comme l’Inde, les Philippines, le Pérou, la Turquie et la Colombie, les peuples persévèrent dans la lutte armée pour la libération et la démocratie nationales. Les partis révolutionnaires du prolétariat menent ou se préparent à mener la guerre populaire dans un nombre de plus en plus important de pays en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

   L’agitation sociale et politique et l’élévation des luttes armées révolutionnaires dans le système capitaliste mondial favoriseront l’avance de la Nouvelle révolution démocratique aux Philippines. La propension élevée des USA et d’autres puissances impérialistes à lancer des guerres d’agression et le terrorisme d’Etat contre les peuples conduisent les peuples à s’engager dans la guerre révolutionnaire.

II. Conditions de crise dans le système domestique dirigeant

   Le régime d’Arroyo a été extrêmement réactionnaire et oscurantiste dans la mauvaise représentation du caractère du système dirigeant aux Philippines. Il a apporté sur les personnes le poids écrasant de capitalisme étranger monopoliste, du féodalisme domestique et du capitalisme bureaucratique dans le cadre des politiques dictées par les USA telles que la “globalisation néo-libérale” et “la guerre globale contre la terreur”.

   Le régime a parlé tout le temps de transformer les Philippines en “premier pays du monde” et met le blâme sur la résistance du Peuple à l’oppression et à l’exploitation comme cause de sous-développement et de pauvreté. Et il emploie un grand mensonge pour chercher à détruire ou à réduire le mouvement révolutionnaire à l’inconséquence par des campagnes brutales de suppression militaire depuis 2001.

   L’Oplan Bantay Laya (OBL) a tout à fait échoué dans tous ses objectifs contre-révolutionnaires. La Nouvelle armée populaire a lancé avec succès des offensives tactiques dans tout le pays, démontant de ce fait les proclamations de guerre psychologique du régime et démontrant la force croissante du mouvement révolutionnaire armé.

   Le Peuple écarte les proclamations guerre psychologique des militaires réactionnaires au sujet de tant de “camps de la NPA submergés”, de “redditions de masse de la NPA”, “intégration sociale des réfugiés rebelles” et choses semblables. Les enlèvements, la torture et les massacres extrajudiciaires des activistes sociaux et des gens ordinaires sont passés au loin comme les actions légitimes contre les “ennemis de l’Etat” et les malfaiteurs sont récompensé et sont cité en tant que “héros”.

   La crise chronique du système semi-colonial et semi-féodal aux Philippines persistera et continuera à empirer. Rien en vue n’indique qu’une nouvelle administration résulterait des élections présidentielles en cours pour rendre les Philippines vraiment indépendantes et pour prendre le chemin du développement industriel par la réforme agraire et l’industrialisation nationale. Ceux au pouvoir au plus haut niveau tendent à monopoliser le pillage bureaucratique et à augmenter leur emprise en exploitant et en opprimant toujours plus le Peuple, particulièrement les masses laborieuses.

   Le caractère agraire semi-colonial abject des Philippines fournit les conditions pour le développement de la guerre populaire. L’absence de réforme agraire minutieuse et véritable garantit que les masses rurales suivent la conduite du Parti communiste des Philippines pour la mise en oeuvre de la révolution agraire et en participant à la guerre populaire.

   La crise socio-économique chronique du système dirigeant produira une crise politique sans précédent, suffisante pour rendre les classes dirigeantes de grands compradores et de propriétaires incapables de diriger à la vieille manière. Les factions des classes dirigeantes sont devenues plus violentes les unes contre les autres, comme le butin de la puissance politique s’est réduit en raison de la crise qui empire.

   Comme exposé par le massacre d’Ampatuan, les factions réactionnaires peuvent employer des parties des militaires, de la police et des forces paramilitaires en tant que leurs groupes armés privés et construire leurs propres armées privées ouvertement en prenant des approvisionnements militaires des arsenaux de l’Etat. Le développement des armées privées a été produit par la politique de terrorisme d’Etat US-Arroyo contre le Peuple.

   Les élections présidentielles courantes n’apaiseront pas mais intensifieront les contradictions entre les réactionnaires. Les élections périodiques pour les fonctionnaires du gouvernement réactionnaire ont servi à assurer la dominance des politiciens qui sont pro-impérialiste et sont des représentants des grands compradores et des propriétaires et ont été un processus pour exclure les représentants des travailleurs, et pour redistribuer et faire tourner le pouvoir parmi les dynasties et les factions politiques.

   Mais les élections présidentielles courantes ouvrent la porte à davantage de crise du système et davantage de violence parmi les réactionnaires. Les factions politiques en concurrence dépensent plus fortement que jamais pour la campagne électorale. Les gagnants essayeront de récupérer et profiter de leurs positions de gouvernement. Les perdants deviendront amers avec la déception.

   N’importe quelle faction réactionnaire qui s’emparera de la présidence en mai continuera la politique US-dictée de terrorisme d’Etat contre les populations et les forces révolutionnaires. Pas un parmi les quatre candidats présidentiels principaux n’exprime une détermination pour effectuer des négociations de paix et s’attaquer aux racines du conflit armé par les réformes sociales, économiques et politiques.

   La résistance des réactionnaires, particulièrement les militaristes pro-impérialiste et les clerico-fascistes, aux négociations de paix sérieuses est une bonne chose. Elle sert à dissiper les illusions fausses au sujet des négociations de paix et à mener les forces révolutionnaires en avant vers la grande tâche de mener la guerre populaire.

   Les pires parmi les réactionnaires et leurs disciples pseudo-progressistes, y compris les renégats écartés par le Deuxième Grand Mouvement de Rectification, ont longtemps clamé que le Peuple et les forces de la Nouvelle révolution démocratique ont été dégagées et affaiblies par les soulèvements populaires sans armes en 1986 et 2001 et la succession des régimes pseudo-démocratiques post-Marcos.

   Les détracteurs de la Nouvelle révolution démocratique par la guerre populaire prolongées occultent le fait que les forces révolutionnaires ont contribué considérablement au succès des soulèvements populaires sans armes et que la NPA a non seulement préservé mais a également augmenté sa force armée révolutionnaire pour se tenir dans l’histoire philippine en tant que plus grande armée populaire révolutionnaire de tous les temps.

   L’Oplan Bantay Laya I et II n’ont pas supprimé le mouvement révolutionnaire armé. Les réactionnaires admettent inconsciemment la force significative de l’armée populaire chaque fois qu’ils déclarent que celle-ci reste la plus grande menace pour le système dirigeant. Ils se bernent simplement eux-mêmes en répétant sans fin le mensonge que la NPA a eu 25.000 combattants au milieu des années 80 et est maintenant réduite à quelques milliers.

   De semaine en semaine, de mois en mois et d’année en année, la NPA a démontré ses possibilités pour éliminer les unités ennemies et continuera à faire ainsi dans le cadre de la politique et du plan stratégique de l’avancement de l’étape de la défensive stratégique à cela de l’équilibre stratégique. La NPA est amenée à augmenter en force toujours plus rapidement en continuant à appliquer la ligne spécifique de la guérilla intensive sur la base d’une base de masse toujours en expansion et en approfondissement.

III. Conditions politiques de la guerre populaire

   La 1ère condition politique pour la Nouvelle révolution démocratique aux Philippines et pour l’avance de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique dans la guerre populaire prolongée est la conduite politique révolutionnaire du Parti communiste des Philippines. Le Parti a présenté la ligne générale de la Nouvelle révolution démocratique contre le système semi-colonial et semi-féodal dirigeant.

   Sous la conduite du Marxisme-Léninisme-Maoïsme, le Parti a accumulé l’expérience et les accomplissements en menant la Nouvelle révolution démocratique. En effectuant le deuxième grand mouvement de rectification 1992-1998, il a récupéré la base de masse qu’il avait précédemment perdue par des erreurs graves d’opportunisme de “gauche” et de droite pendant les années 80 et a revitalisé le mouvement révolutionnaire armé depuis les années 90.

   La tâche principale du Parti dans les cinq prochaines années est de recruter au moins 200.000 membres du Parti afin de renforcer la direction et le noyau révolutionnaires du mouvement de masse révolutionnaire. L’adhésion au Parti est une base adéquate pour atteindre ce but dans un délai de deux ans dans le cadre de la politique d’augmenter l’adhésion au Parti hardiment sans laisser dedans un seul indésirable. Le Parti doit recruter et faire adhérer comme candidat-membres du Parti les activistes dans les organisations de masse qui acceptent la constitution et le programme du Parti.

   Les candidat-membres d’origine ouvrière et paysanne deviennent membres à part entière en moins de six mois et ceux d’origine petite-bourgeoise, dans un délai d’un an. Au cours de la période de candidature, l’organe ou l’unité du Parti intéressé doit vérifier le bons caractère et le militantisme des candidat-membres dans le mouvement de masse et doit leur fournir l’éducation de base du Parti. Tous les principaux organes et unités du Parti doivent fonctionner rapidement pour élever à la pleine adhésion l’ancienne et la nouvelle récolte de candidat-membres du Parti.

   Il ne doit y avoir aucun retard inutile pour que les candidat-membres du Parti deviennent membres à part entière. Les retards à élever quelqu’un de la candidature à la pleine adhésion sont souvent provoqués par la négligence et le manque de souci pour le désir des candidats membres de devenir membres à part entière. Il suffit que le candidat-membre obtienne l’éducation de base du Parti et prouve son sérieux dans la mise en oeuvre des tâches assignées dans l’organisation de masse et l’unité du Parti.

   Pour pouvoir construire le Parti rapidement, nous devons accélérer la construction des organismes de masse pour les paysans, les ouvriers, la jeunesse, les femmes, les enfants, les activistes culturels et d’autres secteurs. Il suffit au début pour que les demandeurs/recrues deviennent des membres d’accepter le programme et la constitution de l’organisation de masse. Sans mouvement de masse croissant duquel il peut recruter des candidat-membres, le Parti ne peut pas augmenter et effectuer la tâche de réveiller, d’organiser et de mobiliser un plus grand nombre de personnes encore. Par rapport à la tâche stratégique de l’avancement de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique, notre organisation de Parti et notre base de masse organisée sont petites. Mais elles sont plus que proportionnées pour que nous visions le niveau de la force nécessaire pour atteindre le seuil de l’équilibre stratégique d’ici moins de cinq années si nous identifions bien les causes de la croissance lente du Parti et de la base de masse organisée et si nous accomplissons les tâches pour maximiser notre force et surmonter les erreurs et les faiblesses.

   L’expansion de l’organisation du Parti et de la base de masse organisée à la fois dans les zones urbaines et rurales peut accélérer l’expansion de l’armée populaire. Le Parti et la base de masse organisée peuvent se développer dans tous les districts parlementaires de l’Etat réactionnaire. Partout où elles existent, leur nombre d’adhérents doit être augmenté. Plus tard, certains des membres du Parti et des activistes de masse peuvent être redéployés de temps en temps afin de couvrir des domaines où les organismes du Parti et de masse n’existent pas encore ou sont trop petits.

   Dans les cinq prochaines années, des branches du Parti doivent être établies dans au moins 20.000 villages et des cadres du Parti doivent être développés dans les districts régionaux, sous-régionaux, provinciaux, de zone ou de front guérilla et aux niveaux de section par divers niveaux d’éducation du Parti et par le travail dans le mouvement de masse. Les cadres et les membres du Parti dans les localités doivent pouvoir mener le travail des organismes de masse, des organes du Pouvoir politique, de la milice populaire, des corps d’autodéfense de quartier, et des unités d’autodéfense des organismes de masse. La milice populaire assume le rôle de principale force pour lancer la guérilla et de centres de gravité locaux des corps d’autodéfense de quartier et des unités d’autodéfense des organismes de masse locaux.

   Ils doivent permettre aux unités de la NPA d’effectuer des offensives tactiques. Ainsi, de nouvelles unités de combat peuvent être créées avec les armes à feu saisies à l’ennemi. Nous devons nous écarter de la vieille pratique de surcharger les unités de l’Armée populaire avec les tâches qui peuvent être effectuées par les branches locales du Parti, les organismes de masse et les organes locaux du pouvoir politique qui prennent la charge de l’éducation publique, des affaires économiques, de la santé, de l’autodéfense, des activités culturelles et de l’arbitrage.

   Sous la conduite du Parti, les organes du Pouvoir politique peuvent former et administrer les corps de la milice populaire et de l’autodéfense de quartier pour les tâches de la sécurité intérieure et de la police.

   Les organismes de masse peuvent également former et administrer leurs propres unités d’autodéfense. Les membres des corps de la milice populaire et de l’autodéfense de quartier devraient aller vers les dizaines de milliers, avec chaque village ayant un peloton de milice et un peloton de corps d’autodéfense. Les unités d’autodéfense devraient fonctionner par centaines de milliers, avec chaque organisation de masse dans chaque village ayant un peloton d’autodéfense.

   La NPA doit mettre ses unités dans des périodes distinctes de formation politico-militaire, de combat, de travail de masse et de production. Elle doit fournir la formation politico-militaire à ses unités de combat aussi bien qu’aux instructeurs pour la milice populaire et les unités d’autodéfense. Des unités de la NPA peuvent être tournées et déployées pour des batailles pendant trois à six mois, selon la situation. Le but est d’accélérer la saisie des armes des forces ennemies. Des unités de la NPA doivent également être tournées vers le travail et la production de masse de sorte qu’elles demeurent proches du Peuple et produisent une partie de ce qu’elles consomment.

   Il est nécessaire pour le Parti de résumer son expérience et situation actuelle et élaborer les directives et les plans pour la NPA à chaque niveau régional, sous-régional, provincial et de zone ou de front de guérilla avec les cibles raisonnables définies pour le nombre d’armes à saisir des forces ennemies. Ce qui est raisonnable est basé sur une expérience précédente et les possibilités actuelles des unités de la NPA. Un commando de la NPA, par exemple, peut recommander au comité du Parti une augmentation de 10% du nombre d’armes tous les trois mois.

   Les cibles molles pour des incursions, des embuscades et des opérations de désarmement abondent. Celles-ci incluent les commissariats de police, de petits détachements de l’armée, des unités paramilitaires, des agences de sécurité privées, des groupes armés privés et des individus réactionnaires armés. Il y a encore des cibles plus molles pour des actions qui sapent la force et le moral des forces ennemies, pour les forcer à faire un devoir de garde et pour commettre des erreurs dans le déploiement de troupes et de ressources. Des opérations peuvent être facilement lancées sur la base de l’activité de renseignement et de la reconnaissance ponctuelle.

   C’est en confiant le travail de masse et le mouvement de masse aux branches locales du Parti, aux organes locaux du pouvoir politique et aux organismes de masse, que la NPA peut être confiante que la base de masse est maintenue et développée tandis qu’elle est concentrée sur combattre et détruire la puissance et les appareils de l’Etat réactionnaire sur une large échelle dans les localités. Ainsi, la NPA peut inspirer et permettre à la population dans les localités de prendre le Pouvoir révolutionnaire.

   Les organes révolutionnaires du Pouvoir politique se développent plus forts et plus sûrement quand le Pouvoir réactionnaire est détruit et que les réactionnaires se sauvent ou sont privés de leur pouvoir et autorité locales. Les organes de la puissance politique devraient être basés principalement sur les organismes de masse des travailleurs et sont augmentés par des relations de Front uni à divers niveaux contre les pires réactionnaires.

IV. Stratégie et tactique

   Le Parti a correctement posé la ligne stratégique politico-militaire de la guerre populaire prolongée. Ceci signifie encercler les villes par la campagne et accumuler les forces sur une longue période jusqu’à ce qu’assez de forces et de possibilités aient été accumulées pour prendre les villes à l’échelle de tout le pays dans l’étape de l’offensive stratégique.

   Cette ligne est basée sur la réalité des Philippines où la majorité des personnes sont des paysans, et la campagne offre le terrain social et physique pour l’Armée populaire et la mise en œuvre de la construction de la guerre populaire par étapes.

   L’exactitude de la ligne stratégique est bien prouvée par le fait que la Nouvelle armée populaire a pu se préserver et s’est développée de petit à grand et de faible à fort contre des attaques ennemies brutales. De telles attaques incluent des campagnes de forces spéciales de la taille d’une division pour tuer l’armée populaire dans l’oeuf de 1969 à 1972, la dictature fasciste de 14 ans de Marcos et les séries de plans contre-révolutionnaires nationaux de campagne militaire lancés par les régimes pseudo-démocratiques successifs après Marcos.

   Dans le long cours de la dictature fasciste de Marcos, nous avons pu construire l’armée populaire qui a commencé par seulement neuf armes automatiques et 26 armes à feu inférieures (des fusils et des pistolets à tir unique) début 1969 et avons atteint le total national de 5.600 armes automatiques en 1985. Depuis 1985, cependant, il était devenu évident que la NPA était affaiblie par des lignes opportunistes de “gauche” comme la “contre – offensive stratégique” et la ligne de “zone rouge-zone blanche”.

   Ces lignes opportunistes “de gauche” ont miné la force de la NPA et fait des ravages sur la base de masse révolutionnaire et ont causé la réduction de la base de masse de plus de 60% pendant les années 80. Elles ont joué dans les mains de l’ennemi qui a mené l’Oplan Lambat-Bitag (OLB) I, II et III conçu pour mettre les unités de la NPA sous l’encerclement stratégique et la “constriction progressive”, et les chasser avec des “équipes d’opérations spéciales”.

   Le deuxième grand mouvement de rectification a critiqué et a renié les lignes opportunistes “de gauche” comme s’engageant dans l’auto-constriction et la séparation des masses sous l’apparence de renforcer la NPA dans la verticalisation sans garantie et la formation prématurée de plus grandes unités. Dans les secteurs où les lignes opportunistes “de gauche” avaient pris le dessus, le besoin de diffusion horizontale des unités de la NPA a été laissée de côté, minant et détruisant de ce fait notre lien étroit avec les masses. La base de masse organisée du mouvement révolutionnaire s’est rétrécie alors même que les compagnies prématurément formées avaient de plus grandes demandes logistiques.

   Sous la direction du Parti dans le mouvement de rectification, la NPA a dû retourner aux fondements de la guérilla.

   Elle a été réorientée, réorganisée et redéployée pour mener la guérilla intensive et étendue sur la base d’une base de masse toujours plus élargie et approfondie. L’ennemi a su le retour à de petites unités et a été encouragé pour déployer ses équipes d’éclaireurs forestiers contre ces unités. Mais la NPA a pu se préserver et récupérer la base de masse avec précision en tenant bon à sa ligne correcte au cours de la période entière des régimes de Ramos et d’Estrada.

   L’effort sur la diffusion horizontale de petites unités de la NPA afin de parer les résultats nocifs de la verticalisation prématuré et récupérer la base de masse n’était pas sans aucun aspect négatif. Il a engendré le “guérillaïsme” ou la mentalité et le conservatisme rebelles nomades, particulièrement là où il n’y avait pas d’efforts conscients et résolus de développer les forces révolutionnaires d’une manière équilibrée et la corrélation nécessaire du centre de la gravité et des unités dispersées dans le travail de l’Armée populaire. Cependant, à condition que la base de masse se soit développée, il était beaucoup plus facile que le Parti rectifie le conservatisme et le guérillaïsme.

   La grande épreuve suivante de la NPA a été l’Oplan Bantay Laya (OBL) avec sa campagne brutale contre les activistes sociaux légaux et le déplacement forcé des paysans et des indigènes dans la campagne. OBL a de loin dépassé OLB dans la portée, la durée, l’intensité et la brutalité. Les USA et le régime d’Arroyo (agités par les militaristes et les clérico-fascistes qui sont les agents de la CIA US) ont parlé tout le temps sur la ligne que les activistes sociaux progressistes sont des combattants de la NPA déguisés et calculé que les campagnes militaires seraient plus efficaces dans la campagne si de tels activistes sociaux étaient supprimés par les enlèvements, la torture et les massacres extrajudiciaires.

   Avec OBL s’est avérée l’insuffisance des militaires réactionnaires, de la police et des forces paramilitaires à couvrir même seulement 10% du territoire philippin à chaque moment donné. La NPA peut facilement se déplacer dans environ 90% du territoire. Ainsi, elle a pu se développer dans la force et défaire les objectifs d’OBL. Avec OBL, le régime d’Arroyo a gagné la notoriété dans le monde entier pour ses violations des Droits du Homme brutales et systématiques.

   Mais nous devons bien apprendre les leçons de la diverse tactique que l’ennemi a employé dans OBL, tel que la tactique de “choc et effroi” du Général Palparan dans Mindoro oriental, les Visayas orientales et Luçon central, l’approche de “convergence” du Général Gomez à Bohol, l’approche du « centre de gravité » de colonel Dagoy et l’approche de « sitio » de colonel Bustillos.

   D’un point de vue stratégique, tout ceci sont des tigres de papier. Mais au niveau tactique, là où ils ont sauté sur les fronts de guérilla et les masses, ils étaient de vrais tigres brutaux infligeant de grands dommages, produisant de vraies conditions problématiques pour la révolution et causant des erreurs et de faiblesses de la part des forces subjectives de la révolution.

   Le Parti a rassemblé et a analysé les rapports des régions intéressées et est revenu avec des plans pour surmonter les problèmes et pour renforcer les forces révolutionnaires. Nous avons appris des leçons valables en surmontant les attaques de l’ennemi, en préservant et en améliorant nos forces et base de masse, lançant des campagnes de guérilla à grande échelle et avançant dans la lutte révolutionnaire. Nos expériences difficiles nous ont renforcés et nous avons émergé plus forts, nous continuons à infliger des coups plus répandus et plus lourds contre l’ennemi, et nous sommes plus que jamais déterminés à avancer et gagner la guerre populaire.

   Actuellement, la NPA se tient en tant que plus grande armée populaire que les travailleurs philippins ont jamais pu lever, surpassant le nombre des fusiliers dans l’armée révolutionnaire de 1896 à 1902 et la vieille armée populaire de 1942 à 1952. Pour se donner un faux crédit, les forces réactionnaires continuent à répéter le mensonge que la NPA a eu 25.000 combattants en 1986 et qu’ils ont réussi à en réduire le nombre à 5.000 ou même moins.

   La force en fusils de la NPA en 1986 était seulement de 6.100 (une augmentation de 500 au-dessus du chiffre de 1985 de 5.600), sans comptabilité précise par la conséquence des lignes opportunistes “de gauche” et de l’hystérie anti-informateur, en particulier Kampanyang Ahos dans Mindanao. Lors de l’assemblée plénière du Comité central en 1985, Mindanao avait donné environ 50% seulement de la force armée de la NPA.

   La force actuelle de la NPA est de masse critique en terme de milliers de combattants avec des armes à feu de haute puissance. Avec le déploiement et l’emploi appropriés, elle peut rapidement se développer et avancer en vagues et en phases bien définies (moyennes et avancées) de la défensive stratégique à la phase de seuil et du début de l’équilibre stratégique. Partout où les unités de la NPA existent sous n’importe quel échelon de commandement : banlieue, section, front de guérilla, interfront, provincial, sous-régional et régional, il doit y avoir une force relativement concentrée comme centre de la gravité. Le centre de la gravité doit être situé sur le meilleur terrain disponible. Tandis que des zones amples sont saturées avec des fronts contigus de guérilla et transformés en secteurs militaires sous-régionaux et plus tard en fronts de guerre fluides, leurs centres de la gravité développent des forces verticales plus importantes.

   En même temps, le développement ultérieur des forces horizontales se composant d’un peloton à plein temps de guérilla au niveau municipal serait renforcé avec la prolifération des milices populaires de taille peloton, des corps d’autodéfense de quartier et des unités d’autodéfense des organismes de masse au niveau du quartier, et le déploiement des partisans armés des villes dans les centres urbains dans des fronts de guérillero.

   Le nombre actuel de fronts de guérilla est une base plus que proportionnée pour viser couvrir presque tous sinon tous les 179 districts parlementaires ruraux de l’Etat réactionnaire avec le Parti, les organismes de masse, des alliances et des unités de l’Armée populaire dans les deux ou trois années à venir. La force de la NPA ne doit pas être divisée et dissipée juste pour couvrir des dits districts parlementaires absolument d’une égale et même manière. La NPA doit se développer dans la force où ils sont, et avancer vague après vague ou déployer l’avance ou les unités embryonnaires dans de telles zones sur le meilleur terrain disponible.

   Dans les cinq prochaines années, la NPA est prête à porter plus de coups mortels contre les militaires réactionnaires, la police et les forces paramilitaires, qui démonteraient les proclamations fausses des réactionnaires, des pseudo-progressistes et des renégats selon lesquels la NPA a été minée et affaiblie par les régimes antinationaux et antidémocratiques post-Marcos et par leurs campagnes militaires. D’une manière plus importante, le Parti et la NPA sont déterminés à augmenter la force armée et le pouvoir politique des travailleurs.

   Les étapes probables du développement de la guerre populaire sont de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique et de ce dernier à l’offensive stratégique. Après avoir été à la défensive stratégique pendant quatre décennies, nous avons développé la base pour viser et atteindre l’étape de l’équilibre stratégique dans les cinq prochaines années et pour tâcher alors d’avancer vers la phase finale d’offensive stratégique.

   Nous devons résumer notre expérience de combat et situation actuelle et développer des directives et des plans aux niveaux du Comité central, de la Commission militaire et du commandement opérationnel de la NPA ; au niveau des comités régionaux du Parti et des commandements opérationnels régionaux ; et aux niveaux des fronts sous-régionaux, provinciaux et de zone ou de guérilla afin de lancer des offensives tactiques et d’augmenter la force armée de la NPA pour nous permettre d’avancer de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique.

   Il est faisable pour nous dans les cinq prochaines années d’avoir un front de guérilla dans chacun des 179 districts parlementaires ruraux et de déployer des partisans armés des ville dans tous les districts parlementaires urbains. La couverture d’un district parlementaire rural par un front de guérilla est facilitée par l’existence et la croissance des fronts de guérilla dans les zones contiguës. L’apparition et la croissance des fronts de guérillero seront inégales mais nous devons toujours tâcher de réaliser les conditions standard et d’élever le niveau général du développement. Le comité régional du Parti et le commandement opérationnel de la NPA doivent s’assurer que les centres de la gravité aux niveau des fronts régionaux, sous-régionaux, provinciaux et de guérilla sont situés sur le terrain favorable pour la manœuvre.

   Les fronts de guérilla auront d’autant plus de largeur et de profondeur et deviendront relativement stables qu’ils deviennent mieux coordonnés sous les niveaux interfront, provincial, sous-régional ou régional de la direction du Parti et du commandement NPA. Les forces ennemies auront toujours les possibilités pour concentrer des forces sur l’intégralité ou une partie d’un front particulier de guérilla. Mais l’interconnexion et la coordination des plusieurs fronts de guérilla contigus sous des commandements plus hauts que celui du front de guérilla et la disponibilité des forces de frappe pour des contre-attaques par des commandements régionaux, sous-régionaux, provinciaux ou interfront sera cruciale pour préserver, renforcer et augmenter les fronts de guérilla et lancer des opérations tactiques coordonnées dans les domaines couverts. Les fronts contigus de guérilla seront coordonnés plus facilement qu’avant et auront un échelon de commandement, tel que le régional, sous-régional et provincial.

   L’ennemi essayera toujours de mettre nos forces en encerclement stratégique et de lancer des offensives stratégiques. Mais la NPA aura augmenté l’initiative et sa capacité en lançant des encerclements tactiques et des offensives tactiques comme les niveaux de commandement régional, sous-régional et provincial seront développées. Nos offensives accrues obligeront les forces ennemies à augmenter le personnel pour la défense des camps, des commissariats de police et des installations essentielles et pour réduire le personnel pour des opérations offensives. Mais les lignes ennemies des patrouilles et approvisionnements demeureront vulnérables aux offensives tactiques de la NPA.

   Partout où les forces ennemies choisissent d’encercler nos forces, nous nous engagerons dans des contre-encerlements tactiques et combattrons sur les lignes extérieures. En même temps, nous pouvons prendre l’initiative de lancer des offensives tactiques ailleurs. Nous maintenons une guerre de mouvement fluide. Nous continuons à maîtriser et appliquer la tactique de la concentration, du décalage et de la dispersion afin d’atteindre nos objectifs selon les circonstances concrètes.

   Toutes les fois que nécessaire, nous échangeons l’espace pour le temps. Nous ne nous engageons dans aucune défense irréaliste de territoire et ne nous permettons pas d’être engagés dans des batailles qui mettent en danger n’importe quelle unité principale de la NPA dans n’importe quel front, province, sous-région ou région de guérilla.

   À tout moment, nos petites unités qui sont dispersées pour le travail de masse doivent être vigilantes contre le fait d’être attaquées par surprise et être forcées à livrer des batailles ou des rencontres purement défensives.

   Nous livrons seulement des batailles de décision rapide que nous pouvons gagner. Nous accordons la priorité à porter des coups sur les points les plus faibles des forces ennemies. L’ennemi est sans visibilité et sourd parce qu’il est détesté par la population. Il ne peut pas dire quand et où nos forces sont portées en équilibre pour frapper.

   Nous prenons la pleine initiative en livrant les batailles d’annihilation, qui rapportent des armes pour renforcer l’Armée populaire et infligent des pertes qui réduisent la force et affaiblissent le moral des forces ennemies.

   Nous avons un large choix de tactique, qui est plus complexe et plus imprévisible à l’ennemi qu’une embuscade de simple occasion, une incursion ou une opération d’arrestation, qui peut avoir sa propre complexité dans le déploiement de bloquer, de contenir et de rapprocher des unités. La tactique complexe à laquelle nous nous référons inclut ce qui suit : leurrer l’ennemi en profondeur et le conduire à notre zone du feu ; l’attirer dans un guet-apens ou harceler une force ennemie comme prélude à une plus grande frappe contre les renforts ; simuler d’attaquer l’Est afin d’attaquer l’Ouest ; pousser une force ennemie à sortir de sa base et détruire la base ; fatiguer la force ennemie en la laissant marcher profondément dans notre territoire et en l’attirant dans un guet-apens quand elle essaye de retourner à la base ; et ainsi de suite.

   Notre objectif principal est de mener et gagner des batailles d’annihilation contre les forces ennemies. Nous devons également mener des actions attritives qui servent à affaiblir et démoraliser les forces de l’ennemi. Celles-ci incluent d’attaquer le personnel ennemi par des équipes de tireur isolé ou des unités voltigeantes, utilisation d’explosifs contre les véhicules ennemis, brûler le carburant ennemi et des dépôts de moteur et ainsi de suite. Nous pouvons faire saigner le monstre à mort à partir des batailles d’annihilation et des actions attritives.

   Le progrès de notre guerre populaire par étapes et phases signifiera le progrès de notre tactique et technique militaires. Nous apprenons notre tactique du résumé et de l’analyse de nos expériences positives et négatives. Nous nous emparons des armes, du matériel de transmissions et d’autres formes de logistique de l’ennemi.

   Maintenant nous avons même accès au matériel électronique sophistiqué pour des communications et stockage et récupération d’information. Nous devons être stricts en employant ces derniers correctement dans nos communications, travail et offensives. Utilisé de manière irresponsable, le même équipement peut faciliter l’attaque sur nous par l’ennemi. Nous ne devons jamais négliger l’utilisation de formes plus primitives mais plus fiables de communication telles que le système de courrier reposant sur la base de masse et les alliances organisées.

Nous devons mener le travail politique pour recruter le personnel médical et d’autres professionnels et techniciens pour différents départements de l’Armée populaire et développer des alliances pour nous permettre d’avoir accès à de divers types de services professionnels et techniques. Nous devons favoriser la production par l’Armée populaire pour ses propres besoins et par le Peuple pour soutenir l’armée populaire et les familles de nos combattants rouges. Nous devons recueillir les contributions des travailleurs qui ont bénéficié ou vont tirer bénéfice des politiques du gouvernement et du mouvement révolutionnaires.

   Le gouvernement populaire a le pouvoir de taxation afin de contrôler et réguler les entreprises et les capitaux qui réalisent rentes et profits afin de rassembler les ressources pour la prestation des services sociaux si nécessaires pour les masses, y compris l’administration et le soutien des programmes de production, d’éducation, de santé, de la défense et du développement culturel. Quand certains groupes politiques et individus font des donations au gouvernement populaire, ceux-ci sont employés pour des buts sociaux et ne sont pas un paiement pour le droit de faire campagne ou de gagner une position dans les élections réactionnaires.

   Hormis des opérations de combat pour éliminer des unités des militaires, de la police et des groupes armés privés paramilitaires, nous devons effectuer des opérations pour arrêter pour jugement et punition les exploiteurs et les oppresseurs qui ont encouru des dettes de sang, les violateurs des droits de l’homme, les pilleurs, des voleurs de terres, les destructeurs de l’environnement et les gros fournisseurs de drogues interdites. Nous devons démanteler les organes réactionnaires de pouvoir politique et les entreprises anti-populaires qui saisissent la terre et détruisent l’environnement.

   Nous devons supprimer les oppresseurs et les exploiteurs incorrigibles de nos fronts de guérilla. Nous augmentons et consolidons le Pouvoir politique rouge en les éliminant ou en les chassant des fronts de guérilla. Nous devons nous préparer contre un accroissement ultérieur des forces d’intervention militaire US pendant que nous réussissons à avancer de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique. Nous devons être préparés contre l’agression militaire globale des USA.

Tirons profit des conditions de crise en intensifiant la guerre populaire !
Remplissons les conditions politiques sous la conduite du Parti !
Continuons la guérilla étendue et intensive !
Avançons de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique !
Menons en avant la révolution de Nouvelle Démocratie par la Guerre Populaire !

flechesommaire2