Le Peuple affrontera le régime Aquino à venir avec des revendications pressantes

Le Peuple affrontera le régime Aquino à venir avec des revendications pressantes

Parti Communiste des Philippines

13 mai 2010

   Avec les élections réactionnaires touchant à leur fin, il s’avère maintenant que l’Etat néo-colonial philippin sera dirigé désormais par Benigno “Noynoy” Aquino III.

   Une fois que Aquino assumera le pouvoir le 30 juin, le Peuple philippin sera attentif à affronter immédiatement sa présidence avec les questions les plus pressantes résultant des problèmes politiques et socio-économiques de base qu’il a souffert sous le système semi-colonial et semi-féodal putréfié actuel.

   La demande immédiate numéro un des masses philippines est la poursuite et la punition de Gloria Arroyo et de ses semblables pour tous les crimes qu’ils ont commis tandis qu’ils étaient au pouvoir.

   Elles exigent la justice pour les nombreux crimes de pillage comprenant l’affaire nationale du réseau ZTE, l’affaire IMPSA, l’escroquerie du boulevard Diosdado Macapagal, l’escroquerie des Fonds d’engrais, l’escroquerie de Fonds d’élevage de porcs, et plusieurs autres cas de pillage brut.

   Elles exigent la réparation des préjudices et la rémunération pour les nombreux crimes contre l’humanité et violations des Droits du Homme dans la conduite des Oplans Bantay Laya 1 et 2 du régime US-Arroyo. La justice est exigée par des avocats des droits de l’homme et les familles, les amis et les défenseurs des plus de mille victimes des massacres extrajudiciaires, des milliers d’autres illégalement arrêtés, torturés et détenus, enlevés et disparus, et des millions de victimes d’évacuation obligatoire, de pillage et de destruction de leurs maisons et fermes par les troupes fascistes sous son commandement.

   Toute hésitation de la part d’Aquino pour poursuivre, juger, arrêter et punir Arroyo et son espèce sera rondement rejetée par les personnes.

   Il reste la menace des plans de maintien au pouvoir d’Arroyo par la porte de derrière du Congrès en en prenant la présidence, d’affaiblir la branche exécutive, de poursuivre le changement de charte et de se replacer par la suite en tant que Premier ministre. Arroyo finance ses efforts de saisir le Speakership (présidence du Congrès) avec des milliards de pesos accumulés par le pillage. Elle comptera sur la fidélité des principaux officiers militaires, particulièrement du chef d’état-major nouvellement désigné le Gal. Delfin Bangit et ses autres généraux fidèles à la tête de l’AFP (force armée philippine), aussi bien que sa majorité de loyalistes à la Cour suprême, y compris le Juge suprême entrant Renato Corona, qu’elle vient de nommer.

   L’accession imminente d’Aquino à la présidence facilite de manière significative le retour au pouvoir du clan haciendero Aquino-Cojuangco. Sa présidence sera marquée par la demande de la paysannerie pour la réforme agraire véritable, y compris la mise au rebut de l’actuelle option fausse de distribution, la distribution immédiate aux cultivateurs des vastes propriétés de leur famille, et la justice aux victimes du massacre de Hacienda Luisita.

   Etant donné l’insistance du clan Aquino-Cojuangco à tenir ses positions sur Hacienda Luisita et le caractère évasif de Aquino lui-même concernant la question de la réforme de agraire véritable, sa présidence sera marquée par une croissance répandue dans tout le pays de la lutte révolutionnaire pour la réforme agraire véritable et l’émancipation de la paysannerie du servage féodal.

   Aquino et la clique des chambres de commerce étrangères menées par les EU, de grands propriétaires, grands compradores, le clan Aquino-Cojuangco et les pseudo-réformistes derrière lui sont porteurs de politiques néo-coloniales, féodales et élitiste.

   Face au tout ceci, le peuple philippin est déterminé à affronter la nouvelle présidence avec des demandes pressantes pour des réformes socio-économiques plus significatives. Elles exigent une fin, et une inversion, des politiques néo-libérales dictées par le FMI et obséquieusement mises en application par le régime US-Arroyo et les autres régimes avant lui. Il exige qu’on arrête d’ouvrir de vastes régions de superficies agricoles de la nation et ressources naturelles au pillage brut et à la destruction dévergondée des entreprises de l’impérialisme, des grands compradores et des grands capitalistes bureaucratiques.

   Il exige l’établissement de vraies industries nationales au lieu des zones de transformation pour l’exportation, des ateliers de misère et des entreprises de sous-traitance. Ils exigent la fin de la politique d’exportation de la main-d’œuvre, la création d’emplois nationaux solides au lieu des travaux occasionnels et contractuels, et la garantie d’une juste et suffisante augmentation des salaires pour couvrir la forte augmentation du coût de la vie. La continuation et la détérioration des crises internationale et nationale poussent les masses laborieuses des Philippines et les personnes appauvries à prendre le chemin de la lutte militante.

   Aquino sera également confronté à la demande patriotique des masses pour mettre un terme à la présence permanente des troupes militaires US aux Philippines et un terme aux traités militaires inégaux avec la superpuissance US. Les forces patriotiques et le peuple exigent la fin de l’intervention des troupes et des conseillers US dans les affaires militaires intérieures du pays, y compris le rôle des militaires US dans la conception et la planification des campagnes de l’AFP pour la suppression des forces anti-impérialistes, progressistes et démocratiques.

   L’impérialisme US maintient son intérêt en maintenant le système politique dirigeant et l’Etat néo-colonial stabilisés et, de ce fait, en fixant les intérêts économiques, politiques et militaires à long terme des USA dans les Philippines. L’impérialisme US a ainsi fait pression de toutes ses forces sur Arroyo et ses rivaux parmi les classes dirigeantes pour que les élections réactionnaires qui viennent de se conclure, semblent plus ordonnées et concluantes que le précédentes, dans l’espoir d’atténuer les contradictions entre les factions rivales des classes dirigeantes réactionnaires.

   La crise économique en approfondissement, les ressources d’État en diminution pour partager les bénéfices du pouvoir et l’étanchéité continue de leurs luttes de pouvoir, cependant, continuent à intensifier les contradictions et la violence entre les factions réactionnaires rivales. La crise du système politique dirigeant s’approfondira et grandira à mesure que Aquino essaiera d’assumer le pouvoir tandis que Arroyo continue à comploter les moyens de se perpétuer au pouvoir et d’éviter la poursuite et la punition.

   L’Etat réactionnaire de marionnettes continuera à être agité par les contradictions entre les classes dirigeantes et par l’intensification des luttes du Peuple.

   Les forces révolutionnaires sont face à une excellente occasion d’intensifier la lutte révolutionnaire. Elles sont déterminés à poursuivre sur le chemin de la guerre populaire pour avancer les aspirations nationales et démocratiques du Peuple philippin.

flechesommaire2