Se renforcer pour faire de grands progrès dans la guerre populaire pour la démocratie nouvelle

Se renforcer pour faire de grands progrès dans la guerre populaire pour la démocratie nouvelle

Parti Communiste des Philippines

26 décembre 2009

   Nous célébrons aujourd’hui avec une joie extrême le 41ème anniversaire de la fondation du Parti communiste des Philippines, comme détachement avancé révolutionnaire du prolétariat philippin sous la direction théorique du marxisme-léninisme-maoïsme.

   Nous sommes très satisfaits des victoires accumulées au long de cette période, ainsi que des récentes, remportées par le prolétariat et le peuple philippin sous la direction du Parti, dans le cadre de la nouvelle révolution démocratique par la guerre populaire prolongée. Nous saluons et félicitons tous nos cadres et membres et nous témoignons notre plus grand respect à nos martyrs et héros révolutionnaires pour avoir rendu nos victoires possibles.

   Nous avons prouvé depuis longtemps que, en poursuivant la ligne stratégique de la guerre populaire prolongée, nous pouvons construire par étapes, la puissance des forces révolutionnaires du peuple et surmonter les campagnes de répression brutale déclenchée par l’impérialisme américain et les classes locales exploiteuses des grands compradores et grands propriétaires. Dans ce processus, nous avons jusqu’ici construit le plus grand et le plus fort mouvement révolutionnaire du peuple philippin dans toute l’histoire des Philippines, depuis la révolution de 1896.

   Nous avons grandi en force et progressé précisément à travers la lutte révolutionnaire armée résolue et farouche, contre tout régime de violence contre-révolutionnaire dirigé et soutenu par l’impérialisme US. Nous ont résisté au cours des 14 ans de dictature fasciste de Marcos et sous tous les régimes suivants qui ont prétendu être libéraux et démocratiques, mais ont été tout aussi brutalement anti-nationaux et anti-démocratiques.

   Le régime actuel Arroyo restera dans l’histoire dans complète ignominie, pour ses crimes terribles commis contre le peuple. Il a totalement échoué à réaliser son rêve impossible, de détruire ou de réduire le mouvement révolutionnaire armé du peuple à l’inconséquence. Non seulement nous avons résisté et conservé nos forces contre les campagnes de répression de l’ennemi, mais nous avons également gagné en force et remporté des victoires retentissantes.

   Après plus de 40 années de guerre populaire couronnée de succès, nous jugeons de la plus haute importance aujourd’hui d’affirmer notre détermination à œuvrer dans les cinq prochaines années, pour réussir le grand progrès de l’étape de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique, répondant à toutes les exigences et sans sauter d’étape nécessaire. Nous pouvons nous attendre à des possibilités révolutionnaires encore plus grandes dans les dix prochaines années, si nous menons à bien les tâches et les plans pour les cinq prochaines années.

   Notre optimisme révolutionnaire est basé sur trois facteurs.

   La première est l’aggravation de la crise du système capitaliste mondial, qui est maintenant en proie à la pire crise depuis la Grande Dépression.

   La seconde est l’aggravation de la crise qui s’est accélérée et le pourrissement du système semi-colonial et semi-féodal au pouvoir.

   La troisième est les forces révolutionnaires du peuple dirigées par le Parti, qui sont beaucoup plus fortes maintenant qu’au début de la guerre de notre peuple en 1969, et qui ont la force et la masse critique suffisante pour mener à bien les tâches et les plans pour l’avancement de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique de la guerre du peuple, au cours des cinq prochaines années.

Le système capitaliste mondial dans les affres de la dépression

   Le système capitaliste mondial est dans un état de dépression économique. La crise économique et financière s’est étendue à travers le monde comme la peste depuis les pays impérialistes. Les plus dévastés économiquement et socialement sont les pays sous-développés. Mais les puissances impérialistes et leurs partisans continuent à appeler par euphémisme la situation d’une récession pure et continuent à se référer à une flambée sur le marché financier comme un signe de reprise.

   La crise de surproduction se poursuit sans relâche et continue d’être aggravée par la crise financière. Les usines continuent de réduire la production ou de fermer. Les masses laborieuses des ouvriers et des paysans, et même les couches sociales moyennes, continuent de souffrir de la perte d’emplois et de leurs logements, de la réduction des revenus, de la flambée des prix des denrées de base et des services sociaux et de la détérioration de l’infrastructure sociale. Le niveau de l’exploitation et de l’oppression va grandissant sur une échelle mondiale.

   Les États-Unis et les autres États impérialistes utilisent l’argent public par milliers de milliards de dollars pour renflouer les grandes banques et les sociétés dans le complexe militaro-industriel et dans le secteur des services. De nouvelles et plus grands bulles financières sont générées par l’utilisation des fonds de l’Etat pour les prêts et les subventions à la bourgeoisie monopoliste, en particulier à l’oligarchie financière. L’argent est utilisé uniquement à produire des bénéfices dans les bilans des grandes sociétés financières et industrielles et n’a pas abouti à la reprise économique réelle, en termes de création d’emplois et d’accroissement de la production et de la consommation.

   La crise économique et financière actuelle du système mondial capitaliste a été le résultat des crises récurrentes, accélérées et cumulatives, depuis que la bourgeoisie monopoliste et ses décideurs économiques ont été confrontés au phénomène de la stagnation et d’inflation concomitante comme résultat de la reconstruction des pays impérialistes ruinés par la Seconde Guerre mondiale, à la concurrence impérialiste intensifiée, à la hausse des coûts de la guerre froide et des guerres d’agression et à la gravité croissante de la crise de surproduction dans le système capitaliste mondial.

   Depuis lors, les États-impérialiste dirigés par les États-Unis ont accusé les travailleurs d’avoir causé la récession, en raison de ce qu’ils ont qualifié d’inflation des salaires et de dépenses sociales excessives par les gouvernements. Dans le même temps, ils ont occulté les coûts de la guerre froide, spécialement ceux de la production militaire, du déploiement de forces militaires à l’étranger et des guerres d’agression.

   Dans les décennies suivantes, ils ont adopté et mis en œuvre la politique de gel des salaires, de réduction des dépenses sociales, de privatisation des biens publics, la libéralisation des investissements et du commerce, la suppression des réglementations et dénationalisation des économies des pays sous-développés. Ils ont libéré l’avidité effrénée des banques impérialistes et des entreprises à faire leur proie des peuples du monde. Ainsi, ils ont sous-coté et comprimé le marché mondial loin de ce que le financement par emprunt peut couvrir et dissimuler.

   Après avoir perduré pendant plusieurs décennies, la politique “néo-libérale” ou de “libre” mondialisation des marchés s’est effondrée et a causé la ruine sociale généralisée à l’échelle mondiale. Elle continue à dominer la pensée des décideurs des États impérialistes. Elle sert d’abord les grandes banques et les entreprises contre la demande du peuple pour la reprise économique, l’emploi, l’aide sociale et la réhabilitation. Ainsi, la grave crise actuelle du système capitaliste mondial continue de se dégrader et est vouée à persister pendant un long moment.

   La bourgeoisie monopoliste cherche à transmettre le fardeau de la crise aux travailleurs dans les métropoles de l’impérialisme, mais beaucoup plus à ceux dans les pays sous-développés. Les puissances impérialistes et leurs marionnettes continuent d’extraire de nouveaux sur-profits de ceux déjà ruinés par la crise. Nous observons donc aujourd’hui les premières manifestations de la résistance des peuples à la fois dans les pays impérialistes et les pays sous-développés.

   Dans les pays impérialistes, la bourgeoisie monopoliste livre une lutte de classes féroce contre le prolétariat et pousse le prolétariat à se défendre en menant du côté juste, la lutte des classes. Elle cherche toujours plus à diviser et à confondre les travailleurs en agitant l’hystérie anti-terroriste, le chauvinisme, le racisme, le fascisme et le fanatisme religieux et la haine des peuples hôtes contre les migrants. Cependant, les partis et mouvements révolutionnaires se dressent pour exposer les racines de la crise dans le capitalisme monopoliste et réveiller les gens qui travaillent à la lutte des classes.

   Les peuples soumis à des niveaux toujours croissante d’exploitation et d’oppression se livrent à diverses formes de résistance contre les puissances impérialistes et leurs marionnettes locales. Ceux qui sont victimes de l’agression impérialiste mènent une résistance armée de libération nationale, comme en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, en Palestine et au Liban. Des mouvements de libération nationale dirigée par des maoïstes et d’autres partis révolutionnaires gagnent en force et progressent, comme en Inde, aux Philippines, au Népal, en Turquie, au Pérou et en Colombie.

   Des gouvernements comme ceux de Corée du Nord, Cuba, Venezuela et Bolivie ont pris des positions anti-impérialistes et ont invoqué l’indépendance nationale en réponse à la clameur du peuple pour la résistance à l’impérialisme et à ses agents les plus réactionnaires. Ces gouvernements, comme ceux de la Chine et la Russie tentent de collaborer avec l’alliance des puissances impérialistes menée par les USA, tout en coopérant en même temps avec l’Iran et d’autres gouvernements qui sont soumis à des sanctions et des embargos par les États-Unis et leurs alliés impérialistes.

   Les puissances impérialistes sont toujours unies pour opprimer les peuples et les nations du monde et dans la transmission de la charge de la crise à ceux-ci. Mais ils sont aussi conduits, par l’avidité impérialiste et par la crise, à la concurrence et mènent les uns avec les autres une lutte pour rediviser le monde pour les ressources de matières premières et la main-d’œuvre bon marché, les marchés, les domaines d’investissement, les sphères d’influence et les points stratégiques de contrôle.

   La restauration complète du capitalisme dans les pays dirigés auparavant par des régimes révisionniste a ajouté la Russie et la Chine au rang des grandes puissances capitalistes et a rendu le monde de plus en plus étroit pour la concurrence inter-impérialiste. Les États-Unis ont poussé l’OTAN à s’étendre aux frontières de la Russie et à menacer et rechercher le contrôle de cette énorme source de pétrole, de gaz et d’autres matières premières stratégiques. Bien que la Chine soit reconnue comme le principal partenaire des États-Unis dans la politique de “libre marché” de la mondialisation, les contradictions entre eux sur des sujets majeurs sont en pleine croissance.

   La trahison du socialisme provoquée par la montée du révisionnisme moderne et le plein rétablissement du capitalisme dans les anciens pays révisionnistes, a contribué de manière importante à l’intensification de contradictions inter-impérialistes et à générer les conditions pour des guerres d’agression et l’utilisation des armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive. Les menaces posées par l’impérialisme à l’existence même de l’humanité semblent imparables. Mais elles peuvent être efficacement combattue par un mouvement de masse révolutionnaire du peuple, les guerres civiles révolutionnaires et les guerres populaires de libération nationale.

   Les États-Unis et l’OTAN sont si agressif que la Chine et la Russie s’estiment eux-mêmes menacés et développent ainsi l’Organisation de Coopération de Shanghai en un puissant bloc de sécurité. Presque toutes les régions du monde, telles que le Moyen-Orient, l’Asie centrale, l’Asie du Sud, l’Asie de l’Est, les Balkans, en Europe orientale, en Amérique latine et l’Afrique sont concernées par le danger de guerre.

   L’intensification des contradictions inter-impérialistes, a déjà abouti à des guerres d’agression et d’intervention militaire, comme dans les Balkans, en Afrique, en Asie centrale et du Sud et au Moyen-Orient. Celles-ci ont été menés sous l’initiative des États-Unis, de ses alliés de l’OTAN et ses principaux partenaires au Conseil de sécurité des Nations unies. La pulsion insatiable des États-Unis et de ses plus proches alliés de l’OTAN à monopoliser les ressources de pétrole et autres matières premières et de subordonner la Russie et la Chine perturbe l’équilibre des forces entre les puissances impérialistes.

   Les puissances impérialistes sont frénétiquement engagés dans des guerres d’agression et de pillage des ressources naturelles, causant des désastres à la fois sociaux et environnementaux majeure. Les guerres d’agression ont entraîné de lourdes pertes parmi la population, la destruction de l’infrastructure sociale et la pollution de l’environnement par l’utilisation, entre autres, des déchets radioactifs et armes de destruction massive toxiques. Le pillage aveugle des ressources naturelles par les monopoles axés sur le profit a été un facteur majeur dans la destruction écologique qui a causé typhons, inondations, sécheresses et autres catastrophes plus destructrices que jamais.

   Les puissances impérialistes sont les plus grands destructeurs et pollueurs de l’environnement, comme à plaisir, ils pillent et utilisent abusivement les ressources naturelles de la planète. Ils font semblant d’être préoccupés par la destruction de l’environnement et le problème du réchauffement de la planète afin de détourner l’attention des problèmes de l’exploitation sociale, de la fabrication des armes de destruction massive et des guerres d’agression. Ils manipulent la question de l’environnement et du réchauffement planétaire, afin de justifier le contrôle impérialiste et l’exploitation de ressources de la planète.

   Une plus grande agitation sociale et un plus grand désordre politique dans tous les continents et dans presque tous les pays sont en perspective. D’année en année, les États-Unis continueront d’être affectés par la crise économique et seront aspirés dans bourbiers de nouvelles agressions militaires et d’interventions. Ce sont des conditions favorables aux forces révolutionnaires du peuple philippin, dans l’avancement de la lutte du peuple pour la démocratie nouvelle du stade de la défensive stratégique à celui de l’équilibre stratégique.

Accélération de la pourriture du système de décision interne

   Sous le poids de la crise du système capitaliste mondial et en raison de ses propres faiblesses internes, le pourrissement du système semi-féodal et semi-colonial est accélérée dans les domaines économique, social, politique et culturel. Le système pourri et injuste en crise chronique, est mûr pour être renversé et remplacé par un système démocratique du Peuple.

   La politique impérialiste du “libre marché” et de la mondialisation a grossièrement déformé et a rendu l’économie des Philippines plus déséquilibrée que jamais. L’économie est essentiellement agraire et semi-féodale et ne produit pas suffisamment de nourriture pour le peuple. Ceci est le résultat du déversement des surplus agricoles par les pays impérialistes et quelques pays voisins. On est obligé de réduire la production alimentaire pour faire place à la production de certaines cultures commerciales pour l’exportation et pour servir les objectifs du contrôle impérialiste.

   L’agriculture, les mines, les forêts et les ressources marines de notre pays sont actuellement exploitées pour l’exportation à un rythme rapide et à moindre prix. Il n’y a pas de développement économique par l’industrialisation nationale et la réforme agraire. L’échange inégal des exportations de matières premières et des importations de produits manufacturés persiste. Les ressources naturelles du pays sont pillées alors même que les impérialistes et les réactionnaires locaux versent des larmes de crocodile sur le manque de développement et la destruction de l’environnement.

   Les revenus provenant de la réexportation des produits semi-manufacturés à la faible valeur ajoutée et l’exportation de main-d’œuvre à bon marché n’ont pas été suffisants pour couvrir le solde des paiements de plus en plus les déficitaire. Ainsi, la dette extérieure continue de s’alourdir. La demande réduite de matières premières, produits semi-finis et travailleurs étrangers sous contrat inflige la ruine économique et de la dévastation sociale sur les Philippines.

   Les masses laborieuses des ouvriers et des paysans et même les couches sociales moyennes souffrent d’une augmentation du taux de chômage, de la chute drastique des revenus et de la flambée des prix des denrées de base et des services sociaux. Le fardeau fiscal grandit colossalement, même si l’économie est déprimée et l’infrastructure sociale et les services sociaux se dégradent. Le service de la dette (paiements d’intérêts et l’amortissement du principal) et les dépenses militaires engloutissent l’essentiel du budget du gouvernement. La misère sociale et le mécontentement alimentent des protestations de masse et la guerre du peuple contre l’exploitation et l’oppression.

   Le régime US-Arroyo a suivi la politique américaine de guerre globale contre la terreur et réalisé le plan Bantay Laya depuis 2001 dans le but d’intimider et d’attaquer les larges masses de la population, en particulier les forces de l’opposition légale et des forces révolutionnaires. Il a perpétré de flagrantes et systématiques violations des droits humains, frappant les travailleurs et les paysans ainsi que les militants des droits sociaux dans les rangs des femmes et des jeunes, les professionnels et religieux. En conséquence, le régime est isolé au niveau national et au niveau mondial par ses propres crimes et par l’indignation et la résistance du peuple.

   Le terrorisme d’État soutenu par les Etats-Unis a été déclenché avec une combinaison des forces militaires, paramilitaires et de police et les armées privées et les organismes de sécurité afin de briser les syndicats et les grèves et déplacer des millions de paysans et de minorités nationales de leurs maisons et de leurs fermes. Le massacre Ampatuan de 58 personnes en moins d’une heure est emblématique des crimes commis en toute impunité, sur une grande échelle, par la combinaison de la police militaire et des forces paramilitaires au service du régime violent et corrompu, elle est révélatrice de la violence croissante des rivalités politiques entre les politiciens réactionnaires aux niveaux national et local.

   Les larges masses de la population et un large front uni des forces d’opposition se liguent contre le régime Arroyo. La clameur pour la chute de la clique dirigeante Arroyo monte depuis des années contre sa fantocherie, sa corruption, sa brutalité et son mensonge. Mais la clique a de plus en plus utilisé les appareils de coercition de l’État pour éliminer ses opposants et la résistance du peuple. Beaucoup de ses adversaires ne peuvent espérer obtenir justice qu’après que la clique ait été écartée du pouvoir.

   Toutefois, en essayant d’anticiper la poursuite de ses crimes graves contre le peuple, la clique Arroyo utilise désespérément les ressources de l’Etat pour se livrer à la fraude électorale et au terrorisme. Les craintes sont répandues qu’elle a l’intention de déclarer la loi martiale à l’échelle nationale ou dans un certain nombre de régions clés en revendiquant un échec des élections, et de ce fait, de se perpétuer au pouvoir. Elle ne peut qu’enflammer la résistance du peuple en suivant le chemin de la dictature fasciste de Marcos.

   En tout cas, la crise politique du système dominant s’aggrave en raison de la crise économique et sociale. Les contradictions entre les réactionnaires sont de plus en plus âpre et violente. Quelle que soit la clique réactionnaire qui gagne en puissance, elle aurait tendance à monopoliser le butin bureaucratique et à utiliser les instruments de la violence d’Etat dans la répression de l’opposition intra-systémique et du mouvement révolutionnaire du peuple.

   Les principaux partis politiques et coalitions en lice pour les postes dans les élections de 2010, à l’exception de Makabayan, esquivent ou même s’opposent à la demande du peuple pour l’indépendance nationale et une véritable démocratie et ne critiquent et répudient pas le “marché libre” de la mondialisation et la politiqued’instigation US de terreur contre le peuple. Le parti Lakas Kampi de la clique dirigeante s’accroche à ses politiques discréditées antinationale et antidémocratique. Les principaux partis d’opposition, comme le Parti libéral et le Partido ng Masang Pilipino se concentrent sur faire semblant d’être une bonne gouvernance, pour se dissocier de la corruption scandaleuse du régime Arroyo.

   Quelle que soit la clique réactionnaire qui prend le pouvoir par le processus électoral, elle est prédisposée à suivre le même chemin que le régime Arroyo. Elle prendra le pouvoir sous la dictée des Etats-Unis et des classes d’exploiteurs locaux et utilisera son pouvoir pour s’enrichir et déployer les appareils de coercition de l’État pour réprimer l’opposition.

   Parmi les quatre principaux candidats présidentiels, l’ancien président du Sénat Villar semble être le plus patriotique et progressiste dans la mesure où il défend les intérêts des entrepreneurs philippins, exprime de la sympathie pour les ouvriers et les paysans et condamne les violations des droits humains. Toutefois, il reste à voir s’il peut gagner, et prouver qu’il vaut mieux que ses principaux rivaux politiques qui ont battu des records sanglants pour s’opposer aux revendications des travailleurs et des paysans, comme Aquino de Hacienda Luisita notoriété, Teodoro le chien fou secrétaire à la Défense d’Arroyo et Estrada dans un registre belliqueux lors de sa présidence ratée.

   Jusqu’à présent, dans l’histoire du système semi-féodal et semi-colonial, chaque président a fait des courbettes à la puissance de l’impérialisme américain et a cherché à amasser des richesses et du pouvoir d’auto-agrandissement contre les droits et les intérêts du peuple.Aucun président n’a jamais eu la volonté politique d’entreprendre des réformes importantes qui répondent à la demande du peuple pour l’indépendance nationale et la démocratie véritable, ni n’a utilisé les négociations de paix en vue de forger des accords avec le mouvement révolutionnaire sur les réformes sociales, économiques et politiques en tant que base pour une solution de paix juste.

   Nous pouvons anticiper que, quelle que soit la nouvelle clique dirigeante réactionnaire qui découle des élections de 2010, il continuera à appliquer des mesures draconiennes en dénaturant les actes révolutionnaire comme crimes de droit commun, comme des actes de terrorisme ou comme passibles de la réclusion perpétuelle. Elle mènera des campagnes de répression militaire contre les forces révolutionnaires du peuple philippin y compris ceux du Bangsamoro. Il ferait semblant d’être en négociations de paix et d’essayer d’utiliser ces pas pour parvenir à des accords sur des réformes de fond avec le Front national démocratique des Philippines, mais simplement pour tromper et abuser les gens et détruire le mouvement révolutionnaire.

   Une nouvelle clique dirigeante est tenue de continuer à autoriser les Etats-Unis à déployer des troupes militaires aux Philippines en vertu du pacte de défense mutuelle US-RP et du Visiting Forces Agreement et sous des prétextes divers, y compris les soi-disant anti-terrorisme, anti-drogue, l’intervention humanitaire , l’action civique, le secours aux sinistrés, la mission médicale et autres. Le terrain est préparé pour de plus en plus d’intervention militaire et d’agression pure et simple, surtout sous le prétexte de combattre le terrorisme en désignant les révolutionnaires philippins et bangsamoro comme des « terroristes ».

   L’aggravation de la crise du système dominant obligerait la future clique dirigeante soit à l’escalade de la violence contre-révolutionnaire, soit à demander la trêve et l’alliance avec les forces révolutionnaires contre les Etats-Unis et les pires réactionnaires locaux, si en premier lieu le mouvement révolutionnaire armé monte en puissance , fournit des coups mortels sur les points faibles du système de pouvoir et avance à un nouveau et plus haut stade de développement.

   Nous pouvons tirer pleinement parti de la crise socio-économique et politique du système de décision afin de nous renforcer, de mener toutes les formes de la lutte révolutionnaire et de faire de grands progrès dans la guerre de notre peuple. On ne peut espérer la libération nationale et sociale que si les gens conquièrent le pouvoir pour sa réalisation. Le pouvoir du peuple ne peut naître que par la lutte révolutionnaire contre l’impérialisme américain et les classes locales exploiteuses.

Bases et tâches actuelles pour un grand progrès

   À sa fondation en 1968, le Parti communiste des Philippines avait seulement une poignée de cadres et de membres et quelques milliers de militants dans divers types d’organisations de masse. Mais depuis, nous, en tant que Parti, avons été en mesure de diriger le mouvement révolutionnaire de masse et de le faire croître par étape, de petit et faible à grand et fort parce que nous avons profité des conditions objectives favorables pour faire la révolution et avons adopté et mis en œuvre la ligne correcte dans l’idéologie, la politique et l’organisation.

   Nous avons poursuivi la ligne idéologique du marxisme-léninisme-maoïsme, la ligne politique de la révolution de nouvelle démocratie par la guerre populaire prolongée et la ligne d’organisation du centralisme démocratique. Nous avons accumulé une riche expérience et des connaissances fiables, acquis de la force idéologique, politique et organisationnelle, et avons remporté de grandes victoires au cours de toutes les formes de lutte révolutionnaire.

   Notre force actuelle comme Parti est notre base pour mener à bien nos tâches et nos plans, pour faire avancer la révolution de démocratie nouvelle et la guerre du peuple du stade de la défensive stratégique à celui de l’équilibre stratégique dans les cinq prochaines années.

   Nous avons des milliers de cadres et de membres du Parti avec la possibilité d’effectuer des travaux dans l’enseignement théorique et politique. Ils peuvent propager la théorie du marxisme-léninisme-maoïsme et nos travaux sur l’histoire des Philippines et la situation actuelle. Ils peuvent diriger les niveaux de base, intermédiaires et avancés de l’éducation du Parti partout où c’est possible dans les zones urbaines et les zones rurales. Ils peuvent s’assurer que les membres de notre Parti saisissent les positions, point de vue et la méthode marxiste-léniniste. Ils peuvent former des cadres pour diriger les travaux à tous les niveaux de notre organisation du Parti et dans les différents domaines de notre travail.

   Nous devons proposer et mener à bien un projet éducatif pour produire suffisamment de cadres et de membres du Parti, qui peuvent diriger les travaux à partir du niveau local et au-dessus et qui ont la volonté d’établir et de développer le Parti et les organisations de masse là où il n’en existe pas encore. La multiplication de nos cadres du Parti et membres, formés et ancrés dans le marxisme-léninisme-maoïsme, rend notre parti toujours plus indestructible et victorieux.

   Nous devons avoir un plan politique d’ensemble, pour développer et consolider le mouvement révolutionnaire de masse dans les zones urbaines et rurales. À cette fin, nous avons des dizaines de milliers de cadres et membres du Parti pour diriger les travaux de masse. Leur devoir est de susciter, organiser et mobiliser les masses laborieuses des ouvriers et des paysans et le reste de la population le long de la ligne de la révolution de nouvelle démocratie par la guerre populaire prolongée. Nous avons une large et profonde base de masse en train de travailler dans les millions de personnes de la population du pays.

   Nous pouvons avancer vague par vague à partir de notre base de masse existante. Les branches locales et comités dirigeants du Parti conduisent les organisations de masse. Celles-ci peuvent être construites bien plus en avance sur l’expansion de la NPA. Elles préparent la voie à la NPA et la création des organes temporaires, puis réguliers du pouvoir politique. A tous les niveaux, le Parti et la NPA peuvent déployer des équipes de combattants rouges pour le travail de masse.

   Notre Parti a la Nouvelle armée populaire comme principale organisation de lutte contre l’ennemi, pour la construction du mouvement de masse dans les campagnes, instituant les organes du pouvoir politique et le renforcement de l’alliance de base entre la classe ouvrière et la paysannerie. Nous avons des milliers de commandants et combattants rouges capable d’atteindre immensément plus que ne pouvait les 60 combattants rouges originels que nous avions en 1969.

   Notre parti est la tête et le cœur de la NPA. Il grandit avec l’expansion de la NPA et assure sa consolidation. Nous tirons nos recrues du Parti des rangs des combattants rouges et de la masse des militants. Nous devons intensifier le recrutement et la formation politico-militaire des combattants rouges sous la direction de notre Parti.

   Nous devons avoir un plan visant à augmenter le nombre de commandants et combattants rouges, les unités de la NPA et les fronts de la guérilla de l’ordre de 120 à 180 en vue de couvrir les districts ruraux et d’acquérir l’aptitude à déployer des unités de partisans armés urbains dans les quartiers des villes. L’augmentation des fronts de la guérilla peut être faite d’une manière et à un rythme au cours de laquelle les unités embryonnaires de la NPA (BE ces équipes, des escadrons ou pelotons) peuvent tirer leur force de la base de masse dans les zones d’expansion.

   Le processus d’expansion vers l’objectif de 180 fronts de la guérilla se traduira par le renforcement du Parti et du commandement NPA au niveau du front de guérilla (district), province et région. Des bases territoriales relativement stables, apparaîtront sur différentes échelles territoriales, en fonction de la croissance du Parti, de la NPA, de la base de masse et des organes du pouvoir politique et bien sûr de la destruction et désintégration du pouvoir politique de l’ennemi dans les localités.

   Nous devons continuer à mener une guerre intensive et extensive de guérilla sur la base d’un élargissement et un approfondissement continu de la base de masse. Nous devons intensifier nos tactiques offensives tout en nous élargissant et en approfondissant notre base de masse. Comme une évidence, les forces de l’ennemi réagiront à nos offensives en se concentrant sur ces fronts de la guérilla où nous sommes estimés comme étant fort et en déclenchant des campagnes brutales de la répression. Mais comme les forces ennemies sont extrêmement limitées sur l’échelle nationale et régionale, nous pouvons maintenir notre initiative en employant des tactiques souples de concentration pour aller sur une offensive, de retraite pour échapper à une force ennemie supérieure en nombre et de dispersion pour mener des travaux de masse.

   La Commission militaire du Comité Central est chargée de décider et publier les directives les plus stratégiques et les plans. Chaque niveau de commandement opérationnel doit fournir les informations nécessaires et les recommandations ainsi que les rapports à leurs organes respectifs supérieurs. Dans leurs champs d’application territoriaux respectifs, ils peuvent formuler et publier des directives précises et des plans opérationnels pour les tactiques offensives, visant à attaquer les points faibles de l’ennemi et saisir des armes dans le processus.

   Les armes pour armer de nouvelles unités de la NPA au niveau du district, province et région doivent être obtenues principalement à partir de l’ennemi par des embuscades, raids et autres opérations. La saisie d’armes de l’ennemi permettra d’accélérer l’augmentation de l’initiative, la coordination et la coopération des unités de la NPA à l’échelle provinciale et régionale.

   Pour permettre à la NPA de lancer des campagnes offensive avec de courtes périodes de repos entre les batailles, il faut une base de masse sans cesse croissante, dans laquelle les organisations de masse et les organes locaux du pouvoir politique peuvent s’engager dans des campagnes et des activités spécifiques visant à améliorer les préoccupations sociales, économique, de santé et culturelles du peuple.

   La campagne pour la réforme agraire doit être menée à bien afin de gagner le soutien indéfectible des paysans pauvres, ouvriers agricoles et paysans moyens-pauvres. Le programme minimum de réforme foncière peut être élevé plus haut, vers le niveau maximum, en fonction de la force de la NPA et du mouvement paysan. La campagne d’organisation de masse, d’éducation publique, d’augmenter la production, les soins de santé, la défense, la culture et de résoudre les contradictions au sein du peuple doivent être poursuivis.

   La milice du peuple doit exercer les fonctions de police et les organisations de masse doivent entraîner des unités en charge de l’auto-défense. La NPA ne peut se renforcer qu’en ayant un nombre beaucoup plus grand de personnes dans les milices et les unités d’auto-défense, qui peuvent servir comme auxiliaires et en tant que forces de réserve. Le front, les unités provinciales et régionales de la NPA, qui servent de centres de gravité et / ou de forces de frappe, peuvent se déplacer plus vite et devenir plus efficace avec l’assistance des organes du pouvoir politique, des organisations de masse et des unités de guérilla locale, des milices populaires et des unités d’auto-défense dans leurs domaines respectifs de responsabilité.

   Comme il a été exposé dans l’application du Plan Bantay Laya et des précédents plans nationaux opérationnels de l’ennemi, le nombre de forces de l’ennemi disponible pour les campagnes de répression contre la NPA à la campagne est limité par rapport à la population et au pays tout entier. Il ne peut pas couvrir plus de 10% du terrain à chaque moment donné. Inversement, la NPA peut se déplacer librement dans plus de 90% du territoire philippin. Le nombre des effectifs ennemis au combat peuvent être encore plus limité par la montée du militantisme du mouvement des masses urbaines et par les combats fratricides entre les fractions réactionnaires sous la forme de menaces de coup d’Etat et contre-coup d’Etat l’un contre l’autre.

   La NPA peut prendre l’initiative de développer une guerre de partisans armés dans les ville et lancer des opérations spéciales contre les installations ennemies et les entreprises anti-populaires afin d’obliger les forces ennemies à veiller dessus et de mettre davantage les troupes sur la défensive. Le mouvement des unités ennemies peuvent être entravés par les opérations de sapeurs, des mines, des tireurs isolés et d’autres opérations de petite équipe. Celles-ci semblent être de simples coups d’épingle, mais ont une portée considérable effet démoralisant sur les troupes ennemies.

   La NPA doit cibler l’arrestation et le procès des violateurs des droits de l’homme, du droit international humanitaire et du code pénal du gouvernement démocratique du peuple. Il faut travailler à démanteler les plantations d’extrême exploitation, les entreprises d’exploitation forestière à l’exportation, l’exploitation minière et autres opérations qui prennent les terres du peuple et détruisent l’environnement. Le démantèlement peut être accompli en désactivant l’équipement, ce qui décourage le personnel de gestion avant de lancer des offensives tactiques contre les gardes armés. Plus de terres doivent être mis à disposition pour la réforme agraire et la production alimentaire.

   Dans notre première décennie d’expansion du Parti de 1968 à 1977, notre Comité central a créé et utilisé les comités régionaux du Parti en tant qu’instrument clé pour l’organisation du Parti, de la NPA et du mouvement armé révolutionnaire de masse à l’échelle nationale. Les comités régionaux actuels du Parti doivent se renforcer ainsi que les comités provinciaux directement sous eux. À leur tour, les comités de district doit renforcer les comités municipaux ou de section directement sous eux. Nous devons garder à l’esprit que, quand un niveau supérieur de direction du Parti travaille dur pour renforcer le niveau immédiatement inférieur, la base du Parti est finalement renforcée.

   Nous devons avoir un plan d’organisation pour augmenter le nombre de cadres et de membres du Parti aux fins de la réalisation du grand progrès de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique. Nous avons besoin d’au moins 200.000 membres du Parti pour cela.

   Nous devons être au cœur de l’armée du peuple et conduire les travaux dans les localités depuis l’échelon barrio et dans les organisations de masse, les entreprises économique et les institutions culturelles. La force de l’organisation que nous souhaitons développer pour le grand progrès au cours des cinq prochaines années, seront la base du progrès encore plus grand au cours des cinq années encore après.

   Nous avons une large gamme de sources pour nos recrues du Parti. Cela comprend l’armée du peuple et les organisations de masse. A partir de ces sources, notre Parti doit mettre l’accent sur le recrutement des militants de masse les plus avancés de la classe ouvrière, de la paysannerie et de la petite bourgeoisie urbaine. En vagues successives de progrès, nous devons nous assurer que nous avons la force de masse et les divers types de capacités des cadres nécessaires pour gagner la révolution.

   Nous devons refondre et tremper l’ensemble de nos cadres et membres du Parti à travers l’éducation révolutionnaire, le travail dur et pénible de lutte dans les zones rurales et urbaines. Nous devons encourager les travailleurs et les jeunes instruits à servir dans l’armée du peuple et à la campagne. Nous avons besoin des révolutionnaires prolétariens les plus conscients et les plus compétents dans les campagnes, afin de faire avancer la lutte du peuple et en même temps se préparer à la saisie ultime du pouvoir politique.

   Nous sommes convaincus de remplir les conditions idéologiques, politiques et organisationnelles requises pour notre Parti, afin d’atteindre le grand progrès de la défensive stratégique à l’équilibre stratégique dans les cinq prochaines années. Nous devons saisir chaque minute, chaque jour et chaque semaine pour la réalisation des plans et des tâches qui nous sont assignés.

   La crise du système mondial capitaliste et du système de décision local, et la souffrance et les cris du peuple pour faire avancer la révolution démocratique nouvelle dans le sens du socialisme et du communisme, nous invitent à faire de notre mieux et à réaliser tout notre possible à chaque phase et étape du lutte.

flechesommaire2