Un féminisme de classe ?

Un féminisme de classe ?

Tjen Folket

   Nous sommes pour un féminisme prolétarien. Mais c’est peut-être un concept un peu flou pour certains. Que signifie « prolétarien » et quelle est la différence entre le féminisme prolétarien et le « féminisme » ?

   Quel genre de lutte pour les femmes devons-nous mener ? La lutte des femmes est, comme pour la plupart des choses, liée à la classe. La manière dont nous vivons nos vies, comment nous travaillons et gagnons de l’argent, ainsi que notre position dans la hiérarchie sociale affecte notre façon de penser nos opinions sur les choses. Cela influence également le type de lutte des femmes que nous souhaitons. Il y a une lutte des femmes liée à toutes les classes principales de la société, une lutte des femmes liée au féminisme bourgeois, au féminisme petit-bourgeois et au féminisme prolétarien.

Féminisme bourgeois

   Le féminisme de la bourgeoisie est le féminisme de ceux qui sont au pouvoir. La Norvège est un pays impérialiste, donc son féminisme est de type impérialiste. Le féminisme bourgeois défend le système social d’aujourd’hui et fait partie du mouvement de diffusion du capitalisme et de l’impérialisme. Qu’est-ce que l’impérialisme ? L’impérialisme est le fait que les grandes entreprises traversent les frontières nationales et deviennent d’énormes monopoles. L’impérialisme est le fait que de grandes puissances impérialistes maintiennent la pauvreté dans de grandes parties du monde. L’impérialisme est le fait que le pouvoir de certaines entreprises et de certains États continue de croître alors que d’autres sont éliminés ou n’ont pas la chance de croître.1http://tjen-folket.no/sentralt/view/10645 L’impérialisme est la raison pour laquelle vous pouvez lire que la richesse de huit hommes est plus grande que la moitié la plus pauvre du monde.2https://www.nrk.no/urix/atte-milliardaerer-eier-mer-enn-halve-verden-1.13324217 L’impérialisme est le fait que les femmes pauvres au Bangladesh travaillent 12 heures par jour pour produire des vêtements pour les femmes dans les régions occidentales du monde.3http://www.aftenposten.no/norge/Her-sys-vare-billigklar-117966b.html L’impérialisme est le système du monde aujourd’hui. Les féministes bourgeoises ne s’en rendent pas compte, et ne s’en soucient guère. Les féministes bourgeoises veulent faire la guerre à l’Afghanistan pour « aider » les femmes.

Le fardeau de la femme blanche

   Le féminisme bourgeois considère la civilisation occidentale comme le centre du monde et le présente avant tout. Les féministes bourgeoises méprisent et sont heureusement racistes contre les personnes d’autres pays et cultures, et fondent ce racisme sur le fait que la culture occidentale est plus civilisée, développée et amicale envers les femmes. Elles utilisent la lutte des femmes pour mettre la Norvège ou l’Occident au-dessus des autres. Elles généralisent et se méfient des autres et constatent rapidement l’oppression des femmes dans d’autres pays, à condition qu’elles puissent accuser « l’ennemi ». Elles veulent sauver les femmes d’autres pays de leur culture et des hommes là-bas. Elles appartiennent à la tradition du « fardeau de l’homme blanc », mais la remplacent plutôt par « le fardeau de la femme blanche ». Cela est également lié à leur position privilégiée, car elles ont peu de problèmes par rapport aux femmes des classes inférieures. Pourtant, les femmes bourgeoises sont également discriminées. Elles font l’expérience de la culture masculine dans les organismes puissants de la société, dans les entreprises privées, dans l’État et dans les conseils d’administration et les directions. Elles font plus de ménage. Elles sont affectées par la tyrannie de la beauté, du viol et de la violence. Par conséquent, elles sont également motivées par la lutte des femmes. Néanmoins, leur féminisme est un féminisme pour obtenir le pouvoir dans le capitalisme, c’est le féminisme d’Hillary Clinton, c’est le féminisme de faire en sorte que les femmes soient au même niveau que les hommes dans le capitalisme. Ce féminisme n’est pas le féminisme dominant dans les organisations de femmes en Norvège, bien que l’on puisse trouver des individus qui en sont caractérisés au sein des organisations. Ce féminisme caractérise principalement les femmes au pouvoir – les femmes qui travaillent sous la direction de l’État, dirigées par des partis politiques et des entreprises, dans des ONG (organisations non gouvernementales) d’autres pays, aux Nations unies, celles qui travaillent à répandre les intérêts norvégiens et le capitalisme, qu’elles revendiqueront eux-mêmes comme étant le meilleur pour le monde. Une féministe bourgeoise pensera que c’est un pas en avant en tant que femme de pouvoir siéger au conseil d’administration d’une entreprise qui exploite lourdement les femmes dans d’autres parties du monde. Avant, c’était un privilège réservé aux hommes. Mais, comme l’a dit Engels, sous le capitalisme, chaque progrès est relativement en retrait.4Engels – L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État

Féminisme petit-bourgeois

   Le féminisme petit-bourgeois est plus fragile. La plupart des féministes petites-bourgeoises veulent briser l’oppression des femmes mais peuvent rarement prendre position contre l’impérialisme et l’État. C’est la forme du féminisme à laquelle la plupart des organisations féministes norvégiennes appartiennent aujourd’hui. Elles analysent bien les systèmes sociaux, reconnaissent la lutte de classe et sont souvent inspirées par le socialisme. Elles sont capables de critiquer le système mais ne peuvent pas prendre clairement position contre la propriété privée, contre l’impérialisme et contre l’État. Par exemple, elles peuvent critiquer les structures sociales qui soutiennent le patriarcat et travailler à les modifier, mais sans voir que les structures sociales sont basées sur des structures économiques.

   D’autres estiment que la « structure du pouvoir de genre » est la base de l’oppression des femmes, tandis que le marxisme est basé sur la propriété privée et que la création de cette structure, avec la famille et l’État, est la base des structures sociales. Que les structures soient oppressives est un problème, mais le marxisme explique pourquoi.

   Les féministes petites-bourgeoises sont souvent dépendantes de l’État, travaillant dans un certain nombre de cas pour l’État et se trouvant donc dans une position intermédiaire où elles voient et analysent la répression mais ne peuvent s’en séparer. Elles consistent aussi en un mélange de personnes et ne veulent pas rejeter les féministes bourgeoises. Cela est dû à la conviction que l’oppression des femmes est la contradiction fondamentale du monde. Par conséquent, certaines pensent que « toutes les femmes » devraient former une alliance, même si, dans la pratique, elles vont dans le sens de la perspective des femmes les plus opprimées. Parmi certaines féministes qui considèrent la question du genre comme la principale contradiction dans le monde, nous pouvons voir une réticence à attaquer les bellicistes comme Hillary Clinton ou les racistes comme Sylvi Listhaug et Siv Jensen. Ce n’est pas un tel féminisme que nous pouvons soutenir. Le féminisme bourgeois fait obstacle à la lutte contre la plus grande menace envers les femmes du monde: l’impérialisme. Cela amène certaines organisations féministes à ne plus avoir que des politiques de réformisme, de culture ou de mode de vie. La lutte culturelle est correcte. Mais c’est plus que la culture qui ne va pas, car la culture est le résultat du système. Cela signifie que si la lutte culturelle ne parvient pas à changer les bases du système, cela ne réussira pas. Les batailles avec les luttes des femmes liées à la culture, telles que la culture du viol, le sexisme, la publicité à l’aérographe et la libération sexuelle, sont bonnes. Mais nous avons besoin d’un féminisme qui fait plus que cela. Nous avons besoin d’un féminisme qui voit que le capitalisme et l’État suppriment les femmes qui veulent se soulever dans une lutte militante contre cela. Un féminisme qui place les femmes les plus réprimées au centre et qui attaque sans crainte les hommes et les femmes dans des postes où ils pratiquent la répression.

Le féminisme prolétarien

   Le prolétariat est une classe composée de travailleurs, de personnes avec un salaire relativement bas, qui ne possèdent pas les moyens de production, qui sont dans une situation de subordination dans leur travail ou complètement exclues du marché du travail. Le féminisme prolétarien est révolutionnaire. Un féminisme pour les femmes travailleuses et exploitées du monde entier doit être révolutionnaire. L’impérialisme réprime les femmes à travers le monde. Nous voulons une organisation de femmes rouges, basée sur la situation des femmes opprimées et luttant avant tout pour celles-ci – sans crainte de repousser les bourgeois, sans craindre d’attaquer l’État et l’impérialisme norvégien. Au contraire, cela devrait être la tâche principale. Une organisation de femmes révolutionnaires est basée sur l’oppression des femmes avec la propriété privée, et c’est ce qui constitue la base de l’assujettissement des femmes. L’organisation des femmes devrait déboucher sur une mobilisation politique, la mobilisation révolutionnaire des femmes. Anuradha Ghandy a écrit sur le fait que le soulèvement armé et l’organisation armée en Inde signifiaient que les femmes avaient la confiance nécessaire pour s’organiser, ce qui a mené à l’une des plus grandes organisations de femmes en Inde5http://tjen-folket.no/Sentralt/view/12255. Cela peut aussi aller dans l’autre sens : en organisant les femmes pour défendre leurs droits, la conscience politique augmentera et elles prendront une plus grande part à toutes les luttes.

   Les analyses politiques en Norvège ne sont pas inhabituellement aveugles pour l’impérialisme. Beaucoup de féministes n’ont aucun problème à voir l’oppression à laquelle les femmes sans permis de séjour sont exposées en Norvège, les femmes victimes de la traite ou vendant leur corps. La plupart des féministes condamneront le fait que les femmes au Bangladesh travaillent pour un bas salaire alors qu’elles produisent des vêtements pour les femmes en Norvège. Mais la conséquence de ceci, une lutte des femmes révoltées, nous n’en avons aucun exemple en Norvège aujourd’hui. Ce féminisme doit s’appuyer sur notre solidarité avec les travailleuses de tous les pays, en particulier dans les pays qui sont réprimés par l’impérialisme. Un exemple expliquant pourquoi cela est important est expliqué par une travailleuse qui coud des textiles à Azmeri, au Bangladesh. On lui a demandé si nous devions payer des prix plus élevés pour les produits que nous achetons. « Ça n’a pas vraiment d’importance », répond-elle. « Le propriétaire de l’usine prendrait simplement une part plus importante des bénéfices. »6http://www.aftenposten.no/norge/Her-sys-vare-billigklar-117966b.html Elle est très claire sur qui a le pouvoir de décider des salaires, des prix et à qui profite ces bénéfices. Un certain nombre de sociétés facturent plus cher des biens sans que les travailleurs y soient effectivement mieux payés. L’augmentation des prix va aux propriétaires d’entreprise, alors que les entreprises l’utilisent pour que les acheteurs se sentent mieux. Nous devons voir à travers de telles illusions et combattre le système qui facilite ce type d’exploitation des travailleurs.

flechesommaire2

Notes   [ + ]