Directives pour les opérations de la campagne de Houai-Hai

Directives pour les opérations de la campagne de Houai-Hai1Télégramme rédigé par le camarade Mao Zedong  pour la Commission militaire révolutionnaire du Comité central du Parti et adressé aux Armées de Campagne de la Chine de l’Est et des Plaines centrales ainsi qu’aux Bureaux du Comité central du Parti communiste chinois dans ces deux régions. La campagne de Houai-Hai fut l’une des trois grandes campagnes décisives de la Guerre de Libération du Peuple chinois. Cette campagne fut menée conjointement par les Armées de Campagne de la Chine de l’Est et des Plaines centrales et les troupes locales de ces deux régions. Au cours de cette campagne, le Kuomintang perdit au total plus de 555.000 hommes. Les directives formulées par le camarade Mao Zedong dans ce télégramme conduisirent à un succès complet; la campagne se déroula même dans des conditions encore plus favorables que prévu, et la victoire en fut d’autant plus rapide et plus grande. A la suite de cette campagne, Nankin, capitale du gouvernement réactionnaire du Kuomintang, se trouva sous la menace directe de l’Armée populaire de Libération. La campagne de Houai-Hai se termina le 10 janvier 1949, et le 21 janvier Tchiang Kaï-chek annonça qu’il “se retirait”. Dès lors, la clique réactionnaire régnante du Kuomintang à Nankin fut en pleine débâcle.4La campagne de Houai-Hai fut une des campagnes décisives de l’Armée populaire de Libération. Elle se déroula sur un vaste territoire situé dans les provinces du Kiangsou, du Chantong, de l’Anhouei et du Honan, ayant Siutcheou pour centre et s’étendant de Haitcheou à l’est, jusqu’à Changkieou à l’ouest, et de Lintcheng (dont le nom actuel est Siuétcheng) au nord, jusqu’au Houaiho au sud. Les forces du Kuomintang massées sur ce théâtre d’opérations comprenaient 5 groupes d’armées et les troupes de 3 Zones de Pacification — soit les 4 groupes d’armées et les troupes de 3 Zones de Pacification sous les ordres de Lieou Tche et de Tou Yu-ming, respectivement commandant et commandant adjoint du Quartier général du Kuomintang pour “l’extermination des bandits”, à Siutcheou, et le groupe d’armées commandé par Houang Wei, venu plus tard en renfort de la Chine centrale. L’Armée populaire de Libération engagea dans cette campagne des effectifs de plus de 600.000 hommes, dont 16 colonnes de l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, 7 colonnes de l’Armée de Campagne des Plaines centrales et les troupes locales de la Région militaire de la Chine de l’Est, de la Région militaire des Plaines centrales et de la Région militaire du Hopei-Chantong-Honan (qui faisait alors partie de la Région militaire de la Chine du Nord). La campagne dura soixante-cinq jours, du 6 novembre 1948 au 10 janvier 1949; 22 corps d’armée, soit 56 divisions des troupes d’élite du Kuomintang (dont 4 et demie se révoltèrent et passèrent de notre côté), d’un effectif total de 555.000 hommes, furent complètement anéantis, et 2 groupes d’armées, venant en renfort de Nankin et commandés par Lieou Jou-ming et Li Yen-nien, furent repoussés. Le résultat de cette campagne fut la libération quasi-complète des territoires situés au nord du Yangtsé, dans la Chine de l’Est et les Plaines centrales. La campagne se déroula en trois phases. Au cours de la première phase, du 6 au 22 novembre, l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, opérant en liaison avec l’Armée de Campagne des Plaines centrales, encercla et anéantit le groupe d’armées de Houang Po-tao dans le secteur Sinantchen-Nientchouang, à l’est de Siutcheou; Houang Po-tao lui-même fut tué, tandis qu’étaient libérés de vastes territoires de part et d’autre de la ligne de chemin de fer Longhai à l’est de Nientchouang, de part et d’autre de la section comprise entre Siutcheou et Pengpou de la ligne de chemin de fer Tientsin-Poukeou, ainsi qu’à l’ouest et au nord de Siutcheou. Dans le secteur Taieultchouang-Tsaotchouang, 3 divisions et demie de la IIIe Zone de Pacification du Kuomintang, avec un effectif total de plus de23.0 hommes, se révoltèrent et passèrent de notre côté. Au cours de la deuxième phase, du 23 novembre au 15 décembre, l’Armée dé Campagne des Plaines centrales, opérant en liaison avec le gros de l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, encercla et anéantit le groupe d’armées de Houang Wei dans la région de Chouangtoueitsi, au sud-ouest de Souhsien, faisant prisonniers Houang Wei et Wou Chao-tcheou, respectivement commandant et commandant adjoint de ce groupe d’armées; une division se révolta et passa de notre côté. En même temps, nos troupes anéantirent le groupe d’armées de Souen Yuan-liang qui s’enfuyait de Siutcheou en direction de l’ouest. Seul Souen Yuan-liang parvint à s’échapper. Au cours de la troisième phase, du 6 au 10 janvier 1949, l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, opérant en liaison avec l’Armée de Campagne des Plaines centrales, encercla et anéantit dans le secteur Tsinglongtsi-Tchenkouantchouang, au nord-est de Yongtcheng, les 2 groupes d’armées de Kieou Tsing-tsiuan et de Li Mi, dirigés personnellement par Tou Yu-ming, et qui s’enfuyaient de Siutcheou en direction de l’ouest. Tou Yu-ming fut fait prisonnier, Kieou Tsing-tsiuan fut tué, seul Li Mi parvint à s’échapper. Ainsi s’acheva victorieusement la grande campagne de Houai-Hai.

Mao Zedong

11 octobre 1948

Au sujet des dispositions à prendre en vue de la campagne de Houai-Hai, voici quelques points soumis à votre considération.

1. Comme tâche centrale pendant la première phase de cette campagne, concentrer des forces pour anéantir le groupe d’armées de Houang Po-tao, faire une percée au centre et prendre Sinantchen, la station ferroviaire de Yunho, Tsaopatsi, Yihsien, Tsaotchouang, Lintcheng, Hantchouang, Chouyang, Peihsien, Tantcheng, Taieultchouang, Linyi et d’autres lieux. Pour atteindre ces objectifs, utiliser 2 colonnes pour l’anéantissement de chaque division ennemie, c’est-à-dire utiliser au total 6 à 7 colonnes pour scinder et anéantir les 25e, 63e et 64e divisions ennemies. Utiliser 5 à 6 colonnes pour intercepter et anéantir les renforts ennemis. Utiliser une à 2 colonnes pour anéantir une brigade de Li Mi dans la région de Lintcheng-Hantchouang et s’efforcer d’occuper ces deux villes a?n de faire peser du nord une menace sur Siutcheou, de sorte que les 2 groupes d’armées placés sous le commandement de Kieou Tsing-tsiuan et de Li Mi n’osent se porter en renfort à l’est avec tous leurs effectifs. Disposer une colonne et des formations locales dans le Chantong du Sud-Ouest pour effectuer une attaque de flanc contre la section du chemin de fer comprise entre Siutcheou et Changkieou, afin de contenir une partie du groupe d’armées de Kieou Tsing-tsiuan (3 divisions placées sous le commandement de Souen Yuan-liang s’apprêtant à se diriger vers l’est, il convient que Lieou Po-tcheng, Tchen Yi et Teng Siao-ping disposent immédiatement leurs troupes pour attaquer la ligne Tchengtcheou-Siutcheou, afin de contenir le groupe d’armées de Souen Yuan-liang). Utiliser une à 2 colonnes pour des opérations dans la région de Soutsien-Soueining-Lingpi, afin de contenir le groupe d’armées de Li Mi. Ces dispositions signifient qu’il faudra employer plus de la moitié de nos effectifs à contenir les 2 groupes d’armées commandés par Kieou Tsing-tsiuan et Li Mi, à intercepter leurs attaques et à en anéantir une partie, avant de pouvoir atteindre notre objectif qui est d’anéantir les 3 divisions du groupe d’armées de Houang Po-tao. Ces dispositions sont, dans leurs grandes lignes, identiques à celles qui avaient pour objectif la prise de Tsinan et la mise en déroute des renforts ennemis2“La prise de Tsinan et la mise en déroute des renforts ennemis” fait allusion à la méthode de combat utilisée par l’Armée populaire de Libération lors de la bataille de Tsinan à la mi-septembre 1948. Tsinan était une position stratégique du Kuomintang dans la région du Chantong, tenue par une garnison forte de plus de110.0 hommes appartenant à la IIe Zone de Pacification du Kuomintang. De plus,23 brigades des forces principales du Kuomintang (soit quelque 170.000 hommes) disposées dans la région de Siutcheou, étaient prêtes à tout moment à se porter en renfort à Tsinan. Notre Armée de Campagne de la Chine de l’Est forma un groupe de 7 colonnes pour assaillir la ville, et un groupe de 8 colonnes pour mettre en déroute les renforts ennemis. L’assaut général contre Tsinan fut donné dans la nuit du 16 septembre 1948. Le 24 septembre, après huit jours et huit nuits de combats ininterrompus, la garnison ennemie fut complètement anéantie (un corps d’armée se révolta et passa de notre côté), et Wang Yao-wou, commandant de la IIe Zone de Pacification du Kuomintang, fut fait prisonnier. Nos forces prirent Tsinan avec une telle rapidité que les troupes ennemies de Siutcheou n’osèrent pas se porter vers le nord au secours de Tsinan. au mois de septembre; faute de quoi il sera impossible d’anéantir les 3 divisions du groupe d’armées de Houang Po-tao. S’efforcer d’achever cette première phase dans les deux à trois semaines qui suivront le début de la campagne.

2. Au cours de la deuxième phase, utiliser approximativement 5 colonnes pour attaquer et anéantir l’ennemi dans la région qui englobe Haitcheou, Sinpou, Lienyunkang et Kouanyun et occuper ces villes. Il est à présumer que, lors de cette phase, les 54e et 32e divisions ennemies seront très probablement amenées par mer de Tsingtao dans la région de Haitcheou-Sinpou-Lienyunkang3En fait, ces 2 divisions ennemies n’osèrent pas s’y porter en renfort.. Il y aura dans cette région au total 3 divisions ennemies, dont une se trouve déjà sur place, c’est pourquoi nous devrons utiliser 5 colonnes pour les attaquer et utiliser le reste de nos forces (de nos forces principales) pour immobiliser les 2 groupes d’armées commandés par Kieou Tsing-tsiuan et Li Mi, toujours selon le principe des dispositions qui avaient pour objectif la prise de Tsinan et la mise en déroute des renforts ennemis au mois de septembre. S’efforcer aussi d’achever cette phase en deux à trois semaines.

3. Au cours de la troisième phase, il est à supposer que la bataille se livrera du côté de Houaiyin-Houaian. L’ennemi aura à ce moment-là accru ses effectifs d’environ une division (la 8e division réorganisée est en route de Yentai vers le sud); par conséquent, nous devrons aussi être prêts à engager environ 5 colonnes dans l’attaque et à utiliser le reste de nos forces principales pour attaquer et immobiliser les renforts ennemis. Cette phase nécessitera aussi deux à trois semaines environ.

Les trois phases demanderont au total environ un mois et demi à deux mois.

4. Vous aurez à terminer la campagne de Houai-Hai en l’espace de deux mois, soit novembre et décembre. Mettez au repos, instruisez et consolidez vos troupes en janvier prochain. De mars à juillet, vous aurez à combattre en coordination avec Lieou Po-tcheng et Teng Siao-ping pour acculer l’ennemi dans les points situés le long de la rive opposée du Yangtsé, où il se retranchera. En automne prochain, le gros de vos forces livrera probablement des combats pour la traversée du Yangtsé.

flechesommaire2

Notes

1 Télégramme rédigé par le camarade Mao Zedong  pour la Commission militaire révolutionnaire du Comité central du Parti et adressé aux Armées de Campagne de la Chine de l’Est et des Plaines centrales ainsi qu’aux Bureaux du Comité central du Parti communiste chinois dans ces deux régions. La campagne de Houai-Hai fut l’une des trois grandes campagnes décisives de la Guerre de Libération du Peuple chinois. Cette campagne fut menée conjointement par les Armées de Campagne de la Chine de l’Est et des Plaines centrales et les troupes locales de ces deux régions. Au cours de cette campagne, le Kuomintang perdit au total plus de 555.000 hommes. Les directives formulées par le camarade Mao Zedong dans ce télégramme conduisirent à un succès complet; la campagne se déroula même dans des conditions encore plus favorables que prévu, et la victoire en fut d’autant plus rapide et plus grande. A la suite de cette campagne, Nankin, capitale du gouvernement réactionnaire du Kuomintang, se trouva sous la menace directe de l’Armée populaire de Libération. La campagne de Houai-Hai se termina le 10 janvier 1949, et le 21 janvier Tchiang Kaï-chek annonça qu’il “se retirait”. Dès lors, la clique réactionnaire régnante du Kuomintang à Nankin fut en pleine débâcle.
2 “La prise de Tsinan et la mise en déroute des renforts ennemis” fait allusion à la méthode de combat utilisée par l’Armée populaire de Libération lors de la bataille de Tsinan à la mi-septembre 1948. Tsinan était une position stratégique du Kuomintang dans la région du Chantong, tenue par une garnison forte de plus de110.0 hommes appartenant à la IIe Zone de Pacification du Kuomintang. De plus,23 brigades des forces principales du Kuomintang (soit quelque 170.000 hommes) disposées dans la région de Siutcheou, étaient prêtes à tout moment à se porter en renfort à Tsinan. Notre Armée de Campagne de la Chine de l’Est forma un groupe de 7 colonnes pour assaillir la ville, et un groupe de 8 colonnes pour mettre en déroute les renforts ennemis. L’assaut général contre Tsinan fut donné dans la nuit du 16 septembre 1948. Le 24 septembre, après huit jours et huit nuits de combats ininterrompus, la garnison ennemie fut complètement anéantie (un corps d’armée se révolta et passa de notre côté), et Wang Yao-wou, commandant de la IIe Zone de Pacification du Kuomintang, fut fait prisonnier. Nos forces prirent Tsinan avec une telle rapidité que les troupes ennemies de Siutcheou n’osèrent pas se porter vers le nord au secours de Tsinan.
3 En fait, ces 2 divisions ennemies n’osèrent pas s’y porter en renfort.
4 La campagne de Houai-Hai fut une des campagnes décisives de l’Armée populaire de Libération. Elle se déroula sur un vaste territoire situé dans les provinces du Kiangsou, du Chantong, de l’Anhouei et du Honan, ayant Siutcheou pour centre et s’étendant de Haitcheou à l’est, jusqu’à Changkieou à l’ouest, et de Lintcheng (dont le nom actuel est Siuétcheng) au nord, jusqu’au Houaiho au sud. Les forces du Kuomintang massées sur ce théâtre d’opérations comprenaient 5 groupes d’armées et les troupes de 3 Zones de Pacification — soit les 4 groupes d’armées et les troupes de 3 Zones de Pacification sous les ordres de Lieou Tche et de Tou Yu-ming, respectivement commandant et commandant adjoint du Quartier général du Kuomintang pour “l’extermination des bandits”, à Siutcheou, et le groupe d’armées commandé par Houang Wei, venu plus tard en renfort de la Chine centrale. L’Armée populaire de Libération engagea dans cette campagne des effectifs de plus de 600.000 hommes, dont 16 colonnes de l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, 7 colonnes de l’Armée de Campagne des Plaines centrales et les troupes locales de la Région militaire de la Chine de l’Est, de la Région militaire des Plaines centrales et de la Région militaire du Hopei-Chantong-Honan (qui faisait alors partie de la Région militaire de la Chine du Nord). La campagne dura soixante-cinq jours, du 6 novembre 1948 au 10 janvier 1949; 22 corps d’armée, soit 56 divisions des troupes d’élite du Kuomintang (dont 4 et demie se révoltèrent et passèrent de notre côté), d’un effectif total de 555.000 hommes, furent complètement anéantis, et 2 groupes d’armées, venant en renfort de Nankin et commandés par Lieou Jou-ming et Li Yen-nien, furent repoussés. Le résultat de cette campagne fut la libération quasi-complète des territoires situés au nord du Yangtsé, dans la Chine de l’Est et les Plaines centrales. La campagne se déroula en trois phases. Au cours de la première phase, du 6 au 22 novembre, l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, opérant en liaison avec l’Armée de Campagne des Plaines centrales, encercla et anéantit le groupe d’armées de Houang Po-tao dans le secteur Sinantchen-Nientchouang, à l’est de Siutcheou; Houang Po-tao lui-même fut tué, tandis qu’étaient libérés de vastes territoires de part et d’autre de la ligne de chemin de fer Longhai à l’est de Nientchouang, de part et d’autre de la section comprise entre Siutcheou et Pengpou de la ligne de chemin de fer Tientsin-Poukeou, ainsi qu’à l’ouest et au nord de Siutcheou. Dans le secteur Taieultchouang-Tsaotchouang, 3 divisions et demie de la IIIe Zone de Pacification du Kuomintang, avec un effectif total de plus de23.0 hommes, se révoltèrent et passèrent de notre côté. Au cours de la deuxième phase, du 23 novembre au 15 décembre, l’Armée dé Campagne des Plaines centrales, opérant en liaison avec le gros de l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, encercla et anéantit le groupe d’armées de Houang Wei dans la région de Chouangtoueitsi, au sud-ouest de Souhsien, faisant prisonniers Houang Wei et Wou Chao-tcheou, respectivement commandant et commandant adjoint de ce groupe d’armées; une division se révolta et passa de notre côté. En même temps, nos troupes anéantirent le groupe d’armées de Souen Yuan-liang qui s’enfuyait de Siutcheou en direction de l’ouest. Seul Souen Yuan-liang parvint à s’échapper. Au cours de la troisième phase, du 6 au 10 janvier 1949, l’Armée de Campagne de la Chine de l’Est, opérant en liaison avec l’Armée de Campagne des Plaines centrales, encercla et anéantit dans le secteur Tsinglongtsi-Tchenkouantchouang, au nord-est de Yongtcheng, les 2 groupes d’armées de Kieou Tsing-tsiuan et de Li Mi, dirigés personnellement par Tou Yu-ming, et qui s’enfuyaient de Siutcheou en direction de l’ouest. Tou Yu-ming fut fait prisonnier, Kieou Tsing-tsiuan fut tué, seul Li Mi parvint à s’échapper. Ainsi s’acheva victorieusement la grande campagne de Houai-Hai.