La tactique de la lutte contre l’impérialisme japonais

LA TACTIQUE DE LA LUTTE CONTRE L’IMPERIALISME JAPONAIS1Rapport présenté par le camarade Mao Tsé-toung à la Conférence des Militants actifs du Parti, à Wayaopao, dans le nord du Chensi, à l’issue de la réunion du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois tenue dans la même localité en décembre 1935. La réunion, l’une des plus importantes qu’eût jamais convoquées le Comité central, critiqua l’opinion erronée, alors répandue dans le Parti, selon laquelle la bourgeoisie nationale chinoise ne saurait être un allié des ouvriers et des paysans dans la lutte contre le Japon, et elle décida d’adopter la tactique de front uni national. A la lumière des décisions du Bureau politique, le camarade Mao Tsé-toung expliqua de façon détaillée la possibilité et l’importance d’établir, dans les conditions de la résistance au Japon, un nouveau front uni avec la bourgeoisie nationale; il souligna la portée décisive du rôle dirigeant que devaient jouer le Parti communiste et l’Armée rouge au sein de ce front uni, indiqua le caractère de longue durée de la révolution chinoise, critiqua le sectarisme étroit de “porte close” et l’impatience dans la révolution qui existaient depuis longtemps au sein du Parti et qui furent les causes essentielles des sérieux revers essuyés par le Parti et l’Armée rouge au cours de la Deuxième guerre civile révolutionnaire. En même temps, le camarade Mao Tsé-toung attira l’attention du Parti sur la leçon historique de la défaite essuyée par la révolution en 1927 et provoquée par l’opportunisme de droite de Tchen Tou-sieou, et il montra que Tchiang Kaï-chek s’efforcerait à coup sûr de miner les forces de la révolution. Il mit ainsi notre Parti en état de garder la tête froide dans la nouvelle situation, de conserver intactes les forces révolutionnaires en dépit des intrigues incessantes et des attaques armées répétées auxquelles Tchiang Kaï-chek eut recours. A la réunion élargie du Bureau politique du Comité central du Parti, tenue en janvier 1935 à Tsouenyi, dans le Koueitcheou, une nouvelle direction au Comité central, ayant à sa tête le camarade Mao Tsé-toung, avait remplacé l’ancienne direction opportuniste “de gauche”. Cependant, du fait que la réunion s’était tenue pendant la Longue Marche de l’Armée rouge, elle s’était bornée à prendre des décisions sur les questions militaires les plus urgentes et sur des questions d’organisation du Secrétariat et de la Commission militaire révolutionnaire du Comité central. C’est seulement après que l’Armée rouge eut atteint le Chensi du Nord, à l’issue de la Longue Marche, que le Comité central du Parti eut la possibilité d’aborder systématiquement les divers problèmes de tactique dans le domaine politique. Ce sont ces problèmes de tactique politique que le camarade Mao Tsé-toung soumet à une analyse exhaustive dans ce rapport.

Mao Zedong

27 décembre 1935

LES PARTICULARITES DE LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE

   Camarades! De grands changements sont intervenus dans la situation politique. Notre Parti a défini ses tâches en fonction de ces changements.

   Quelle est donc la situation actuelle?

   Elle se caractérise principalement par les efforts de l’impérialisme japonais pour transformer la Chine en une colonie.

   Nous savons tous que depuis près d’un siècle la Chine est un pays semi-colonial placé sous la domination conjointe de plusieurs Etats impérialistes. Grâce à la lutte du peuple chinois contre l’impérialisme et aux conflits entre les puissances impérialistes, la Chine a pu conserver un statut semi-indépendant. Pour un temps, la Première guerre mondiale avait donné à l’impérialisme japonais la possibilité d’établir sa domination exclusive sur la Chine. Cependant, par suite de la lutte du peuple chinois contre l’impérialisme japonais et de l’intervention des autres puissances impérialistes, les Vingt et une Demandes3Le 18 janvier 1915, les impérialistes japonais présentèrent au gouvernement chinois de Yuan Che-kai leurs Vingt et une Demandes; le 7 mai suivant, ils lui envoyèrent un ultimatum exigeant qu’une réponse leur fût donnée dans les quarante-huit heures. Ces Demandes se divisaient en cinq parties. Les quatre premières étaient les suivantes: transfert au Japon des droits que l’Allemagne s’était arrogés dans le Chantong et concession de nouveaux droits dans cette province; concession en Mandchourie méridionale et en Mongolie orientale des droits de location et de possession des terres, du droit d’y séjourner, d’y exercer une activité industrielle et commerciale, ainsi que du droit exclusif d’y construire des voies ferrées et d’y exploiter les ressources minières; transformation des Aciéries de Hanyéping en société mixte sino-japonaise; acceptation par la Chine de l’obligation de ne pas concéder à une tierce puissance des ports et des îles du littoral chinois. La cinquième partie comprenait les exigences du Japon concernant le contrôle, en Chine, des affaires politiques, financières et militaires ainsi que de la police et le droit pour le Japon de construire les lignes ferroviaires vitales reliant entre elles les provinces du Houpei, du Kiangsi et du Kouangtong. Yuan Che-kai donna satisfaction à toutes ces demandes à l’exclusion de celles de la cinquième partie, à propos desquelles il déclara que “l’accord interviendrait plus tard”. Mais l’opposition unanime du peuple chinois contre ces demandes en empêcha la réalisation., ce traité que Yuan Che-kai2Chef de la clique des seigneurs de guerre du Peiyang dans les dernières années du règne de la dynastie des Tsing. Après que celle-ci eut été renversée en 1911, il s’appuya sur les forces armées de la contre-révolution, tabla sur le soutien de l’impérialisme et utilisa la tendance au compromis de la bourgeoisie — qui dirigeait alors la révolution — pour s’emparer de la présidence de la République et constituer le premier gouvernement des seigneurs de guerre du Peiyang, gouvernement représentant les intérêts des grands propriétaires fonciers et de la grande bourgeoisie compradore. Comme il aspirait à devenir empereur, il accéda en 1915, afin de s’assurer le soutien de l’impérialisme japonais, aux vingt et une demandes par lesquelles le Japon visait à exercer un contrôle exclusif sur la Chine. En décembre 1915 éclata dans le Yunnan un soulèvement dirigé contre Yuan Che-kai qui s’était fait proclamer empereur. Ce soulèvement trouva de nombreux échos dans tout le pays. Yuan Che-kai mourut à Pékin en juin 1916., le plus grand traître à la nation de l’époque, avait signé et qui livrait la Chine au Japon, furent déclarées nulles et non avenues. En 1922, un traité signé à la conférence des neuf puissances4En novembre 1921, le gouvernement des Etats-Unis convoqua à Washington une conférence de neuf puissances, comprenant, en plus des Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal et le Japon. Il s’y déroula une lutte pour l’hégémonie en Extrême-Orient entre les Etats-Unis et le Japon. Le 6 février 1922, un traité fut conclu entre les neuf puissances, sur la base du principe, avancé par les Etats-Unis, de la “chance égale pour toutes les nations en Chine” ou de la “porte ouverte”. Ce traité visait à assurer la domination conjointe de la Chine par les puissances impérialistes, en frayant la voie, en fait, à la conquête de la Chine par les seuls impérialistes américains au détriment du Japon, qui s’efforçait également d’assurer sa domination exclusive sur la Chine., convoquée à Washington par les Etats-Unis, plaça de nouveau la Chine sous la domination conjointe de plusieurs Etats impérialistes. Mais peu après, la situation changea encore une fois. Avec l’incident du 18 septembre 19315Le 18 septembre 1931, l’“Armée du Kouantong” des forces japonaises, stationnée dans la Chine du Nord-Est, s’empara de Chenyang. Obéissant à l’ordre de “non-résistance absolue” donné par Tchiang Kaï-chek, les troupes chinoises cantonnées à Chenyang et ailleurs dans le Nord-Est (l’Armée du Nord-Est) se retirèrent au sud de la Grande Muraille, permettant ainsi aux forces japonaises d’occuper rapidement les provinces du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang. Le peuple chinois appela cet acte d’agression des bandits japonais l’Incident du 18 Septembre. commença la colonisation actuelle de la Chine par le Japon. Comme l’agression japonaise se limitait provisoirement aux quatre provinces du Nord-Est6Les quatre provinces du Nord-Est étaient alors le Liaoning, le Kirin, le Heilongkiang et le Jéhol, qui correspondent actuellement aux provinces du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang, à la partie nord-est du Hopei située au nord de la Grande Muraille, et à la partie est de la Région autonome de Mongolie intérieure. Après l’Incident du 18 Septembre, les forces d’agression japonaises s’emparèrent d’abord du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang, et occupèrent plus tard, en 1933, le Jéhol., certains pensèrent que les impérialistes japonais n’iraient probablement pas plus loin. Aujourd’hui, la situation est tout autre: les impérialistes japonais ont déjà laissé voir leur intention de pousser plus au sud, au-delà de la Grande Muraille, et d’occuper le pays tout entier. Ils s’efforcent maintenant de faire de toute la Chine, qui est encore une semi-colonie partagée entre plusieurs Etats impérialistes, une colonie du Japon. Le récent Incident du Hopei oriental7Le 25 novembre 1935, à l’instigation des Japonais, le traître Yin Jou-keng, membre du Kuomintang, constitua un gouvernement fantoche — qui prit le nom d’“Administration autonome anticommuniste du Hopei oriental” — contrôlant vingtdeux districts de l’est du Hopei. Cet événement fut appelé Incident du Hopei oriental. et les conversations diplomatiques8Il s’agit des conversations diplomatiques entre le gouvernement de Tchiang Kaï-chek et le gouvernement japonais au sujet de ce que l’on appelle les “Trois principes de Hirota”, c’est-à-dire les “Trois principes de conduite à l’égard de la Chine” formulés par Hirota, alors ministre des Affaires étrangères du Japon. Ils se résument ainsi: 1) répression, par la Chine, de tout mouvement antijaponais; 2) établissement d’une coopération économique entre la Chine, le Japon et le “Mandchoukouo”; 3) défense commune de la Chine et du Japon contre le communisme. Le 21 janvier 1936, Hirota déclara à la Diète japonaise que le gouvernement chinois “avait accepté les trois principes formulés par l’Empire”. sont des indices très clairs de cette tendance des événements, qui met en danger l’existence même du peuple chinois. Une telle situation pose à toutes les classes, à tous les groupements politiques de la Chine la question “Que faire?” Résister? Capituler? Ou balancer entre les deux solutions?

   Voyons maintenant comment les différentes classes en Chine répondent à cette question.

   Les ouvriers et les paysans réclament la résistance. La révolution de 1924-19279Cette révolution, connue également sous le nom de Première guerre civile révolutionnaire, était une lutte anti-impérialiste et antiféodale menée conjointement par le Parti communiste chinois et le Kuomintang, et qui eut pour contenu principal l’Expédition du Nord. Après avoir consolidé sa base d’appui dans le Kouangtong, l’Armée révolutionnaire constituée par les deux partis marcha vers le nord en juillet 1926 pour mener une expédition punitive contre les seigneurs de guerre du Peiyang que soutenaient les impérialistes. Avec l’appui chaleureux des larges masses d’ouvriers et de paysans, elle réussit à occuper, au cours du deuxième semestre de 1926 et du premier semestre de 1927, la majeure partie des provinces dans les bassins du Yangtsé et du fleuve Jaune. Alors que la révolution progressait avec succès, les deux cliques réactionnaires au sein du Kuomintang, ayant respectivement Tchiang Kaï-chek et Wang Tsing-wei pour chefs de le (elles représentaient les intérêts de la bourgeoisie compradore et de la classe des despotes locaux et des mauvais hobereaux), firent, avec l’aide des impérialistes, deux coups d’Etat contre-révolutionnaires, l’un en avril, l’autre en juillet 1927. Les idées de droite au sein du Parti communiste chinois, dont le représentant était Tchen Tou-sieou, ayant dégénéré en une ligne capitulationniste, le Parti et le peuple ne purent organiser une résistance efficace contre l’attaque lancée brusquement par les cliques réactionnaires du Kuomintang, ce qui fit échouer la révolution., la révolution agraire de 1927 à nos jours10Cette révolution, connue également sous le nom de Deuxième guerre civile révolutionnaire, était une lutte menée de 1927 à 1937 par le peuple chinois sous la direction du Parti communiste chinois et ayant pour objectif principal l’instauration et l’extension du pouvoir rouge, le développement de la révolution agraire et la résistance armée contre la domination réactionnaire du Kuomintang. et la vague antijaponaise qui déferle depuis l’Incident du 18 Septembre 1931 montrent que la classe ouvrière et la paysannerie sont les forces les plus résolues de la révolution chinoise.

   La petite bourgeoisie réclame également la résistance. La jeunesse étudiante et la petite bourgeoisie urbaine n’ont-elles pas déjà déclenché un vaste mouvement antijaponais11L’année 1935 marqua le début d’un nouvel essor du mouvement patriotique du peuple chinois. Les étudiants de Pékin, sous la direction du Parti communiste chinois, furent les premiers à organiser, le 9 décembre, une manifestation patriotique, en lançant des mots d’ordre tels que “Arrêtons la guerre civile et unissons-nous tous contre l’ennemi extérieur!” “A bas l’impérialisme japonais!” Ce mouvement fit une brèche dans le régime de terreur instauré depuis longtemps par le gouvernement du Kuomintang en collusion avec l’envahisseur japonais, et gagna bientôt l’appui du peuple tout entier. Il est connu sous le nom de Mouvement du 9 Décembre. A partir de ce moment, de nouveaux changements se manifestèrent avec évidence dans les rapports entre les différentes classes du pays. La formation d’un front uni national contre le Japon, préconisée par le Parti communiste chinois, constitua dès lors la politique réclamée ouvertement par tous les patriotes, ce qui rejeta le gouvernement de Tchiang Kaï-chek, avec sa politique de trahison, dans un isolement extrême.? Cette fraction de la petite bourgeoisie chinoise avait participé à la révolution de 1924-1927. Sa situation économique relève, comme celle des paysans, de la petite exploitation, et ses intérêts sont inconciliables avec ceux des impérialistes. Ses membres ont cruellement souffert de l’impérialisme et de la contre-révolution chinoise, qui ont acculé nombre d’entre eux au chômage et à la ruine totale ou partielle. Maintenant, sous la menace directe de se voir réduits à l’état d’esclaves coloniaux, ils n’ont plus d’autre issue que la résistance.

   Mais comment la bourgeoisie nationale, la bourgeoisie compradore, la classe des propriétaires fonciers et le Kuomintang réagissent-ils devant cette question?

   Les grands despotes locaux et mauvais hobereaux, les grands seigneurs de guerre, les gros bureaucrates et les gros compradores ont depuis longtemps pris parti. Comme toujours, ils soutiennent qu’une révolution — quelle qu’elle soit — est pire que l’impérialisme. Ils ont constitué le camp de la trahison; pour eux, la question de savoir s’ils seront ou non des esclaves coloniaux ne se pose pas, puisqu’ils ont perdu tout sentiment national et que leurs intérêts sont inséparables de ceux des impérialistes. Leur champion est Tchiang Kaï-chek12A l’époque où ce rapport fut présenté, Tchiang Kaï-chek négociait la vente de la Chine du Nord au Japon, après lui avoir vendu les provinces du Nord-Est, et poursuivait activement ses opérations militaires contre l’Armée rouge. Aussi le Parti communiste chinois devait-il faire tout son possible pour démasquer la trahison de Tchiang Kaï-chek, et, naturellement, celui-ci ne fut pas inclus dans le front uni national antijaponais proposé par le Parti. Mais le camarade Mao Tsé-toung envisageait déjà dans ce rapport la désagrégation éventuelle du camp des propriétaires fonciers et des compradores chinois, en raison des contradictions entre les différentes puissances impérialistes. Or, l’offensive de l’impérialisme japonais en Chine du Nord portait gravement atteinte aux intérêts des impérialistes anglo-américains; le Parti communiste chinois en concluait que la clique de Tchiang Kaï-chek, étroitement liée à ces intérêts, pouvait, sur l’ordre de ses maîtres, changer d’attitude à l’égard du Japon; aussi la politique qu’il adopta fut-elle de faire pression sur Tchiang Kaï-chek afin de l’amener à résister au Japon. En mai 1936, l’Armée rouge en provenance du Chansi arriva dans le nord du Chensi et demanda directement au gouvernement du Kuomintang à Nankin la cessation de la guerre civile et la résistance commune au Japon. En août de la même année, le Comité central du Parti communiste chinois adressa au Comité exécutif central du Kuomintang une lettre appelant à l’organisation d’un front uni des deux partis an de résister en commun au Japon, ainsi qu’à la désignation de représentants des deux partis en vue de l’ouverture de conversations. Mais ces propositions furent toutes rejetées par Tchiang Kaï-chek. Ce n’est qu’en décembre 1936, alors qu’il avait été arrêté à Sian par des officiers du Kuomintang, partisans de l’alliance avec les communistes pour la résistance au Japon, que Tchiang Kaï-chek fut contraint d’accepter les demandes formulées par le Parti communiste, c’est-à-dire de mettre fin à la guerre civile et de résister au Japon.. Ce camp de la trahison est l’ennemi juré du peuple chinois. Sans cette meute de traîtres, l’impérialisme japonais ne se serait jamais lancé dans cette agression avec autant de cynisme. Ils sont les valets de l’impérialisme.

   La bourgeoisie nationale pose un problème complexe. Cette classe avait pris part à la révolution de 1924-1927, mais effrayée par le feu de la révolution, elle passa dans le camp de l’ennemi du peuple — la clique de Tchiang Kaï-chek. Il s’agit de savoir s’il est possible que la bourgeoisie nationale modifie sa position dans les circonstances actuelles. Nous estimons que cela est possible, car cette classe ne s’identifie pas avec celle des propriétaires fonciers ni avec la bourgeoisie compradore: entre elle et ces dernières, il existe une différence. La bourgeoisie nationale n’a pas un caractère féodal aussi prononcé que la classe des propriétaires fonciers ni un caractère comprador aussi marqué que la bourgeoisie compradore. Une fraction de la bourgeoisie nationale, son aile droite, a des liens assez étroits avec le capital étranger et les intérêts fonciers chinois et, pour le moment, nous ne spéculerons pas sur les chances d’un changement de position de sa part. Le problème se pose pour les autres fractions de la bourgeoisie nationale, qui n’ont pas de liens de ce genre ou qui en ont peu. Nous croyons que, dans cette situation nouvelle, où la Chine se trouve en danger d’être réduite à l’état de colonie, un changement peut se produire dans leur attitude. Le trait caractéristique de ce changement sera l’hésitation. D’une part, elles détestent l’impérialisme, d’autre part, elles redoutent une révolution poussée jusqu’au bout: elles balancent entre les deux attitudes. Cela explique pourquoi dans la période révolutionnaire de 1924-1927 la bourgeoisie nationale avait pris part à la révolution et pourquoi elle passa du côté de Tchiang Kaï-chek à la fin de cette période. Quelle différence y a-t-il entre l’époque actuelle et celle de 1927, où Tchiang Kaï-chek trahit la révolution? La Chine n’était alors qu’une semi-colonie, elle est aujourd’hui en voie de devenir une colonie. Au cours de ces neuf années, qu’est-ce que la bourgeoisie nationale a gagné à abandonner son alliée, la classe ouvrière, et à lier amitié avec les propriétaires fonciers et les compradores? Rien du tout, sinon la ruine totale ou partielle de ses entreprises industrielles et commerciales. C’est ce qui nous fait conclure à la possibilité d’un changement d’attitude de la bourgeoisie nationale dans les circonstances actuelles. Quelle sera l’importance de ce changement? L’hésitation en sera la caractéristique générale. Néanmoins, à un certain stade de la lutte, il est possible que l’une des fractions de la bourgeoisie nationale, son aile gauche, participe à la lutte, et qu’une autre passe d’une attitude hésitante à la neutralité.

   Quels sont les intérêts de classe représentés par la XIXe Armée de Route, commandée par Tsai Ting-kai et ses compagnons13Tsai Ting-kai était commandant en second de la XIXe Armée de Route du Kuomintang et avait directement sous ses ordres l’un des corps d’armée. Il partageait le commandement de la XIXe Armée de Route avec Tchen Ming-chou et Tsiang Kouang-nai. La XIXe Armée de Route opérait d’abord contre l’Armée rouge dans le Kiangsi, puis elle fut envoyée à Changhaï après l’Incident du 18 Septembre. L’essor de la lutte antijaponaise qui s’étendait à Changhaï et au pays tout entier exerça une énorme influence sur l’état d’esprit de la XIXe Armée de Route. Dans la nuit du 28 janvier 1932, au moment où les fusiliers marins japonais attaquaient Changhaï, la XIXe Armée de Route et la population de la ville résistèrent aux envahisseurs. Mais la bataille fut perdue à cause de la politique de trahison de Tchiang Kaï-chek et de Wang Tsing-wei. Par la suite, la XIXe Armée de Route fut envoyée par Tchiang Kaï-chek dans le Foukien pour y poursuivre la lutte contre l’Armée rouge. Le commandement de la XIXe Armée de Route finit par comprendre que cette lutte n’offrait aucune issue à la situation. En novembre 1933, les chefs de la XIXe Armée de Route, ralliant un groupe de dirigeants du Kuomintang ayant Li Tsi-chen à leur tête, rompirent officiellement avec Tchiang Kaï-chek. Ils constituèrent dans le Foukien le “Gouvernement révolutionnaire populaire de la République chinoise” et conclurent avec l’Armée rouge un accord en vue de résister en commun au Japon et de lutter contre Tchiang Kaï-chek. La XIXe Armée de Route et le Gouvernement populaire du Foukien succombèrent sous les coups des forces armées de Tchiang Kaï-chek. Par la suite, Tsai Ting-kai et certains de ses compagnons passèrent peu à peu à la coopération avec le Parti communiste.? Ceux de la bourgeoisie nationale et de la couche supérieure de la petite bourgeoisie, ainsi que des paysans riches et des petits propriétaires fonciers à la campagne. Tsai Ting-kai et ses compagnons n’ont-ils pas lutté avec acharnement contre l’Armée rouge? Si, mais par la suite ils ont conclu avec elle une alliance contre le Japon et contre Tchiang Kaï-chek. Dans le Kiangsi, ils avaient attaqué l’Armée rouge; mais, plus tard, à Changhaï, ils ont combattu les impérialistes japonais; puis, dans le Foukien, ils ont conclu un accord avec l’Armée rouge et se sont tournés contre Tchiang Kaï-chek. Quelle que soit la carrière future de Tsai Ting-kai et de son groupe, de quelque esprit routinier qu’ait fait preuve leur Gouvernement populaire du Foukien en se refusant à entraîner le peuple au combat, le fait qu’ils ont tourné contre l’impérialisme japonais et Tchiang Kaï-chek leurs armes destinées à combattre l’Armée rouge doit être considéré comme un acte utile à la révolution. Cela marqua une scission dans le camp du Kuomintang. Si la situation qui s’est créée au lendemain de l’Incident du 18 Septembre a abouti à détacher ce groupe du Kuomintang, pourquoi la situation actuelle ne pourrait-elle pas entraîner de nouvelles scissions au sein de ce parti? Ils se trompent, ceux de notre Parti qui considèrent le camp des propriétaires fonciers et de la bourgeoisie comme uni et inébranlable et pensent qu’il ne changera en aucune circonstance. Non seulement ils ne se rendent pas compte de la gravité de la situation présente, mais ils ont même oublié l’histoire.

   Permettez-moi de m’étendre un peu plus longuement sur ces données historiques. En 1926 et 1927, lorsque l’armée révolutionnaire marcha sur Wouhan, s’en empara et poussa jusque dans le Honan, on vit Tang Cheng-tche et Feng Yu-siang14En septembre 1926, lorsque l’Armée révolutionnaire de l’Expédition du Nord approcha de Wouhan, Feng Yu-siang, à la tête de son armée cantonnée dans le Soueiyuan (aujourd’hui incorporé dans la Région autonome de Mongolie intérieure), proclama sa rupture avec la clique des seigneurs de guerre du Peiyang et se rallia à la révolution. Au début de 1927, partant du Chensi, ses troupes attaquèrent le Honan conjointement avec l’Armée de l’Expédition du Nord. Bien que Feng Yu-siang ait participé aux activités anticommunistes quand Tchiang Kaï-chek et Wang Tsing-wei eurent trahi la révolution en 1927, ses intérêts se trouvaient en conflit constant avec ceux de la clique de Tchiang Kaï-chek. Après l’Incident du18 Septembre, il se prononça pour la résistance au Japon et, en mai 1933, coopéra avec le Parti communiste en organisant à Tchangkiakeou une armée alliée populaire antijaponaise. Ses efforts échouèrent en août sous les coups des forces de Tchiang Kaï-chek et de l’armée d’agression japonaise. Dans les dernières années de sa vie, Feng Yu-siang continua à coopérer avec le Parti communiste. se rallier à la révolution. En 1933, Feng Yu-siang coopéra un moment avec le Parti communiste dans le Tchahar, organisant l’Armée alliée antijaponaise.

   Voici un autre exemple frappant. La XXVIe Armée de Route, qui avait, de concert avec la XIXe Armée de Route, attaqué l’Armée rouge dans le Kiangsi, ne déclencha-t-elle pas en décembre 1931 l’Insurrection de Ningtou15La XXVIe Armée de Route du Kuomintang fut envoyée par Tchiang Kaï-chek dans le Kiangsi pour combattre l’Armée rouge. En décembre 1931, répondant à l’appel du Parti communiste chinois les invitant à résister au Japon, plus de 10.000 hommes de cette Armée, sous la direction des camarades Tchao Po-cheng, Tong Tchen-tang et autres, se soulevèrent à Ningtou, dans le Kiangsi, et passèrent du côté de l’Armée rouge. et ne passa-t-elle pas du côté de l’Armée rouge? Les dirigeants de cette Insurrection, Tchao Po-cheng, Tong Tchen-tang et d’autres sont devenus des camarades résolus dans la révolution.

   Les actions de Ma Tchan-chan16Général de l’Armée du Nord-Est du Kuomintang. Les troupes qu’il commandait étaient cantonnées dans le Heilongkiang. Après l’Incident du 18 Septembre, elles résistèrent aux agresseurs japonais qui se dirigeaient vers le Heilongkiang à partir de la province du Liaoning. contre l’envahisseur japonais dans les trois provinces du Nord-Est représentèrent aussi une scission dans le camp des classes dominantes.

   Tous ces exemples montrent que des divisions se produiront dans le camp ennemi lorsque la Chine entière se trouvera sous la menace des bombes japonaises et lorsque la lutte quittera son rythme habituel et avancera soudain au pas de charge.

   Passons maintenant, camarades, à un autre aspect de la question.

   Serait-il correct d’opposer comme objection à notre point de vue la faiblesse de la bourgeoisie nationale chinoise sur les plans politique et économique et d’en conclure que celle-ci ne peut changer d’attitude malgré la situation nouvelle où elle est placée? Je ne le pense pas. Si c’est en raison de sa faiblesse que la bourgeoisie nationale ne peut pas changer son attitude, pourquoi donc l’a-t-elle fait dans les années 1924-1927, lorsqu’au lieu d’hésiter devant la révolution elle est allée jusqu’à y participer? Peut-on dire que cette faiblesse de la bourgeoisie nationale est un défaut acquis et non pas un défaut congénital? Peut-on dire qu’elle est faible aujourd’hui, mais ne l’était pas à l’époque? La faiblesse de la bourgeoisie nationale est l’une des caractéristiques politiques et économiques essentielles d’un pays semi-colonial. C’est la raison pour laquelle les impérialistes osent la brimer, et c’est aussi ce qui fait qu’elle déteste l’impérialisme. Bien sûr, loin de le nier, nous reconnaissons parfaitement que pour cette même raison les impérialistes, les propriétaires fonciers et la bourgeoisie compradore l’appâtent aisément au moyen de quelques avantages temporaires, ce qui, à son tour, explique l’inconséquence de la bourgeoisie nationale dans la révolution. Néanmoins, on ne peut pas dire que dans les circonstances actuelles la bourgeoisie nationale ne diffère en rien des propriétaires fonciers et de la bourgeoisie compradore.

   C’est pourquoi nous tenons à affirmer que des scissions se produiront dans le camp du Kuomintang lorsque la nation arrivera à un tournant critique. De telles scissions ont trouvé leur expression dans l’attitude hésitante de la bourgeoisie nationale comme dans la prise de position de personnalités antijaponaises telles que Feng Yu-siang, Tsai Ting-kai, Ma Tchan-chan, si populaires pendant un temps. Tout cela est essentiellement désavantageux pour la contre-révolution et profitable à la révolution. Le développement inégal de la Chine sur le plan politique et économique et le développement inégal de la révolution qui en est la conséquence favorisent de telles scissions.

   Camarades! Voilà pour le côté positif de la question. Je voudrais maintenant parler du côté négatif, à savoir que souvent certains éléments de la bourgeoisie nationale sont passés maîtres dans l’art de tromper le peuple. Pourquoi? Parce qu’à côté de gens qui soutiennent sincèrement la cause de la révolution populaire cette classe comprend nombre de personnes qui se font passer pendant un certain temps pour des révolutionnaires ou des semi-révolutionnaires et s’assurent par là le pouvoir de tromper le peuple, de sorte qu’il est difficile à celui-ci de voir clairement combien elles sont inconséquentes dans la révolution et de percer à jour leur démagogie. Tout cela accroît la responsabilité du Parti communiste, à qui il incombe de critiquer ses alliés, de démasquer les pseudo-révolutionnaires et de conquérir la direction dans la révolution. Nier que la bourgeoisie nationale puisse hésiter et même rejoindre la révolution dans une période de grands ébranlements équivaudrait pour notre Parti à abandonner ou du moins à minimiser sa tâche de s’assurer la direction dans la révolution. Car si la bourgeoisie nationale était en tout point semblable aux propriétaires fonciers et aux compradores et montrait le même visage odieux que les traîtres à la nation, le problème de la lutte pour la direction ne se poserait plus, ou ne se poserait guère.

   En faisant une analyse générale de l’attitude des propriétaires fonciers et de la bourgeoisie en période de grands ébranlements, il convient de tenir compte d’un autre aspect, à savoir que même dans le camp des propriétaires fonciers et des compradores l’unité n’est pas totale. Cela est dû à l’état semi-colonial de notre pays, c’est-à-dire à la rivalité de nombreux Etats impérialistes pour la domination de la Chine. Lorsque la lutte est dirigée contre l’impérialisme japonais, les chiens couchants des Etats-Unis et même ceux de la Grande-Bretagne, se réglant sur le ton de leurs maîtres, peuvent engager une lutte secrète ou même ouverte contre les impérialistes japonais et leurs chiens couchants. De nombreux cas de ces querelles de chiens se sont présentés et nous ne nous y arrêterons pas. Mentionnons seulement que le politicien du Kuomintang Hou Han-min17Célèbre politicien du Kuomintang opposé à la politique de coopération de Sun Yat-sen avec le Parti communiste chinois. Il fut l’un des complices de Tchiang Kaï-chek dans le coup d’Etat contre-révolutionnaire du 12 avril 1927. Par la suite, rival de Tchiang Kaï-chek dans la lutte pour le pouvoir, il fut emprisonné par ce dernier. Libéré après l’Incident du 18 Septembre, il quitta Nankin pour Canton où il incita les seigneurs de guerre des cliques du Kouangtong et du Kouangsi à s’opposer, pendant une longue période, au gouvernement de Tchiang Kaï-chek installé à Nankin., emprisonné à un moment donné par Tchiang Kaï-chek, a ajouté récemment sa signature au bas du Programme en six points pour la résistance au Japon et pour le salut de la patrie18Le Programme en six points pour la résistance au Japon et pour le salut de la patrie était le “Programme fondamental du peuple chinois pour la lutte antijaponaise” présenté en 1934 par le Parti communiste chinois et publié avec les signatures de Soong Ching Ling et d’autres. Ce Programme comprenait les points suivants: 1) mobilisation générale des forces terrestres, navales et aériennes pour la résistance au Japon; 2) mobilisation du peuple tout entier; 3) armement général du peuple; 4) confiscation des biens des impérialistes japonais en Chine et des traîtres à la nation pour couvrir les dépenses de guerre; 5) création d’un comité de défense nationale armée pour toute la Chine, élu par les représentants des ouvriers, des paysans, de l’armée, des intellectuels et des hommes d’affaires; 6) alliance avec toutes les forces opposées à l’impérialisme japonais et établissement de relations amicales avec tous les pays observant une neutralité bienveillante., que nous avons proposé. Les seigneurs de guerre des cliques du Kouangtong et du Kouangsi19Il s’agit de Tchen Tsi-tang du Kouangtong, de Li Tsong-jen et de Pai Tchong-hsi du Kouangsi., sur lesquels s’appuie Hou Han-min, se sont eux aussi opposés à Tchiang Kaï-chek, en lançant des mots d’ordre, d’ailleurs trompeurs, tels que “Recouvrons les territoires perdus”, “Résistons au Japon tout en exterminant les bandits”20La bande de Tchiang Kaï-chek qualifiait de “bandits” le peuple révolutionnaire et d’“extermination des bandits” ses actions militaires et ses mesures de répression massive contre le peuple révolutionnaire. (alors que le mot d’ordre de Tchiang Kaï-chek est: “Exterminons d’abord les bandits et ensuite résistons au Japon”). Cela vous étonne? Il n’y a là rien d’étrange. Ce n’est qu’une querelle particulièrement intéressante entre gros molosses et petits roquets, entre chiens repus et chiens affamés, une simple fêlure, une contradiction irritante et douloureuse dans le camp ennemi, mais cela est profitable au peuple révolutionnaire. Nous devons tirer parti de toutes ces querelles, fêlures et contradictions au sein du camp ennemi et les utiliser contre notre ennemi principal du moment.

   Pour résumer la question des rapports de classes, nous pouvons dire que l’invasion par l’impérialisme japonais de la partie de la Chine située au sud de la Grande Muraille a provoqué un changement de situation fondamental qui a entraîné une modification des rapports entre les différentes classes du pays, renforçant le camp de la révolution nationale et affaiblissant celui de la contre-révolution.

   Parlons maintenant de la situation dans le camp de la révolution nationale en Chine.

   Tout d’abord, l’Armée rouge. Camarades, vous savez que depuis près d’un an et demi les trois contingents principaux de l’Armée rouge de Chine ont procédé chacun à un important déplacement de leurs positions. Au mois d’août de l’année dernière, le VIe Groupe d’Armées, conduit par Jen Pi-che21Le camarade Jen Pi-che était l’un des membres les plus anciens du Parti communiste chinois et l’un de ses premiers organisateurs. Elu membre du Comité central au Ve Congrès du Parti tenu en 1927, il fut réélu par la suite à tous les congrès. En 1931, à la quatrième session plénière du Comité central issu du VIe Congrès, il fut élu membre du Bureau politique. En 1933, il occupa le poste de secrétaire du Comité du Parti pour la Région frontière du Hounan-Kiangsi et en même temps celui de commissaire politique du VIe Groupe d’Armées. Il fut par la suite nommé commissaire politique de l’Armée rouge du IIe Front constituée après la jonction des VIe et IIe Groupes d’Armées. Au début de la Guerre de Résistance contre le Japon,il devint chef du Département politique général de la VIIIe Armée de Route. A partir de 1940, il travailla au Secrétariat du Comité central du Parti. A la première session plénière du Comité central issu du VIIe Congrès du Parti, tenue en 1945, il fut de nouveau élu membre du Bureau politique et devint l’un des secrétaires du Secrétariat du Comité central. Il mourut le 27 octobre 1950 à Pékin. et d’autres camarades, commença à se diriger vers la zone du camarade Ho Long22Le VIe Groupe d’Armées de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine se trouvait au début dans la base d’appui de la région frontière du Hounan-Kiangsi. En août 1934, sur l’ordre du Comité central du Parti communiste chinois,il brisa l’encerclement de l’ennemi et changea de positions. En octobre, il opéra sa jonction, dans l’est du Koueitcheou, avec le IIe Groupe d’Armées commandé par le camarade Ho Long. Ils constituèrent ensemble l’Armée rouge du IIe Front et créèrent la base révolutionnaire du Hounan-Houpei-Setchouan-Koueitcheou., et, en octobre, nous commençâmes nous-mêmes à changer de positions23En octobre 1934, les Ier, IIIe et Ve Groupes d’Armées de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine (c’est-à-dire l’Armée rouge du Ier Front appelée aussi Armée rouge centrale) commencèrent un déplacement stratégique général en partant de Tchangting et de Ninghoua dans l’ouest du Foukien, et de Joueikin, Yutou et autres lieux dans le sud du Kiangsi. L’Armée rouge traversa onze provinces: le Foukien, le Kiangsi, le Kouangtong, le Hounan, le Kouangsi, le Koueitcheou, le Setchouan, le Yunnan, le Sikang, le Kansou et le Chensi, franchissant des chaînes de montagnes couvertes de neiges éternelles et de vastes plaines marécageuses où l’homme n’avait pour ainsi dire jamais pénétré. Elle passa par des épreuves sans nombre, brisa tous les efforts tentés par l’ennemi pour l’encercler, la poursuivre, s’opposer à son avance ou l’arrêter au passage, et, en octobre 1935, après avoir effectué une marche ininterrompue de 25.000 lis (12.500 kilomètres), elle atteignit victorieusement la base révolutionnaire établie dans le nord du Chensi.. En mars dernier, l’Armée rouge de la région frontière du Setchouan-Chensi24Elle constituait le IVe Front de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine. En mars 1935, abandonnant sa base d’appui de la région frontière du Setchouan-Chensi, elle commença son déplacement vers les frontières du Setchouan et du Sikang. Au mois de juin, elle rejoignit à Maokong, dans l’ouest du Setchouan, l’Armée rouge du Ier Front et les deux armées se dirigèrent vers le nord en deux colonnes parallèles. Mais en arrivant en septembre dans la région de Maoeulkai, non loin de Songpan, Tchang Kouo-tao, de l’Armée du IVe Front, agissant de sa propre initiative et en violation des ordres du Comité central du Parti communiste chinois, entraîna la colonne de gauche en direction du sud, provoquant ainsi une dislocation dans les forces de l’Armée rouge. En juin 1936, l’Armée rouge du IIe Front, après avoir brisé l’encerclement et quitté la région frontière du HounanHoupei-Setchouan-Koueitcheou, traversa le Hounan, le Koueitcheou et le Yunnan et se joignit à l’Armée du IVe Front à Kantse, dans le Sikang. Alors, des camarades de l’Armée du IVe Front, agissant à l’encontre de Tchang Kouo-tao, reprirent la direction du nord, avec les troupes du IIe Front. En octobre 1936, l’Armée du IIe Front et une partie de l’Armée du IVe Front arrivèrent dans le Chensi du Nord où elles réussirent à rejoindre l’Armée rouge du Ier Front. commença à faire mouvement à son tour. Les trois contingents ont abandonné leurs positions anciennes et se sont dirigés vers de nouvelles régions. A la suite de ces importants déplacements, les territoires anciennement occupés par nous sont devenus des régions de partisans; et l’Armée rouge elle-même s’est considérablement affaiblie au cours de cette période. Si l’on envisage la situation d’ensemble sous cet angle, on peut dire que l’adversaire a remporté une victoire temporaire et partielle et que nous avons subi une défaite également temporaire et partielle. Cette affirmation est-elle juste? Je le pense, car les faits sont là. Cependant, des gens comme Tchang Kouo-tao25Renégat de la révolution chinoise. Dans sa jeunesse, spéculant sur la révolution, il adhéra au Parti communiste chinois. Il commit dans le Parti un nombre considérable d’erreurs qui dégénérèrent en véritables crimes. Le plus connu fut celui de 1935, lorsque, s’opposant à la marche de l’Armée rouge vers le nord, il préconisa par esprit défaitiste et liquidationniste la retraite de l’Armée rouge vers les régions peuplées de minorités nationales, situées à la limite du Setchouan et du Sikang; en outre, il se livra ouvertement à une activité de trahison contre le Parti et son Comité central, forma un pseudo-Comité central et sapa l’unité du Parti et de l’Armée rouge, faisant subir de lourdes pertes au IVe Front. Cependant, grâce au patient travail d’éducation accompli par le camarade Mao Tsé-toung et le Comité central du Parti, l’Armée rouge du IVe Front et ses nombreux cadres revinrent rapidement se mettre sous la juste direction du Comité central et jouèrent un rôle honorable dans les luttes ultérieures. Quant à Tchang Kouo-tao, il resta incorrigible: au printemps de 1938, il s’enfuit seul de la région frontière du Chensi-KansouNinghsia et devint un agent des services secrets du Kuomintang. affirment que l’Armée rouge centrale26L’Armée rouge centrale ou Armée du Ier Front est l’Armée rouge créée dans la région du Kiangsi-Foukien et placée sous la direction immédiate du Comité central du Parti communiste chinois. est défaite. Est-ce exact? Non, car cela n’est pas conforme aux faits. En examinant une question, le marxiste doit voir le tout aussi bien que les parties. Une grenouille, dans un puits, disait que “le ciel n’est pas plus grand que la bouche du puits”. Cela est inexact, parce que le ciel n’est pas limité aux dimensions de la bouche du puits. Si elle avait dit “une partie du ciel est de la dimension de la bouche du puits”, elle aurait dit vrai, parce que cela est conforme à la réalité. Nous disons que l’Armée rouge a, en un sens, essuyé un échec (en ne réussissant pas à se maintenir sur ses positions antérieures), mais qu’en un autre sens elle a remporté une victoire (en exécutant le plan de la Longue Marche). Quant à l’ennemi, il a en un sens remporté une victoire (en occupant nos positions primitives), mais en un autre sens, il a subi une défaite (en échouant dans ses campagnes “d’encerclement et d’anéantissement” et dans ses campagnes “de poursuite et d’anéantissement”). Voilà la seule manière correcte d’envisager la question, puisque nous avons réussi à effectuer la Longue Marche.

   A propos de la Longue Marche, d’aucuns posent la question: “Quelle en est la signification?” Nous répondrons que la Longue Marche est la première de ce genre dans les annales de l’histoire. Elle est à la fois un manifeste, un instrument de propagande et une machine à semer. Depuis Pan Kou, qui sépara le Ciel de la Terre, depuis les Trois Souverains et les Cinq Empereurs27Selon la mythologie chinoise, Pan Kou fut le créateur du monde et le premier à régner sur l’humanité. Les Trois Souverains et les Cinq Empereurs sont des potentats légendaires de la Chine antique., l’histoire a-t-elle jamais connu une longue marche comme la nôtre? Pendant douze mois, dans le ciel, des dizaines d’avions nous traquaient et nous bombardaient chaque jour; sur terre, une force colossale de plusieurs centaines de milliers d’hommes nous encerclait, nous poursuivait, s’opposait à notre avance et nous arrêtait au passage; sur notre chemin, nous nous sommes heurtés à des difficultés et à des dangers incalculables. Cependant, en nous servant seulement de nos deux jambes, nous avons fait plus de 20.000 lis, traversant en long et en large onze provinces. Dites-moi, est-ce que dans l’histoire il y a jamais eu une longue marche comme la nôtre? Non, jamais. La Longue Marche est un manifeste. Elle a annoncé au monde entier que l’Armée rouge est une armée de héros, que les impérialistes et leurs valets, Tchiang Kaï-chek et ses semblables, ne sont bons à rien. Elle a proclamé la faillite de l’impérialisme et de Tchiang Kaï-chek dans leur tentative de nous encercler, de nous poursuivre, de s’opposer à notre avance et de nous arrêter au passage. La Longue Marche est un instrument de propagande. Elle a fait savoir aux quelque deux cents millions d’habitants des onze provinces traversées que la voie suivie par l’Armée rouge est la seule voie de leur libération. Sans cette Longue Marche, comment les larges masses populaires auraient-elles pu apprendre aussi rapidement l’existence de la grande vérité incarnée par l’Armée rouge? La Longue Marche est aussi une machine à semer. Elle a répandu dans les onze provinces des semences qui germeront, porteront des feuilles, des fleurs et des fruits, et qui donneront leur moisson dans l’avenir. En un mot, la Longue Marche s’est terminée par notre victoire et par la défaite de l’ennemi. Qui l’a conduite à la victoire? Le Parti communiste. Sans lui, une longue marche de ce genre eût été inconcevable. Le Parti communiste chinois, sa direction, ses cadres et ses membres n’ont peur d’aucune difficulté, d’aucune épreuve. Quiconque met en doute notre capacité de diriger la guerre révolutionnaire tombe dans le bourbier de l’opportunisme. Une situation nouvelle s’est créée aussitôt après la Longue Marche. Dans la bataille de Tchelouotchen, l’Armée rouge centrale et l’Armée rouge du NordOuest, unies fraternellement dans le combat, ont brisé la campagne “d’encerclement et d’anéantissement” lancée par le traître Tchiang Kaï-chek contre la région frontière du Chensi-Kansou28En juillet 1935, les troupes du Kuomintang lancèrent leur troisième campagne “d’encerclement et d’anéantissement” contre la base révolutionnaire du Chensi-Kansou. Au début, le 26e corps de l’Armée rouge du Chensi du Nord mit en déroute deux brigades ennemies dans le secteur oriental et rejeta l’adversaire sur la rive gauche du fleuve Jaune. En septembre, le 25e corps de l’Armée rouge, qui opérait primitivement dans la base d’appui du Houpei-Honan-Anhouei, traversa le Chensi du Sud et le Kansou de l’Est et déboucha dans le Chensi du Nord, où il fit jonction avec les forces de l’Armée rouge du Chensi du Nord, formant ainsi le XVe Groupe de l’Armée rouge. Dans la bataille de Laochan, à Kantsiuan, ce Groupe d’Armées anéantit la majeure partie de la 110e division adverse, tua son commandant, et peu après détruisit à Yulinkiao, district de Kantsiuan, quatre bataillons de la 107e division adverse. L’ennemi organisa alors d’autres attaques. Sous les ordres de Tong Ying-pin (un commandant de corps d’armée de l’Armée du Nord-Est), cinq divisions adverses passèrent à l’attaque en deux colonnes: à l’est, une division progressait vers le nord en suivant l’itinéraire Louotchouan-Fouhsien; à l’ouest, les quatre autres divisions, débouchant de Kingyang et de Hochouei, dans le Kansou, longèrent la rivière Houlou en direction de Fouhsien, dans le Chensi du Nord. En octobre, l’Armée rouge centrale atteignit le Chensi du Nord. En novembre, en coopération avec le XVe Groupe d’Armées, elle anéantit devant Tchelouotchen, au sud-ouest de Fouhsien, la 109e division adverse et détruisit à Heichoueise un régiment de la106e division au cours de la poursuite. Ainsi fut complètement brisée la troisième campagne “d’encerclement et d’anéantissement” de l’ennemi dirigée contre la région frontière du Chensi-Kansou., posant ainsi la première pierre de l’œuvre entreprise par le Comité central du Parti — la fondation d’un quartier général national de la révolution dans le Nord-Ouest.

   Telle est la situation de l’Armée rouge; qu’en est-il de la guerre de partisans dans les provinces méridionales? Là, nos détachements de partisans ont subi quelques revers, mais n’ont nullement été anéantis. En bien des endroits, ils se reconstituent, grandissent et se développent29En 1934-1935, au moment du déplacement de ses forces principales stationnées dans le Sud, l’Armée rouge y laissa des détachements de partisans qui menèrent avec opiniâtreté la guerre de partisans dans quatorze régions réparties sur huit provinces. Ces régions sont: le sud du Tchékiang, le nord du Foukien, l’est du Foukien, le sud du Foukien, l’ouest du Foukien, le nord-est du Kiangsi, les confins du Foukien et du Kiangsi, les confins du Kouangtong et du Kiangsi, le sud du Hounan, les confins du Hounan et du Kiangsi, les confins du Hounan, du Houpei et du Kiangsi, les confins du Houpei, du Honan et de l’Anhouei, la région des monts Tongpo dans le Honan du Sud et l’île de Hainan, au large des côtes du Kouangtong..

   Dans les régions contrôlées par le Kuomintang, les ouvriers ont déjà porté la lutte hors de l’usine, passant de la lutte économique à la lutte politique. La lutte courageuse de la classe ouvrière contre l’impérialisme japonais et les traîtres à la nation est en pleine fermentation et, à en juger par la situation, le jour n’est pas loin où elle éclatera.

   La lutte paysanne n’a jamais cessé. Accablés par l’agression étrangère, les désordres intérieurs et les calamités naturelles, les paysans ont largement développé leur lutte sous forme de guerre de partisans, de soulèvements populaires, d’émeutes de la faim, etc. La guerre de partisans antijaponaise dans le Nord-Est et le Hopei oriental30Après que les impérialistes japonais eurent occupé le Nord-Est en 1931, le Parti communiste chinois appela le peuple à la résistance armée, organisa des détachements de partisans antijaponais et l’Armée révolutionnaire populaire du Nord-Est, et apporta son aide aux différents détachements de volontaires antijaponais. Après 1934, sous la direction du Parti, toutes ces forces furent réorganisées en une seule armée: l’Armée coalisée antijaponaise du Nord-Est qui avait pour commandant en chef le remarquable communiste Yang Tsing-yu. Pendant longtemps, cette Armée mena une guerre de partisans antijaponaise dans le Nord-Est. Quant à la guerre de partisans antijaponaise dans le Hopei oriental, il s’agit du soulèvement paysan antijaponais qui y éclata en mai 1935. est leur réplique aux attaques de l’impérialisme japonais.

   Le mouvement étudiant a pris un essor considérable et s’étendra certainement dans l’avenir. Mais pour poursuivre sa marche et briser tous les obstacles créés par la loi martiale qu’ont imposée les traîtres et par la politique de sape et d’assassinats massifs que pratiquent la police, les agents secrets, les fripouilles du monde de l’enseignement et les fascistes, il doit coordonner son action à la lutte des ouvriers, des paysans et des soldats.

   Nous avons déjà parlé des hésitations de la bourgeoisie nationale, des paysans riches et des petits propriétaires fonciers et de leur participation éventuelle à la lutte antijaponaise.

   Directement menacées par l’impérialisme japonais, les minorités nationales, et en particulier celle de la Mongolie intérieure, se sont levées pour la lutte. Dans l’avenir, leur lutte se fondra avec celle du peuple de la Chine du Nord et avec les actions de l’Armée rouge dans le Nord-Ouest.

   Tout cela montre que la révolution perd son caractère local et prend une ampleur nationale, qu’elle passe progressivement de son état de développement inégal à une certaine égalité de développement. Nous nous trouvons à la veille de grands ébranlements. Notre Parti a pour tâche de constituer un front uni national révolutionnaire en coordonnant l’action de l’Armée rouge et celle des ouvriers, des paysans, des étudiants, de la petite bourgeoisie et de la bourgeoisie nationale dans toute la Chine.

LE FRONT UNI NATIONAL

   Après avoir examiné la situation dans le camp de la contrerévolution comme dans les rangs de la révolution, nous pouvons maintenant définir aisément les tâches tactiques du Parti.

   Quelle est la tâche tactique fondamentale du Parti? C’est la création d’un large front uni national révolutionnaire, et rien d’autre.

   Lorsque la situation de la révolution se modifie, la tactique et les méthodes de direction de la révolution doivent être modifiées en conséquence. La tâche que se proposent l’impérialisme japonais, les collaborateurs et les traîtres est de transformer la Chine en une colonie; la nôtre est de faire de la Chine un Etat libre et indépendant, jouissant de son intégrité territoriale.

   C’est une grande tâche pour la Chine que de conquérir son indépendance et sa liberté. Elle implique une guerre avec l’impérialisme étranger et avec la contre-révolution intérieure. L’impérialisme japonais est résolu à foncer droit devant lui. Dans notre pays, les forces contre-révolutionnaires des despotes locaux, des mauvais hobereaux et de la bourgeoisie compradore sont, pour le moment, supérieures aux forces révolutionnaires du peuple. Les forces de l’impérialisme japonais et de la contre-révolution chinoise ne peuvent pas être écrasées en quelques jours et nous devons nous préparer à y consacrer beaucoup de temps; elles ne peuvent l’être avec des forces infimes et nous devons accumuler des forces puissantes. En Chine comme dans le monde entier, les forces de la contre-révolution sont plus faibles que dans le passé et les forces de la révolution ont grandi. C’est là une appréciation correcte, qui porte sur un aspect de la question. Mais nous devons souligner que les forces de la contre-révolution en Chine et dans le monde sont pour l’instant plus puissantes que celles de la révolution. C’est là également une appréciation juste, qui représente l’autre aspect de la question. Le développement inégal de la Chine sur le plan politique et économique engendre le développement inégal de la révolution. La révolution commence, se développe et triomphe toujours en premier lieu dans les régions où la contre-révolution est relativement faible, alors que dans les régions où la contre-révolution est forte, la révolution ou bien n’a pas encore surgi, ou bien se développe très lentement. Telle fut longtemps la situation dans laquelle se trouvait la révolution chinoise. Un développement général de la situation révolutionnaire est à prévoir dans l’avenir, à certains moments, sans que ce caractère d’inégalité cesse pour autant. Pour passer de cette inégalité à une égalité générale, beaucoup de temps et beaucoup d’efforts sont encore nécessaires et il faut que le Parti adopte une ligne tactique correcte. La guerre révolutionnaire dirigée par le Parti communiste de l’U.R.S.S.31Guerre de 1918 à 1920, au cours de laquelle le peuple soviétique repoussa l’intervention armée des Etats impérialistes, notamment de la Grande-Bretagne, des EtatsUnis, de la France, du Japon et de la Pologne, et écrasa la rébellion des Gardes blancs. fut achevée en trois ans, mais celle que dirige le Parti communiste chinois exige que nous soyons prêts à y consacrer encore tout le temps nécessaire — et elle en a déjà demandé beaucoup — pour en finir complètement et définitivement avec les forces de la contre-révolution intérieure et extérieure. Une impatience excessive, comme celle qui s’est manifestée dans le passé, est inadmissible. De plus, nous devons élaborer une saine tactique révolutionnaire; si l’on ne sort toujours pas de son cercle étroit, comme cela a été le cas dans le passé, on ne peut rien accomplir de grand. Cela ne signifie pas qu’en Chine les choses ne doivent être menées qu’avec lenteur; non, il faut agir avec beaucoup d’énergie, car le danger de l’asservissement national nous interdit de nous relâcher ne fût-ce qu’une minute. Désormais, la révolution va se développer beaucoup plus rapidement que par le passé, car la Chine et le monde entier approchent d’une nouvelle période de guerres et de révolutions. Néanmoins, la guerre révolutionnaire en Chine sera longue, cela découle de la puissance de l’impérialisme et du développement inégal de la révolution. Nous disons que la situation présente est caractérisée par l’imminence d’un nouvel essor de la révolution nationale, et que la Chine est à la veille d’une nouvelle et grande révolution englobant tout le pays; c’est là l’une des caractéristiques de la situation révolutionnaire actuelle. C’est un fait et il montre un aspect des choses. Mais nous devons dire, également, que l’impérialisme demeure une force considérable, que le développement inégal des forces révolutionnaires constitue un sérieux point faible et que, pour écraser l’ennemi, il nous faut nous préparer à mener une guerre de longue durée; c’est là une autre caractéristique de la situation révolutionnaire actuelle. C’est également un fait et il représente l’autre aspect de la question. Ces deux caractéristiques, ces deux faits sont là pour nous instruire et nous presser de nous adapter à la situation en changeant notre tactique et en modifiant nos méthodes de disposition des forces pour la poursuite du combat. La situation présente exige que nous renoncions hardiment à l’attitude sectaire de “porte close”, que nous formions un large front uni et que nous nous gardions de tomber dans l’aventurisme. Tant que n’a pas sonné l’heure de la bataille décisive et que nous n’avons pas les forces nécessaires pour livrer cette bataille, nous ne devons pas nous y jeter inconsidérément.

   Je ne parlerai pas ici des rapports entre l’attitude de “porte close” et l’aventurisme, ni du danger que pourra représenter celui-ci dans l’avenir lorsque les événements prendront une grande ampleur; nous pourrons en discuter plus tard. Je me bornerai, pour l’instant, à expliquer que la tactique du front uni et celle de la “porte close” sont diamétralement opposées.

   La première implique le recrutement de forces puissantes pour encercler et détruire l’ennemi.

   La seconde, par contre, signifie combattre seul, dans un corps à corps acharné contre un ennemi redoutable.

   La première se fonde sur l’idée qu’une juste estimation des changements possibles dans l’alignement des forces révolutionnaires et contre-révolutionnaires en Chine, à la suite de la tentative de l’impérialisme japonais de réduire celle-ci à l’état de colonie, est nécessaire pour apprécier correctement la possibilité de former un large front uni national révolutionnaire. Sans une juste estimation des points forts et des points faibles de la contre-révolution japonaise comme de la contre-révolution et de la révolution chinoises, nous ne serons capables ni de comprendre pleinement la nécessité de former un large front uni national révolutionnaire, ni de prendre des mesures énergiques pour liquider l’attitude de “porte close”, ni d’utiliser le front uni comme moyen d’organiser et de rallier des millions et des millions d’hommes ainsi que toutes les armées susceptibles de devenir des amies de la révolution, pour nous lancer à l’attaque de notre objectif principal, l’impérialisme japonais et ses valets, les traîtres chinois; et nous ne serons pas capables non plus d’appliquer notre tactique à la lutte pour l’objectif principal, nous disperserons au contraire notre feu de telle façon que nos balles atteindront nos ennemis secondaires, voire nos alliés, plutôt que notre ennemi principal. Cela s’appelle de l’incapacité à repérer la bonne cible et du gaspillage de munitions. En agissant ainsi, nous ne pourrons pas acculer l’ennemi et l’isoler, nous ne pourrons pas attirer à nous tous ceux qui ont rejoint le camp et le front ennemis sous la contrainte, tous ceux qui étaient hier nos ennemis mais qui peuvent aujourd’hui devenir nos amis. En fait, ce serait aider l’ennemi, ce serait freiner et isoler la révolution, la faire reculer, entraîner son reflux et même la conduire à la défaite.

   La seconde, la tactique de “porte close”, se fonde sur l’idée que tous les arguments ci-dessus sont erronés. Il faut que les forces de la révolution soient on ne peut plus pures, le chemin de la révolution on ne peut plus droit. N’est vrai que ce qui est inscrit dans nos canons. La bourgeoisie nationale, dans sa totalité, est et restera éternellement contre-révolutionnaire. Il ne faut pas faire la moindre concession aux paysans riches. Les syndicats jaunes doivent être combattus à mort. Si nous serrons la main de Tsai Ting-kai, nous devons en même temps le traiter de contre-révolutionnaire. Existe-t-il un chat qui n’aime pas le poisson ou un seigneur de guerre qui ne soit pas un contre-révolutionnaire? Les intellectuels ne restent pas révolutionnaires plus de trois jours, et il est dangereux de les enrôler. En conclusion, l’attitude de “porte close” est l’unique baguette magique, et le front uni une tactique opportuniste.

   Camarades, qu’est-ce qui est juste? Le front uni ou l’attitude de “porte close”? Laquelle est la tactique marxiste-léniniste? Je répondrai sans la moindre hésitation: c’est le front uni et non l’attitude de “porte close”. Un enfant de trois ans a beaucoup d’idées justes, mais on ne peut lui confier les grandes affaires de l’Etat ou du monde parce qu’il ne les comprend pas encore. Le marxisme-léninisme est opposé à la maladie infantile qui se manifeste dans les rangs de la révolution. Or, c’est justement cette maladie infantile que défendent ceux qui s’en tiennent fermement à leur tactique de “porte close”. La révolution, comme toute activité dans le monde, suit une voie toujours tortueuse et jamais rectiligne. L’alignement des forces dans les camps de la révolution et de la contre-révolution est susceptible de modifications, comme toutes choses dans le monde. Deux faits essentiels ont servi de point de départ au Parti pour élaborer une nouvelle tactique, celle de la formation d’un large front uni: d’une part, l’impérialisme japonais veut transformer toute la Chine en une colonie, et d’autre part, il existe encore de sérieux points faibles dans le camp de la révolution chinoise. Ce dont les forces révolutionnaires ont besoin aujourd’hui pour attaquer les forces contre-révolutionnaires, c’est d’organiser les masses populaires par millions et de mettre en mouvement une armée révolutionnaire puissante. Seule une force aussi importante est en mesure d’écraser l’impérialisme japonais ainsi que les traîtres et les collaborateurs, c’est là une vérité évidente pour tous.

   Il s’ensuit que la tactique du front uni est la seule tactique marxisteléniniste. La tactique de la “porte close” est au contraire celle du splendide isolement. Elle “fait fuir le poisson au plus profond des eaux et les moineaux au cœur des fourrés”; aux applaudissements de l’ennemi, elle repousse dans le camp ennemi ces millions et millions d’hommes, cette armée puissante. En pratique, l’attitude de “porte close” sert fidèlement l’impérialisme japonais, ainsi que les collaborateurs et les traîtres. La pureté et la rectitude que ses partisans exaltent, voilà ce que condamnent les marxistes-léninistes et qui est bien fait pour réjouir l’impérialisme japonais. Nous rejetons résolument l’attitude de “porte close”; ce que nous voulons, c’est un front uni national révolutionnaire qui portera un coup mortel aux impérialistes japonais, ainsi qu’aux collaborateurs et aux traîtres.

LA REPUBLIQUE POPULAIRE32Le pouvoir politique et la politique d’une république populaire, tels qu’ils sont décrits ici par le camarade Mao Tsé-toung, devinrent, au cours de la Guerre de Résistance contre le Japon, une réalité dans les régions populaires libérées, placées sous la direction du Parti communiste chinois. C’est ce qui permit au Parti communiste de diriger le peuple, sur les arrières de l’ennemi, dans une guerre victorieuse contre les envahisseurs japonais. Au cours de la Troisième guerre civile révolutionnaire qui éclata après la capitulation du Japon, les régions populaires libérées s’étendirent progressivement à tout le pays; ainsi naquit une république unifiée, la République populaire de Chine, et l’idéal du camarade Mao Tsé-toung relatif à la république populaire se réalisa à l’échelle nationale.

   Si notre gouvernement a été fondé jusqu’à présent sur l’alliance des ouvriers, des paysans et de la petite bourgeoisie urbaine, il nous faut dès maintenant le réorganiser de façon qu’il comprenne des membres de toutes les autres classes désireux de participer à la révolution nationale.

   Pour le moment, un tel gouvernement aurait pour tâche essentielle de s’opposer à l’annexion de la Chine par l’impérialisme japonais. Il sera assez largement représentatif pour inclure non seulement des personnes intéressées à la révolution nationale sans l’être à la révolution agraire, mais également, si elles le désirent, des personnes prêtes à lutter contre l’impérialisme japonais et ses valets sans être en état de s’opposer aux impérialistes d’Europe ou d’Amérique à cause des liens qui les unissent à eux. C’est pourquoi le programme d’un tel gouvernement doit être dans son principe adapté à la tâche essentielle, la lutte contre l’impérialisme japonais et ses valets, et nous devons en conséquence réviser la politique que nous avons suivie jusqu’ici.

   L’existence d’un Parti communiste et d’une Armée rouge bien trempés constitue actuellement le trait distinctif du camp de la révolution. Cela est d’une importance primordiale. Si ce Parti communiste et cette Armée rouge n’existaient pas, d’énormes difficultés surgiraient devant nous. Pourquoi? Parce que les collaborateurs et les traîtres, qui sont aussi nombreux que puissants en Chine, vont certainement s’ingénier à saper notre front uni; ils y créeront des dissensions en employant la menace et la corruption, en manœuvrant les différents groupements, et ils se serviront de leurs armées pour faire céder, pour écraser l’une après l’autre toutes les forces d’une puissance inférieure à la leur et qui veulent se séparer d’eux et s’unir à nous pour lutter contre le Japon. Tout cela serait difficile à éviter si ce facteur vital— l’existence du Parti communiste et de l’Armée rouge — faisait défaut au gouvernement antijaponais et à l’armée antijaponaise. La cause principale de la défaite de la révolution en 1927, c’est que, au temps où la ligne opportuniste prévalait à l’intérieur du Parti communiste, aucun effort ne fut fait pour élargir nos propres rangs (le mouvement ouvrier et paysan et l’armée conduite par le Parti communiste), et qu’on s’est contenté de s’appuyer sur un allié temporaire, le Kuomintang. Finalement, l’impérialisme donna l’ordre à ses valets — les despotes locaux, les mauvais hobereaux et la bourgeoisie compradore— d’étendre leurs tentacules pour attirer à eux d’abord Tchiang Kaï-chek, ensuite Wang Tsing-wei, entraînant ainsi l’échec de la révolution. A cette époque, le front uni révolutionnaire ne possédait pas de pilier central, pas de forces armées révolutionnaires puissantes; aussi, lorsque les défections commencèrent à se multiplier, le Parti communiste dut lutter seul et ne put déjouer la tactique des impérialistes et de la contre-révolution chinoise qui était d’écraser leurs adversaires l’un après l’autre. Nous avions, il est vrai, l’armée de Ho Long et de Yé Ting, mais elle n’était pas encore assez forte politiquement et le Parti ne sut pas la diriger, aussi fut-elle finalement défaite. Cette leçon, payée de notre sang, nous a enseigné que l’absence d’un solide noyau de forces révolutionnaires voue la révolution à l’échec. Maintenant, les choses sont différentes. Nous avons déjà un puissant Parti communiste, une puissante Armée rouge et nous avons aussi les bases d’appui de l’Armée rouge. Non seulement le Parti communiste et l’Armée rouge se présentent aujourd’hui comme les promoteurs d’un front uni national contre le Japon, mais ils deviendront nécessairement dans l’avenir le puissant pilier du gouvernement antijaponais et de l’armée antijaponaise, capable d’empêcher les impérialistes japonais et Tchiang Kaï-chek de faire aboutir leur politique de dislocation du front uni. Cependant, nous devons faire preuve de la plus grande vigilance, parce que les impérialistes japonais et Tchiang Kaï-chek auront certainement recours à toutes sortes d’actes d’intimidation et de corruption, à toutes sortes de manœuvres parmi les différents groupements.

   Bien entendu, nous ne pouvons attendre de toutes les parties composantes du large front uni national antijaponais une fermeté semblable à celle du Parti communiste et de l’Armée rouge. Il peut arriver qu’au cours de leurs activités, certains mauvais éléments, sous l’influence de l’ennemi, se retirent du front uni. Nous ne devons pas redouter la perte de ces gens-là. Pendant que, sous l’influence de l’ennemi, les mauvais s’en iront, sous notre influence, les bons éléments viendront nous rejoindre. Le front uni national antijaponais subsistera et se développera tant que le Parti communiste et l’Armée rouge subsisteront et se développeront. Tel est le rôle dirigeant du Parti communiste et de l’Armée rouge au sein du front uni national. Les communistes ne sont plus des enfants, ils savent ce qu’ils doivent faire et comment se comporter avec leurs alliés. Si les impérialistes japonais et Tchiang Kaï-chek sont capables d’user de manœuvres parmi les forces révolutionnaires, le Parti communiste est également capable de le faire au sein des forces de la contre-révolution. S’ils peuvent attirer à eux les mauvais éléments existant dans nos rangs, nous pouvons aussi bien attirer à nous leurs “mauvais éléments” (qui sont pour nous de bons éléments). Si nous réussissons à attirer vers nous un grand nombre de personnes, les rangs de l’ennemi s’éclairciront et les nôtres grossiront. Bref, deux forces essentielles sont actuellement en lutte; toutes les forces intermédiaires devront se rallier à un camp ou à l’autre par la logique des choses. Et la politique d’asservissement de la Chine pratiquée par les impérialistes japonais comme la politique de trahison que poursuit Tchiang Kaï-chek pousseront infailliblement vers nous un grand nombre de personnes, soit qu’elles rejoignent directement les rangs du Parti communiste et de l’Armée rouge, soit qu’elles constituent avec nous un front uni. Tout cela arrivera à condition que notre tactique ne soit pas celle de la “porte close”.

   Pourquoi transformer la république des ouvriers et des paysans en république populaire?

   Notre gouvernement ne représente pas seulement les ouvriers et les paysans, mais toute la nation. Cela était exprimé implicitement dans notre formule de république démocratique des ouvriers et des paysans, étant donné que les ouvriers et les paysans constituent les 80 à 90 pour cent de la population. Le Programme en dix points33En juillet 1928, le VIe Congrès du Parti communiste chinois adopta un programme en dix points: 1) renversement de la domination de l’impérialisme; 2) confiscation des entreprises et des banques appartenant au capital étranger; 3) unification de la Chine et reconnaissance aux minorités nationales du droit à l’autodétermination; 4) renversement du gouvernement des seigneurs de guerre du Kuomintang; 5) établissement du pouvoir des conseils des délégués des ouvriers, des paysans et des soldats; 6) institution de la journée de huit heures, augmentation des salaires, secours aux chômeurs, assurances sociales, etc.; 7) confiscation de toutes les terres des propriétaires fonciers et distribution des terres aux paysans; 8) amélioration des conditions de vie des soldats, distribution à leurs familles des terres auxquelles ils ont droit et attribution de travail à leurs familles; 9) abolition de toutes les taxes et autres contributions exorbitantes et adoption d’un impôt progressif unique;10) union avec le prolétariat mondial et avec l’U.R.S.S., adopté par le VIe Congrès de notre Parti, exprime non seulement les intérêts des ouvriers et des paysans, mais aussi ceux de la nation tout entière. La situation présente exige cependant que nous remplacions notre formule par celle de république populaire. En effet, l’agression japonaise a modifié les rapports de classes en Chine et rendu possible la participation à la lutte antijaponaise de la petite bourgeoisie et même de la bourgeoisie nationale.

   Il va de soi que la république populaire ne représentera point les intérêts des classes ennemies. Au contraire, elle sera directement opposée aux despotes locaux, aux mauvais hobereaux et à la bourgeoisie compradore, laquais de l’impérialisme, et ne les considérera pas comme faisant partie du peuple, exactement comme, à l’inverse, le “Gouvernement national de la République chinoise” de Tchiang Kaï-chek représente seulement les ploutocrates et non les gens du peuple, qui, pour lui, ne font pas partie de la nation. La population de la Chine étant constituée dans une proportion de 80 à 90 pour cent par les ouvriers et les paysans, la république populaire devra en premier lieu représenter leurs intérêts. Cependant, en rejetant l’oppression impérialiste pour donner la liberté et l’indépendance à la Chine et en brisant le pouvoir d’oppression des propriétaires fonciers de façon à libérer la Chine du régime semi-féodal, la république populaire profitera non seulement aux ouvriers et aux paysans, mais également aux autres couches du peuple. Les intérêts des ouvriers, des paysans et du reste du peuple représentent, dans leur totalité, les intérêts de la nation chinoise. La bourgeoisie compradore et la classe des propriétaires fonciers vivent sur le sol chinois, mais elles ne tiennent pas compte des intérêts de la nation, et leurs intérêts sont en conflit avec ceux de la majorité. Comme nous ne rompons qu’avec cette petite minorité et n’entrons en lutte que contre elle, nous avons le droit de nous appeler les représentants de toute la nation.

   Il y a, bien entendu, confit d’intérêts entre classe ouvrière et bourgeoisie nationale. Il est impossible de développer avec succès la révolution nationale sans donner à son avant-garde, la classe ouvrière, les droits politiques et économiques ainsi que la possibilité de diriger ses forces contre l’impérialisme et ses valets, les traîtres à la nation. Cependant, si la bourgeoisie nationale adhère au front uni antiimpérialiste, la classe ouvrière et la bourgeoisie nationale auront des intérêts communs. Durant la période de la révolution démocratique bourgeoise, la république populaire n’abolira pas la propriété privée, à l’exception de celle revêtant un caractère impérialiste ou féodal, et, loin de confisquer les entreprises industrielles et commerciales de la bourgeoisie nationale, elle en encouragera le développement. Nous devons protéger tout capitaliste national qui n’accorde pas son soutien aux impérialistes ou aux traîtres à la nation. A l’étape de la révolution démocratique, la lutte entre le Travail et le Capital a des limites. La législation du travail de la république populaire protégera les intérêts des ouvriers, mais elle ne s’opposera pas à ce que la bourgeoisie nationale obtienne des profits et développe ses entreprises industrielles et commerciales, car ce développement nuit aux intérêts de l’impérialisme et sert ceux du peuple chinois. Il s’ensuit que la république populaire représentera les intérêts de toutes les couches du peuple en lutte contre l’impérialisme et les forces féodales. Le gouvernement de la république populaire s’appuiera principalement sur les ouvriers et les paysans et comprendra des représentants des autres classes en lutte contre l’impérialisme et les forces féodales.Mais n’est-il pas dangereux de permettre à ces représentants de participer au gouvernement de la république populaire? Non. Les ouvriers et les paysans constituent la masse fondamentale de cette république. En accordant à la petite bourgeoisie urbaine, aux intellectuels et aux autres éléments de la population qui soutiennent le programme anti-impérialiste et antiféodal le droit de s’exprimer et de travailler au sein du gouvernement de la république populaire, ainsi que celui d’élire et d’être élus, nous ne devrions pas compromettre les intérêts des ouvriers et des paysans, masse fondamentale de la population. La défense des intérêts de ces derniers doit constituer une partie essentielle de notre programme. La présence d’une majorité ouvrière et paysanne, le rôle dirigeant et l’action du Parti communiste au sein d’un tel gouvernement écarteront tout danger présenté par la participation des autres classes. Il est évident que la révolution chinoise, à son étape actuelle, est encore de caractère démocratique bourgeois et non socialiste prolétarien. Seuls les contre-révolutionnaires trotskistes34Les trotskistes étaient, à l’origine, une fraction antiléniniste au sein du mouvement ouvrier russe, qui dégénéra en une véritable bande contre-révolutionnaire. Dans son rapport présenté en 1937 à l’assemblée plénière du Comité central du Parti communiste (bolchévik) de l’U.R.S.S., le camarade Staline a caractérisé en ces termes l’évolution de ce groupe de renégats: “Dans le passé, il y a de cela sept ou huit ans, le trotskisme était au sein de la classe ouvrière un courant politique de ce genre, un courant antiléniniste, il est vrai, et partant profondément erroné, mais c’était malgré tout un courant politique. . . . Le trotskisme actuel n’est plus un courant politique au sein de la classe ouvrière, mais une bande sans principes et sans idées, composée de saboteurs, d’agents de diversion et de renseignements, d’espions et d’assassins, une bande formée par les ennemis jurés de la classe ouvrière agissant pour le compte des services de renseignements des Etats étrangers.” Après la défaite de la révolution chinoise en 1927, on vit également apparaître en Chineun petit nombre de trotskistes qui s’unirent à Tchen Tou-sieou et à d’autres renégats et formèrent en 1929 un groupuscule contre-révolutionnaire. Ils menaient une propagande contre-révolutionnaire, prétendant que le Kuomintang avait accompli la révolution démocratique bourgeoise, et devinrent un vil instrument entre les mains de l’impérialisme et du Kuomintang dans leur lutte contre le peuple. Les trotskistes chinois entrèrent officiellement dans les services de renseignements du Kuomintang. Après l’Incident du 18 Septembre, suivant les indications du renégat Trotski, qui leur demandait de “ne pas empêcher l’occupation de la Chine par l’Empire du Japon”, ils se mirent à collaborer avec les services de renseignements japonais, recevant des subsides des envahisseurs japonais et se livrant à toutes sortes d’activités au profit de l’agression japonaise. peuvent être assez insensés pour affirmer que la révolution démocratique bourgeoise en Chine est déjà accomplie et que tout développement ultérieur de la révolution ne saurait être que socialiste. La révolution de 1924-1927 est une révolution démocratique bourgeoise qui ne fut pas menée à son terme mais essuya une défaite. La révolution agraire qui se poursuit sous notre direction depuis 1927 est également une révolution démocratique bourgeoise, parce qu’elle est dirigée contre l’impérialisme et le féodalisme et non contre le capitalisme. Pour un temps assez long encore, notre révolution conservera ce caractère.Les forces motrices de la révolution restent, pour l’essentiel, les ouvriers, les paysans et la petite bourgeoisie urbaine, auxquels peut actuellement se joindre la bourgeoisie nationale.

   La transformation de notre révolution s’effectuera plus tard. Dans l’avenir, la révolution démocratique se transformera inévitablement en révolution socialiste. Quand ce passage se produira-t-il? Cela dépendra de la présence de certaines conditions nécessaires et peut requérir un temps assez long. Nous ne parlerons pas inconsidérément de ce passage tant que toutes les conditions politiques et économiques nécessaires à cette transformation ne seront pas réunies, tant qu’une telle transformation ne sera pas utile mais nuisible à l’immense majorité de notre peuple. On aurait tort de concevoir des doutes sur ce point et de s’attendre à un passage rapide à la révolution socialiste, comme l’ont fait certains camarades en soutenant que le jour où la révolution démocratique commencerait à triompher dans les principales provinces du pays marquerait le début de la transformation de la révolution. C’est que ces camarades ne comprenaient pas la nature politique et économique de la Chine et ne se rendaient pas compte que l’accomplissement de la révolution démocratique, dans les domaines politique et économique, serait bien plus difficile en Chine qu’en Russie et demanderait beaucoup plus de temps et d’efforts.

L’AIDE INTERNATIONALE

   Pour terminer, il convient de dire quelques mots sur les rapports entre la révolution chinoise et la révolution mondiale.

   Depuis qu’est apparu ce monstre, l’impérialisme, tous les événements dans le monde sont si intimement liés qu’il est impossible d’en isoler aucun. Nous autres Chinois, nous sommes prêts à combattre l’ennemi jusqu’à la dernière goutte de notre sang, nous sommes résolus à recouvrer par nos propres efforts ce que nous avons perdu et nous sommes capables de tenir notre rang dans le concert des nations. Néanmoins, cela ne signifie pas que nous pourrions nous passer de l’aide internationale. Non, de nos jours, l’aide internationale est nécessaire à tout pays, à toute nation qui mène une lutte révolutionnaire. Il y a un vieil adage qui dit: “A l’époque de Tchouentsieou, il n’y avait pas de guerres justes35Aphorisme de Mencius. En Chine, à l’époque de Tchouentsieou (722-481 av. J.-C.), les feudataires guerroyaient constamment entre eux pour s’emparer du pouvoir. D’où le propos du philosophe..” Cela est encore plus vrai, actuellement, de l’impérialisme; il n’y a de guerres justes que pour les nations opprimées et les classes opprimées. Dans le monde entier, toutes les guerres menées par le peuple contre ses oppresseurs sont des guerres justes. La Révolution de Février et la Révolution d’Octobre en Russie furent des guerres justes. Les révolutions menées par le peuple dans divers pays d’Europe à l’issue de la Première guerre mondiale furent des guerres justes. En Chine, la Guerre de l’Opium36Devant l’opposition du peuple chinois à son trafc d’opium et sous le prétexte de protéger son commerce, la Grande-Bretagne envoya de 1840 à 1842 des troupes qui envahirent la Chine. Les troupes chinoises, sous la conduite de Lin Tseh-siu, résistèrent, tandis que le peuple de Canton organisait spontanément des “Corps de répression anti-anglais” qui portèrent des coups sévères aux envahisseurs., la Guerre des Taiping37Guerre révolutionnaire paysanne menée, au milieu du XIXe siècle, contre la domination féodale et l’oppression nationale de la dynastie des Tsing. En janvier 1851, Hong Sieou-tsiuan, Yang Sieou-tsing et d’autres chefs de cette révolution organisèrent un soulèvement dans le Kouangsi et proclamèrent la fondation du Royaume céleste des Taiping. En 1852, l’armée paysanne quitta le Kouangsi et se dirigea vers le nord, traversant le Hounan, le Houpei, le Kiangsi et l’Anhouei. En 1853, elle prit Nankin, centre urbain du Bas-Yangtsé. Une partie de ses forces continua sa marche vers le nord et poussa jusqu’aux abords de Tientsin, grande ville de la Chine du Nord. Comme l’armée des Taiping omit d’établir de solides bases d’appui dans les territoires qu’elle occupait, et que son groupe dirigeant, après avoir fait de Nankin la capitale, commit de nombreuses fautes politiques et militaires, elle ne put résister aux attaques conjointes des troupes contre-révolutionnaires du gouvernement des Tsing et des pays agresseurs, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France, et elle fut vaincue en 1864., la Guerre des Yihotouan38Elle éclata en 1900 dans le nord de la Chine; ce fut un mouvement de lutte armée dirigé contre l’impérialisme. Ce mouvement groupait principalement les larges masses de paysans et d’artisans qui, organisées en sociétés secrètes et utilisant les croyances religieuses et les superstitions comme moyen de liaison, combattirent vaillamment les forces coalisées d’agression de huit puissances impérialistes: EtatsUnis, Grande-Bretagne, Japon, Allemagne, Russie, France, Italie et Autriche. Ces forces réprimèrent sauvagement le mouvement après s’être emparées de Pékin et de Tientsin., la Révolution de 191139Voir “Rapport sur l’enquête menée dans le Hounan à propos du mouvement paysan”, note 3, p. 59 du présent tome., l’Expédition du Nord des années 1926-1927, la Guerre révolutionnaire agraire menée de 1927 à nos jours, la résistance actuelle au Japon et les actions punitives contre les traîtres sont toutes des guerres justes. Avec l’essor actuel de la lutte antijaponaise dans l’ensemble du pays et de la lutte antifasciste dans le monde entier, les guerres justes s’étendront à toute la Chine et à tout le globe. Toutes les guerres justes se soutiennent mutuellement et toutes les guerres injustes doivent être transformées en guerres justes: telle est la ligne léniniste40Voir V. I. Lénine: “Le Programme militaire de la révolution prolétarienne”,et aussi Histoire du Parti communiste (bolchévik) de l’U.R.S.S., chapitre VI, section 3.. Dans notre résistance au Japon, nous avons besoin de l’aide des peuples du monde entier et, avant tout, de celle du peuple soviétique, qui ne manquera pas de nous l’accorder, car nous sommes liés avec lui par une cause commune. Pendant un certain temps, les forces révolutionnaires chinoises furent coupées par Tchiang Kaï-chek des forces révolutionnaires dans le monde et, de ce point de vue, nous étions isolés. Maintenant, la situation a changé, et en notre faveur. Dorénavant, cette évolution se poursuivra toujours à notre avantage. Nous ne serons plus isolés. C’est là une condition nécessaire à la victoire dans la résistance de la Chine au Japon et dans la révolution chinoise.

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. Rapport présenté par le camarade Mao Tsé-toung à la Conférence des Militants actifs du Parti, à Wayaopao, dans le nord du Chensi, à l’issue de la réunion du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois tenue dans la même localité en décembre 1935. La réunion, l’une des plus importantes qu’eût jamais convoquées le Comité central, critiqua l’opinion erronée, alors répandue dans le Parti, selon laquelle la bourgeoisie nationale chinoise ne saurait être un allié des ouvriers et des paysans dans la lutte contre le Japon, et elle décida d’adopter la tactique de front uni national. A la lumière des décisions du Bureau politique, le camarade Mao Tsé-toung expliqua de façon détaillée la possibilité et l’importance d’établir, dans les conditions de la résistance au Japon, un nouveau front uni avec la bourgeoisie nationale; il souligna la portée décisive du rôle dirigeant que devaient jouer le Parti communiste et l’Armée rouge au sein de ce front uni, indiqua le caractère de longue durée de la révolution chinoise, critiqua le sectarisme étroit de “porte close” et l’impatience dans la révolution qui existaient depuis longtemps au sein du Parti et qui furent les causes essentielles des sérieux revers essuyés par le Parti et l’Armée rouge au cours de la Deuxième guerre civile révolutionnaire. En même temps, le camarade Mao Tsé-toung attira l’attention du Parti sur la leçon historique de la défaite essuyée par la révolution en 1927 et provoquée par l’opportunisme de droite de Tchen Tou-sieou, et il montra que Tchiang Kaï-chek s’efforcerait à coup sûr de miner les forces de la révolution. Il mit ainsi notre Parti en état de garder la tête froide dans la nouvelle situation, de conserver intactes les forces révolutionnaires en dépit des intrigues incessantes et des attaques armées répétées auxquelles Tchiang Kaï-chek eut recours. A la réunion élargie du Bureau politique du Comité central du Parti, tenue en janvier 1935 à Tsouenyi, dans le Koueitcheou, une nouvelle direction au Comité central, ayant à sa tête le camarade Mao Tsé-toung, avait remplacé l’ancienne direction opportuniste “de gauche”. Cependant, du fait que la réunion s’était tenue pendant la Longue Marche de l’Armée rouge, elle s’était bornée à prendre des décisions sur les questions militaires les plus urgentes et sur des questions d’organisation du Secrétariat et de la Commission militaire révolutionnaire du Comité central. C’est seulement après que l’Armée rouge eut atteint le Chensi du Nord, à l’issue de la Longue Marche, que le Comité central du Parti eut la possibilité d’aborder systématiquement les divers problèmes de tactique dans le domaine politique. Ce sont ces problèmes de tactique politique que le camarade Mao Tsé-toung soumet à une analyse exhaustive dans ce rapport.
2. Chef de la clique des seigneurs de guerre du Peiyang dans les dernières années du règne de la dynastie des Tsing. Après que celle-ci eut été renversée en 1911, il s’appuya sur les forces armées de la contre-révolution, tabla sur le soutien de l’impérialisme et utilisa la tendance au compromis de la bourgeoisie — qui dirigeait alors la révolution — pour s’emparer de la présidence de la République et constituer le premier gouvernement des seigneurs de guerre du Peiyang, gouvernement représentant les intérêts des grands propriétaires fonciers et de la grande bourgeoisie compradore. Comme il aspirait à devenir empereur, il accéda en 1915, afin de s’assurer le soutien de l’impérialisme japonais, aux vingt et une demandes par lesquelles le Japon visait à exercer un contrôle exclusif sur la Chine. En décembre 1915 éclata dans le Yunnan un soulèvement dirigé contre Yuan Che-kai qui s’était fait proclamer empereur. Ce soulèvement trouva de nombreux échos dans tout le pays. Yuan Che-kai mourut à Pékin en juin 1916.
3. Le 18 janvier 1915, les impérialistes japonais présentèrent au gouvernement chinois de Yuan Che-kai leurs Vingt et une Demandes; le 7 mai suivant, ils lui envoyèrent un ultimatum exigeant qu’une réponse leur fût donnée dans les quarante-huit heures. Ces Demandes se divisaient en cinq parties. Les quatre premières étaient les suivantes: transfert au Japon des droits que l’Allemagne s’était arrogés dans le Chantong et concession de nouveaux droits dans cette province; concession en Mandchourie méridionale et en Mongolie orientale des droits de location et de possession des terres, du droit d’y séjourner, d’y exercer une activité industrielle et commerciale, ainsi que du droit exclusif d’y construire des voies ferrées et d’y exploiter les ressources minières; transformation des Aciéries de Hanyéping en société mixte sino-japonaise; acceptation par la Chine de l’obligation de ne pas concéder à une tierce puissance des ports et des îles du littoral chinois. La cinquième partie comprenait les exigences du Japon concernant le contrôle, en Chine, des affaires politiques, financières et militaires ainsi que de la police et le droit pour le Japon de construire les lignes ferroviaires vitales reliant entre elles les provinces du Houpei, du Kiangsi et du Kouangtong. Yuan Che-kai donna satisfaction à toutes ces demandes à l’exclusion de celles de la cinquième partie, à propos desquelles il déclara que “l’accord interviendrait plus tard”. Mais l’opposition unanime du peuple chinois contre ces demandes en empêcha la réalisation.
4. En novembre 1921, le gouvernement des Etats-Unis convoqua à Washington une conférence de neuf puissances, comprenant, en plus des Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal et le Japon. Il s’y déroula une lutte pour l’hégémonie en Extrême-Orient entre les Etats-Unis et le Japon. Le 6 février 1922, un traité fut conclu entre les neuf puissances, sur la base du principe, avancé par les Etats-Unis, de la “chance égale pour toutes les nations en Chine” ou de la “porte ouverte”. Ce traité visait à assurer la domination conjointe de la Chine par les puissances impérialistes, en frayant la voie, en fait, à la conquête de la Chine par les seuls impérialistes américains au détriment du Japon, qui s’efforçait également d’assurer sa domination exclusive sur la Chine.
5. Le 18 septembre 1931, l’“Armée du Kouantong” des forces japonaises, stationnée dans la Chine du Nord-Est, s’empara de Chenyang. Obéissant à l’ordre de “non-résistance absolue” donné par Tchiang Kaï-chek, les troupes chinoises cantonnées à Chenyang et ailleurs dans le Nord-Est (l’Armée du Nord-Est) se retirèrent au sud de la Grande Muraille, permettant ainsi aux forces japonaises d’occuper rapidement les provinces du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang. Le peuple chinois appela cet acte d’agression des bandits japonais l’Incident du 18 Septembre.
6. Les quatre provinces du Nord-Est étaient alors le Liaoning, le Kirin, le Heilongkiang et le Jéhol, qui correspondent actuellement aux provinces du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang, à la partie nord-est du Hopei située au nord de la Grande Muraille, et à la partie est de la Région autonome de Mongolie intérieure. Après l’Incident du 18 Septembre, les forces d’agression japonaises s’emparèrent d’abord du Liaoning, du Kirin et du Heilongkiang, et occupèrent plus tard, en 1933, le Jéhol.
7. Le 25 novembre 1935, à l’instigation des Japonais, le traître Yin Jou-keng, membre du Kuomintang, constitua un gouvernement fantoche — qui prit le nom d’“Administration autonome anticommuniste du Hopei oriental” — contrôlant vingtdeux districts de l’est du Hopei. Cet événement fut appelé Incident du Hopei oriental.
8. Il s’agit des conversations diplomatiques entre le gouvernement de Tchiang Kaï-chek et le gouvernement japonais au sujet de ce que l’on appelle les “Trois principes de Hirota”, c’est-à-dire les “Trois principes de conduite à l’égard de la Chine” formulés par Hirota, alors ministre des Affaires étrangères du Japon. Ils se résument ainsi: 1) répression, par la Chine, de tout mouvement antijaponais; 2) établissement d’une coopération économique entre la Chine, le Japon et le “Mandchoukouo”; 3) défense commune de la Chine et du Japon contre le communisme. Le 21 janvier 1936, Hirota déclara à la Diète japonaise que le gouvernement chinois “avait accepté les trois principes formulés par l’Empire”.
9. Cette révolution, connue également sous le nom de Première guerre civile révolutionnaire, était une lutte anti-impérialiste et antiféodale menée conjointement par le Parti communiste chinois et le Kuomintang, et qui eut pour contenu principal l’Expédition du Nord. Après avoir consolidé sa base d’appui dans le Kouangtong, l’Armée révolutionnaire constituée par les deux partis marcha vers le nord en juillet 1926 pour mener une expédition punitive contre les seigneurs de guerre du Peiyang que soutenaient les impérialistes. Avec l’appui chaleureux des larges masses d’ouvriers et de paysans, elle réussit à occuper, au cours du deuxième semestre de 1926 et du premier semestre de 1927, la majeure partie des provinces dans les bassins du Yangtsé et du fleuve Jaune. Alors que la révolution progressait avec succès, les deux cliques réactionnaires au sein du Kuomintang, ayant respectivement Tchiang Kaï-chek et Wang Tsing-wei pour chefs de le (elles représentaient les intérêts de la bourgeoisie compradore et de la classe des despotes locaux et des mauvais hobereaux), firent, avec l’aide des impérialistes, deux coups d’Etat contre-révolutionnaires, l’un en avril, l’autre en juillet 1927. Les idées de droite au sein du Parti communiste chinois, dont le représentant était Tchen Tou-sieou, ayant dégénéré en une ligne capitulationniste, le Parti et le peuple ne purent organiser une résistance efficace contre l’attaque lancée brusquement par les cliques réactionnaires du Kuomintang, ce qui fit échouer la révolution.
10. Cette révolution, connue également sous le nom de Deuxième guerre civile révolutionnaire, était une lutte menée de 1927 à 1937 par le peuple chinois sous la direction du Parti communiste chinois et ayant pour objectif principal l’instauration et l’extension du pouvoir rouge, le développement de la révolution agraire et la résistance armée contre la domination réactionnaire du Kuomintang.
11. L’année 1935 marqua le début d’un nouvel essor du mouvement patriotique du peuple chinois. Les étudiants de Pékin, sous la direction du Parti communiste chinois, furent les premiers à organiser, le 9 décembre, une manifestation patriotique, en lançant des mots d’ordre tels que “Arrêtons la guerre civile et unissons-nous tous contre l’ennemi extérieur!” “A bas l’impérialisme japonais!” Ce mouvement fit une brèche dans le régime de terreur instauré depuis longtemps par le gouvernement du Kuomintang en collusion avec l’envahisseur japonais, et gagna bientôt l’appui du peuple tout entier. Il est connu sous le nom de Mouvement du 9 Décembre. A partir de ce moment, de nouveaux changements se manifestèrent avec évidence dans les rapports entre les différentes classes du pays. La formation d’un front uni national contre le Japon, préconisée par le Parti communiste chinois, constitua dès lors la politique réclamée ouvertement par tous les patriotes, ce qui rejeta le gouvernement de Tchiang Kaï-chek, avec sa politique de trahison, dans un isolement extrême.
12. A l’époque où ce rapport fut présenté, Tchiang Kaï-chek négociait la vente de la Chine du Nord au Japon, après lui avoir vendu les provinces du Nord-Est, et poursuivait activement ses opérations militaires contre l’Armée rouge. Aussi le Parti communiste chinois devait-il faire tout son possible pour démasquer la trahison de Tchiang Kaï-chek, et, naturellement, celui-ci ne fut pas inclus dans le front uni national antijaponais proposé par le Parti. Mais le camarade Mao Tsé-toung envisageait déjà dans ce rapport la désagrégation éventuelle du camp des propriétaires fonciers et des compradores chinois, en raison des contradictions entre les différentes puissances impérialistes. Or, l’offensive de l’impérialisme japonais en Chine du Nord portait gravement atteinte aux intérêts des impérialistes anglo-américains; le Parti communiste chinois en concluait que la clique de Tchiang Kaï-chek, étroitement liée à ces intérêts, pouvait, sur l’ordre de ses maîtres, changer d’attitude à l’égard du Japon; aussi la politique qu’il adopta fut-elle de faire pression sur Tchiang Kaï-chek afin de l’amener à résister au Japon. En mai 1936, l’Armée rouge en provenance du Chansi arriva dans le nord du Chensi et demanda directement au gouvernement du Kuomintang à Nankin la cessation de la guerre civile et la résistance commune au Japon. En août de la même année, le Comité central du Parti communiste chinois adressa au Comité exécutif central du Kuomintang une lettre appelant à l’organisation d’un front uni des deux partis an de résister en commun au Japon, ainsi qu’à la désignation de représentants des deux partis en vue de l’ouverture de conversations. Mais ces propositions furent toutes rejetées par Tchiang Kaï-chek. Ce n’est qu’en décembre 1936, alors qu’il avait été arrêté à Sian par des officiers du Kuomintang, partisans de l’alliance avec les communistes pour la résistance au Japon, que Tchiang Kaï-chek fut contraint d’accepter les demandes formulées par le Parti communiste, c’est-à-dire de mettre fin à la guerre civile et de résister au Japon.
13. Tsai Ting-kai était commandant en second de la XIXe Armée de Route du Kuomintang et avait directement sous ses ordres l’un des corps d’armée. Il partageait le commandement de la XIXe Armée de Route avec Tchen Ming-chou et Tsiang Kouang-nai. La XIXe Armée de Route opérait d’abord contre l’Armée rouge dans le Kiangsi, puis elle fut envoyée à Changhaï après l’Incident du 18 Septembre. L’essor de la lutte antijaponaise qui s’étendait à Changhaï et au pays tout entier exerça une énorme influence sur l’état d’esprit de la XIXe Armée de Route. Dans la nuit du 28 janvier 1932, au moment où les fusiliers marins japonais attaquaient Changhaï, la XIXe Armée de Route et la population de la ville résistèrent aux envahisseurs. Mais la bataille fut perdue à cause de la politique de trahison de Tchiang Kaï-chek et de Wang Tsing-wei. Par la suite, la XIXe Armée de Route fut envoyée par Tchiang Kaï-chek dans le Foukien pour y poursuivre la lutte contre l’Armée rouge. Le commandement de la XIXe Armée de Route finit par comprendre que cette lutte n’offrait aucune issue à la situation. En novembre 1933, les chefs de la XIXe Armée de Route, ralliant un groupe de dirigeants du Kuomintang ayant Li Tsi-chen à leur tête, rompirent officiellement avec Tchiang Kaï-chek. Ils constituèrent dans le Foukien le “Gouvernement révolutionnaire populaire de la République chinoise” et conclurent avec l’Armée rouge un accord en vue de résister en commun au Japon et de lutter contre Tchiang Kaï-chek. La XIXe Armée de Route et le Gouvernement populaire du Foukien succombèrent sous les coups des forces armées de Tchiang Kaï-chek. Par la suite, Tsai Ting-kai et certains de ses compagnons passèrent peu à peu à la coopération avec le Parti communiste.
14. En septembre 1926, lorsque l’Armée révolutionnaire de l’Expédition du Nord approcha de Wouhan, Feng Yu-siang, à la tête de son armée cantonnée dans le Soueiyuan (aujourd’hui incorporé dans la Région autonome de Mongolie intérieure), proclama sa rupture avec la clique des seigneurs de guerre du Peiyang et se rallia à la révolution. Au début de 1927, partant du Chensi, ses troupes attaquèrent le Honan conjointement avec l’Armée de l’Expédition du Nord. Bien que Feng Yu-siang ait participé aux activités anticommunistes quand Tchiang Kaï-chek et Wang Tsing-wei eurent trahi la révolution en 1927, ses intérêts se trouvaient en conflit constant avec ceux de la clique de Tchiang Kaï-chek. Après l’Incident du18 Septembre, il se prononça pour la résistance au Japon et, en mai 1933, coopéra avec le Parti communiste en organisant à Tchangkiakeou une armée alliée populaire antijaponaise. Ses efforts échouèrent en août sous les coups des forces de Tchiang Kaï-chek et de l’armée d’agression japonaise. Dans les dernières années de sa vie, Feng Yu-siang continua à coopérer avec le Parti communiste.
15. La XXVIe Armée de Route du Kuomintang fut envoyée par Tchiang Kaï-chek dans le Kiangsi pour combattre l’Armée rouge. En décembre 1931, répondant à l’appel du Parti communiste chinois les invitant à résister au Japon, plus de 10.000 hommes de cette Armée, sous la direction des camarades Tchao Po-cheng, Tong Tchen-tang et autres, se soulevèrent à Ningtou, dans le Kiangsi, et passèrent du côté de l’Armée rouge.
16. Général de l’Armée du Nord-Est du Kuomintang. Les troupes qu’il commandait étaient cantonnées dans le Heilongkiang. Après l’Incident du 18 Septembre, elles résistèrent aux agresseurs japonais qui se dirigeaient vers le Heilongkiang à partir de la province du Liaoning.
17. Célèbre politicien du Kuomintang opposé à la politique de coopération de Sun Yat-sen avec le Parti communiste chinois. Il fut l’un des complices de Tchiang Kaï-chek dans le coup d’Etat contre-révolutionnaire du 12 avril 1927. Par la suite, rival de Tchiang Kaï-chek dans la lutte pour le pouvoir, il fut emprisonné par ce dernier. Libéré après l’Incident du 18 Septembre, il quitta Nankin pour Canton où il incita les seigneurs de guerre des cliques du Kouangtong et du Kouangsi à s’opposer, pendant une longue période, au gouvernement de Tchiang Kaï-chek installé à Nankin.
18. Le Programme en six points pour la résistance au Japon et pour le salut de la patrie était le “Programme fondamental du peuple chinois pour la lutte antijaponaise” présenté en 1934 par le Parti communiste chinois et publié avec les signatures de Soong Ching Ling et d’autres. Ce Programme comprenait les points suivants: 1) mobilisation générale des forces terrestres, navales et aériennes pour la résistance au Japon; 2) mobilisation du peuple tout entier; 3) armement général du peuple; 4) confiscation des biens des impérialistes japonais en Chine et des traîtres à la nation pour couvrir les dépenses de guerre; 5) création d’un comité de défense nationale armée pour toute la Chine, élu par les représentants des ouvriers, des paysans, de l’armée, des intellectuels et des hommes d’affaires; 6) alliance avec toutes les forces opposées à l’impérialisme japonais et établissement de relations amicales avec tous les pays observant une neutralité bienveillante.
19. Il s’agit de Tchen Tsi-tang du Kouangtong, de Li Tsong-jen et de Pai Tchong-hsi du Kouangsi.
20. La bande de Tchiang Kaï-chek qualifiait de “bandits” le peuple révolutionnaire et d’“extermination des bandits” ses actions militaires et ses mesures de répression massive contre le peuple révolutionnaire.
21. Le camarade Jen Pi-che était l’un des membres les plus anciens du Parti communiste chinois et l’un de ses premiers organisateurs. Elu membre du Comité central au Ve Congrès du Parti tenu en 1927, il fut réélu par la suite à tous les congrès. En 1931, à la quatrième session plénière du Comité central issu du VIe Congrès, il fut élu membre du Bureau politique. En 1933, il occupa le poste de secrétaire du Comité du Parti pour la Région frontière du Hounan-Kiangsi et en même temps celui de commissaire politique du VIe Groupe d’Armées. Il fut par la suite nommé commissaire politique de l’Armée rouge du IIe Front constituée après la jonction des VIe et IIe Groupes d’Armées. Au début de la Guerre de Résistance contre le Japon,il devint chef du Département politique général de la VIIIe Armée de Route. A partir de 1940, il travailla au Secrétariat du Comité central du Parti. A la première session plénière du Comité central issu du VIIe Congrès du Parti, tenue en 1945, il fut de nouveau élu membre du Bureau politique et devint l’un des secrétaires du Secrétariat du Comité central. Il mourut le 27 octobre 1950 à Pékin.
22. Le VIe Groupe d’Armées de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine se trouvait au début dans la base d’appui de la région frontière du Hounan-Kiangsi. En août 1934, sur l’ordre du Comité central du Parti communiste chinois,il brisa l’encerclement de l’ennemi et changea de positions. En octobre, il opéra sa jonction, dans l’est du Koueitcheou, avec le IIe Groupe d’Armées commandé par le camarade Ho Long. Ils constituèrent ensemble l’Armée rouge du IIe Front et créèrent la base révolutionnaire du Hounan-Houpei-Setchouan-Koueitcheou.
23. En octobre 1934, les Ier, IIIe et Ve Groupes d’Armées de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine (c’est-à-dire l’Armée rouge du Ier Front appelée aussi Armée rouge centrale) commencèrent un déplacement stratégique général en partant de Tchangting et de Ninghoua dans l’ouest du Foukien, et de Joueikin, Yutou et autres lieux dans le sud du Kiangsi. L’Armée rouge traversa onze provinces: le Foukien, le Kiangsi, le Kouangtong, le Hounan, le Kouangsi, le Koueitcheou, le Setchouan, le Yunnan, le Sikang, le Kansou et le Chensi, franchissant des chaînes de montagnes couvertes de neiges éternelles et de vastes plaines marécageuses où l’homme n’avait pour ainsi dire jamais pénétré. Elle passa par des épreuves sans nombre, brisa tous les efforts tentés par l’ennemi pour l’encercler, la poursuivre, s’opposer à son avance ou l’arrêter au passage, et, en octobre 1935, après avoir effectué une marche ininterrompue de 25.000 lis (12.500 kilomètres), elle atteignit victorieusement la base révolutionnaire établie dans le nord du Chensi.
24. Elle constituait le IVe Front de l’Armée rouge des Ouvriers et des Paysans de Chine. En mars 1935, abandonnant sa base d’appui de la région frontière du Setchouan-Chensi, elle commença son déplacement vers les frontières du Setchouan et du Sikang. Au mois de juin, elle rejoignit à Maokong, dans l’ouest du Setchouan, l’Armée rouge du Ier Front et les deux armées se dirigèrent vers le nord en deux colonnes parallèles. Mais en arrivant en septembre dans la région de Maoeulkai, non loin de Songpan, Tchang Kouo-tao, de l’Armée du IVe Front, agissant de sa propre initiative et en violation des ordres du Comité central du Parti communiste chinois, entraîna la colonne de gauche en direction du sud, provoquant ainsi une dislocation dans les forces de l’Armée rouge. En juin 1936, l’Armée rouge du IIe Front, après avoir brisé l’encerclement et quitté la région frontière du HounanHoupei-Setchouan-Koueitcheou, traversa le Hounan, le Koueitcheou et le Yunnan et se joignit à l’Armée du IVe Front à Kantse, dans le Sikang. Alors, des camarades de l’Armée du IVe Front, agissant à l’encontre de Tchang Kouo-tao, reprirent la direction du nord, avec les troupes du IIe Front. En octobre 1936, l’Armée du IIe Front et une partie de l’Armée du IVe Front arrivèrent dans le Chensi du Nord où elles réussirent à rejoindre l’Armée rouge du Ier Front.
25. Renégat de la révolution chinoise. Dans sa jeunesse, spéculant sur la révolution, il adhéra au Parti communiste chinois. Il commit dans le Parti un nombre considérable d’erreurs qui dégénérèrent en véritables crimes. Le plus connu fut celui de 1935, lorsque, s’opposant à la marche de l’Armée rouge vers le nord, il préconisa par esprit défaitiste et liquidationniste la retraite de l’Armée rouge vers les régions peuplées de minorités nationales, situées à la limite du Setchouan et du Sikang; en outre, il se livra ouvertement à une activité de trahison contre le Parti et son Comité central, forma un pseudo-Comité central et sapa l’unité du Parti et de l’Armée rouge, faisant subir de lourdes pertes au IVe Front. Cependant, grâce au patient travail d’éducation accompli par le camarade Mao Tsé-toung et le Comité central du Parti, l’Armée rouge du IVe Front et ses nombreux cadres revinrent rapidement se mettre sous la juste direction du Comité central et jouèrent un rôle honorable dans les luttes ultérieures. Quant à Tchang Kouo-tao, il resta incorrigible: au printemps de 1938, il s’enfuit seul de la région frontière du Chensi-KansouNinghsia et devint un agent des services secrets du Kuomintang.
26. L’Armée rouge centrale ou Armée du Ier Front est l’Armée rouge créée dans la région du Kiangsi-Foukien et placée sous la direction immédiate du Comité central du Parti communiste chinois.
27. Selon la mythologie chinoise, Pan Kou fut le créateur du monde et le premier à régner sur l’humanité. Les Trois Souverains et les Cinq Empereurs sont des potentats légendaires de la Chine antique.
28. En juillet 1935, les troupes du Kuomintang lancèrent leur troisième campagne “d’encerclement et d’anéantissement” contre la base révolutionnaire du Chensi-Kansou. Au début, le 26e corps de l’Armée rouge du Chensi du Nord mit en déroute deux brigades ennemies dans le secteur oriental et rejeta l’adversaire sur la rive gauche du fleuve Jaune. En septembre, le 25e corps de l’Armée rouge, qui opérait primitivement dans la base d’appui du Houpei-Honan-Anhouei, traversa le Chensi du Sud et le Kansou de l’Est et déboucha dans le Chensi du Nord, où il fit jonction avec les forces de l’Armée rouge du Chensi du Nord, formant ainsi le XVe Groupe de l’Armée rouge. Dans la bataille de Laochan, à Kantsiuan, ce Groupe d’Armées anéantit la majeure partie de la 110e division adverse, tua son commandant, et peu après détruisit à Yulinkiao, district de Kantsiuan, quatre bataillons de la 107e division adverse. L’ennemi organisa alors d’autres attaques. Sous les ordres de Tong Ying-pin (un commandant de corps d’armée de l’Armée du Nord-Est), cinq divisions adverses passèrent à l’attaque en deux colonnes: à l’est, une division progressait vers le nord en suivant l’itinéraire Louotchouan-Fouhsien; à l’ouest, les quatre autres divisions, débouchant de Kingyang et de Hochouei, dans le Kansou, longèrent la rivière Houlou en direction de Fouhsien, dans le Chensi du Nord. En octobre, l’Armée rouge centrale atteignit le Chensi du Nord. En novembre, en coopération avec le XVe Groupe d’Armées, elle anéantit devant Tchelouotchen, au sud-ouest de Fouhsien, la 109e division adverse et détruisit à Heichoueise un régiment de la106e division au cours de la poursuite. Ainsi fut complètement brisée la troisième campagne “d’encerclement et d’anéantissement” de l’ennemi dirigée contre la région frontière du Chensi-Kansou.
29. En 1934-1935, au moment du déplacement de ses forces principales stationnées dans le Sud, l’Armée rouge y laissa des détachements de partisans qui menèrent avec opiniâtreté la guerre de partisans dans quatorze régions réparties sur huit provinces. Ces régions sont: le sud du Tchékiang, le nord du Foukien, l’est du Foukien, le sud du Foukien, l’ouest du Foukien, le nord-est du Kiangsi, les confins du Foukien et du Kiangsi, les confins du Kouangtong et du Kiangsi, le sud du Hounan, les confins du Hounan et du Kiangsi, les confins du Hounan, du Houpei et du Kiangsi, les confins du Houpei, du Honan et de l’Anhouei, la région des monts Tongpo dans le Honan du Sud et l’île de Hainan, au large des côtes du Kouangtong.
30. Après que les impérialistes japonais eurent occupé le Nord-Est en 1931, le Parti communiste chinois appela le peuple à la résistance armée, organisa des détachements de partisans antijaponais et l’Armée révolutionnaire populaire du Nord-Est, et apporta son aide aux différents détachements de volontaires antijaponais. Après 1934, sous la direction du Parti, toutes ces forces furent réorganisées en une seule armée: l’Armée coalisée antijaponaise du Nord-Est qui avait pour commandant en chef le remarquable communiste Yang Tsing-yu. Pendant longtemps, cette Armée mena une guerre de partisans antijaponaise dans le Nord-Est. Quant à la guerre de partisans antijaponaise dans le Hopei oriental, il s’agit du soulèvement paysan antijaponais qui y éclata en mai 1935.
31. Guerre de 1918 à 1920, au cours de laquelle le peuple soviétique repoussa l’intervention armée des Etats impérialistes, notamment de la Grande-Bretagne, des EtatsUnis, de la France, du Japon et de la Pologne, et écrasa la rébellion des Gardes blancs.
32. Le pouvoir politique et la politique d’une république populaire, tels qu’ils sont décrits ici par le camarade Mao Tsé-toung, devinrent, au cours de la Guerre de Résistance contre le Japon, une réalité dans les régions populaires libérées, placées sous la direction du Parti communiste chinois. C’est ce qui permit au Parti communiste de diriger le peuple, sur les arrières de l’ennemi, dans une guerre victorieuse contre les envahisseurs japonais. Au cours de la Troisième guerre civile révolutionnaire qui éclata après la capitulation du Japon, les régions populaires libérées s’étendirent progressivement à tout le pays; ainsi naquit une république unifiée, la République populaire de Chine, et l’idéal du camarade Mao Tsé-toung relatif à la république populaire se réalisa à l’échelle nationale.
33. En juillet 1928, le VIe Congrès du Parti communiste chinois adopta un programme en dix points: 1) renversement de la domination de l’impérialisme; 2) confiscation des entreprises et des banques appartenant au capital étranger; 3) unification de la Chine et reconnaissance aux minorités nationales du droit à l’autodétermination; 4) renversement du gouvernement des seigneurs de guerre du Kuomintang; 5) établissement du pouvoir des conseils des délégués des ouvriers, des paysans et des soldats; 6) institution de la journée de huit heures, augmentation des salaires, secours aux chômeurs, assurances sociales, etc.; 7) confiscation de toutes les terres des propriétaires fonciers et distribution des terres aux paysans; 8) amélioration des conditions de vie des soldats, distribution à leurs familles des terres auxquelles ils ont droit et attribution de travail à leurs familles; 9) abolition de toutes les taxes et autres contributions exorbitantes et adoption d’un impôt progressif unique;10) union avec le prolétariat mondial et avec l’U.R.S.S.
34. Les trotskistes étaient, à l’origine, une fraction antiléniniste au sein du mouvement ouvrier russe, qui dégénéra en une véritable bande contre-révolutionnaire. Dans son rapport présenté en 1937 à l’assemblée plénière du Comité central du Parti communiste (bolchévik) de l’U.R.S.S., le camarade Staline a caractérisé en ces termes l’évolution de ce groupe de renégats: “Dans le passé, il y a de cela sept ou huit ans, le trotskisme était au sein de la classe ouvrière un courant politique de ce genre, un courant antiléniniste, il est vrai, et partant profondément erroné, mais c’était malgré tout un courant politique. . . . Le trotskisme actuel n’est plus un courant politique au sein de la classe ouvrière, mais une bande sans principes et sans idées, composée de saboteurs, d’agents de diversion et de renseignements, d’espions et d’assassins, une bande formée par les ennemis jurés de la classe ouvrière agissant pour le compte des services de renseignements des Etats étrangers.” Après la défaite de la révolution chinoise en 1927, on vit également apparaître en Chineun petit nombre de trotskistes qui s’unirent à Tchen Tou-sieou et à d’autres renégats et formèrent en 1929 un groupuscule contre-révolutionnaire. Ils menaient une propagande contre-révolutionnaire, prétendant que le Kuomintang avait accompli la révolution démocratique bourgeoise, et devinrent un vil instrument entre les mains de l’impérialisme et du Kuomintang dans leur lutte contre le peuple. Les trotskistes chinois entrèrent officiellement dans les services de renseignements du Kuomintang. Après l’Incident du 18 Septembre, suivant les indications du renégat Trotski, qui leur demandait de “ne pas empêcher l’occupation de la Chine par l’Empire du Japon”, ils se mirent à collaborer avec les services de renseignements japonais, recevant des subsides des envahisseurs japonais et se livrant à toutes sortes d’activités au profit de l’agression japonaise.
35. Aphorisme de Mencius. En Chine, à l’époque de Tchouentsieou (722-481 av. J.-C.), les feudataires guerroyaient constamment entre eux pour s’emparer du pouvoir. D’où le propos du philosophe.
36. Devant l’opposition du peuple chinois à son trafc d’opium et sous le prétexte de protéger son commerce, la Grande-Bretagne envoya de 1840 à 1842 des troupes qui envahirent la Chine. Les troupes chinoises, sous la conduite de Lin Tseh-siu, résistèrent, tandis que le peuple de Canton organisait spontanément des “Corps de répression anti-anglais” qui portèrent des coups sévères aux envahisseurs.
37. Guerre révolutionnaire paysanne menée, au milieu du XIXe siècle, contre la domination féodale et l’oppression nationale de la dynastie des Tsing. En janvier 1851, Hong Sieou-tsiuan, Yang Sieou-tsing et d’autres chefs de cette révolution organisèrent un soulèvement dans le Kouangsi et proclamèrent la fondation du Royaume céleste des Taiping. En 1852, l’armée paysanne quitta le Kouangsi et se dirigea vers le nord, traversant le Hounan, le Houpei, le Kiangsi et l’Anhouei. En 1853, elle prit Nankin, centre urbain du Bas-Yangtsé. Une partie de ses forces continua sa marche vers le nord et poussa jusqu’aux abords de Tientsin, grande ville de la Chine du Nord. Comme l’armée des Taiping omit d’établir de solides bases d’appui dans les territoires qu’elle occupait, et que son groupe dirigeant, après avoir fait de Nankin la capitale, commit de nombreuses fautes politiques et militaires, elle ne put résister aux attaques conjointes des troupes contre-révolutionnaires du gouvernement des Tsing et des pays agresseurs, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France, et elle fut vaincue en 1864.
38. Elle éclata en 1900 dans le nord de la Chine; ce fut un mouvement de lutte armée dirigé contre l’impérialisme. Ce mouvement groupait principalement les larges masses de paysans et d’artisans qui, organisées en sociétés secrètes et utilisant les croyances religieuses et les superstitions comme moyen de liaison, combattirent vaillamment les forces coalisées d’agression de huit puissances impérialistes: EtatsUnis, Grande-Bretagne, Japon, Allemagne, Russie, France, Italie et Autriche. Ces forces réprimèrent sauvagement le mouvement après s’être emparées de Pékin et de Tientsin.
39. Voir “Rapport sur l’enquête menée dans le Hounan à propos du mouvement paysan”, note 3, p. 59 du présent tome.
40. Voir V. I. Lénine: “Le Programme militaire de la révolution prolétarienne”,et aussi Histoire du Parti communiste (bolchévik) de l’U.R.S.S., chapitre VI, section 3.