Questions au Kuomintang

Questions au Kuomintang1Éditorial écrit par le camarade Mao Zedong pour le quotidien de Yenan, le Kiéfangjepao.

Mao Zedong

12 juillet 1943

Depuis le mois dernier, on constate en Chine, dans le camp de la Résistance, un phénomène inhabituel et stupéfiant: de nombreux organismes dirigés par le Kuomintang — organismes du parti, du gouvernement et de l’armée — ont déclenché une campagne de sape contre l’union et la Résistance. Menée sous l’enseigne de la lutte contre le Parti communiste, cette campagne est dirigée en fait contre la nation chinoise, contre le peuple chinois.

Voyons d’abord les armées du Kuomintang. Parmi toutes les armées du pays qui relèvent de son autorité, pas moins de trois groupes appartenant à ses forces principales sont stationnés dans le Nord-Ouest; ce sont les 34e, 37e et 38e Groupes d’Armées, tous placés sous les ordres de Hou Tsong-nan, commandant en second de la VIIIe Zone de guerre. Alors qu’un seul de ces groupes a été affecté à la défense du fleuve Jaune, de Yitchouan à Tongkouan, contre l’envahisseur japonais, les deux autres ont été utilisés pour encercler la région frontière du ChensiKansou-Ninghsia. Cet encerclement dure depuis plus de quatre ans, et on s’y était habitué aussi longtemps qu’il n’y avait pas de chocs armés. Or, depuis quelques jours, un changement inattendu s’est produit: des trois corps d’armée — les 1er, 16e et 90e — chargés de la défense du fleuve Jaune, deux ont été transférés, le 1er dans la région de Pintcheou-Tchouenhoua, le 90e dans la région de Louotchouan; et ils se préparent activement à attaquer la Région frontière; aussi la plus grande partie de la ligne de défense du fleuve se trouve-t-elle dégarnie devant l’envahisseur.

On ne peut donc s’empêcher de poser cette question: Quels sont exactement les rapports entre ces gens du Kuomintang et les Japonais? Jour après jour, nombre de gens du Kuomintang mènent une propagande effrénée contre le Parti communiste, prétendant qu’il “sape la Résistance”, qu’il “sape l’union”. Mais peut-on dire que c’est renforcer la Résistance que de retirer le gros des forces de la ligne de défense du fleuve? ou que c’est renforcer l’union que d’attaquer la Région frontière?

Nous aimerions demander aux gens du Kuomintang qui agissent de la sorte: Vous tournez le dos aux Japonais alors qu’ils vous font encore face; que ferez-vous s’ils se mettent à avancer sur vos talons?

Et comment se fait-il qu’après votre abandon d’un large secteur de la défense du fleuve, les Japonais continuent, de la rive opposée, à vous regarder tranquillement, sans bouger, et se contentent de vous observer à travers leurs jumelles, se réjouissant de voir s’éloigner vos silhouettes? Pourquoi aiment-ils tant vous voir de dos? Et pourquoi n’éprouvez-vous aucune inquiétude après avoir abandonné la défense du fleuve et laissé un large secteur dégarni?

Dans une société fondée sur la propriété privée, il est de règle, avant d’aller se coucher, de verrouiller les portes pour la nuit. Tout le monde sait que ce n’est pas une mesure superflue, mais une précaution contre les voleurs. Vous qui laissez maintenant la porte grande ouverte, vous ne craignez donc pas les voleurs? Et pourquoi ceux-ci n’entrent-ils pas, alors que cette porte leur est largement ouverte?

D’après vous, en Chine, c’est le Parti communiste, et lui seul, qui “sape la Résistance”, tandis que vous autres, vous n’oubliez jamais de placer “la nation au-dessus de tout”. Mais alors, que placez-vous “au-dessus de tout” quand vous tournez le dos à l’ennemi?

D’après vous, c’est également le Parti communiste qui “sape l’union”, alors que vous êtes de fervents partisans d’une “union sincère”. Mais alors peut-on parler d’“union sincère” quand vous lancez contre la population de la Région frontière les forces considérables de trois groupes d’armées (moins un corps d’armée) dotés d’artillerie lourde, et s’avançant baïonnette au canon?

Ou encore, selon une autre de vos assertions, vous désirez ardemment non pas l’union, mais l’“unification”; et c’est pourquoi vous voulez raser la Région frontière, supprimer ce que vous appelez un “fief féodal” et exterminer les communistes. Bien! Mais alors pourquoi ne craignez-vous pas que les Japonais “unifient” la nation chinoise, et vous-mêmes par-dessus le marché?

Et à supposer que ce soit vous qui réussissiez d’emblée à “unifier” la Région frontière et à liquider le Parti communiste, alors que les Japonais, endormis par un “breuvage soporifique” ou pétrifiés par une “formule magique” de votre invention, resteraient cloués sur place— la nation et vous-mêmes échappant ainsi à leur “unification” —, consentiriez-vous, chers Messieurs du Kuomintang, à nous révéler un peu du secret de ce breuvage et de cette formule?

Mais si vous ne possédez pas de “breuvage soporifique” ni de “formule magique” contre les Japonais et s’il n’existe pas d’accord tacite entre vous et eux, alors permettez-nous de vous dire formellement: vous ne devez pas attaquer la Région frontière, il ne vous est pas permis de le faire! “Lorsque le héron et l’huître sont aux prises, c’est le pêcheur qui en profite”, “lorsque la mante traque la cigale, derrière elle, le loriot est à l’affût” — il y a du vrai dans ces deux fables. Ce que vous devez faire, c’est de vous joindre à nous pour“unifier” les territoires occupés par les Japonais et pour en chasser les diables nippons. Pourquoi êtes-vous si impatients et si pressés d’“unifier” la Région frontière, qui est large comme la main? De vastes contrées de notre beau pays sont sous la coupe de l’ennemi, et vous ne manifestez aucune impatience, vous ne vous pressez pas; par contre, vous êtes impatients d’attaquer la Région frontière, vous êtespressés d’écraser le Parti communiste. C’est lamentable! C’esthonteux!

Passons maintenant aux activités du Kuomintang. Pour lutter contre le Parti communiste, il a créé plusieurs centaines de détachements d’agents secrets, recrutant coquins et fripouilles de toute espèce. Ainsi, le 6 juillet 1943 (an 32 de la République chinoise), la veille même du sixième anniversaire du déclenchement de la Guerre de Résistance, l’Agence centrale d’Information du Kuomintang diffusait une nouvelle, selon laquelle certaines “organisations culturelles” auraient tenu une réunion à Sian, dans le Chensi, et décidé d’adresser un télégramme à Mao Tsé-toung lui demandant de saisir l’occasion offerte par la dissolution de la IIIe Internationale pour “dissoudre” également le Parti communiste chinois, et, en outre, de “supprimer le fief de la Région frontière”. Le lecteur pourrait prendre cette information pour une “nouvelle”, alors qu’il s’agit d’une vieille histoire.

En effet, toute l’affaire a été l’œuvre d’un de ces détachements d’agents secrets, qui se comptent par centaines. Sur un ordre de l’état-major des services secrets (à savoir le “Bureau d’investigations et de Statistiques du Conseil militaire du Gouvernement national” et le “Bureau d’investigations et de Statistiques du Comité exécutif central du Kuomintang”), ce détachement a communiqué ses instructions au trotskiste et traître Tchang Ti-fei, connu pour ses articles anticommunistes dans Résistance et Cultur e (revue financée par le Kuomintang et dirigée par des traîtres à la nation), et qui est actuellement chef du Service des Instructeurs au Camp de Travail de Sian; le 12 juin, c’est-à-dire vingt-cinq jours avant que l’Agence centrale d’Information ne publiât la nouvelle, Tchang Ti-fei rassemblait neuf personnes et, au cours d’une réunion de dix minutes, faisait “adopter” le texte du prétendu télégramme.

A ce jour, ce télégramme n’est pas encore parvenu à Yenan, mais son contenu est déjà connu. On y soutient, paraît-il, que, la IIIe Internationale étant dissoute, le Parti communiste chinois doit être également “dissous”, que “le marxisme-léninisme a fait faillite”, etc.

Voilà bien le genre d’allégations de certaines gens du Kuomintang! Nous avons d’ailleurs toujours su que de la bouche de ces individus (qui se ressemble s’assemble) peut sortir n’importe quoi; et comme on pouvait s’y attendre, ils en ont encore une fois fait entendre de belles!

Il y a actuellement en Chine beaucoup de partis politiques. Il existe même deux Kuomintang. L’un porte la marque Wang Tsing-wei, il est installé à Nankin et ailleurs; il a, lui aussi, un drapeau avec un “soleil blanc sur ciel bleu”, un comité exécutif central et des détachements d’agents secrets en grand nombre. En outre, on trouve partout, dans les régions occupées, des partis fascistes d’obédience japonaise.

Chers Messieurs du Kuomintang! Comment se fait-il que, depuis la dissolution de la IIIe Internationale, vous vous démeniez à ce point, uniquement pour comploter la “dissolution” du Parti communiste, et que vous ne leviez même pas le petit doigt pour dissoudre tel ou tel parti de trahison nationale ou d’obédience japonaise? Pourquoi, dans le télégramme rédigé à votre instigation par Tchang Ti-fei, n’avez-vous pas, après avoir exigé la dissolution du Parti communiste, ajouté ne fût-ce qu’une phrase pour dire que les partis de trahison nationale ou d’obédience japonaise devaient également être dissous?

Peut-être estimez-vous que c’est trop d’avoir un parti communiste? Or, dans toute la Chine, il n’y a qu’un seul et unique Parti communiste contre deux Kuomintang. Où donc y a-t-il un parti de trop?

Messieurs du Kuomintang! Avez-vous jamais réfléchi à ceci: Pourquoi, à part vous, les Japonais et Wang Tsing-wei s’acharnent-ils, eux aussi, contre le Parti communiste, déclarant qu’un seul Parti communiste, c’est déjà un de trop et qu’il faut donc l’abattre? Pourquoi estiment-ils qu’il n’y a jamais trop mais pas assez de Kuomintang, et pourquoi soutiennent-ils et entretiennent-ils partout le Kuomintang de la marque Wang Tsing-wei?

Messieurs du Kuomintang! Nous allons prendre la peine de vous expliquer que si les Japonais et Wang Tsing-wei ont une prédilection pour le Kuomintang et les trois principes du peuple, c’est qu’ils y trouvent leur compte. Depuis la Première guerre mondiale, la seule période où les impérialistes et les traîtres ne purent aimer le Kuomintang, mais le haïrent et s’efforcèrent de le détruire par tous les moyens, fut celle de 1924 à 1927, lorsque le Kuomintang, réorganisé par le Dr Sun Yat-sen, admit des communistes en son sein et se constitua en une alliance nationale fondée sur la coopération entre le Kuomintang et le Parti communiste. C’est aussi pendant cette période seulement que les impérialistes et les traîtres ne purent aimer mais se mirent à haïr et s’efforcèrent de détruire par tous les moyens les trois principes du peuple remaniés par Sun Yat-sen, tels qu’ils sont exposés dans le Manifeste du Ier Congrès national du Kuomintang, c’est-à-dire les trois principes du peuple révolutionnaires. Par la suite, le Kuomintang a évincé de ses rangs les communistes, et les trois principes du peuple se sont trouvés vidés de l’esprit révolutionnaire de Sun Yat-sen; aussi ont-ils gagné l’affection de tous les impérialistes et de tous les traîtres et, pour les mêmes raisons, celle des fascistes japonais et du traître Wang Tsing-wei, qui les chérissent et les soutiennent, s’y accrochant comme à un trésor inestimable. Autrefois, le drapeau du Kuomintang de Wang Tsing-wei portait encore dans le coin gauche une marque jaune qui permettait de le distinguer de celui de l’autre Kuomintang; aujourd’hui, pour ne pas blesser la vue, on a carrément supprimé cette marque, et les drapeaux sont devenus absolument identiques. Quelle tendre affection!

Les organisations du Kuomintang de la marque Wang Tsing-wei foisonnent non seulement dans les régions occupées, mais aussi dans le “grand-arrière”. Les unes sont clandestines, elles constituent la cinquième colonne de l’ennemi. Les autres agissent au grand jour: leurs membres vivent à la solde du Kuomintang ou de ses services secrets; ils ne font rien pour la Résistance et se spécialisent dans l’anticommunisme. Ils ne portent pas sur eux la marque Wang Tsing-wei, mais, au fond, ils sont de la même maison. Ils font partie, eux aussi, de la cinquième colonne de l’ennemi; toutefois, ils usent d’un déguisement quelque peu différent pour se camoufler et tromper le public.

Désormais, la question est tout à fait claire. Quand vous avez donné des instructions à Tchang Ti-fei pour qu’il rédige le télégramme réclamant la “dissolution” du Parti communiste, vous avez délibérément tenu à n’y faire figurer aucune phrase disant que les partis d’obédience japonaise ou de trahison nationale devaient également être dissous; c’est que, sous le rapport de l’idéologie, de la politique et de l’organisation, vous avez avec eux beaucoup de points communs, dont l’essentiel est cette pensée commune: lutter contre le communisme et contre le peuple.

Une autre question aux gens du Kuomintang: Est-il vrai qu’en Chine, comme dans le monde, la seule doctrine à avoir “fait faillite” est le marxisme-léninisme, alors que toutes les autres seraient florissantes? Outre les trois principes du peuple à la Wang Tsing-wei, dont nous avons parlé plus haut, qu’en est-il du fascisme de Hitler, de Mussolini et de Tojo? Qu’en est-il du trotskisme de Tchang Ti-fei? Qu’en est-il, enfin, des doctrines contre-révolutionnaires des services secrets de diverses marques qui travaillent contre la révolution en Chine?

Chers Messieurs du Kuomintang! Comment se fait-il qu’en donnant vos instructions à Tchang Ti-fei, pour la rédaction du télégramme, vous n’ayez pas ajouté un seul mot ni formulé la moindre réserve au sujet de cette multitude de “doctrines” qui ne valent pas mieux que la peste, les punaises ou la crotte? Est-il possible que ces immondices contre-révolutionnaires soient à vos yeux irréprochables et parfaites, alors que seul le marxisme-léninisme aurait définitivement “fait faillite”?

A vrai dire, vous êtes, nous le soupçonnons fort, de connivence avec les partis d’obédience japonaise ou de trahison nationale; c’est pourquoi vous “respirez par les mêmes narines” qu’eux, c’est pourquoi vos paroles et vos actes sont si semblables, si identiques à ceux de l’ennemi et des traîtres qu’on ne peut plus les distinguer. L’ennemi et les traîtres voulaient dissoudre la Nouvelle IVe Armée, vous avez donné l’ordre de le faire; ils veulent dissoudre le Parti communiste, vous le voulez également; ils veulent liquider la Région frontière, vous le voulez aussi; ils ne souhaitent pas que vous défendiez le fleuve Jaune, vous abandonnez donc vos positions; ils attaquent la Région frontière (depuis six ans, les troupes ennemies disposées le long de la rive opposée, face à la ligne Soueiteh-Mitche-Kiahsien-Woupao-Tsingkien, n’ont cessé de bombarder les défenses fluviales de la VIIIe Armée de Route), vous vous apprêtez à l’attaquer vous aussi; ils font de l’anticommunisme, vous en faites autant; ils se répandent en invectives contre le communisme et les idées libérales, vous faites de même2Allusion à l’ouvrage de Tchiang Kaï-chek: Le Destin de la Chine, dans lequel il prêchait frénétiquement l’anticommunisme et la lutte contre les idées libérales.; ils obligent les communistes qu’ils ont arrêtés à abjurer dans la presse leurs opinions politiques, vous agissez comme eux; à des fins de sabotage, ils introduisent subrepticement des agents contre-révolutionnaires dans les rangs du Parti communiste, de la VIIIe Armée de Route et de la Nouvelle IVe Armée, vous procédez de la même façon. Comment se fait-il que vos paroles et vos actes soient si semblables, si identiques à ceux de l’ennemi et des traîtres qu’on ne puisse plus les distinguer? Puisqu’il en est ainsi, comment voulez-vous qu’on ne vous soupçonne pas d’être de mèche avec l’ennemi et les traîtres et d’être parvenus à quelque accord tacite avec eux?

Au Comité exécutif central du Kuomintang nous adressons officiellement la protestation suivante: Il est extrêmement erroné, inadmissible, de retirer des forces importantes de la ligne défensive du fleuve, pour préparer une attaque contre la Région frontière et déclencher la guerre civile. De même, il est extrêmement erroné, inadmissible, d’avoir fait diffuser par votre Agence centrale d’Information, le 6 juillet, une nouvelle qui sape l’union et qui est une insulte au Parti communiste. Ces erreurs sont l’une et l’autre des crimes monstrueux qui ne diffèrent en rien de ceux de l’ennemi et des traîtres. Vous êtes tenus de les réparer.

A M. Tchiang Kaï-chek, chef du Kuomintang, nous adressons officiellement la requête suivante: Vous donnerez l’ordre aux troupes de Hou Tsong-nan de regagner la ligne de défense du fleuve, vous prendrez des sanctions contre l’Agence centrale d’Information et vous châtierez le traître Tchang Ti-fei.

A tous les vrais patriotes au sein du Kuomintang qui n’admettent pas qu’on retire les troupes de la ligne de défense du fleuve pour attaquer la Région frontière, et qui ne réclament pas la dissolution du Parti communiste, nous lançons l’appel suivant: Passez à l’action pour conjurer le danger d’une guerre civile. Nous sommes prêts à coopérer avec vous jusqu’au bout pour sauver la nation.Nous sommes convaincus de la légitimité absolue de nos revendications.

flechesommaire2

Notes   [ + ]

1. Éditorial écrit par le camarade Mao Zedong pour le quotidien de Yenan, le Kiéfangjepao.
2. Allusion à l’ouvrage de Tchiang Kaï-chek: Le Destin de la Chine, dans lequel il prêchait frénétiquement l’anticommunisme et la lutte contre les idées libérales.