Repenser le Socialisme : Qu’est-ce que la transition socialiste ?

Repenser le socialisme

Pao-Yu Ching & Deng-Yuan Hsu

I. REPENSER LE SOCIALISME : QU’EST-CE QUE LA TRANSITION SOCIALISTE ?

   La transition socialiste est la période au cours de laquelle une société non communiste se transforme en une société communiste. Pendant la transition socialiste, il n’y a pas de chemin prédéterminé par lequel les politiques et les événements peuvent être jugés pour déterminer si cette voie est suivie. Au lieu de cela, l’analyse de la transition socialiste dépend de la direction générale de la transition. Par conséquent, un seul événement isolé ne peut déterminer si la transition est socialiste ou capitaliste. Nous n’avons pas de chemin prédéterminé et, par conséquent, nous n’avons pas de critères précis pour mesurer notre évaluation. Comme le disait Lénine : « Nous ne prétendons pas que Marx ou les marxistes connaissent sous tous ses aspects concrets le chemin du socialisme. Ce serait absurde. Nous connaissons l’orientation de ce chemin, nous savons quelles forces de classe y conduisent, mais ce qu’il est concrètement, pratiquement, c’est l’expérience de millions d’hommes qui le montrera, quand ils se mettront à l’œuvre. »1“Paysans   et   ouvriers”   dans   Œuvres   Complètes,   vol.   21,   p.   133,   New   York : International Publishers, 1932.

   Il y a cependant quelques directives générales et larges sur la direction de la transition vers le communisme. La plupart admettent généralement que le socialisme (ou ce que Marx appelait l’étape inférieure du communisme) est une étape de développement où les producteurs directs prennent le contrôle des moyens de production et où la distribution est faite « à chacun selon son travail ». Sous le capitalisme, les capitalistes possèdent les moyens de production et les producteurs directs n’ont aucun contrôle. Puisque le but de la production sous le capitalisme est la valorisation de la valeur, les capitalistes doivent extraire sans relâche autant de survaleur que possible des travailleurs. D’un autre côté, le but de la production sous le socialisme est de produire des produits de valeur d’usage pour répondre aux besoins de la population. Ainsi, le socialisme représente un changement fondamental dans les rapports de production capitalistes : il est l’antithèse du capitalisme. Ces directives générales donnent la direction, qui est un processus de développement de la transformation des rapports de production de la production marchande à la production non marchande. En conséquence, il doit y avoir des changements fondamentaux dans les aspects politiques, sociaux et culturels de la société. La transition socialiste n’est nullement une transition douce ; il est marqué par de nombreux rebondissements. Les reculs et les retraits attendus se produisent. Cependant, la direction générale est toujours claire. En raison de certaines circonstances, des retraites sont parfois nécessaires avant les avances. Dans de tels cas, les raisons des retraites devraient être clairement expliquées.

1. RÉEXAMINER LES CONCEPTS DE PROPRIÉTÉ D’ÉTAT ET DE PLANIFICATION ÉCONOMIQUE

A. Propriété d’État des moyens de production ne signifie pas relations de productions socialistes

   Dans les pays qui ont essayé d’établir le socialisme, l’État a d’abord pris l’initiative de nationaliser les industries. Par conséquent, le transfert légal des moyens de production à l’État a souvent été considéré comme le début du socialisme. En d’autres termes, l’analyse conventionnelle assimile souvent la propriété d’Etat des moyens de production au socialisme. Nous sommes en désaccord avec une telle analyse, car lorsque le transfert légal se produit, il n’y a aucun moyen de juger la nature de la transition : socialiste ou capitaliste. Ainsi, nous ne considérons pas le transfert légal des moyens de production à l’Etat comme le point de départ du socialisme. Le changement de propriété légale n’est qu’un point de référence ; c’est simplement un indice qui marque le développement historique jusqu’à cette époque. Le changement de propriété légale ouvre la possibilité à des changements futurs. Que la transition soit socialiste ou capitaliste dépend des événements concrets qui viennent après les transferts légaux.

   Nous devons d’abord clarifier le sens de la propriété d’État. La propriété étatique existe à la fois dans un système capitaliste et dans la période de transition vers le communisme. La propriété d’État signifie simplement que l’État exerce un contrôle effectif sur les moyens de production. Pendant la période de transition, la propriété d’État n’implique en aucun cas un changement dans les relations de production. Sous le capitalisme, l’appareil d’État peut exercer un contrôle effectif sur les moyens de production de certaines entreprises et les posséder. L’État a de nombreuses raisons de s’approprier les moyens de production de certaines entreprises dans un pays capitaliste. La raison la plus évidente est probablement le fait que la propriété étatique permet à l’État d’orienter, de façon limitée, la direction du développement et sert ainsi à compléter et à renforcer l’accumulation de capital tant dans le secteur public que privé. Par exemple, l’État peut posséder de grandes entreprises dans les services publics, les transports, les communications, les banques, etc. Une autre raison pour la propriété d’État sous le capitalisme dans les pays du Tiers Monde est de défendre certaines entreprises contre une prise de contrôle étrangère. Lorsqu’un pays du Tiers-Monde essaie de développer son économie de manière indépendante et que son capital privé national est très faible, la propriété de l’État est souvent le seul moyen de repousser les capitaux étrangers.

   Dans notre analyse de la période de transition entre le capitalisme et le communisme, la distinction entre le transfert légal de la propriété des moyens de production à l’État et le début de la transition socialiste est très importante pour clarifier la question du révisionnisme. Dans de nombreux pays, y compris la Chine, le Parti communiste a affirmé et continue de prétendre qu’il pratique le socialisme, parce que la majorité de ses industries sont toujours détenues par l’État, alors qu’en fait la transition est déjà passée du socialisme au capitalisme. À l’heure actuelle, le Parti communiste chinois utilise la propriété de l’État comme un indicateur de la pratique du socialisme afin de légitimer sa domination. Comme nous l’avons expliqué précédemment, la propriété étatique existe à la fois dans le système capitaliste et pendant la période de transition. Ainsi, la propriété de l’État n’indique ou n’exprime aucunement les relations de production.

   Marx distingue le changement légal du changement réel dans les relations de production. Marx critiquait M. Proudhon, parce que Proudhon considérait l’aspect légal, et non la forme réelle, comme exprimant les rapports de production2Voir Karl Marx, Lettre à PV Annenkov, 28 décembre 1846 dans Karl Marx et Frederick Engels, Selected Works, vol. 2, cinquième impression, Editions en Langues Etrangères, Moscou, 1962, pp. 441-452. Aussi, voir Karl Marx, Sur Proudhon, lettre à JB Schweitzer, 24 janvier 1865, dans Karl Marx, La misère de la philosophie, Pékin, Editions en Langues Etrangères, 1978, p. 215.. Pour la même raison, nous différons de l’usage traditionnel chinois du terme. Après que le Parti communiste ait renversé les nationalistes et établi le gouvernement populaire en 1949, le nouveau gouvernement a confisqué tout le capital bureaucratique et le capital étranger. Il a nationalisé toutes les principales propriétés dans les domaines du transport, des communications et de la manufacture. Puis, en 1952, il a accompli la réforme agraire. Après 1952, le gouvernement a pris plusieurs mesures pour nationaliser le capital privé restant et pour lancer des mouvements coopératifs dans l’agriculture. En 1956, il a achevé la nationalisation de l’industrie et la collectivisation de l’agriculture. Le gouvernement a légalement transféré la propriété des moyens de production à l’État et aux collectivités. La Chine a appelé (et appelle encore) la période entre 1952 et 1956, la transition vers le socialisme, et la période depuis 1956, le socialisme. Selon notre analyse, au cours de la période 1949-1978, l’État a institué des politiques qui indiquaient clairement la direction de la transition vers le communisme. Par conséquent, la transition était socialiste. D’autre part, les politiques de la réforme de Deng depuis 1979 ont clairement indiqué que la direction a été inversée vers le capitalisme. Par conséquent, la transition depuis 1979 est capitaliste.

   L’analyse ci-dessus ne doit pas être interprétée comme signifiant que la propriété étatique des moyens de production n’est pas nécessaire pendant la transition socialiste et justifie ainsi la privatisation massive qui a été menée en Chine sous la réforme de Deng. Nous expliquerons ce point plus loin dans notre analyse ci-dessous et nous expliquerons également la différence entre la propriété légale et la propriété économique.

B. La participation de l’État à la planification ne signifie pas économie socialiste

   La planification plutôt que le marché, voilà une autre mesure utilisée par l’analyse conventionnelle pour distinguer la transition capitaliste et socialiste. Ce type d’analyse assimile souvent la planification au socialisme et le marché au capitalisme. Comme la propriété publique, l’État dans le système capitaliste utilise également la planification comme un instrument pour orienter la direction de l’économie. Dans de nombreux pays capitalistes, l’État participe à la planification, qui peut avoir lieu avec ou sans transfert légal de la propriété à l’État. Bien qu’il varie d’un pays capitaliste à l’autre, l’appareil d’État dans les pays capitalistes a joué un rôle important tant dans la production directe (grâce à la propriété) que dans la planification. La question de l’étendue de la participation de l’État à ces activités a été débattue parmi les économistes bourgeois (et aux États-Unis entre conservateurs et libéraux) dans les pays capitalistes pendant de nombreuses décennies. La contradiction fondamentale du capitalisme est la socialisation de la production et la propriété privée des moyens de production. Tant que le système capitaliste existe, cette contradiction intrinsèque se manifeste par des crises périodiques de plus en plus profondes. Depuis la Grande Dépression, l’État dans les pays capitalistes a tenté de résoudre les problèmes résultant de cette contradiction fondamentale. L’État a utilisé le pouvoir qui lui est conféré pour réguler les cycles économiques à travers les politiques budgétaires et monétaires keynésiennes. Pour faire face au problème de la fluctuation économique et de la stagnation à long terme, l’État a également participé activement à la construction d’infrastructures publiques et à la gestion de la force de travail (programmes d’emploi, d’éducation et de formation, chômage et bienêtre). Grâce à des politiques de crédit (faible intérêt et prêts garantis), le gouvernement fédéral américain aide à l’expansion de l’industrie du logement. La construction militaire stimule l’industrie de la défense. L’État contribue également à réguler les marchés financiers afin de faciliter le lien entre capital financier et capital productif. Dans le domaine de la circulation, l’État réglemente et promeut le commerce national et international. Pour améliorer la compétitivité des entreprises américaines sur le marché international, le gouvernement américain fournit des subventions à l’exportation et des crédits à l’exportation aux entreprises. Les gouvernements locaux se joignent également à eux en offrant aux entreprises «l’environnement d’investissement le plus favorable», ce qui inclut la fourniture aux entreprises de terrains à bâtir, de routes, d’électricité et de rabais fiscaux. Le but de l’engagement de l’État dans toutes ces activités est de faciliter l’accumulation de capital, mais les dépenses engagées sont payées par les contribuables, dont la majorité est composée de travailleurs.

   Dans d’autres pays capitalistes avancés, la participation de l’État à la planification est encore plus étendue. Au Japon, par exemple, l’État a des plans à court et à long terme qui donnent des indications sur les taux de croissance, la consommation d’énergie, les besoins en main-d’œuvre, etc. Dans les pays en développement, la planification étatique joue également un rôle important rôle. À Taiwan, par exemple, l’État a activement promu une économie de croissance tirée par les exportations. Il projette le besoin de futures infrastructures publiques pour faciliter le transport des marchandises à l’exportation. L’État a également participé directement à la planification de la consommation d’énergie et à la production de matières premières destinées à l’exportation (acier et plastique, etc.). Par conséquent, c’est un mythe que dans les pays capitalistes, il existe un « système de libre entreprise » qui repose uniquement sur le mécanisme du marché pour fonctionner. La planification n’est pas le contraire du marché – les deux se complètent mutuellement dans un système capitaliste.

   L’intervention de l’État par le biais de la propriété publique ou de la planification ne peut cependant pas changer la nature fondamentale du capitalisme. Beaucoup d’économistes interventionnistes et régulateurs dans les pays capitalistes ont un vœu pieux que l’État puisse jouer un rôle majeur dans la modification du but de la production, de l’accumulation du capital à la satisfaction des besoins du peuple. Ils ne réalisent pas que l’accumulation de capital est fondamentale pour le système capitaliste ; ce but ne peut pas être modifié à volonté. Au lieu de cela, l’État joue un rôle important en facilitant l’accumulation de capital. Tout au plus, l’État peut-il influencer, dans une mesure très limitée, l’appropriation des produits entre le capital et le travail, afin de maintenir la stabilité de la société, ce qui n’a été fait que lorsque le prolétariat a pu exercer des pressions.

   En conclusion, de vieux concepts tels que la propriété étatique des moyens de production et la planification économique de l’État ne nous aident en aucune façon à clarifier la question de ce qu’est le socialisme. Au lieu de cela, ils nous compliquent davantage la tâche. Il est donc nécessaire pour nous de rechercher de nouveaux concepts pour notre analyse.

2. LA DIRECTION DE LA TRANSITION ET LA QUESTION DU RÉVISIONNISME

   Nous croyons que la question du révisionnisme devrait être déterminée par la direction de la transition, plutôt que de savoir si l’État possède toujours les moyens de production ou s’il pratique encore la planification étatique. La transition capitaliste, c’est-à-dire le révisionnisme, commence lorsque la machine d’État inverse la direction de la transition du socialisme/communisme au capitalisme. Cela ne signifie pas que, à ce stade, les révisionnistes sont en mesure de compléter la transformation des rapports de production du socialisme au capitalisme. La transformation elle-même prend du temps, comme nous l’avons vu dans l’ex-Union soviétique, dans les pays d’Europe de l’Est et en Chine. En outre, nous ne pouvons pas juger de la direction de la transition en examinant une politique unique ou un événement isolé. Au lieu de cela, les politiques doivent être évaluées en totalité. Nous introduisons donc deux nouveaux concepts – les projets capitalistes et les projets socialistes – comme outils pour notre analyse.

   Le but des projets capitalistes est d’orienter la société vers le capitalisme. Les projets capitalistes sont des moyens concrets d’établir, de maintenir ou d’élargir les rapports de production capitalistes et d’établir, de maintenir ou de renforcer une relation dominant/dominé entre les propriétaires des moyens de production et les producteurs directs. Le but de la production dans les projets capitalistes est la valorisation de la valeur. Si l’État est en mesure de continuer à mettre en œuvre des projets capitalistes de manière persistante pendant la transition, il finira par retirer aux producteurs directs tout contrôle sur les moyens de production ou le produit de leur travail. En développant les projets capitalistes, l’État (ou le capital privé) est en mesure d’accélérer l’accumulation du capital en extrayant de plus en plus de survaleur des travailleurs. La répartition des projets capitalistes est basée sur la taille du capital (constant et variable) et non sur la quantité de travail apportée.

   Les projets socialistes, diamétralement opposés aux projets capitalistes, sont dirigés vers le communisme, où les producteurs directs contrôlent les moyens de production et le produit de leur travail. Dans le cadre des projets socialistes, la distribution se fera d’abord en fonction de la quantité de travail fournie, avec une considération sérieuse accordée à la satisfaction des besoins fondamentaux des gens. Plus tard, lorsque les forces productives seront pleinement développées, la distribution sera faite selon les besoins. Les projets socialistes sont des projets conçus pour renforcer l’intérêt de classe à long terme du prolétariat ; ils ne sont pas les mêmes que les soi-disant programmes de protection sociale dans les pays capitalistes avancés. Les projets socialistes sont des politiques économiques (programmes) dérivées de décisions politiques. C’est le sens de ce que Mao a dit à propos de la « politique au poste de commande ». Les projets socialistes sont conçus pour restreindre, contenir et interrompre l’accumulation de capital étatique et/ou privé.

   Nous devons souligner ici qu’un projet socialiste n’est pas simplement un programme économique. Il inclut des aspects sociaux, politiques et idéologiques. En fait, tous ces aspects ne peuvent être séparés les uns des autres. La même chose est vraie pour un projet capitaliste. De plus, le projet socialiste n’existe pas avec des caractéristiques fixes et inchangées. Au contraire, le projet socialiste lui-même doit passer par des changements fondamentaux au cours de la transition vers le socialisme / communisme. Nous utiliserons des exemples concrets pour élaborer ce point plus tard.

   Pendant la transition socialiste, des projets socialistes et des projets capitalistes sont nécessaires. Par conséquent, nous ne pouvons pas juger la direction de la transition par une politique unique ou un événement isolé. Au lieu de cela, nous devons regarder le développement global pour déterminer la direction de la transition. Dans l’analyse suivante de la transition chinoise, nous utiliserons des exemples concrets pour montrer pourquoi des projets capitalistes et des projets socialistes devaient coexister pendant la transition socialiste, mais également que les projets socialistes rivalisaient et remplaçaient les projets capitalistes pour faire avancer la société. En outre, nous donnerons des exemples concrets pour montrer comment les révisionnistes ont pu inverser la direction de la transition en mettant en œuvre un ensemble de projets capitalistes bien coordonnés.

flechesommaire2   flechedroite

Notes

Notes
1 “Paysans   et   ouvriers”   dans   Œuvres   Complètes,   vol.   21,   p.   133,   New   York : International Publishers, 1932.
2 Voir Karl Marx, Lettre à PV Annenkov, 28 décembre 1846 dans Karl Marx et Frederick Engels, Selected Works, vol. 2, cinquième impression, Editions en Langues Etrangères, Moscou, 1962, pp. 441-452. Aussi, voir Karl Marx, Sur Proudhon, lettre à JB Schweitzer, 24 janvier 1865, dans Karl Marx, La misère de la philosophie, Pékin, Editions en Langues Etrangères, 1978, p. 215.