Introduction

Les Cahiers de Contre-Enseignement Prolétarien

#21 – Qu’est-ce qu’un aryen ?

Introduction

   Ces dernières années, Américains et Européens ont entendu de nombreux bavardages au sujet de la race et de la « pureté de la race». En même temps, on leur a parlé ou ils ont été témoins de faits horribles ou répugnants qui ont été commis sous l’empire d’une passion féroce : la haine des races. Les journaux ont été remplis d’histoires sanglantes, de boycottage économique et même de menaces de guerre, tout cela sous prétexte de différences de race. En Allemagne, les Juifs ont souffert du boycottage économique, d’attaques cruelles et parfois meurtrières, d’exil, de l’internement dans des camps de concentration, parce qu’ils sont — paraît-il — les « ennemis naturels », les «corrupteurs» de leurs concitoyens prétendument Aryens. En Amérique, la persécution et le lynchage des Nègres par les Blancs est une vieille histoire. En Orient, les Japonais ont été victimes d’humiliations pour leur nation et leur race, la législation des États-Unis ne les admettant pas dans ce pays en raison de leur race, d’où un profond ressentiment qui, en partie, est une des causes de leur politique guerrière actuelle. De plusieurs parties du monde s’élève le cri de la haine de race. Cette haine sépare des gens qui devraient collaborer pacifiquement en toute amitié. Elle oppose l’un à l’autre ceux qui devraient fraterniser; elle excite les passions les plus viles et les plus brutales; c’est une des haines les plus inhumaines qui envenime toutes les relations entre les peuples.

   Il y a, bien entendu, une raison pour que la haine de race domine à ce point aujourd’hui. Elle est le résultat direct de la longue crise économique, sans précédent, que nous subissons actuellement. Dans toutes les parties du monde où existent employeurs et employés, des millions d’hommes souffrent du chômage, sont sans nourriture et sans abri, en même temps que les usines ferment leurs portes, les fermes sont abandonnées, et les vaisseaux désarmés se détériorent. C’est là, pour nous, par le temps qui court, une vieille histoire, mais chaque fois que nous y pensons, cela semble de plus en plus absurde. Les dizaines de millions d’hommes qui, dans le monde entier, ont tant besoin de nourriture, de vêtements et de logements, qui veulent travailler et ne le peuvent pas, sont furieux. Ils deviennent une cause d’inquiétude pour ceux qui possèdent les usines, la terre et les vaisseaux. Hommes et femmes affamés ne souffriront pas toujours patiemment. Ils ne savent pas toujours ce qui cause leurs souffrances et qui sont leurs vrais ennemis. C’est pourquoi on peut très facilement les amener à haïr des gens parfaitement innocents; des hommes et des femmes qui ont travaillé côte à côte avec eux pendant des siècles, prenant part aux mêmes joies, aux mêmes luttes, aux mêmes souffrances. On s’en prend à des gens innocents, à cause de leur race, les rendant responsables de la faim et du chômage, qui sont le résultat direct du système capitaliste dans lequel nous vivons. À dessein, une race est incitée à haïr une autre race, pour que toutes deux ne puissent s’apercevoir de la cause réelle de leurs souffrances. Tant qu’elles dépenseront leur énergie à se haïr, elles n’essaieront pas de changer le système social. Puis, on peut forcer le groupe racial le moins nombreux à fournir une certaine quantité de travail qu’on lui enlève au profit du groupe le plus puissant.

   Ainsi les nazis en Allemagne ont proclamé ouvertement leur volonté de prendre leurs emplois aux Juifs et de les donner aux « Aryens ». Ils prétendaient que cela résoudrait le chômage, bien que toute la population juive — hommes, femmes et enfants — ne se montât qu’à 600.000 sur un total de 60 millions. Les quelques milliers d’emplois furent pris sous prétexte que les supérieurs « aryens » en avaient besoin. La raison économique de cette mesure était évidente, mais elle fut accompagnée de multiples bavardages sur la différence des races et le besoin de préserver et de perpétuer la race des purs « Aryens » aux dépens de toutes les autres. D’ailleurs, il est maintenant hors de doute que les pogroms brutaux en Russie tsariste furent déclenchés par les agents provocateurs du gouvernement dans le but de détourner la colère des masses mécontentes et opprimées1Une analyse approfondie de l’antisémitisme en Russie tsariste a été faite par le comte Ivan Tolstoï (Der Antisemitismus in Russland, Frankfurt a. M., 1909). Il en ressort nettement que les pogroms en Russie d’avant-guerre étaient un moyen pour surmonter les difficultés de la politique intérieure. (Note du traducteur.). On a fait souffrir les Juifs et tant que l’on a pu faire croire aux Russes toutes les infamies qu’on leur racontait sur les Juifs, une révolte générale a été évitée. Nous avons ici une image très nette de la véritable raison de la haine entre les races.

   Puisque tant de stupidités ont été proférées au sujet de races « supérieures » et « inférieures » et particulièrement sur les Aryens, il importe de savoir ce que ces mots signifient réellement. Le mot même « Aryen » est maintenant devenu haïssable par ces stupidités. Quiconque comprend les véritables causes des haines de race et des persécutions de race doit vouloir les combattre. Mais pour cela, il faut être capable de réfuter les mensonges et les propos erronés; il faut être à même d’expliquer ce que ces mots « races » et « Aryens » signifient en réalité.

   Il faut savoir se servir de ces mots « race » et « Aryen » intelligemment, ne pas se laisser aveugler par la passion et les préjugés. Souvent, les mots ne font que masquer l’ignorance. Quand on commence à parler de « race » avec calme et sans parti pris, l’on est bientôt obligé d’admettre qu’il y a beaucoup de choses à ce sujet que nous ne savons pas encore et ne pouvons savoir. Si nous expliquons les faits aussi complètement que nous le pouvons, il sera beaucoup plus facile d’expliquer également la vraie raison des haines de race : tentative de ceux qui sont responsables du mal, de détourner la colère des peuples affamés et exploités, dans le monde entier, en la tournant contre ceux qui en sont innocents.

   Le but de cette brochure est d’expliquer, aussi simplement que possible, ce que signifie scientifiquement l’expression «Aryen», et ce que ce mot veut dire par rapport à la théorie des races. Espérons qu’un peu d’information impartiale aidera à contrecarrer l’œuvre de haine et de mensonge faite à ce sujet. Si l’on peut enseigner aux hommes une attitude scientifique envers la race, ils seront moins prêts à tuer et à piller les autres peuples au nom d’une chimère. Ils seront en meilleure position pour s’unir et élaborer de vraies solutions aux problèmes d’aujourd’hui.

flechesommaire2  

Notes   [ + ]

1. Une analyse approfondie de l’antisémitisme en Russie tsariste a été faite par le comte Ivan Tolstoï (Der Antisemitismus in Russland, Frankfurt a. M., 1909). Il en ressort nettement que les pogroms en Russie d’avant-guerre étaient un moyen pour surmonter les difficultés de la politique intérieure. (Note du traducteur.