Chapitre 17 : La grande révolution socialiste d’Octobre

Cours de base sur le marxisme-léninisme-maoïsme

Parti Communiste d’Inde (maoïste)

Chapitre 17 : La grande révolution socialiste d’Octobre

   Comme mentionné précédemment, au chapitre 14, la période qui a suivi la défaite de la révolution de 1905 était un temps de répression et de réaction extrêmes sous la direction du Premier ministre du Tsar, Stolypine. La classe ouvrière a été la cible principale des attaques. Les salaires ont été réduits de 10 à 15%, et la journée de travail a été portée de 10 à 12 heures. Des listes noires de militants ouvriers ont été élaborées afin qu’on ne leur donne pas d’emplois. Des systèmes d’amendes sur les travailleurs ont été introduits. Toute tentative d’organisation a rencontré des attaques sauvages de la part de la police et des milices organisées par les agents du tsar. Dans une telle situation, de nombreux intellectuels et éléments petits bourgeois ont abandonné la lutte et certains ont même rejoint le camp de l’ennemi.

   Pour faire face à cette nouvelle situation, les bolcheviks ont changé des tactiques offensives (comme la grève générale et le soulèvement armé utilisé pendant la période de la Révolution de 1905) vers des tactiques défensives. Les tactiques défensives signifiaient le rassemblement des forces, la retraite des cadres dans la clandestinité et la poursuite du travail du parti en souterrain ainsi que la combinaison du travail illégal avec le travail dans les organisations ouvrières légales. La lutte révolutionnaire ouverte contre le tsarisme a été remplacée par des méthodes de lutte détournées.

   Les organisations juridiques survivantes ont servi de couverture pour les organisations clandestines du parti et comme moyen de maintenir les liens avec les masses. Afin de préserver leurs liens avec les masses, les bolcheviks ont fait usage des syndicats et des autres organisations populaires existantes, telles que les associations d’aide aux malades, les coopératives de travailleurs, les clubs, les sociétés d’éducation et même le Parlement. Les bolcheviks ont utilisé la plate-forme de la Douma d’Etat pour dénoncer la politique du gouvernement tsariste et les partis libéraux afin de gagner le soutien des paysans au prolétariat. La préservation de l’organisation illégale du Parti lui a permis de mener une ligne correcte et de rassembler des forces en vue d’une nouvelle montée de la révolution.

   En mettant en œuvre ces tactiques, les bolcheviks devaient lutter contre deux déviations au sein du mouvement – les liquidateurs et les Otzovistes (rappellistes). Les liquidateurs, qui étaient des mencheviks, voulaient fermer les structure illégales du parti et mettre en place un parti légal du « travail », avec le consentement du gouvernement. Les rappellistes, qui étaient parmi les bolcheviks, voulaient rappeler tous les membres bolcheviks de la Douma, et se retirer aussi des syndicats et de toutes les autres formes juridiques d’organisation. Ils voulaient uniquement la forme d’organisation illégale. Le résultat des deux tactiques aurait été d’empêcher le parti de réunir les forces nécessaires pour une nouvelle avancée de la révolution. En rejetant les deux déviations, les bolcheviks ont utilisé la tactique correcte de combiner des méthodes légales et illégales et ont pu gagner une forte présence dans de nombreuses organisations de travailleurs et également gagner un certain nombre d’organisations de travailleurs mencheviks. Cela a renforcé le parti et l’a préparé pour la reprise du mouvement révolutionnaire, qui a commencé à partir de 1912.

   Les bolcheviks ont tenu une conférence séparée du parti en janvier 1912 et se sont constitués en parti séparé : le Parti ouvrier social-démocrate de Russie (Bolcheviks) [POSDR (B)]. Lors de la conférence elle-même, ils ont déterminé la montée du mouvement révolutionnaire qui a été observée par l’augmentation du nombre de grévistes en 1911. Lors de cette conférence et lors des réunions du Comité central qui suivirent, de nouvelles tactiques ont été décidées selon la nouvelle situation. Il s’agissait d’étendre et d’intensifier les luttes des travailleurs.

   Un aspect important de la tactique du Parti au cours de cette période a été le démarrage du quotidien la Pravda (la Vérité), qui a contribué à renforcer les organisations bolcheviques et à diffuser leur influence parmi les masses. Plus tôt, les bolcheviks avaient un journal hebdomadaire, destiné aux travailleurs avancés. La Pravda, cependant, était un journal quotidien de masse, destiné à s’adresser à de plus larges sections des travailleurs. Commencé le 5 mai 1912, il a duré deux ans et demi. Au cours de cette période, il a rencontré de nombreux problèmes et de lourdes amendes des censeurs du gouvernement. Il a été supprimé huit fois mais reparu à chaque fois sous un nom légèrement changé. Il avait une circulation moyenne de 40 000 exemplaires. La Pravda a été soutenue par un grand nombre de travailleurs avancés – 5600 groupes de travailleurs collectaient pour la presse bolchevique. Par la Pravda, l’influence bolchevique s’est propagée non seulement parmi les travailleurs, mais aussi parmi les paysans. En effet, pendant la période de montée du mouvement révolutionnaire (1912-14), un fond solide a été établi pour un parti bolchevik massif. Comme l’a dit Staline: “La Pravda de 1912 était la pose de la pierre angulaire de la victoire du bolchevisme en 1917”.

   Avec le déclenchement de la guerre en 1914, la situation révolutionnaire a encore mûri. Les bolcheviks ont fait une large propagande parmi les ouvriers contre la guerre et pour le renversement du tsarisme. Des unités et des cellules ont également été formées dans l’armée et la marine, sur le front et à l’arrière, et des brochures étaient distribuées pour demander une lutte contre la guerre. Au front, après l’agitation intensive du Parti pour l’amitié et la fraternité entre les soldats des armées en conflit, il y eut un nombre croissant de refus d’attaquer de la part des unités armées en 1915 et 1916. La bourgeoisie et les propriétaires fonciers faisaient des milliards sur la guerre, mais les ouvriers et les paysans souffraient de difficultés croissantes. Des millions de personnes sont mortes directement de blessures ou d’épidémies causées par les conditions de guerre. En janvier et février 1917, la situation s’est particulièrement aggravée. La haine et la colère contre le gouvernement tsariste se sont répandues.

   Même la bourgeoisie impérialiste russe se méfiait du tsar, dont les conseillers travaillaient pour une paix séparée avec l’Allemagne. Eux aussi, avec le soutien des gouvernements britanniques et français, avaient prévu de remplacer le tsar par un coup d’Etat de palais. Cependant, le peuple a agi le premier.

   À partir de janvier 1917, un fort mouvement de grève révolutionnaire a commencé à Moscou, Pétrograd, Bakou et dans d’autres centres industriels. Les bolcheviks ont organisé de grandes manifestations de rue en faveur d’une grève générale. Alors que le mouvement de grève prenait de l’ampleur, le 8 mars, lors de la Journée internationale de lutte des femmes, les travailleuses de Pétrograd ont été appelées par les bolcheviks pour manifester contre la famine, la guerre et le tsarisme. Les travailleurs appuyaient les travailleuses avec des grèves et, au 11 mars, les grèves et les manifestations avaient pris le caractère d’un soulèvement armé. Le Bureau du Comité central, le 11 mars, a lancé un appel à la poursuite du soulèvement armé pour renverser le tsar et établir un gouvernement révolutionnaire provisoire. Le 12 mars, 60 000 soldats sont venus du côté de la révolution, ont combattu la police et aidé les travailleurs à renverser le tsar. Au fur et à mesure que les nouvelles se répandirent, les travailleurs et les soldats ont partout commencé à destituer les responsables tsaristes. La révolution démocratique bourgeoise de février avait gagné. (On l’appelle la révolution de février parce que le calendrier russe à cette époque avait 13 jours de retard sur le calendrier d’autres parties du monde et la date de la victoire de la révolution était le 27 février selon le calendrier russe).

   Dès que le tsarisme fut renversé, à l’initiative des bolcheviks, des Soviets de députés ouvriers et soldats émergèrent. Cependant, alors que les bolcheviks dirigeaient directement la lutte des masses dans les rues, les partis compromettants, opportunistes, mencheviks et socialistes-révolutionnaires (un parti petit-bourgeois qui était une continuation des premiers populistes) saisissaient les sièges dans les Soviets et établissaient une majorité là-bas. Ainsi, ils ont dirigé les Soviets à Pétrograd, à Moscou et dans un certain nombre d’autres villes. Pendant ce temps, les membres bourgeois libéraux de la Douma ont fait un contrat en sous-main avec les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires et ont formé un gouvernement provisoire. Le résultat a été la formation de deux corps représentant deux dictatures : la dictature de la bourgeoisie, représentée par le gouvernement provisoire et la dictature du prolétariat et de la paysannerie, représentée par les Soviets des députés ouvriers et soldats. Lénine appelait cela le double pouvoir.

   Immédiatement après la révolution bourgeoise, Lénine, toujours en Suisse, a écrit ses célèbres Lettres d’Exil, où il a analysé ce double pouvoir. Il a montré comment les Soviets étaient l’embryon du gouvernement ouvrier, qui devait aller de l’avant et gagner la victoire dans la deuxième étape de la révolution – la révolution socialiste. Leurs alliés à cet égard seraient les larges masses semi-prolétariennes, les petits paysans et le prolétariat de tous les pays.

   Le 16 avril 1917, Lénine arriva à Pétrograd après une longue période d’exil, et le lendemain présenta ses célèbres thèses d’avril devant une réunion des bolcheviks. Il a appelé à s’opposer au gouvernement provisoire et à travailler pour une majorité bolchevik aux Soviets ainsi qu’au transfert du pouvoir de l’Etat aux Soviets. Il a présenté le programme pour assurer la paix, la terre et le pain. Enfin, il a appelé à un nouveau Congrès du parti avec un nouveau nom de parti, le Parti communiste, pour construire une nouvelle Internationale, la Troisième Internationale. Les mencheviks ont immédiatement attaqué les thèses de Lénine et ont déclaré que « la révolution était en danger ». Cependant, dans un délai de trois semaines, la première Conférence ouverte du Parti bolchevik de la Russie entière (Septième Conférence) a approuvé le rapport de Lénine basé sur les mêmes thèses. Il a donné le slogan «Tout le pouvoir aux Soviets !». Il a également approuvé une résolution très importante, proposée par Staline, déclarant le droit des peuples à l’autodétermination, y compris à la sécession.

   Dans les mois suivants, les bolcheviks travaillèrent énergiquement selon la ligne de la Conférence, convainquant les masses d’ouvriers, de soldats et de paysans de l’exactitude de leur position. Le Sixième Congrès du Parti a également eu lieu en août 1917 après dix ans de vide. En raison du danger d’attaque du gouvernement provisoire, le Congrès devait se tenir en secret à Pétrograd, sans la présence de Lénine. Staline a présenté les principaux rapports politiques, qui demandaient la préparation du soulèvement armé. Le Congrès a également adopté de nouvelles règles du parti qui prévoyaient que toutes les organisations du parti seraient fondées sur les principes du centralisme démocratique. Il a également admis le groupe dirigé par Trotski dans le Parti.

   Peu de temps après le Congrès, le commandant en chef de l’armée russe, le général Kornilov, a organisé une révolte de l’armée pour écraser les bolcheviks et les Soviétiques. Cependant, les bolcheviks ont convaincu les soldats de nombreuses divisions de ne pas obéir aux ordres et la révolte a échoué. Après l’échec de cette révolte, les masses se sont rendues compte que les bolcheviks et les Soviets étaient la seule garantie pour la paix, la terre et le pain, qui étaient leurs revendications pressentes. La bolchevisation rapide des Soviets a eu lieu, la force de la révolution a augmenté, et le Parti a commencé à se préparer à l’insurrection armée.

   Dans cette période, Lénine, pour des raisons de sécurité, a dû rester en Finlande, loin de l’arène principale de la bataille. Au cours de cette période, il a complété son livre, L’Etat et la révolution, qui a défendu et développé les enseignements de Marx et Engels sur la question de l’Etat. Tout en exposant particulièrement les distorsions sur cette question par des opportunistes comme Kautsky, le travail de Lénine avait une importance théorique et pratique à l’échelle internationale. Cela s’explique parce que, comme Lénine l’a vu clairement à ce moment-là, la révolution bourgeoise de février en Russie était un lien dans une chaîne de révolutions prolétariennes socialistes causées par la Première Guerre mondiale. La question de la relation entre la révolution prolétarienne et l’Etat n’était alors plus seulement une question théorique. En raison de la situation révolutionnaire créée par la guerre, il s’agissait maintenant d’un problème d’une importance pratique immédiate et il fallait que le mouvement prolétarien international et les masses soient éduqués pour bien le comprendre et y répondre.

   Alors que la marée révolutionnaire se lançait, Lénine débarqua à Pétrograd le 20 octobre 1917. Dans les trois jours suivant son arrivée, une réunion historique du Comité central a décidé de lancer le soulèvement armé quelques jours plus tard. Immédiatement, des représentants ont été envoyés à toutes les régions du pays et en particulier aux unités de l’armée. En prenant conscience du plan de soulèvement, le gouvernement provisoire a commencé une attaque contre les bolcheviks, le 6 novembre 1917, la veille de la tenue du Deuxième Congrès des Soviets de Russie. Les gardes rouges et les unités révolutionnaires de l’armée ont riposté et, le 7 novembre 1917, le pouvoir de l’Etat est passé aux mains des Soviétiques.

   Immédiatement, le lendemain, le Congrès des Soviets a adopté le décret sur la paix et le décret sur les terres. Il a formé le premier gouvernement soviétique – le Conseil des commissaires du peuple – dont Lénine a été élu premier président. La Grande révolution socialiste d’octobre avait établi la dictature du prolétariat.

   Il y eut cependant une longue bataille avant que le pouvoir ouvrier ne soit consolidé. Tout d’abord, la guerre avec l’Allemagne devait être terminée. Cela a finalement été réalisé par le traité de Brest-Litovsk en février 1918. Cela n’a cependant pas apporté une paix durable. Dès que la Première Guerre Mondiale s’est terminée, les puissances impérialistes victorieuses, la Grande-Bretagne, la France, le Japon et l’Amérique, ont commencé une intervention directe et indirecte afin d’aider les anciennes classes dirigeantes de Russie à mener une guerre civile contre l’Etat soviétique. Cette guerre civile a duré jusqu’à la fin de 1920. L’état soviétique en est sorti victorieux, mais à la fin de la guerre, l’économie était en ruine.