Sur la déclaration d’un porte-parole de Tchiang Kai-Chek

Sur la déclaration d’un porte-parole de Tchiang Kai-Chek1Commentaire écrit par le camarade Mao Zedong pour l’Agence Hsinhua

Mao Zedong

16 août 1945

Un porte-parole de Tchiang Kaï-chek, commentant la prétendue violation par le Parti communiste de l’ordre du généralissime Tchiang Kaï-chek au commandant en chef Chu Teh, a dit dans une conférence de presse à Tchongking l’après-midi du 15 août: “Les ordres du généralissime doivent être exécutés.” “Ceux qui violent ces ordres sont des ennemis du peuple.” Un correspondant de l’Agence Hsinhua déclare: Cela signifie que Tchiang Kaï-chek a ouvertement donnéle signal de la guerre civile générale. Le 11 août, au moment même où les envahisseurs japonais allaient être définitivement anéantis, Tchiang Kaï-chek émit un ordre de trahison nationale, interdisant à la VIIIe Armée de Route, à la Nouvelle IVe Armée et à toutes les autres forces armées populaires de combattre les envahisseurs japonais et les troupes fantoches. Il est évident que cet ordre ne pouvait et ne devait absolument pas être accepté. Peu de temps après, Tchiang Kaï-chek proclama par la voix de son porte-parole que les forces armées du peuple chinois étaient “ennemies du peuple”; c’est comme s’il avait déclaré la guerre civile au peuple chinois. Le complot de Tchiang Kaï-chek pour déclencher une guerre civile n’a évidemment pas commencé avec son ordre du 11 août; c’est un plan qu’il n’a cessé de suivre au cours des huit années de la Guerre de Résistance. Dans ces huit années, Tchiang Kaï-chek a lancé trois campagnes anticommunistes de grande envergure, en 1940, 1941 et 19432Voir “Commentaire sur la onzième session plénière du Comité exécutif central du Kuomintang et la deuxième session du troisième Conseil politique national”, Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III., s’apprêtant chaque fois à développer la campagne en une guerre civile étendue à tout le pays, et seule l’opposition du peuple chinois et de personnalités publiques des pays alliés a empêché cette guerre d’éclater, à la grande fureur de Tchiang Kaï-chek. Celui-ci fut ainsi forcé de remettre la guerre civile générale jusqu’à la ?n de la Guerre de Résistance; telle est l’origine de l’ordre du 11 août et de la déclaration du 15 août. Dans le but de déclencher la guerre civile, Tchiang Kaï-chek avait déjà inventé de nombreuses expressions telles que “parti hérétique”, “parti traître”, “armée de trahison”, “armée rebelle”, “régions de traîtres”, “régions de bandits”, “désobéissance au commandement militaire et aux autorités gouvernementales”, “séparatisme féodal”, “sabotage de la Guerre de Résistance” et “mise en danger de l’Etat”; il avait prétendu qu’auparavant il n’y avait pas eu de “guerre civile” en Chine, mais seulement “extermination des communistes”, et que par conséquent il n’y aurait pas non plus de “guerre civile” à l’avenir, etc. Cette fois-ci, il y a une petite différence, c’est l’addition d’un nouveau terme: “ennemi du peuple”. Mais les gens verront bien que son invention est stupide. Car toutes les fois qu’on parle en Chine de l’“ennemi du peuple”, chacun sait de qui il s’agit. Il y a en Chine un homme qui a trahi les trois principes du peuple de Sun Yat-sen3Les trois principes du peuple sont les principes et le programme avancés par Sun Yat-sen sur les questions du nationalisme, de la démocratie et du bien-être du peuple dans la révolution démocratique bourgeoise en Chine. En 1924, dans le Manifeste du Ier Congrès du Kuomintang, congrès caractérisé par la coopération entre le Kuomintang et le Parti communiste, Sun Yat-sen formula à nouveau ses trois principes du peuple, interpréta le nationalisme comme l’opposition à l’impérialisme et se déclara pour un soutien actif aux mouvements des ouvriers et des paysans. Les anciens trois principes du peuple devinrent ainsi les nouveaux trois principes du peuple, comportant les trois thèses politiques fondamentales: l’alliance avec la Russie, l’alliance avec le Parti communiste et le soutien aux paysans et aux ouvriers. Les nouveaux trois principes du peuple ont fourni la base politique pour la coopération entre le Parti communiste chinois et le Kuomintang pendant la Première guerre civile révolutionnaire. et la Grande Révolution de 1927, qui a plongé le peuple chinois dans le bain de sang de dix ans de guerre civile et qui a provoqué ainsi l’agression de l’impérialisme japonais. Puis, affolé, il a pris ses jambes à son cou, entraînant toute une bande dans sa fuite du fleuve Heilongkiang jusqu’à la province du Koueitcheou. Et il a attendu la victoire en spectateur, les bras croisés. Maintenant que la victoire est là, il dit aux armées du peuple de “rester sur leurs positions jusqu’à nouvel ordre” et à l’ennemi et aux traîtres de “maintenir l’ordre” a?n qu’il puisse retourner à Nankin, glorieux et triomphant. A la simple mention de tous ces faits, le peuple chinois reconnaît que cet homme est Tchiang Kaï-chek. Après tout ce qu’il a fait, peut-on contester que Tchiang Kaï-chek soit un ennemi du peuple? Il y a pourtant contestation. Le peuple dit oui. L’ennemi du peuple dit non. Voilà toute la contestation. Parmi le peuple, c’est un sujet de moins en moins contesté. Ce qui fait le problème maintenant, c’est que cet ennemi du peuple veut déclencher une guerre civile. Que doit faire le peuple? Le correspondant de l’Agence Hsinhua déclare que la politique du Parti communiste chinois face à la volonté de Tchiang Kaï-chek de déclencher une guerre civile est claire et conséquente, et c’est de s’opposer à cette guerre civile. Déjà à l’époque où l’impérialisme japonais commençait à envahir la Chine, le Parti communiste chinois demanda qu’on mît fin à la guerre civile et qu’on s’unît contre l’agression étrangère. En 1936-1937, au prix d’efforts prodigieux, le Parti communiste mit Tchiang Kaï-chek dans l’obligation d’accepter ses propositions et rendit ainsi possible la Guerre de Résistance contre le Japon. Pendant les huit années de cette guerre, le Parti communiste chinois s’est efforcé sans relâche de mettre le peuple en garde contre le danger d’une guerre civile. Depuis l’année dernière, le Parti communiste a attiré à maintes reprises l’attention du peuple sur le gigantesque complot ourdi par Tchiang Kaï-chek pour déclencher une guerre civile d’envergure nationale dès la fin de la Guerre de Résistance. Le Parti communiste, comme le peuple chinois et tous ceux qui dans le monde s’intéressent à la paix en Chine, estime qu’une nouvelle guerre civile serait une calamité. Mais le Parti communiste maintient que la guerre civile peut encore être empêchée et qu’elle doit l’être. C’est dans le but d’empêcher la guerre civile que le Parti communiste a préconisé la formation d’un gouvernement de coalition. Maintenant Tchiang Kaï-chek a rejeté cette proposition et la guerre civile peut éclater à la moindre occasion. Mais il y a un moyen sûr de parer ce coup de Tchiang Kaï-chek. Que l’on s’attache à accroître résolument et rapidement les forces démocratiques du peuple; que le peuple libère les grandes villes occupées par l’ennemi et désarme les troupes ennemies et fantoches; et, si un tyran, un ennemi du peuple ose l’attaquer, que le peuple, en état de légitime défense, riposte résolument et fasse échouer les desseins du fauteur de guerre civile. Voilà le moyen, et c’est le seul. Le correspondant de l’Agence Hsinhua appelle toute la nation et le monde entier à rejeter ce mensonge parfaitement hypocrite et cynique selon lequel la guerre civile en Chine peut au contraire être évitée si Tchiang Kaï-chek interdit au peuple chinois de libérer les grandes villes occupées par l’ennemi, de désarmer les forces ennemies et fantoches et d’instaurer la démocratie, et s’il va lui-même dans ces grandes villes pour “hériter” (et non pas pour détruire) le régime de l’ennemi et des fantoches. C’est un mensonge, insiste le correspondant de l’Agence Hsinhua, et ce mensonge est manifestement contraire aux intérêts nationaux et démocratiques du peuple chinois, comme il est en contradiction flagrante avec tous les faits de l’histoire chinoise moderne. Il ne faut jamais oublier ceci: ce n’est nullement parce que les grandes villes étaient dans les mains du Parti communiste et non dans les siennes que Tchiang Kaï-chek a mené la guerre civile dix ans durant, de 1927 à 1937; au contraire, depuis 1927, aucune des grandes villes n’a été dans les mains du Parti communiste, toutes étaient dans les mains de Tchiang Kaï-chek ou abandonnées par lui aux Japonais et aux traîtres; c’est précisément dans ces circonstances que la guerre civile a duré dix ans sur le plan national et continué jusqu’à ce jour dans certaines régions. Il ne faut jamais oublier que si la guerre civile de dix ans a été arrêtée, si les trois grandes campagnes anticommunistes et les autres provocations innombrables pendant la Guerre de Résistance ont été mises en échec (jusque et y compris la récente invasion par Tchiang Kaï-chek de la partie sud de la région frontière du Chensi-Kansou-Ninghsia)4Allusion à l’attaque, par des troupes du Kuomintang, de Tchouenhoua, Siunyi et Yaohsien dans la sous-région de Kouantchong de la région frontière du ChensiKansou-Ninghsia, en juillet 1945. Voir “La Situation et notre politique après la victoire dans la Guerre de Résistance contre le Japon”, note 12, p. 21 du présent tome., ce n’est point parce que Tchiang Kaï-chek était puissant, mais parce que sa puissance était relativement insuffisante, et que le Parti communiste et le peuple étaient relativement puissants. La guerre civile de dix ans a été arrêtée, non par les appels de personnalités de tout le pays qui voulaient la paix et craignaient la guerre (comme celles de l’ancienne “Ligue pour bannir la guerre civile”5La “Ligue pour bannir la guerre civile” fut formée à Changhaï en août 1932; elle comptait principalement des adhérents bourgeois. Elle lança une déclaration appelant à “mettre fin à la guerre civile et à s’unir pour résister à l’agression étrangère”. et d’autres groupements similaires), mais sous l’effet de la demande armée du Parti communiste chinois ainsi que de celle de l’Armée du Nord-Est sous Tchang Hsiué-liang et de l’Armée du Nord-Ouest sous Yang Hou-tcheng6En 1936, l’Armée du Kuomintang du Nord-Est commandée par Tchang Hsiué-liang et l’Armée du Kuomintang du Nord-Ouest commandée par Yang Hou-tcheng étaient cantonnées à Sian et dans les régions voisines; elles avaient pour tâche d’attaquer l’Armée rouge chinoise, qui était arrivée dans le nord du Chensi. Influencées par l’Armée rouge et le mouvement antijaponais du peuple, elles approuvèrent le front uni national contre le Japon, proposé par le Parti communiste chinois et demandèrent à Tchiang Kaï-chek de s’allier avec le Parti communiste pour résister au Japon. Tchiang Kaï-chek refusa cette demande, se montra plus actif encore dans ses préparatifs militaires pour “l’extermination des communistes” et massacra à Sian la jeunesse antijaponaise. Tchang Hsiué-liang et Yang Hou-tcheng, agissant de concert, se saisirent de Tchiang Kaï-chek. Ce fut le fameux Incident de Sian du 12 décembre 1936. Tchiang Kaï-chek fut forcé d’accepter ces conditions: alliance avec le Parti communiste et résistance au Japon, et, relâché, il retourna à Nankin.. Les trois grandes campagnes anticommunistes et d’innombrables autres provocations n’ont pas été repoussées par suite de concessions illimitées et de la soumission du Parti communiste; elles ont été repoussées parce que le Parti communiste a persisté dans son attitude ferme et juste de légitime défense: “Nous n’attaquerons pas à moins d’être attaqués, mais si nous sommes attaqués, nous contre-attaquerons”7Voir “Entretien avec trois correspondants de l’Agence centrale d’Information et des journaux Saotangpao et Sinminpao”, Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome II.. Si le Parti communiste n’avait eu ni force ni caractère, s’il n’avait pas combattu jusqu’au bout pour les intérêts de la nation et du peuple, comment la guerre civile de dix ans aurai-telle pu prendre fin? Comment la Guerre de Résistance contre le Japon aurait-elle pu commencer? Et même si elle avait commencé, comment aurait-elle pu être menée résolument jusqu’à la victoire d’aujourd’hui? Et comment Tchiang Kaï-chek et ses pareils pourraient-ils encore être en vie, donnant des ordres et faisant des déclarations du fond d’une retraite montagneuse si éloignée du front? Le Parti communiste chinois est fermement opposé à la guerre civile. L’Union soviétique, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont déclaré en Crimée8Tiré du communiqué de la Conférence de Crimée (Yalta) de l’Union soviétique, des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, qui s’est tenue le 11 février 1945.: “établissez la paix intérieure” et “formez des autorités gouvernementales provisoires largement représentatives de tous les éléments démocratiques de la population et s’engageant à établir le plus rapidement possible par le moyen d’élections libres des gouvernements qui répondent à la volonté populaire”. C’est exactement ce que le Parti communiste chinois a toujours préconisé — la formation d’un “gouvernement de coalition”. Réalisée, cette proposition peut empêcher la guerre civile. Mais il y a une condition préalable — la force. Que le peuple s’unisse et accroisse ses forces, et la guerre civile pourra être évitée.

flechesommaire2

Notes

1 Commentaire écrit par le camarade Mao Zedong pour l’Agence Hsinhua
2 Voir “Commentaire sur la onzième session plénière du Comité exécutif central du Kuomintang et la deuxième session du troisième Conseil politique national”, Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.
3 Les trois principes du peuple sont les principes et le programme avancés par Sun Yat-sen sur les questions du nationalisme, de la démocratie et du bien-être du peuple dans la révolution démocratique bourgeoise en Chine. En 1924, dans le Manifeste du Ier Congrès du Kuomintang, congrès caractérisé par la coopération entre le Kuomintang et le Parti communiste, Sun Yat-sen formula à nouveau ses trois principes du peuple, interpréta le nationalisme comme l’opposition à l’impérialisme et se déclara pour un soutien actif aux mouvements des ouvriers et des paysans. Les anciens trois principes du peuple devinrent ainsi les nouveaux trois principes du peuple, comportant les trois thèses politiques fondamentales: l’alliance avec la Russie, l’alliance avec le Parti communiste et le soutien aux paysans et aux ouvriers. Les nouveaux trois principes du peuple ont fourni la base politique pour la coopération entre le Parti communiste chinois et le Kuomintang pendant la Première guerre civile révolutionnaire.
4 Allusion à l’attaque, par des troupes du Kuomintang, de Tchouenhoua, Siunyi et Yaohsien dans la sous-région de Kouantchong de la région frontière du ChensiKansou-Ninghsia, en juillet 1945. Voir “La Situation et notre politique après la victoire dans la Guerre de Résistance contre le Japon”, note 12, p. 21 du présent tome.
5 La “Ligue pour bannir la guerre civile” fut formée à Changhaï en août 1932; elle comptait principalement des adhérents bourgeois. Elle lança une déclaration appelant à “mettre fin à la guerre civile et à s’unir pour résister à l’agression étrangère”.
6 En 1936, l’Armée du Kuomintang du Nord-Est commandée par Tchang Hsiué-liang et l’Armée du Kuomintang du Nord-Ouest commandée par Yang Hou-tcheng étaient cantonnées à Sian et dans les régions voisines; elles avaient pour tâche d’attaquer l’Armée rouge chinoise, qui était arrivée dans le nord du Chensi. Influencées par l’Armée rouge et le mouvement antijaponais du peuple, elles approuvèrent le front uni national contre le Japon, proposé par le Parti communiste chinois et demandèrent à Tchiang Kaï-chek de s’allier avec le Parti communiste pour résister au Japon. Tchiang Kaï-chek refusa cette demande, se montra plus actif encore dans ses préparatifs militaires pour “l’extermination des communistes” et massacra à Sian la jeunesse antijaponaise. Tchang Hsiué-liang et Yang Hou-tcheng, agissant de concert, se saisirent de Tchiang Kaï-chek. Ce fut le fameux Incident de Sian du 12 décembre 1936. Tchiang Kaï-chek fut forcé d’accepter ces conditions: alliance avec le Parti communiste et résistance au Japon, et, relâché, il retourna à Nankin.
7 Voir “Entretien avec trois correspondants de l’Agence centrale d’Information et des journaux Saotangpao et Sinminpao”, Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome II.
8 Tiré du communiqué de la Conférence de Crimée (Yalta) de l’Union soviétique, des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, qui s’est tenue le 11 février 1945.